La presse étrangère partagée sur le plan d'économies de Valls

 |   |  716  mots
Plusieurs des initiatives citées par Valls correspondent à des mesures qui avaient déjà été annoncées par le gouvernement, souligne The Wall Street Journal.
"Plusieurs des initiatives citées par Valls correspondent à des mesures qui avaient déjà été annoncées par le gouvernement", souligne The Wall Street Journal. (Crédits : Reuters)
Alors que le regard porté par la presse économique anglo-saxonne sur les mesures annoncés par Valls reste sceptique, les journaux espagnols, italiens et allemands sont plus indulgents, voire fascinés.

A l'étranger comme en France. Le plan d'économies annoncé mercredi par Manuel Valls, qui prévoit une réduction des dépenses publiques de 50 milliards d'euros d'ici à 2017, suscite des réactions aussi contrastées au-delà des frontières que dans l'Héxagone. Alors que les journaux américains et britanniques insistent sur le caractère cosmétique des mesures annoncées, la presse espagnole, italienne est britannique se montre plutôt convaincue.

Des efforts inférieurs à ceux d'autres pays de la zone euro, selon les médias anglosaxons

Pour les journaux anglo-saxons, la France se plaint trop. Les économies que Valls a promises hier non seulement n'ont rien de nouveau, mais n'égalent pas celles déjà réalisées ailleurs en Europe. Elles risquent d'ailleurs de ne pas satisfaire les exigences de Bruxelles.

"Pour la première fois, Manuel Valls a indiqué que le gouvernement est prêt à s'attaquer au domaine politiquement sensible de l'Etat social français afin d'atteindre le niveau d'économies fixées", concède The Wall Street Journal. "Toutefois, plusieurs des initiatives citées par Valls correspondent à des mesures qui avaient déjà été annoncées par le gouvernement", souligne le quotidien américain. Le WSJ, qui cite des analystes, observe d'ailleurs que "si la France se tient à son plan d'ici 2017, elle aura réalisé en six ans un redressement budgétaire inférieur à celui accompli par l'Espagne en trois ans".

"Malgré les protestations de longue date à gauche comme à l'extrême droite contre ce qui est défini comme 'l'austérité imposée par Bruxelles',  la France a jusqu'à présent largement évité les coupes draconiennes réalisées par d'autres pays de la zone euro atteints par la crise", renchérit le Financial Times. Malgré les promesses de Valls, le quotidien britannique doute de la capacité de la France d'atteindre les objectifs fixés par Bruxelles, "déjà repoussés deux fois", notamment à cause des "promesses d'autres allègements fiscaux pour les plus bas revenus".

Un changement radical, selon la presse espagnole

Paradoxalement, le regard porté sur le plan d'économies annoncé par Valls est en revanche bien plus indulgent en Espagne, pays justement pris en exemple par les journaux américains et britanniques.

El Pais pointe notamment un "changement radical" dans la manière du gouvernement socialiste de s'attaquer au déficit, par rapport au choix de 2012 de François Hollande  d'augmenter les impôts pour préserver les dépenses sociales. Le quotidien espagnol ne manque pas d'insister sur le style de Valls qui, "attentif aux symboles - et à son profil d'homme politique déterminé -, s'est substitué au porte-parole du gouvernement dans la conférence de presse qui suit habituellement le Conseil des ministres : chose inédite dans l'histoire de la Vème République".
 
Pour El Mundo, "la France oublie l'idéologie pour répondre à l'Europe". "Le plan drastique d'ajustement des dépenses publiques annoncé par Manuel Valls constitue une présentation courageuse du nouveau Premier ministre français. Les critiques de l'aile gauche de son parti ne se sont pas faites attendre, mais si la France a l'intention de respecter ses engagements européens, comme doit le faire l'Espagne, elle ne doit pas se contenter de discours idéologiques qui ne sont pas conformes à la réalité et trompent le public".

Valls "déconcerte" aussi en Italie et en Allemagne

Les quelques journaux italiens qui reprennent l'information partagent aussi le regard bénévole de la presse espagnole. Il sole 24 ore évoque la "déclaration surprise au terme du Conseil des ministres" de Valls et considère que "la mesure la plus retentissante est le gel des retraites pendant un an". Europaquotidiano, organe de presse officiel du Parti démocrate, insiste sur les ressemblances entre Manuel Valls et Matteo Renzi : le premier comme le deuxième "accélère" et "déconcerte".

En Allemagne aussi, le ton est plutôt celui de l'étonnement. Selon Die Welt, en déclarant que"les pensions et les prestations doivent être congelées", "Valls annonce austérité radicale". Le journal allemand rappelle néanmoins que le Premier minsitre français, qui "avait déjà annoncé son intention d'intensifier les mesures d'austérité du gouvernement", "a parlé d'une austérité 'juste' parce que 'uniformément répartie'".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2014 à 19:42 :
il faudrait ne plus payer les fonctionnaires et les retraités. Valls et Bruxelles donnent l'exemple.
a écrit le 19/04/2014 à 19:42 :
il faudrait ne plus payer les fonctionnaires et les retraités. Valls et Bruxelles donnent l'exemple.
a écrit le 19/04/2014 à 19:42 :
il faudrait ne plus payer les fonctionnaires et les retraités. Valls et Bruxelles donnent l'exemple.
a écrit le 19/04/2014 à 19:42 :
il faudrait ne plus payer les fonctionnaires et les retraités. Valls et Bruxelles donnent l'exemple.
a écrit le 18/04/2014 à 8:19 :
les fonctionnaires sont ravis d'avoir voté en masse pour françois Hollande.
a écrit le 18/04/2014 à 5:50 :
En tous cas il est soutenu par la presse de Tel Aviv : quand même !
a écrit le 17/04/2014 à 18:58 :
Y a plus de journalistes écrivant le français dans ce canard?
a écrit le 17/04/2014 à 17:56 :
walle ne fait pas d'economie il fait un rabotage des prestation sociale des economies c'est quand on suppruime ce qui ne sert a rien genre le senat ,le nombre de deputés , les sous prefectures qui ne voit plus personne ,la secu des mines 6000 agents pour 320 000 retraités ,les privileges genre regimes speciaux des enseignants sup quand le nombre d'eleves baissent et que nous n'avons qu'une moyenne de 12 eleves par classe des intermiitants du spectacle qui ne font que 560 h anneé et dont les prestations ne sont payées que par le prive etc etc
a écrit le 17/04/2014 à 17:17 :
...qu'il commence par supprimer la gabegie, la fabrique à rond points, le mille feuille de l'administration...etc...etc....etc...etc ...etc.... !!!!!! . les impôts sont insupportables cette année...!!!!
a écrit le 17/04/2014 à 16:34 :
Tant que les britanniques n'auront pas gouter a l'euro ils resteront critique par contre les autres sont dans le même panier de crabe que nous et comprennent la situation!
Réponse de le 17/04/2014 à 18:10 :
En espagne la situation est pire qu'ici, et mr valls n'est pas plus économiste que moi chirurgienne du cerveau ! Il fera pire que le précédent 1er ministre car ce qu'il préconise ne vient pas de lui mais de bruxelles. Je reste persuadée que face à de véritables économistes il ne tiendra pas 5 mn
a écrit le 17/04/2014 à 15:42 :
"la presse espagnole, italienne est britannique se montre plutôt convaincue"
et pas est......................
Réponse de le 17/04/2014 à 15:51 :
J'aime bien ausi "le regard bénévole" :-D !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :