Gattaz défend une "modération salariale" de "deux ou trois ans"

 |   |  293  mots
Nous sommes au XXIe siècle, il faut faire preuve de pragmatisme économique, rétorque Pierre Gattaz, le patron du Medef, à ses détracteurs. (Photo Reuters)
"Nous sommes au XXIe siècle, il faut faire preuve de pragmatisme économique", rétorque Pierre Gattaz, le patron du Medef, à ses détracteurs. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
Le numéro un du Medef s'attaque à la hausse de salaires en général, après son offensive sur le "smic jeune". Il juge qu'une "modération" de deux à trois ans permettrait de retrouver de la compétitivité.

Le patron des patrons revient à la charge sur les salaires. Dans un entretien à l'Usine Nouvelle publiée en ligne ce mardi après-midi, Pierre Gattaz a argumenté en faveur d'une "modération salariale". Celle-ci serait complémentaire des baisses de cotisations que le gouvernement a promis d'accorder dans le cadre du pacte de responsabilité. Il invite entreprises, mais aussi Etat et syndicats à participer à ce mouvement pendant une période de "deux ou trois ans". 

Un avantage compétitif 'mangé' 

Pour justifier cette position, le numéro Un du Medef affirme que " les salaires en France ont augmenté plus vite que l'inflation et que la productivité", ces dernières années. En conséquence, "nous avons 'mangé' notre avantage compétitif", juge-t-il. "Nous avons l'un des coûts horaires les plus élevés d'Europe", argue-t-il encore.

"Il faut être pragmatique"

Le patron du Medef n'en démord pas: il faudrait mettre en place un salaire transitoire inférieur au smic. Reprochant ce qu'il qualifie d'exagérations à ses contradicteurs, dont Laurence Parisot, sa prédécesseure et Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO, Pierre Gattaz a rétorqué que "toutes les idées devaient être mises sur la tables, même les plus folles, et après on trie".

>> "Esclavagiste", "indécent"... le "smic jeune" suggéré par Gattaz déchaîne les passions

Et d'ajouter: "nous sommes au XXIe siècle, il faut faire preuve de pragmatisme économique" pour moquer les commentaires évoquant d'anciens débats sur la création d'un "smic jeune". 

- - -

A lire aussi

>> Le Smic en France pèse-t-il sur l'emploi des moins qualifiés?
>> Le retour de la "désinflation compétitive", l'inflation en moins

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/05/2014 à 18:38 :
Si on le prenait au mot, ok pour un salaire transitoire inférieur au smic et en contrepartie, tout salaire supérieur à 10 fois ce salaire ne serait pas déductible fiscalement pour les entreprises (en ce inclus les parts variables, les retraites chapeau, les stocks options).
Peut être que finalement avec cette règle mr Gattaz demanderait une augmentation du smic afin de protéger sa propre rémunération !
a écrit le 01/05/2014 à 18:35 :
monsieur Gattaz devrait conseiller à Monsieur Hollande d'appliquer son "moi président" je supprimerais les niches fiscales... Avec ça on pourrait baisser les charges patronales et salariales de moitié et rendre nos entreprises compétitives, Au lieu de subventionner les déjà riches.
a écrit le 01/05/2014 à 18:30 :
que les patrons commencent par s'appliquer la modération salariale qu'ils prônent pour les autres, par exemple en plafonnant à 15 fois le salaire maximum par rapport au salaire moyen !
a écrit le 30/04/2014 à 17:00 :
Et pour aider notre pays quand baissez vous VOTRE salaire de 50% ? Il restera TOUOURS supérieur au salaire moyen que les travailleur n'arrivent pas a atteindre !
a écrit le 30/04/2014 à 15:25 :
C'est facile vos propositions vous etes le complice de manolo et fraise des bois. C'est pourquoi j'évite d'acheter francais.
a écrit le 30/04/2014 à 13:50 :
Bien entendu, cette modération ne concerne pas les dirigeants du CAC40 !!!
a écrit le 30/04/2014 à 9:13 :
Bonjour,
La modération salariale dure depuis 7-8 ans déjà. La compétitivité passe aussi par l’intéressement des salariés, par une politique salariale propre à attirer les meilleurs profils, par l'investissement dans la recherche et l'innovation et par la modération de la rémunération de l'actionnariat. Pour gagner de l'argent il faut tout d'abord en dépenser.
La modération des rémunération doit se faire à tous les niveaux et doit se faire tout d'abord au niveau de l'actionnariat et du management pour que cela soit correctement considéré par le salariat. A bon entendeur.
a écrit le 30/04/2014 à 6:06 :
il faut aligner les salaires et le code du travail sur ceux du Bangladesh. On va reprendre des parts de marchés. En voilà une idée qu'elle est bonne.
Ensuite
mettre à la tête des entreprises des dirigeants indiens qui sont meilleurs que ceux en place.
La solution pour la fin des problèmes du pays est toute trouvée.
Réponse de le 01/05/2014 à 9:00 :
surtout que mr gattaz s'y connait en succès , sa societée fait très fort elle marche très bien , au mexique elle a crée des emplois .. non durables , intérimaires mais c'est de l'emploi pour les mexicains .. alors en france le temps que l'effet bascule vienne chez nous , on sera sur la lune avant .. sans rire il faudrait surtout des PDG a des entreprises stratégiques qui en soient déjà des salariés et qui y travaillent depuis très longtemps et non pas des hauts fonctionnaires de l'ENA qui sont des klennex qui se servent grassement depuis des lustres .. tu veux un jeton dans telle boite ? , facile présente toi au ministre et tu sera assuré d'avoir un bon revenu , mais si tu coule la boite c'est pas grave .. en gros c'est cela .. pathétique et lamentable
a écrit le 29/04/2014 à 21:31 :
il faut aligner les salaires et le code du travail sur ceux du Bangladesh. On va reprendre des parts de marchés. c'est ça faire des réformes structurelles comme on dit.
Réponse de le 29/04/2014 à 21:42 :
@Pascal: oué, et on résoudra en même temps le problème du logement, car je crois qu'au Bengladesh l'employeur fournit un logement de 2 m2 carrés moyennant 20 dollars prélevés sur le salaire mensuel de 40 dollars du salarié :-)
a écrit le 29/04/2014 à 21:18 :
des potences ,et vite!!
a écrit le 29/04/2014 à 21:14 :
Gattaz devrait diviser par deux son salaire.
Réponse de le 30/04/2014 à 1:26 :
Ce ne serait pas suffisant pour redresser la France. Qu'il commence avec un "SMIC vieux" avant d'espérer une promotion chez Saint Pierre!
a écrit le 29/04/2014 à 20:54 :
Qu'il commence par les leur de salaire tous ces grands patrons avec leurs parachutes dorés quelque soit le résultat de leur gouvernance.

Comme tous ces politicards qui se sucent jusqu’à la moelle notre pays pour des question d’électorat depuis 40 ans.

Et de tous ces échelons intermédiaires des cadres, cadres A et hauts fonctionnaires qui bouffent a tous les râteliers en appliquant un management suicidaire a ceux qui font tourner réellement les entreprises et la fonction public c'est a dire : les ouvriers, artisans, catégorie B et C.
Il faudrait que les journalistes se penchent un peu plus sur le taux d'encadrement.
Nous découvrions plus de donneur d'ordre que de personnes qui rament.
50 milliards de cadeau et maintenant réduction de salaire et gel......Ils veulent quoi nos maisons, nos filles.... Viendra un jour ou il faudra ressortir la guillotine
a écrit le 29/04/2014 à 18:38 :
moins de salaire c'est moins de consommation , un certain Mr Ford il y a un siècle disait : il faut que je paye bien mes ouvriers si je veux leur vendre mes voitures...méditez Monsieur , méditez! c'est une idée stupide surtout quand les salariés voient les salaires de certains politiques et de certains gros patron!
Réponse de le 01/05/2014 à 9:04 :
je suis d'accord avec le fordisme mais actuellement une hausse des revenus fait le jeu du moins cher que moins cher et donc de l'usine chine .. donc cela ne marche pas en réalité avec une europe avec une concurrence non faussée ( tu parles ) et qui fait le lit de salaires faibles et d'une masse d'individus corvéables a l'autre bout de la planète ou il ne manque que le fouet aussi ? , pendant ce temps là , certains se font des bonus considérables au détriment de leurs salariés , les memes qui sont contre les impôts et la fameuse taxe de 75% .. alors que dans les années 60/70 les taxes et impôts étaient bien supérieurs dans le monde entier .. cela les empêchaient pas de vivre .. mais un salarié ils savent plus ce qu'est de vivre avec 1000 euro par mois depuis longtemps ..
a écrit le 29/04/2014 à 18:31 :
Il parle de qui là Gattaz ? de la modération des salaires des cadres supérieurs et dirigeants ?
Parce qu'en bas il faut peut-être l'informer que la modération est déjà faite depuis longtemps !
a écrit le 29/04/2014 à 18:16 :
Bien vu , on demande quelque chose d'inadmissible (gel des salaires) pour ne pas endosser la responsabilité de l'échec du pacte de compétitivité (comment embaucher dans un pays ou les entreprises débauchent a tour de bras ??).
Et le pire , c'est que le gouvernement n'y a vu que du feu!!
a écrit le 29/04/2014 à 17:50 :
Ben non, la moderation salariale c'est pour les salariés.
Pour le PDG et les rentiers c'est goinfrage maximum.
Combien l'augmentation moyenne chez les banquiers cette année ?? (pas les guichetiers, hein)
a écrit le 29/04/2014 à 17:48 :
les ouvriers pourrait aussi bosser gratos,vous cirer les pompes,ou tout simplement un jour ou l autre vous rentrer dans le lard.ce qui va bientôt venir.
a écrit le 29/04/2014 à 17:37 :
et on parle d'une modération des dividendes, une modération des salaires des élites... comme l'ont fait les entreprises allemandes, le Modèle ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :