Diplomatie économique : Laurent Fabius a-t-il changé quelque chose ?

 |   |  2407  mots
La diplomatie économique portée par Laurent Fabius a-t-elle changé quelque chose depuis un an et demi ?
La diplomatie économique portée par Laurent Fabius a-t-elle changé quelque chose depuis un an et demi ? (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Depuis le changement de majorité, le ministère des Affaires étrangères s’est approprié un concept érigé au rang de priorité : la diplomatie économique. Le volontarisme affiché par Laurent Fabius a-t-il eu des répercussions directes sur le commerce extérieur de la France, en grande difficulté depuis une décennie ?

 

"Nous, ce qu'on voulait, c'est faire bouger les lignes". Au Quai d'Orsay, on assume. Avant d'ajouter, dans un sourire : "qu'il y ait des petites frictions, c'est de l'ordre de l'anecdotique".

C'est peu dire que Laurent Fabius "secoue" la politique française à l'international, selon le terme en vigueur au ministère des Affaires étrangères. Arrivé à sa tête au lendemain de la victoire de François Hollande, l'ancien Premier ministre de François Mitterrand a fait usage de son "poids politique" pour imposer ses vues.

Depuis douze mois qu'il pilote le réseau diplomatique français - le troisième du monde, selon un rapport de la Cour des Comptes -, Laurent Fabius multiplie les entretiens dans les médias nationaux avec un axe majeur dans sa communication : la diplomatie économique.

"L'objectif, c'est de mettre sous tension le Quai, pour le mettre plus activement au service des entreprises", explique le ministère. "Ça passe par un soutien politique, par des contacts noués… Évidemment, on n'a pas attendu Laurent Fabius pour le faire. Mais ça n'était pas au même niveau de priorité".

"Ce qu'on dit aux ambassadeurs et au personnel diplomatique, c'est : "N'ayez pas peur de mettre l'économie tout en haut de votre agenda, vous serez soutenus par le ministère", précise Jacques Maire. Cet ancien directeur social de l'assureur Axa, passé par les cabinets ministériels sous Lionel Jospin, a été nommé en mars dernier à la tête de la toute nouvelle direction des entreprises et de l'économie internationale, censée être "le point d'entrée pour les entreprises, grands groupes comme PME" au Quai d'Orsay.

 

Le Quai d'Orsay, en 2012.
REUTERS/Charles Platiau

 

Plan d'action global

"Un plan d'action global a été remis à chaque ambassadeur. Les diplomates ne sont pas rendus responsables des deals signés, mais on suit de Paris l'évolution du commerce dans chaque pays", assure une source ministérielle. "C'est une stratégie d'influence économique qu'a demandé le ministre. On ne juge pas sur le résultat, mais on est vigilants sur les moyens développés par les ambassades."

Les exportations de la France sont en déclin. Dans leur dernière synthèse sur le commerce extérieur, portant sur novembre 2013, les Douanes attiraient l'attention sur "une nette contraction" des exportations. "Les livraisons de matériels de transport sont moindres qu'en octobre et celles de machines industrielles en recul", expliquaient-elles.

"Très élevées en octobre, les exportations de matériel de guerre et d'œuvres d'art sont toutes deux en repli en novembre. Ces reflux s'ajoutent à la contraction des ventes aéronautiques, navales, de machines industrielles." Des secteurs stratégiques où le soutien politique peut jouer. Sur 2012, la faiblesse de la France à l'export portait sur "les contre-performances de l'automobile et des produits agricoles". En revanche, "les exportations correspondant aux points forts de la spécialisation française sont très dynamiques".

Avec la balance commerciale pour maître étalon - elle n'a plus été excédentaire depuis 11 ans -, Laurent Fabius entend doper le développement des entreprises françaises à l'exportation d'une part, et l'investissement étranger en France d'autre part. Du classique.

"Il n'y a rien de nouveau !", ironise le chercheur à l'IFRI Philippe Moreau Defarges. "Et puis je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de nouveau… En France, l'État a toujours été très interventionniste. Nicolas Sarkozy aussi emmenait des hommes d'affaires lors des voyages officiels !"

Dans une "lettre de prospective" datée de février 2009, Corine Vadcar - alors en charge d'une publication de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris - s'interrogeait sur le sens de la diplomatie économique... de Nicolas Sarkozy :

Les premiers mois de la nouvelle Présidence française ont été ponctués de plusieurs déplacements officiels à l'étranger avec une dimension économique soutenue. (...) Cet activisme politico-commercial a, par la force des choses, été refréné depuis le 1er juillet 2008, par la Présidence française de l'Union européenne qui a conduit le Président Sarkozy sur le front des gestions de crise.

La défense de la compétitivité française telle que l'entend Laurent Fabius ne serait en fait pas si novatrice ? Pourquoi alors en faire un tel enjeu de communication ? Pour Philippe Moreau Defarges, l'explication du zèle ministériel est à mille lieux de l'intérêt supérieur de la France : "C'est à usage interne. C'est de l'ordre de la bataille entre ministères, l'enjeu, c'est "comment faire exister le Quai ?"".

 

 

Rivalité

Car le ministère des Affaires etrangères n'est pas seul dans le secteur de l'import/export. Il y a même un ministère qui lui est dévolu : le Commerce extérieur, au sixième étage de Bercy. "La rivalité entre les deux administrations remonte à plusieurs décennies", confie un bon connaisseur de ces deux sphères, auxquelles il a appartenu.

Elle trouverait selon lui son origine dans un mépris respectif : d'un côté, les diplomates "à l'ancienne", qui avaient la chose économique en horreur, ne digéraient pas qu'un ministère de l'Économie s'occupe aussi de ce qui se passe en dehors des frontières françaises. De l'autre, de nombreux fonctionnaires de Bercy auraient en horreur un ministère jugé dispendieux et dont les réceptions somptuaires sont caricaturées par la publicité. Avec un tel passif, pas étonnant que le volontarisme de Laurent Fabius agace, de l'autre côté de la Seine.

Dans son bureau donnant justement sur l'île de la Cité et l'arrière de Notre-Dame de Paris, la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, assure qu'elle se réjouit que "l'économie soit remise à l'ordre du jour" au MAE, mais dit aussi sur tous les tons que la diplomatie économique, "elle se conçoit et se pilote depuis Bercy".

"L'économie est un métier. Financements, connaissance des entreprises françaises, de la demande étrangère, des règles du commerce international, nous rassemblons toutes les compétences dans nos réseaux et à Paris, détaille-t-elle. La stratégie de déploiement de la France, elle est fixée ici, pas ailleurs, et je suis très contente qu'elle soit reprise ensuite" par d'autres. Au Quai d'Orsay par exemple.

 

La délégation française au Maroc, en avril 2013.
REUTERS/Bertrand Langlois

 

Friture sur la ligne

Il y a peut-être un peu de "friture sur la ligne entre ministres", concède Jacques Maire. "Mais la réalité sur le terrain, c'est que les gens travaillent ensemble".

Symbole de cette collaboration, un poste stratégique : le conseiller économique en ambassade. Chargé d'appliquer les directives économiques de la France dans son pays d'accueil, il travaille auprès de l'ambassadeur mais dépend directement de Bercy. Son évaluation, son avancement, sa carrière dépendent du "paquebot", explique l'un d'entre eux.

"Quand j'étais en poste, j'avais fait un deal avec mon ambassadeur, témoigne-t-il sous le sceau de l'anonymat. Je lui avais dit : vu de l'extérieur et des grandes entreprises, on ne voit qu'une personne, c'est vous, l'ambassadeur. C'est donc normal que je vous laisse la primeur. Mais pour le discours économique, je suis mieux placé que vous, donc vous me laissez parler." Un "duo" dont il ne valait mieux pas trop parler à sa hiérarchie parisienne. "Je rendais compte de l'avancement de mes dossiers à mon administration, et aussi à mon ambassadeur. Mais de façon plus informelle, souvent orale. Je ne voulais pas qu'on se dise, à Bercy, que j'étais trop pro Quai d'Orsay".

Au ministère de Laurent Fabius, on assure qu'il y a eu "une amélioration sur le temps long", que "l'équipe France à l'étranger travaille mieux aujourd'hui qu'hier". "Depuis une dizaine d'années, c'est vrai que chacun commence à se convaincre de l'importance, pour l'outil diplomatique et l'outil commercial, d'aller dans le même sens", acquiesce le conseiller économique.

Reprendre la main

Aller dans le même sens, d'accord. Mais, si possible, avec une longueur d'avance. Mardi, la ministre du Commerce extérieur a profité de la réunion annuelle de tous les conseillers économiques à Bercy pour souligner combien 2014 sera "une année charnière pour l'économie française" :

L'objectif est de faire de la politique commerciale un levier de croissance efficace pleinement opérationnel.

Pour ce faire, Nicole Bricq a annoncé (lire encadré) qu'une nouvelle version de la plate-forme "France-international" à destination des entreprises était en préparation. Elle entend aussi mettre un peu d'ordre dans le "mille feuille" de la France à l'étranger, dénonçant un "puzzle avec, parfois en son sein, une concurrence néfaste".

Mettre de l'ordre dans le "puzzle" France

Trois questions à Nicole Bricq

La  ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a lancé la "marque" "France international" en décembre dernier. site internet pour le moment, le dispositif pourrait devenir une "holding" regroupant l'ensemble des acteurs du commerce extérieur français.
A quoi doit servir "France international" ?
Les entreprises nous font remonter la complexité du dispositif français à l'étranger, elles ne savent pas toujours où s'adresser pour trouver ce qu'elles cherchent. Sur le terrain, c'est un puzzle avec, en son sein, une concurrence néfaste. Avec France international, nous avons mis en place une marque-ombrelle qui identifie tout le dispositif public de la France à l'étranger, Ubifrance, la BPI, l'AFII (l'agence française des investissements internationaux), les CCI International, les régions, mais aussi des organismes sectoriels comme la Sopexa et FranceAgrimeret. Les acteurs privés pourront bientôt s'y associer.
En quoi cela simplifie-t-il le dispositif français ?
Un portail internet a été lancé en décembre. Il oriente les entreprises en fonction de leurs besoins et propose un annuaire qui recense les contacts de l'ensemble des acteurs du dispositif. Il s'agit d'une première version qui va être finalisée à l'été. Il comprendra également un réseau social des exportateurs, et une plateforme de mise en relation entre PME et sociétés de négoce international.
Y'aura-t-il un rapprochement physique entre les acteurs du commerce extérieur ?
Le travail est déjà bien engagé. Ubifrance et Sopexa devraient s'unir avant l'été. Ubifrance, très présent à l'étranger, et CCI international , qui a un bon tissu en France, vont se rapprocher sous forme d'un groupement d'intérêt public. De la même manière, le rapprochement entre Ubifrance et l'Afii est acté et ses modalités devraient être annoncées lors du Conseil supérieur de l'attractivité qui se tiendra le 17 février. Tous les grands pays exportateurs - les Etats-Unis, Le Japon, le Royaume-Uni, la Suède ont procédé de la même manière, avec pour objectif de rendre le dispositif de soutien à l'internationalisation des entreprises plus efficace.

 

Le ministère des Finances et de l'Economie en 2005.
REUTERS/Charles Platiau

 

Mille feuille

Car la présence économique de la France à l'étranger ne se résume pas à celle de Bercy d'une part, du Quai d'Orsay d'autre part. Il faut aussi composer avec :

  • Ubifrance, l'agence française pour le développement international des entreprises rattachée au Trésor ;
  • L'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), créée en 2001 pour assurer "la promotion, la prospection et l'accueil des investissements internationaux en France" ;
  • La Bpifrance, créée en 2012 par François Hollande, qui finance et conseille les entreprises souhaitant exporter ;
  • Les Chambres de Commerce et d'Industrie Françaises à l'Etranger (CCIFE), ou réseau consulaire, associations regroupant des entreprises françaises et étrangères ;
  • La Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (Coface) a été fondée en 1946 en tant qu'agence spécialisée dans l'assurance-crédit à l'exportation.

En 2013, le rôle des régions a aussi été renforcé à l'international, ce dont Nicole Bricq s'est félicitée. Comme le montre cette carte publiée en juillet dernier sur le site du ministère du Commerce extérieur, Basse normandie, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Poitou-Charentes, Bourgogne, Alsace, Pays de la Loire, Rhône Alpes disposent d'antennes à l'étranger. "Les régions ont une excellente connaissance du tissu industriel local", affirme Nicole Bricq.

Mais cette démultiplication des acteurs créent de la confusion, auprès des entreprises souhaitant exporter comme des investisseurs étrangers. "C'est très compliqué pour les entreprises de savoir où s'adresser", reconnaît Nicole Bricq. Il arrive aussi que les administrations se marchent sur les pieds.

"Parfois, Ubifrance, par exemple, ferme ses représentations dans tel ou tel pays. On a alors une ambassade en situation orpheline, alors que les autres acteurs vont se recentrer sur les mêmes zones", explique Jacques Maire. Sur la carte publiée par le ministère du Commerce extérieur, on voit que certaines villes condensent les représentations - New York, Pékin - quand d'autres sont un peu délaissées.

"On a voulu mettre un coup d'arrêt aux postes orphelins, en redéployant notamment 10 personnes sur l'effectif du Quai d'Orsay dans des zones délaissées. Ça a a eu pour conséquence de remobiliser Ubifrance et Bercy, qui ont eu aussi dû redéployer certains de leurs effectifs", assure le diplomate en charge des entreprises.

La ministre du Commerce extérieur entend elle aussi harmoniser les services de promotion de la France à l'étranger, pour une meilleure "complémentarité" des réseaux. C'est la raison d'être de "France-international", dont le statut juridique est "encore à étudier", mais qui devrait permettre aux différents réseaux, publics et privés de mieux travailler ensemble, et plus efficacement.

Un sujet "de plus en plus marginal" à Bercy

"On veut une seule stratégie par pays", confirme Jacques Maire, soudain raccord avec Bercy. En mettant l'accent sur des zones délaissées pour le moment, comme l'Afrique de l'Est ou l'Amérique latine. Tout en ajoutant que cette stratégie ne peut se faire qu'avec le concours du Quai. "L'avant-garde de la diplomatie économique, ce sont les 800 membres du service économique en ambassade, les 800 représentants d'Ubifrance, et les 150 personnes de l'Afii", assure-t-il. "Mais cette avant-garde fait 10% du réseau diplomatique. Et elle est présente dans la moitié des pays."

On ne dit pas qu'on va peser à la place des autres, dans le dispositif. Ce qu'on a voulu, c'est remettre en évidence la promotion de l'export, un sujet de plus en plus marginal à Bercy.

"Il n'y a pas de volonté de faire la politique économique de la France", complète-t-on dans l'entourage de Laurent Fabius. "L'objectif, c'est de construire une complémentarité, avec un Quai d'Orsay qui file des coups de main". Et qui le fait savoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 11:07 :
ILS serais si sinple d utilissez les edudiants vennent de ces pays pour en faire des commerciaux efficasse entre la France et leurs pays respectifs en les installents dans les anbassades de leur pays ,???
a écrit le 21/01/2014 à 10:21 :
Bercy ne veut pas "coopérer" avec les autres ministères, d'ailleurs, il ne sait pas comment on fait pour "coopérer". Il se comporte avec eux comme le fisc avec les particuliers : arrogance, commandement... Alors lui demander de se remettre en question, c'est comme toucher à l'infaillibilité du Pape. Il préfère faire sa petite cuisine dans son coin, quitte à creuser le déficit commercial.
a écrit le 21/01/2014 à 8:01 :
A terme, ils finiront bien par comprendre qu'un seul ministre doit gérer la diplomatie économique. En gros, il faut créer un établissement ou secrétariat d'Etat au commerce extérieur rattache au quai d'orsay. C'est du bon sens...
a écrit le 21/01/2014 à 6:31 :
Il a eu le courage de s'opposer a Bachar El Assad... et a son arsenal chimique. Peut etre est ce du a son retour d'experience concernant les milliers de Francais morts du sang contaminé ?
a écrit le 20/01/2014 à 18:58 :
Pourquoi a part des votes sans choix réels il y a eu un changement politique depuis les 20 dernières années?
a écrit le 20/01/2014 à 17:45 :
Pour bourlinguer depuis des décennies les ambassades ont toujours eu le conseiller plus amoureux souvent des grandes groupes qui n'ont pas besoin de nounou politico-industrielle!!!! que des PME encore moins des francs tireurs indépendants. M. Fabius est un pur produit politicien français passé par nos écoles grandes!!! plus connaisseur des salons et petits fours que du monde industriel et bancaire des pays. Par contre voit bien l'inutilité de notre ministre du commerce extérieur que j'invite à passer par la case relooking, encore une spécificité française encore du double emploi politique pour caser les amis de longue date mais inutile et couteux.
a écrit le 20/01/2014 à 16:53 :
surtout ne rien faire ,n'est ce pas !
zut a tous ces colporteurs du défaitisme.
a écrit le 20/01/2014 à 16:37 :
Les socialistes découvrent l'eau tiède. Tas d'incapables ! Pour être riche, il faut travailler, investir et gagner de l'argent. Eureka ! Alors pourquoi financer des postes de fonctionnaires, accabler les actifs d'impôts et mettre à l'index ceux qui réussissent ? La France est maintenant mondialement ridiculisée et disqualifiée par Hollande et ses comparses qui se moquent de la France et des Français avec leurs mensonges et leur démagogie. Qui les punira ?
a écrit le 20/01/2014 à 16:33 :
1,2,3,4,5 machins pour aider les entreprises a exporter avec au final comme résultat pour la France le plus gros déficit commercial de la zone euro. (la France est le seul des grands pays a n'avoir pas réduit son déficit avec l'Allemagne en 2013). Et FaFa veut en rajouter une louche...
a écrit le 20/01/2014 à 15:24 :
"Diplomatie économique : Laurent Fabius a-t-il changé quelque chose ?" = Oui, il a beaucoup fait rire Bachar ! Pas très rancunier, el assad a même promis d'offrir à Thomas, un grand appartement de luxe de presque 7 millions d'euros, si d'aventure il venait passer quelques jours au casino-resort de Damas.
a écrit le 20/01/2014 à 15:09 :
Il est prudent : "On ne juge pas sur le résultat" dit-il...
a écrit le 20/01/2014 à 12:08 :
bravo, enfin de l'action. Les vins d'Italie remplacent de plus en plus les vins de France, le fromage .... ect ect. les services "commerciaux à l'étranger" en tant qu'expatriés nous n'en entendons jamais parlé, nous ne voyons jamais d'actions promotionelles sérieuses et réfléchies etc., Il est grand temps que ce ministère et, ce qui en dépend, fassent réellement quelque chose sur le terrain. Les autres pays ont bien des réseaux pourquoi sommes- nous, plus exactement, sont-ils incapables, d'en faire autant.Toute rémunération est le fruit d'un travail à ce que je sache cela vaut pour tout le monde. Les idées il faut certes en avoir et les défendre mais pas pour que nos voisins viennen derrière pour raffler tous les contrats
PS: informez-vous pour voir comment ceux qui ont une excédent de leurs balances commerciales font.Ouvrez les yeux et surtout vos oreilles. Je suis sur le terrain et l'export depuis la France, chez-nous ca fonctione
a écrit le 20/01/2014 à 10:33 :
Le seul fait que la question se pose est une avancee. La France semble avoir compris qu'une strategie etait necessaire et qu'elle devait etre credible ce que ni droit ni gauche n'avait fait jusqu'a maintenant.
a écrit le 20/01/2014 à 9:57 :
Avec la balance commerciale pour maître étalon...... Bigre! ça se passe Rue du Cirque????
a écrit le 20/01/2014 à 9:00 :
Il n'a rien changé ... mais il a surtout beaucoup voyagé à nos frais pour faire du tourisme aérien environ 550'000 kilomètres en 1 an.
Aussi scandaleux ... pur la Nation que le sang contaminé.
a écrit le 20/01/2014 à 8:17 :
C'est normal c'est le spécialiste de la magouille, il ne fait pas ça pour rien.
Réponse de le 20/01/2014 à 8:51 :
Parce que vous croyez qu'un(e) politique fait quelque chose pour rien!!!! Vous le croyez seul sur ce point là???
Réponse de le 21/01/2014 à 8:15 :
Je précisais simplement qu'il était un expert dans la matière. Bien entendu, il n'est pas le seul mais lui il mérite le podium, son passé le prouve. Si c'était le contraire ça se saurait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :