C'est en France que les inégalités de revenu augmentent le moins

 |   |  450  mots
(Crédits : Reuters)
Selon des données diffusées par l'OCDE, la minorité la plus riche de la population (1% des ménages) touche une part fortement croissante des revenus aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Mais, depuis 1981, cette part n'a pas augmenté en France

Entre le sentiment d'une montée des inégalités en France, et la réalité, il y a commune un hiatus. D'autant plus flagrant si l'on regarde ce qui se passe ailleurs. L'OCDE a publié le 30 avril une nouvelle étude sur la question des inégalités dans les pays riches, avec, notamment, un graphique très parlant sur l'évolution de la part du revenu que s'arroge la minorité la plus aisée, celle du dernier centile (cette fraction représentant 1% de la population, aux revenus les plus élevés).

Aux Etats-Unis, l'augmentation est flagrante : si cette petite minorité avait droit à quelque 8% du gâteau distribué chaque année, en 1981, cette part a grimpé à près de 20% en 2012. Une progression qui risque de se confirmer : comme le montrent les statistiques fiscales américaines, entre 2010 et 2012, toute la progression du revenu est allée dans la poche de cette fraction très aisée des ménages.

En Grande-Bretagne, la hausse est importante, aussi, même si elle est inférieure.

La Suède et la Finlande de plus en plus inégalitaires

Mais le plus surprenant est que, si l'on retient cette mesure des inégalités -il y en d'autres-, il apparaît que dans des pays à forte tradition égalitaire comme la Suède ou la Finlande les écarts de revenus se accrus plus fortement qu'en France, sur cette période 1981-2012. En Suède, par exemple, la minorité des 1% les plus riches percevait moins de 4% de la masse des revenus en 1981. Aujourd'hui, elle touche plutôt 7,5% de ce total.

En Allemagne, où les inégalités étaient déjà plus importantes en 1981, la progression a été moins forte, mais elle n'en demeure pas moins significative.

Stabilité en France

En revanche, en France, cette part n'a quasiment pas bougé. En fait, elle a un peu augmenté au début des années 2000, jusqu'en 2007, mais a diminué ensuite avec la crise, pour revenir à son niveau initial, ou à peine au dessus. En 1981, 1% des foyers percevaient 7% de la masse des revenus distribués (avant impôt). En 2012, cette proportion était plus proche de 8%. Reportée sur le graphique de l'OCDE, cette hausse est proche de l'épaisseur du trait.

L'Insee a publié récemment une étude fondé sur d'autres indicateurs, dont la conclusion était un peu différente, mais non contradictoire : mesurée par le ratio entre masse des revenus perçus par les 20% les plus riches et la masse touchée par les 20% les plus pauvres, le niveau d'inégalité se situe en France dans la moyenne européenne, estime l'Insee. De même si l'on utilise le coefficient de Gini, mesure traditionnelle.

(Article créé le 30/04/2014 à 14:49, mis à jour le 02/05/13 à 08:46)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2014 à 22:51 :
@Pierre Marie. Le terme de "justice" est ici utilisé dans un sens plus large que dans les rapports que vous établissez ici de façon assez simpliste et grossière ! Dans mon propos ce terme de "justice " ne ciblait pas des particularités ou des étrangetés aussi précises que celle que vous énumérez !
a écrit le 03/05/2014 à 14:36 :
LES PROFITS DU CAC 40 ONT PROGRESSE DE 35% EN5 ANS SOIT 441MILLIARDS D EUROS ??? DE LARGENT ILS Y EN A ENCORE BEAUCOUP???
a écrit le 02/05/2014 à 19:49 :
Appauvrir les riches permet de réduire les inégalités.
Réponse de le 03/05/2014 à 12:21 :
Ne pas permettre aux riches de faire payer aux pauvres ce qu'ils peuvent payer sur des biens de premières nécessités. C'est ce qu'on fait si bien en matière de logement depuis 15 ans en subventionnant la rente immobilière.
Réponse de le 04/05/2014 à 22:25 :
ce qui est dingue c'est que la bulle immo n'explose pas .... et accroit la crise pour les jeunes et ménages obligés de payer trop cher un toit , renonçant à consommer....
a écrit le 02/05/2014 à 19:32 :
Vous parlez de quoi? La différence entre homme et femme est faible en revanche les augmentation entre riche et pauvre rend le salaire des travailleurs dramatiquement bas...
a écrit le 02/05/2014 à 16:34 :
Nos énarques sont des statisticiens de génie:
PLUS DE SALAIRES EN DESSOUS DE LA MOYENNE
intéressant qu'ils l'appliquent à eux mêmes ....
ça rappelle les meilleures heures de 68 !!!!
a écrit le 02/05/2014 à 15:40 :
il y a encore pas ma d'écarts en France où les propriétaires rentiers ne voient pas de baisse de l'immobilier , au contraire - l'immobilier qui a baissé partout y compris aux states sauf en France ! ce serait cela aussi qui amplifierait la crise ....les ménages ne pouvant plus consommer comme avant avec un logement trop cher...
a écrit le 02/05/2014 à 13:59 :
Le raisonnement qu'avancent plusieurs sur ce forum que "il y a plus de riches mais ils se délocalisent donc ils ne sont pas inclus dans la statistique" se tient. C'est peut-être dû à cela.
Mais on peut rétorquer qu'un riche qui se délocalise n'est pas un entrepreneur, juste un rentier, puisqu'il peut se délocaliser. Donc il a peu d'impact sur la vie économique. La France a besoin de dirigeants de PME, acteurs quotidiens de leur entreprise, et qui sont les créateurs d'emplois. Ceux-ci restent nécessairement en France. Les riches qui s'en vont pourraient être utiles avec leur capital mais non avec leur force d'innovation.
Enfin, ces riches qui se délocalisent c'est pour payer moins d'impôts. Ah cette question des impôts. Que de lamentations ! Mais tous les spécialistes internationaux disent que la France a mieux encaissé que tout autre pays la crise de 2008, justement à cause des dispositifs sociaux, qui sont financés par quoi ? Par les impôts ! Bon, il est vrai que si j'étais très très riche je commencerais peut-être à me fiche des dispositifs sociaux et à devenir égoïste...
a écrit le 02/05/2014 à 13:46 :
Ils ont déjà tellement creusé l'écart que ça stagne ! Le problème c'est le fait même de la réalité et de la persistance de ces écarts, alors un peu plus ou un peu moins c'est sans intérêt. C'est la disparition de ces écarts qui serait digne d'intérêt !
a écrit le 02/05/2014 à 13:46 :
Ils ont déjà tellement creusé l'écart que ça stagne ! Le problème c'est le fait même de la réalité et de la persistance de ces écarts, alors un peu plus ou un peu moins c'est sans intérêt. C'est la disparition de ces écarts qui serait digne d'intérêt !
Réponse de le 04/05/2014 à 22:22 :
je pense comme vous ! obligée d'aider des enfants qui peinent : logement trop cher,
charges en hausse ! la vie est chère pour nombre d'entre nous, même si on n'annonce pas d'inflation, les prix ont beaucoup monté dans l'alimentaire aussi et surtout chez le boulanger, le poisson, fruits et légumes ...
c'est dur pour un grand nombre - mais nos gouvernants semblent ignorer...dans leur délire bruxellois !!!!
Réponse de le 05/05/2014 à 19:29 :
"les ménages ne pouvant plus consommer comme avant avec un logement trop cher... " : Ou refuser de consommer pour les meilleurs revenus partant les poches vides... Pour ma part, depuis que j'ai constaté qu'on siphonnerait le tiers de mes revenus tant que j'aurai les poches vides. Je vise à y remédier le plus vite possible : Pas de voiture, pas de gamin (pas de place aussi bien), pas de voyage, pas de vacance, pas de cinéma, récupération de fringues, de livres, de meubles, etc.
Que les guignols qui encaissent 150 000 euros de PV immobilières sur le dos des jeunes ménages de familles aisés (ayant miraculeusement 200 000 euros d'apport à 25 ans) ou le tiers des revenus des jeunes ménages de familles modestes consomment à notre place au Maroc ou en camping car.
L'heure des comptes viendra : On leur rappellera qu'ils trouvaient normal de faire payer aux jeunes ce qu'ils pouvaient payer pour se loger quand ils ne seront plus électoralement majoritaire.
a écrit le 02/05/2014 à 12:18 :
Voici un article intéressant. L'idée que la richesse, le temps de travail ou l'économie se partage comme on partage un gâteau est selon moi totalement fausse et c'est la cause de l'échec de la France qui y croit majoritairement. Plus il y a de riches moins il y a de pauvre c'est mathématique mais si l'Etat tente de prendre plus de 50% de l'argent des riches alors ceux-ci "se délocalisent" et il n'y a plus de Francais pour alimenter l'industrie francaise majeure….le luxe. Je pense que la statistique francaise est bonne parce que le pays "crée" moins de riches et qu'un grand nombre de ceux-ci habite ailleurs. Selon moi la réussite d'un entrepreneur donne confiance à d'autres entrepreneurs pour risquer et investir. Petit à petit si on les laisse s'enrichir tout un secteur d'activité prospère et au final toute l'économie. L'économie se développe ou se contracte de manière exponentielle selon que le gouvernement encourage les initiatives privées ou souhaite tout réglementer dans un but abstrait d'égalité. On critique le liberalisme, moi je critique l'égalitarisme qui met la France à peu près 3 ans en arrière par rapport au développement économique de l'Allemagne et 10 ans en retard par rapport à celui des USA. Quand une société francaise à une bonne idée et qu'elle essaye de la vendre à l'international, l'idée est déjà prise et donc la concurrence est trop rude. De mémoire d'expatrié, j'ai bien noté l'arrivée des GSM, le déveleppement des TER cadencés et le début des applications mobiles multimodales de calcul de trajets beaucoup plus tard en France qu'en Allemagne. Tout cela c'est un savoir faire et ce sont des emplois qui sont créés ailleurs. Je ne milite néanmois pas du tout pour la destruction du modèle social francais, il faut absolument le conserver, c'est beau, ça grandi la France. Il est possible de le conserver mais il faut qu'il retourne à l'équilibre comme les dépenses de l'Etat. Il n'est pas normal que les futures générations payent la note des francais d'aujourd'hui; C'est une raison du chômage actuel des jeunes.
Réponse de le 02/05/2014 à 13:54 :
Ce n'est pas une question de libéralisme ou d'égalitarisme, c'est une question de justice et d'équilibre !
Réponse de le 02/05/2014 à 18:00 :
Il est juste que celui qui prend des risques pour créer sa société et donc des emplois, de l’activité économique
Il est juste que celui qui est rare qui a du talent et qui fait gagner beaucoup d'argent à son club de football ou à sa maison de mode
Il est juste que le chef d'une très grande entreprise avec une responsabilité énorme sur le devenir de milliers d'emplois
Il est juste que ces gens-là soient très bien rémunérés. Ca ne pénalise en rien les gens qui ont du mal à joindre les deux bouts mais inversement, ça fait des clients pour l’industrie du luxe en partie française.
Néanmoins vous avez raison, tout est question d’équilibre.
L’écart de salaire ne doit pas être indigne, révoltant. Heureusement en France il y a de la marge; nous sommes dans une économie sociale de marché qui met l’accent sur la redistribution et nous sommes plutôt loin des excès d’autre pays. On le voit bien sur le graphique
Réponse de le 03/05/2014 à 12:33 :
"On critique le liberalisme, moi je critique l'égalitarisme qui met la France à peu près 3 ans en arrière par rapport au développement économique de l'Allemagne et 10 ans" : Le libéralisme n'a pas sa place sur tous les marchés. En France, il est défendu sur le marché du logement, biens de première nécessité, qui conduit les jeunes français capables de monter une entreprise à reverser leurs revenus aux détenteurs de biens immobiliers et leurs héritiers.
En outre, en présence de ces rentes faciles, qui plus est subventionnées, les investisseurs privilégient la pierre à la start-up.
Voilà notre principale différence avec l'Allemagne qui modère la boulimie dans l'immobilier depuis des lustres : La France n'est pas un enfer pour les riches rentiers dans la pierre, c'est un enfer pour les jeunes qui lancent leurs entreprises et sont plus taxés sur leurs bénéfices que nos victimes auto-proclamées de la fiscalité.
Ce pays a viré à la gérontocratie au profit des détenteurs d'immobilier qui essaient de se cacher derrière les entrepreneurs pour continuer à encaisser 200 000 euros de PV immobilières sans payer la moindre taxe.
Réponse de le 07/05/2014 à 22:14 :
Ce terme " d'économie sociale de marché " est une plaisanterie ? Ou une bêtise ?
Réponse de le 05/07/2014 à 5:52 :
Une absurdité de première !
a écrit le 02/05/2014 à 11:14 :
ceux qui ne font rien vont donc payer des imôts
a écrit le 02/05/2014 à 10:02 :
Intéressant article mais il faudrait donner des chiffres pour avoir une idée plus nette
a écrit le 02/05/2014 à 8:58 :
Est ce la possibilité d'un pont qui justifierait autant de fautes dans un article...?
a écrit le 01/05/2014 à 12:05 :
Oui de revenus mais surtout ne pas confondre revenus et capital. Ceci explique que les mêmes statisticiens montrent le décile des pauvres toujours plus pauvres et le décile des riches toujours plus riches.
a écrit le 30/04/2014 à 20:02 :
Ça c'est vrai, vu que les riches se délocalisent, il y aura moins d'écart ça va être le paradis en France.
a écrit le 30/04/2014 à 17:56 :
Depuis 1981, la république démocratique française est un modèle pour le monde .C'est le seul pays où les riches et les pauvres sont égaux :l'état leurs prend tout ,qu'ils soient riches ou pauvres ça c'est de l'égalité.
Réponse de le 02/05/2014 à 9:33 :
Votre pseudo est bien choisi, à la hauteur de vos commentaires.
Réponse de le 02/05/2014 à 12:30 :
Après avoir égalisés les conditions, le PS va nous permettre d'accéder tous ensemble à la vraie pauvreté : tous au RMI (financé par qui, alors ?) !
a écrit le 30/04/2014 à 16:50 :
Comme quoi la différence entre les riches et les autres augmente bien... Les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches !
Réponse de le 30/04/2014 à 18:42 :
Relisez l'article !... Ou lisez le ?
a écrit le 30/04/2014 à 15:45 :
Des que l'on arrive à un certain revenu, l'état prend tout. Du coup, les gens partent à l'étranger. Cela s'appelle le nivellement par le bas et cela fait de belle statistique.
Malheureusement maintenant, le revenu pour partir est de plus en plus bas.
Réponse de le 30/04/2014 à 16:23 :
Tout à fait. Ce qui compte c'est le pouvoir d'achat des plus pauvres.
Mieux vaut une inégalités à la suisse (par le haut), qu'une égalité façon française (par le bas)
Réponse de le 30/04/2014 à 17:08 :
Je vous prédis que vous allez bientôt vous retrouver en bas : vous nous en direz des nouvelles ...
Réponse de le 02/05/2014 à 14:08 :
Vous voulez certainement dire qu'ils s'enfuient avec le magot !?
Réponse de le 02/05/2014 à 15:13 :
Vous voulez certainement dire qu'ils se sont enfuient avec le magot ?!
Réponse de le 02/05/2014 à 15:36 :
Vous voulez certainement dire qu'ils se sont enfuient avec le magot ? !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :