Pierre Gattaz évoque le principe de modération salariale,

 |   |  261  mots
Pierre Gattaz, le président du Medef justifie la hausse de son salaire par l'excellence des résultats de son entreprise
Pierre Gattaz, le président du Medef justifie la hausse de son salaire par l'excellence des résultats de son entreprise (Crédits : Reuters)
Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, le président du Medef a balayé les reproches qui lui ont été faits dernièrement sur l'augmentation de son salaire personnel en tant que président de Radiall. Il rappelle son obsession de créer un million d'emplois.

Pierre Gattaz persiste et signe. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, le président du Medef a balayé les reproches qui lui ont été faits dernièrement sur l'augmentation de son salaire personnel en tant que président de Radiall. " Mon salaire a été augmenté de 3% et celui de mes salariés de 3,3%. C'est ma rémunération variable qui a augmenté. Elle est liée aux résultats de mon entreprise Radiall, qui sont très bons, et que je réinvestis intégralement ", explique l'intéressé. Il souligne aussi qu'en 2002, lorsque son entreprise allait moins bien, il avait baissé son salaire de 5%. " C'est ça l'exemplarité ! " La partie variable de son salaire a augmenté de 29% !

Pierre Gattaz parle aussi du principe de modération salariale, qu'il veut banaliser dans les entreprises: pas plus de 1% an, et un calage indexé sur l'inflation. " La modération salariale, c'est pour cela que j'ai réussi et embauché 500 personnes en France en vingt ans. On devrait me féliciter ! ", estime-t-il.

Comment créer un million d'emplois en cinq ans ?

Pierre Gattaz a aussi évoqué la création symbolique du « million d'emplois », un objectif que s'est fixé le Medef d'ici cinq ans en échange d'un allègement massif du coût du travail. " Non seulement je n'y ai pas renoncé mais c'est mon obsession. Il peut y avoir 700.000 embauches de plus si on lève des verrous. Par exemple, l'ouverture des commerces le dimanche et au delà de 21 heures en semaine, sur la base du volontariat, permettrait de recruter entre 30.000 et 40.000 personne ", avance-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2014 à 20:57 :
soit on maintien le smic qui est une bonne protection pour ceux qui ont du travail, mais qui de ce fait sont de moins en moins nombreux, donc plus de chômage, soit on accepte des ajustements pour avoir plus d'emplois et donc moins de chômeurs, moins de charges d'indemnisation, donc plus de trésorerie pour aider les pme....pour ensuite revenir à des salaires plus élevés...car ceux qui fustigent les entreprises se trompent de cible, l'emploi c'est le million de pme qui sont au bord du gouffre et dont les patrons gagnent peu et taillent dans leur paye pour maintenir l'emploi et l'entreprise ...c'est au choix..et que chacun assume ses choix et non sur le dos de la société !!
Réponse de le 12/05/2014 à 21:01 :
c'est trés clair, on nous a menti en laissant croire qu'on pouvait ouvrir les frontières sans que ça ait de conséquences, il fallait dire on ne peut pas rester isolé sinon c'est la cata à terme, mais les salaires vont baisser de 20% si vous voulez maintenir l'emploi et ensuite on fera mieux avec le développement des autres et leurs augmentations de salaires....cependant le personnage Gattaz et ses augmentations persos n'aident pas à l'adhésion de principes de bon sens...
a écrit le 12/05/2014 à 18:16 :
La famille Gattaz souhaite des travailleurs payés comme des chinois. Comme cela ils seront plus riches et les contribuables (ceux qui payent des impôts en France) ne sont la que pour leur offrir richesse, prospérité, et longue vie avec une bonne retraite qu'il n'auront pas à cotiser.
a écrit le 12/05/2014 à 14:28 :
tout à fait à l'image de tous ces despotes-héritiers qui tiennent le monde de l'entreprise et 90 % de la richesse mondiale entre leurs mains par le partage de cette richesse entre les actionnaires. Jusque quand ?
a écrit le 12/05/2014 à 9:23 :
Entre son intervention stupide, incohérente et digne d'un amateur aux USA ; entre sa vision du smig ; entre sa vision de l'augmentation et/ou de l'évolution des salaires et de l'entreprise, etc ... il est évident que Gattaz n'est pas l'homme de la situation. Il n'est ni audible, ni pertinent, ni cohérent. Et finalement, il ternit l'image du Medef et des "patrons" (plus groupes/firmes que réels entrepreneurs). Il renvoie une image désuète des patrons. Bref, il est déconnecté des réalités actuelles. De plus, il ne montre pas l'image d'un gars dynamique, pertinent et constructif. Bref, il n'est vraiment pas le bon représentant du Médef. A quand, l'arrivée d'une nouvelle génération au Medef ? Il serait vivement temps !
a écrit le 12/05/2014 à 8:37 :
Que ce monsieur s'applique à lui même cette modération! Il s'est octroyé 30% d'augmentation et après il vient nous demander de nous serrer la ceinture. Faites ce que je dit, pas ce que je fait!
Réponse de le 12/05/2014 à 13:46 :
il va vous expliquez ça avec ses explications bidons. MDR
a écrit le 11/05/2014 à 23:50 :
Les patrons et capitalistes en demanderont encore et toujours plus. Ça fait au moins trente ans que l’on baisse les impôts et les cotisations sociales. Pour quels résultats ? Combien d’emplois créés ?

La vérité, c’est que le capital se gave de plus en plus, et que son seul objectif est de continuer de décaler le curseur de partage de la valeur ajouté entre salaires et capital toujours plus en sa faveur. Il a déjà gagné plus de 10 points ces trente dernières années. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La situation lui est favorable et l’idéologie actuelle prône encore la soumission totale à Saint Capital et à ses apôtres que l’on pourrait nommer « Compétitivité », « Libéralisme », « Concurrence », bref tout ce qui fait injonction aux hommes de se soumettre au dieu Argent tout puissant.
Réponse de le 12/05/2014 à 7:19 :
Arrêtez svp avec "les patrons" : moi même patron d'une PME, je suis comme la majorité de mes confrère pour une hausse des salaires par une baisse des charges...
Les "patrons", comme vous dites, c'est une minorité d'apparatchiks qui se gave sur notre dos et laissent les employés et vrais patrons sur le carreau, à leur seul profit !
Ce Monsieur ne représente que lui et une dizaine d'amis...
Réponse de le 12/05/2014 à 8:43 :
@Réaliste . Belle réflexion d un petit patron qui ne voit pas plus loin que sa lutte des classes . Peut il évoquer le syndicat qui le représente et leur positionnement sur l euro , le taux de change , et accessoirement la gouvernance européenne .
Réponse de le 12/05/2014 à 10:08 :
Je suis tout à fait d'accord avec Réaliste. Gattaz et son "clan" ne représentent qu'une minorité des "entreprises" françaises ou plutôt ne représentent que les firmes/groupes.
D'ailleurs, ce ne sont pas des entrepreneurs mais des PDG/gestionnaires. Cela explique un certain décalage.
Il faudrait vraiment que la CGPME s'impose plus parce que ces patrons- entrepreneurs ont une démarche plus humaine, plus réaliste et sont plus actifs, réactifs et constructifs. Reste que la différence entre PDG et patrons-entrepreneurs est réelle.
Réponse de le 12/05/2014 à 11:44 :
Et certainement plus patriotiques , mais leurs voix est inaudibles dommages car ils pourraient montrer une image plus consensuelle de l entreprise. Et ne plus se régaler de dire si vous n êtes pas content il y en a10 à la porte qui attendent.
Réponse de le 12/05/2014 à 21:07 :
totalement d'accord, la CAC 40 ce n'est ni l'emploi ni les entreprises. ls entreprise et l'emploi en france c'est un million de pme et des patraons qui gagnent guére plus de 2 smic, dont la fierté est la survie de l'entreprise et l'emploi, et ils travaillent dur pour continuer dans ce pays des derniers kmhers rouges qui fustigent les entreprises, qui n'ont toujours pas compris que l'argent du public ne provient que de la création de richesse du privé, et quil n'y a pas de cadeaux aux entreprise, mais uniquement une restitution que d'une partie de ce qui leur a été pris, les reste servant à ces fonctionnaires et politiciens pour se gaver à rien faire
a écrit le 11/05/2014 à 22:43 :
- deremboursement de tous vos médicaments
- augmentation de 500% le forfait hospitalier
- suppression de la prise en charge par la sécu des soins dentaire, optique, auditive....
- augmentation des cotisations salariés en parallèle de la suppression des cotisations patronales
- ....
Réponse de le 12/05/2014 à 12:20 :
Assurance maladie en concurrence plutôt et là on verra ce que cela coûte vraiment.
a écrit le 11/05/2014 à 21:47 :
Bonjour,
Pourquoi des jeunes ayant fait des études aet ayant 5 ans d'expérience devrait faire preuve de modération salariale ?
Tout travail mérite salaire dit-on, non ?
Les salaires sont fixés par le marché qui est à présent globalisé. Le risque c'est qu'à force de favoriser le patronnat et l'actionnariat, le salariat va en partie partir à l'étranger et pour l'autre partie faire grève du coup les grands perdants seront le patronat et l'actionnariat.
Très honnêtement il faut arrêter avec ces discours lénifiants. La valeur ajoutée et les bénéfices devraient être redistribués autant à la masse salariale qu'a l'actionnariat qui lui d'ailleurs devrait se modérer pour assurer la recherche et l'innovation mais également pour former le personnel et lui permettre d'évoluer dans son niveau de vie et dans ses compétences. Un employé heureux est employé productif. Google, Microsoft et bien d 'autres l'ont compris ... .
a écrit le 11/05/2014 à 20:11 :
Gattaz devrait faire bénévole au resto du cœur avant de nous donner des leçons.
a écrit le 11/05/2014 à 20:09 :
les PDG du CAC 40 sont les premiers qui devraient donner l'exemple en diminuant leurs salaires.
a écrit le 11/05/2014 à 19:55 :
AVant de créer un million d'emplois, Gattaz ferait mieux de créer ne serait-ce qu'une entreprise.
a écrit le 11/05/2014 à 19:12 :
Henry Ford disait "je paie mes salariés pour qu'ils achètent mes voitures..." Loin d'être une référence (car raciste) il avait néanmoins compris que ce n'était pas en appauvrissant les individus que la machine économique pouvait fonctionner ! Et vous Pierre Gattaz , c'est quoi votre métier ... afin que je vous paie au lance pierres ?
a écrit le 11/05/2014 à 19:07 :
Bon, alors, faisons simple:
-on limite les augmentations des patrons à 1%
-on oblige les groupes internationaux comme Amazon à payer leurs impots en France..
-on récupère les 80 milliards d'évasion fiscale annuelle qui ne sont pas du fait des petits salariés
-on arrête de distribuer des milliards de subventions aux entreprises qui ensuite les redonnent aux actionnaires
... et peut-être alors qu'on pourra discuter avec ce Monsieur qui vient de s'augmenter lui, de 30%... ce qui n'est jamais arrivé à un travailleur de ce pays...
Réponse de le 11/05/2014 à 20:14 :
Ils ne veulent pas toucher à l'optimisation fiscale ou évasion fiscale. Ils préfèrent appauvrir les français.
a écrit le 11/05/2014 à 18:59 :
à s'appliquer à soi même M; GATTAZ.
a écrit le 11/05/2014 à 18:53 :
il doit donner l'exemple et baisser son salaire au niveau du smic pour les années qui viennent. Il doit aussi être exemplaire vis à vis des gens qui souffrent et donner une partie de son patrimoine à des associations carricatives.(au moins la moitié)
a écrit le 11/05/2014 à 18:30 :
On dirait qu'il y a beaucoup d'aigris dans le coin. On se demande bien pourquoi?
Réponse de le 11/05/2014 à 18:57 :
Aigris? non... Juste réalistes. J'avoue qu'à force de se faire prendre pour ce qu'il n'est pas par des individus comme P. Gattaz qui croit en plus que sa justification pathétique est crédible, le pékin moyen commence à en avoir marre. De la richesse, j'en crée tous les jours dans ma boîte; des risques, j'en prend tous les jours pour essayer de survivre dans ce monde invivable avec une paie ridicule. En clair, je n'ai rien contre le patronat ou l'entreprise du moment qu'ils jouent le jeu. Quand un patron commence à s'appuyer sur des théories indéfendables, là, la moutarde me monte au nez. Comme disait un grand penseur, il faut gagner de l'argent pour vivre et non vivre pour gagner de l'argent.
Réponse de le 11/05/2014 à 20:16 :
c'est vrai des gens comme Pierrot se moquent du monde et le monde commence à en avoir marre.
Réponse de le 12/05/2014 à 18:08 :
Connaissez-vous le sens des mots: survivre, privation, dignité, exclusion ?
a écrit le 11/05/2014 à 17:51 :
Pour être crédible, il eut été de bon aloi que vous commencez par vous-même. Cogitez !
a écrit le 11/05/2014 à 17:35 :
Qu'il aille donné des leçons ailleurs et qu'ils ne nous prennent pas pour des imbéciles.
a écrit le 11/05/2014 à 17:25 :
Ce système ne durera pas! Le capitalisme français ne se renouvelle pas, et Gattaz en est un digne représentant; il n'a rien créé, et a hérité de son père.
a écrit le 11/05/2014 à 16:30 :
Il devrait exiger haut et fort la baisse de l euro il serait plus crédible .
a écrit le 11/05/2014 à 15:45 :
Quand on augmente tous les salariés d'une entreprise en pourcentage de leur salaire, ça avantage bien évidement les patrons... Quand on gagne 600 000 euros s'augmenter de 3% représente 18 000 euros en plus alors que lorsque l'on touche 1 500 euros c'est 45 euros... C'est beau a redistribution quand même. Quand le premier pourra s'offrir une voiture par mois avec son augmentation, le second cherchera toujours a savoir comment manger a la fin du mois. Mais non on augmente pas la différence entre les riches et les pauvres...
a écrit le 11/05/2014 à 15:45 :
encore un frappé par la maladie du grand capital. faire 1 million d'emplois pauvres coutera plus aux contribuables qu'aux entreprises. Il prend les autres pour des abrutis ?
a écrit le 11/05/2014 à 15:27 :
Ben voyons ! On va le plaindre.
a écrit le 11/05/2014 à 15:16 :
"sur la base du volontariat": toujours comique le Pierrot. Personnellement, je suis volontaire pour ne pas travailler le seul jour où je peux être avec mes proches mais gagner plus. Je suis aussi volontaire pour recevoir une partie du variable de mon patron, car l'année dernière mon travail a permis d'augmenter les bénéfices de mon entreprise. Bref, je suis quelqu'un de très très volontaire mais ma volonté ne rencontre malheureusement pas celle du MEDEF.
a écrit le 11/05/2014 à 15:11 :
C4est ce qui est fait depuis 20 ans (pas pou les patron donc la progression est d'environ 39 % par an). Mais ça ne coûte rien de faire de la démagogie. Mais bon, c'est la vie, les fils à papa qui se contente de reprendre des sociétés familiales ont toujours de grandes idées pour les autres.
a écrit le 11/05/2014 à 14:53 :
Qu'il est mignon lui qui ne compte pas, à partir du 15 du mois et ne se pose pas la question de savoir si l'ouvrier lambda va lui pouvoir payer ses taxes et impôts ou bien faire manger ses gosses.
Réponse de le 11/05/2014 à 15:54 :
Connait-il le sens des mots: survivre, privation, dignité, exclusion ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :