Pierre Gattaz et le Medef presque aussi impopulaires que François Hollande

 |   |  506  mots
(Crédits : Reuters)
Près de six Français sur dix (57%) ont une mauvaise opinion du Medef, une impopularité qui frappe aussi le président de l'organisation patronale Pierre Gattaz, selon un sondage BVA paru dimanche dans le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui.

L'opération "Smic jeune" ne va pas arranger les choses. Le Medef est très impopulaire dans l'opinion, surtout à gauche et la déclaration de Pierre Gattaz sur un salaire minimum transitoirement moins élevé pour les jeunes les plus éloignés de l'emploi risque de renforcer ce sentiment.

Près de six Français sur dix (57%) ont une mauvaise opinion du Medef, une impopularité qui frappe aussi le président de l'organisation patronale Pierre Gattaz, selon un sondage BVA paru ce dimanche dans le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui. Et seulement 37% des Français reconnaissent avoir une bonne opinion du Medef, première organisation patronale du pays, selon ce sondage réalisé auprès d'un peu moins de 1.000 personnes.

Parmi les sympathisants de gauche, ils sont 84% à affirmer avoir une mauvaise opinion tandis que les sympathisants de droite sont 61% à déclarer une bonne opinion. Cependant, si les trois-quarts des sympathisants UMP ont une bonne opinion du Medef (74%), les sympathisants du Front national, à l'inverse, sont 61% à en avoir une mauvaise.

Le Medef est perçu par 61% des Français comme un bon représentant des chefs d'entreprises mais une écrasante majorité considère que l'organisation patronale "défend davantage les grandes que les petites entreprises" (77%) et qu'il "défend surtout les intérêts des plus riches" (69%). Plus de 60% estiment aussi qu'il "ne comprend pas les problèmes des salariés" (62%) et qu'il est "politiquement trop libéral" (61%).

L'impopularité du Medef touche encore davantage son président Pierre Gattaz : seulement 17% des Français disent l'apprécier contre 49% en ayant une mauvaise opinion et 34% affirmant ne pas le connaître suffisamment pour se forger un avis.

Parmi ceux qui estiment le connaître, Pierre Gattaz ne bénéficie que de 25% de bonnes opinions contre 75% de mauvaises. Pas loin de François Hollande qui ne bénéficie que de 18% d'opinions favorables dans les dernières enquêtes.

Les 66% des Français qui disent le connaître considèrent aussi que Pierre Gattaz est un mauvais président du Medef (59%) et c'est l'avis non seulement de 75% des sympathisants de gauche, mais aussi de 45% des sympathisants de droite et même de 29% de ceux ayant pourtant une bonne image du Medef.

La mauvaise image de l'organisation patronale et de celle du patron des patrons français "a encore été dégradée par les récentes critiques de Laurence Parisot et par la proposition très impopulaire de Pierre Gattaz d'instaurer un salaire minimum inférieur au smic pour encourager l'embauche des jeunes", commente Eric Bonnet, directeur des études politiques de BVA.

Ces récents propos de Pierre Gattaz ont provoqué un rejet du gouvernement qui a écarté cette hypothèse et une réaction indignée des syndicats.

Laurence Parisot, qui l'a précédé à la tête du Medef, a également estimé que proposer un salaire en-dessous du Smic s'apparentait à "une logique esclavagiste". Suscitant d'ailleurs l'étonnement des milieux patronaux qui y voient une volonté de réglement de comptes après l'échec de sa candidature à un nouveau mandat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2014 à 15:38 :
il faut arrêter ces propos encore entendu au 13h de radio PS (france inter) de cadeaux aux entreprises. D'une part il ne s'agit que de redonner une partie de ce qui est pris au monde du travail privé, car tout l'argent public ne provient que de l'argent du privé, d'autre part il s'agit de baisser les charges pour améliorer la compétitivité et donc produire moins cher pour mieux exporter et augmenter le pouvoir d'achat, donc développer l'emploi. Marre de ces propos sectaires et ridicules à l'échelle de la planète de ces gauchos au chaud avec notre argent. Cra l'entreprise, c'est comme un sportif, c'est pas en lui mettant un sac de 15 kilos sur e dos qu'il va gagner contre les athlétes étrangers, pas plus que c'est en lui enlevant un kilo qu'il va pouvoir ramener de suite la médaille. car il n'y aura aucune reprise tant qu'on sera à ce niveau record d'impôts et taxes, on peut faire bruler des cierges !!! donc valls et gattaz ont raison, il faut baisser les dépenses pour baisser les impôts et charges et ça repart !!
a écrit le 23/04/2014 à 15:12 :
désolé ppour toutes ces belles théories devant la télé et une mousse, mais la réalité opérationnelle, c'est que c'est le client qui choisit ce que sera obligé de faire l'entreprise !!!! s'il boycotte coca, il n'y en aura plus dans les r ayons en moins de 2 semaines, s'il achetè français, il n'y aura plus beaucoup de chômage, s'il achéte low cost, les entreprises sont obligées de produire pas cher (comment ?) ou crévent. Donc c'est le citoyen qui vote pour le mode de fonctionnement des entreprises qui n'ont pas le choix, le consommateur très idéologique et moralisateur mais qui achéte chinois, fait travailler au black, triche la sécu ... serait il complétement fourbe et schizo ?????
Réponse de le 23/04/2014 à 15:16 :
tout à fait d'accord, on est la risée du monde à faire de beaux discours et complétement le contraire au quotidien. Les entreprises ne font que s'adapter au marché, donc à ce que choisit le client. Totalement d'accord, le consommateur vote pour les délocalisations et après vient pleurnicher pour la sécu, la retraite...on n'a que ce qu'on mérite, il faut regarder la réalité en face et agir, s'attaquer à ce monstre public pour baisser nos impôts et charges et tout ira mieux, les entreprise embaucheront, les retraites pourront être payées...
a écrit le 22/04/2014 à 23:55 :
Des idées simples, faciles à appliquer et efficaces.
Avec lui, les salariés sont jovials toute la journée.
C'est plus qu'un travail, c'est une collaboration. Même plus que cela, c'est la collaboration.
C'est le STO avec des guirlandes et la machine à café en plus.
Et soyez heureux qu'il propose encore de rémunérer les salaries, surtout les jeunes.
En 1943, le travail en Allemagne n'était pas rémunéré par exemple.
Et il y a encore beaucoup d'exemples aujourd'hui où les salaries esclaves sont payés en bols de riz, en peaux de bêtes,...
Alors souriez, la vie est belle comme disait Guido.
Réponse de le 23/04/2014 à 15:07 :
les gauchos idéologiques et sectaires sont friands de caricatures, normal ils sont au chaud et ne savent pas de quoi ils parlent, ils n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise. que la garantie de l'emploi ete le salaire qui tome à rien faire !! mais il vient d'où l'argent ? du privé !!! et que ces chers critiques avec leurs fréres syndicalistes créent leur propre entreprise et nous montrent comment marche leur fameux modèle !!! pas un seul pour relever le défi ! et pour cause !!! uniquement la corée du nord comme modèle théorique, non merci mélanchon qui préfère être payé 20 smic pour faire du marketing électoraliste !!!
Réponse de le 23/04/2014 à 15:20 :
faudrait resituer les enjeux : qui produit la richesse que dépense le mammouth privé et transformant toute cette richesse en dépense publique, et en dette parce qu'il est insatiable ? il est vrai que sin on prend le modèle fonctionnaire, 35h max, voire 32 dans les collectivités, aucun objectif, aucun management, aucun pilotage par les résultats, la paye pour être présent et ensuite tout se discute, je suis totalement d'accord que l'entreprise est un enfer qu'il faut même supprimer. Tu connais la fable de la poule aux oeufs d'or ?
Réponse de le 23/04/2014 à 15:31 :
il faut lier : "que dépense le mammouth public" (bien sûr)
a écrit le 22/04/2014 à 20:06 :
En armant les chefs d'entreprise.
En cas d'échec ou de "caprice" du salarié, une balle dans la tête.
Ça évite d'engorger les tribunaux et ça dynamise le marche de l'emploi.
Réponse de le 30/04/2014 à 13:49 :
Mdrrr...
a écrit le 22/04/2014 à 16:28 :
On compte dans nos entreprise des dirigeants impopulaires, il existe aussi dans des entreprises publiques des suicides en série, il y aurait des assassins au lieu de travail? Il existe aussi des publications du type les fonctionnaires contre l'Etat. Alors on est dans l'Etat de non droit, d'urgence ou de crise? Pouvez-vous commenter?
a écrit le 22/04/2014 à 15:39 :
Suite - Sur le fond : Il est certain que dans un ensemble économique les prix s'alignent toujours pour l'essentiel sur la cohorte de salaires la plus basse et ce d'autant qu'elle progresse. Les smicards seront donc toujours des pauvres quelque soit le montant du smic.
la gauche utilise ici un argument populiste qui laisserait croire que les salaires augmenteraient sans que les prix le fassent. Cependant il faut noter un point fort : le smic est déqualifiant. En ce sens qu'il agrège des gens qualifiés avec d'autres en cours de qualification. Il ne concerne plus les gens "non-qualifiés" comme le dit la presse à tort. C'est ce qui pose problème. les populations qui le peuvent tentent de se surqualifier pour échapper au smic. Mais le smic les rattrape en augmentant à nouveau la moyenne qualitative. Comme dans la chanson le soleil a rendez-vous avec la lune : mais ce n'est pas possible. Il convient alors de requalifier parmi les smicards qui ont été déqualifier par la limitation des très hauts salaires et par la réduction des échelles. Toutefois on ne pourra faire ce travail qu'en octroyant une part de crédit (qui est à mieux définir) à la plus large masse des entreprises. Si ce processus n'était pas possible ce qui est certainement le cas si l'on suit les stratégies gouvernementales mises en place en France, il convient alors de garantir aux entreprises une certaine garantie capitalistique des actifs donc de réformer plus amplement les faillites. S'agissant des personnels, il convient de mettre en place le processus de "La fin du chômage" afin d'en redistribuer une partie des budgets d'aide à une production active. Un travail dynamique avec les assurances, les garanties et l'épargne (ce qui est souvent la même chose) pour une meilleure redistribution évitera les mesures défensives coûteuse et sans avenir. Une bonne dose de stratégie bien pensée.
a écrit le 22/04/2014 à 15:37 :
On fait dans l'industrie à pédales sans robots, les patrons impopulaires, les gouvernements qui sautent aux municipales, on a une guerre de retard dans le siècle? Le jeune précaire est un esclave du gras bureaucrate à la sécurité d'emploi! Vive les impôts et le chômage! Vive la croissance des cartons! vive l'austérité et le gel! vive le genre est la pédérastie à l'école, voila l'humanisme de grosse commission! Et nos diplômés sont des Mandélas en exclusion! On vend la France à la finance et les banques jouent à la roulettes russe et aux factures? Le Marquis de la Pédalière, Comte de la Cigalière s'engraisse sur le dos du peuple, à la française! Vive les bulles et les médicaments déremboursés! Demain pire qu'aujourd'hui! On parle d'un virage, on fait marche arrière en pédalant ou bien demi tour droite et en avant marche... un deux un deux marche! On note les menaces de mort et tortures contre ceux qu'on appelle des tanguys, les condamnés de la RF comme des mandélez...
a écrit le 22/04/2014 à 15:20 :
Tenir des discours anti-français délirants sous motif de syndicalisme pour répondre à l'autre populisme des formations "ouvrières" (imposées) bidons et non "dégauchisées" qui font semblant de défendre la population est d'une puanteur certaine. On se demande ce que pensent les grands chefs d'entreprises qui figurent sur la liste de cette organisation syndicale des positions honteuses et des propos "border line" [employons ce mot pour ne pas être censuré] tenus par le Medef. Aucun journaliste ne pose la question. L'étique est dans sa boîte bien fermée. Il serait temps que l'on prenne conscience de ces dérives fortes pour qu'elles ne transfèrent pas leurs effets négatifs à la population (c'est déjà transmis dans certaines régions en partie). Comme l'on dit c'est par la te que le poisson comment à pourrir.
a écrit le 22/04/2014 à 15:19 :
On fait dans l'industrie à pédales sans robots, les patrons impopulaires, les gouvernements qui sautent aux municipales, on a une guerre de retard dans le siècle? Le jeune précaire est un esclave du gras bureaucrate à la sécurité d'emploi! Vive les impôts et le chômage! Vive la croissance des cartons! vive l'austérité et le gel! vive le genre est la pédérastie à l'école, voila l'humanisme de grosse commission! Et nos diplômés sont des Mandélas en exclusion! On vend la France à la finance et les banques jouent à la roulettes russe et aux factures? Le Marquis de la Pédalière, Comte de la Cigalière s'engraisse sur le dos du peuple, à la française! Vive les bulles et les médicaments déremboursés! Demain pire qu'aujourd'hui! On parle d'un virage, on fait marche arrière en pédalant ou bien demi tour droite et en avant marche... un deux un deux marche!
Réponse de le 22/04/2014 à 15:46 :
En CDD de 3 mois, on gère du berceau à la tombe... c'est un peu court! l'égoïsme du boomer dans toute sa splendeur! Et tous à poil dans la rue, qui a dit ça?
a écrit le 22/04/2014 à 14:57 :
soit on garde le smic et on paye encore plus d'impôts pour indemniser encore plus de chomeurs (car les pme n'ontplus de marges et sont fortement concurrencées), soit on baisse le smic et on paye moins d'impôts parce que moins de chomeurs...c'est ça qu'il faut expliquer aux citoeyens plutôt que faire croire que l'argent tombe du ciel, sutout avec 2000 milliards de dette, la plus forte dépense publique d'europe (asphixie des entreprises via les charges), 85 milliards d'intérêts de la dette, déficit du commerce.....l'état providence c'est fini, le modèle social français n'existe pas, il est financé par la dette.....il faut commencer à gérer ou c'est la faillite
a écrit le 22/04/2014 à 14:16 :
ils ont raison ces idéologues, fonctionnaires de la politique et du monde administratif, il faut tuer les entreprises, ce monde étrange qu'ils haïssent et dédaignent, où ils n'ont jamais mis les pieds, et contre qui ils n'ont de cesse de propos racistes...tiens, mais il n'y aura plus "d'argent public", ni de salaires, ?? ha bon ? l'argent public ne tombe pas du ciel ?
Réponse de le 22/04/2014 à 19:24 :
c'est le monde l'entreprise qui veut tuer les fonctionnaires pas le contraire.
Réponse de le 23/04/2014 à 15:01 :
non, c'est le coût de la fonction publique qui tue les entreprises et l'emploi, qui ruine le pays. la mauvaise dépense publique est un crime contre la société. ET nos chers politiciens gauchisants ont un mépris pour les entreperises qui est infecte, ils n'ont toujours pas compris que c'est le privé qui les finance....
a écrit le 22/04/2014 à 14:16 :
ils ont raison ces idéologues, fonctionnaires de la politique et du monde administratif, il faut tuer les entreprises, ce monde étrange qu'ils haïssent et dédaignent, où ils n'ont jamais mis les pieds, et contre qui ils n'ont de cesse de propos racistes...tiens, mais il n'y aura plus "d'argent public", ni de salaires, ?? ha bon ? l'argent public ne tombe pas du ciel ?
a écrit le 22/04/2014 à 13:47 :
La même impopularité et les mêmes rapports incestueux
a écrit le 22/04/2014 à 13:14 :
c'est dommage car bon nombre de patrons ( PME, TPE) qui ne comptent pas leurs heures, qui apportent de l'activité ,contribuent à créer de la richesse et des emplois, qui ne vivent pas dans le luxe de ce monsieur, pâtissent de l'aura et des bourdes de ce cher monsieur GATTAZ. Aurait il les mêmes conseillers en com qu'à L'Elysée?
a écrit le 22/04/2014 à 9:39 :
ce sont les entreprises qui créent la richesse mais la france est le dernier pays à héberger autant de kmhers rouges qui veulent tuer les entreprises ; quand il n'y aura plus d'entreprises, les fonctionnaires de al politique et du monde administratif vivronr avec quoi vu qu'ils ne font que dépenser ce que leur donne le monde du travail privé ?
a écrit le 22/04/2014 à 9:32 :
il faut dire que les médias font tout pour saborder gattaz et les entreprises, en aidant avec les socialistes à présenter les entreprises comme l'ennemi du peuple. N'ont toujours pas compris que ce sont les entreprises et indépendants qui créent la richesse que dilapide le monde politique et administratif, le monde plitique et administratif n'est qu'une charge, et une charge colossale, record d'europe. Et 72% des journalistes ont voté hollande, normal ils sont subventionnés ( 4 milliards) et avec un régime d'impôts spécifique trés bénéfique.....démocratie ?
a écrit le 22/04/2014 à 8:47 :
Pierre Gattaz impopulaire auprès des français ? Mais ils s'en tapent les patrons, puisque Gattaz est populaire - car élu - auprès d'eux. Allez réveillez vous, les patrons sont en train de gagner la partie...
a écrit le 22/04/2014 à 8:44 :
drôle de sondage. et que donne la popularité de la CGT?
a écrit le 22/04/2014 à 8:32 :
Aucune importance, le Medef est un syndicat professionnel qui n'est responsable que devant ses adhérents, ce n'est pas un parti politique, il ne fait pas appel au vote des citoyens, et ne leur doit aucun compte. On sent la vengance médiatique de son ancien dirigeant derrière cette campagne , mais c'est en pure perte, et parfaitement déplacé.
Réponse de le 22/04/2014 à 9:23 :
Vous avez raison, mais alors son lobbying et surtout l'efficacité de son lobbying est insupportable : contrôle des medias, contrôle des politiques, contrôles de nombreux cerveaux conservateurs...
a écrit le 21/04/2014 à 21:53 :
s'amuse à tirer sur tout ce qui bouge puisque le gouvernement ne fait rien. Le MEDEF défend les entreprises car le jour ou le gouvernement les aura tuées il ne restera plus rien à commenter messieurs
Réponse de le 22/04/2014 à 2:25 :
"le gouvernement ne fait rien" : C'était quoi, faire? Pondre des niches fiscales profitant non pas aux entreprises mais à son coeur électoral (Scellier, salariés subventionnés à domicile, etc.)?
"Le MEDEF défend les entreprises car le jour ou le gouvernement les aura tuées il ne restera plus rien à commenter messieurs " : Si les entreprises font face à une concurrence à 400 euros par mois en France ou dans son voisinage proche ("conditionné en Allemagne"), elles ne feront pas long feu.
Vous croyez qu'une baisse des salaires des actifs est possibles sans une baisse des prix généralisées (déflation), sans une baisse des rentes mobilières (les APL seront là), sans une baisse des prix de l'immobilier (Scellier sera de retour) et sans une baisse des pensions de retraite (car ils voteront FN sinon!) : Vous rêvez debout! A moins d'être parmi les quelques profils exceptionnels qui augmenteront leurs salaires en baissant ceux des salariés en concurrence sur le marché du travail, vous suivrez le mouvement d'appauvrissement que vous appelez en pensant y échapper.
Réponse de le 22/04/2014 à 6:53 :
Primo le medef défend ...le medef, secundo il ne représente qu'une minorité des entreprises ( pas plus que la CGT représente les salariés)
Réponse de le 22/04/2014 à 9:11 :
C'est avec des gens comme vous que le MÉDEF les gros patrons coulent les petites entreprises et les ouvriers, c'est vous qui rêvez debout. Si vous étiez un gros patron ça se saurait,
a écrit le 21/04/2014 à 21:00 :
Changer le nom C.N.P.F en M.E.DE.F, a raté : il s'agissait d'améliorer l'image : le nouveau nom est aussi stymatisé et caricaturé que l'ancien. Qu'ils changent d'appellation pour l'appellation suivante : "Entreprendre en France", ce, avec quoi tout le monde est d'accord
a écrit le 21/04/2014 à 19:38 :
Pacte d'irresponsables!
Réponse de le 21/04/2014 à 20:43 :
C'est vrai que continuer avec un déficit de 70 ou 80 milliards d€ par an (1000€ par citoyen) est parfaitement responsable!!!
Réponse de le 22/04/2014 à 9:48 :
J'espère que vous avez fait un don à valls et que votre chèque est parti car vous vous êtes responsable. Les bons conseils pour les autres sauf que vous vous oubliez.
a écrit le 21/04/2014 à 16:53 :
cette personne ne vaut pas un commentaire l'expression de son visage en dit suffisamment assez!!!!!!!!heuresement son pere est né avant lui!!!!!
Réponse de le 21/04/2014 à 18:39 :
un cynisme flagrant...+ 1000
Réponse de le 21/04/2014 à 20:44 :
Et que voit Mme Irma dans le visage de hollande ???
a écrit le 21/04/2014 à 13:08 :
Que de fiel des immobilistes profiteurs... Y compris parisot qui a accompagné la destruction de l'industrie française tout au long de ses mandats... Gattaz n'a t il pas raison de faire de la provocation pour tenter de faire bouger les choses afin que la main d'œuvre redevienne compétitive? Il a lutté ferme pour la mise en place du pacte de responsabilité qui n'a toujours pas vu le jour et qui ne verra jamais le jour apparemment. L'autre solution est de baisser les salaires, et il est clair que cette annonce n'est que pure provocation. La France stagne alors que la croissance mondiale est à 5% depuis des années... Et vu le principe de précaution sur lequel tous les profiteurs partisans s'appuient pour tout interdire, tout réglementer, construire aux frais du peuple des choses qui ne servent a rien, partout, et à tout va, on n'a plus un rond quand on travaille... Je n'ai pas d'amitié particulière avec gattaz, mais c'est tout sauf un esclavagiste. Les esclavagistes sont ceux, extrêmement bien payés d'ailleurs, qui nous suppriment notre liberté, notion définie dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, dans l'intérêt de ceux qui n'ont jamais participé à la construction de notre société.
Réponse de le 21/04/2014 à 13:16 :
"Les esclavagistes sont ceux, extrêmement bien payés d'ailleurs, qui nous suppriment notre liberté, notion définie dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, dans l'intérêt de ceux qui n'ont jamais participé à la construction de notre société." = Gattaz
Réponse de le 21/04/2014 à 15:07 :
@ Walter : Non, je parlais de la caste politique évidemment. Gattaz n'a aucun pouvoir, sauf celui de brasser du vent, malheureusement.
Réponse de le 22/04/2014 à 9:36 :
@ citoyen : 100% d'accord, on est dans une dictature politico-administrative qui ne travaille que pour elle, se sert dans la caisse (23,4 millions de prime dans les ministère !pour augmentation du chômage, des impôts de la pauvreté ?) et se poque éperduement du peuple du privé qui travaille pour financer cette gabegie permanent qui ruine le pays
a écrit le 21/04/2014 à 11:09 :
ce sondage n'est pas étonnant en soi , les entreprises se sont goulument servies de l'état via toutes les aides sociales , fiscales , depuis 40 ans , certaines justifiées , d'autres non , plus le jeu des chaises musicales en emploi via les aides , l'effet klennex sur les exclus de l'emploi jeunes et moins jeunes , expérimentés ou pas , contribue a cette image déplorable , pourquoi s'investir dans une entreprise ou me jette au premier coup de vent ? , il est là le problème depuis des années , si on veut vraiment restaurer la confiance entre salariés et chômeurs , employeurs , il faut vraiment changer les variables d'ajustements , c'est pas impossible d'autres pays le font et certaines entreprises meme en france ( française ou pas) le font aussi , mais tant qu'on pleure tout son sou envers l'état .. cela risque helàs de ne pas changer
a écrit le 21/04/2014 à 11:03 :
Moi je remarque une grande démagogie dans les médiats , car Pierre Gattaz à plus de popularité que notre Président .
a écrit le 21/04/2014 à 11:01 :
Ce n'est qu'un clown de plus dans la caravane du medef (qui n'en a eu que trois).

Seillière a de gros ennuis avec le fisc et sa famille pour des acrobaties financières (la famille Wendel n'est plus qu'un pur investisseur depuis que l'état français les a sauvé de la ruine après guerre en nationalisant à propos la sidérurgie et les mines).

Parisot a été condamnée pour recours abusif aux CDD.

Quand à Gattaz, on le croirait échappé des guignols de l'info.
a écrit le 21/04/2014 à 10:30 :
Gattaz pour être exemplaire devrait baisser son salaire à la tête du medef au niveau du smic pour faire baisser son cout du travail et montrer l'exemple au peuple qu'il veut affamer; Il devrait aussi donner une partie de son patrimoine pour faire baisser la dette de la France
Réponse de le 21/04/2014 à 10:33 :
+ UN !
a écrit le 21/04/2014 à 8:39 :
ceci est un problème a la base: si les dirigeants ne donnent pas le bon example, ne sont pas des personnes de confiance, ne sont pas des modeles pour la societe, comment voulez.vous que les entreprises marchent? vou appreciez un prof qui est une cloche? vous montez sur un bateau avec un capitaine qui boit comme un trou? donc, tout commence par la confiance. dirigeants d entreprise, devenez des modeles! devenez le sergent que sa troupe veut suivre dans n importe quel combat!
Réponse de le 21/04/2014 à 8:51 :
ceci est bien beau, mais relève de l'utopie, hélas !
a écrit le 21/04/2014 à 8:30 :
un jeune devrait avoir la liberté de choisir de travailler officiellement au dessous du Smic ,si cela lui convient, au lieu de quémander des aides...glander à Pôle emploi ...ou travaillé au black au dessous du Smic aussi....!
Réponse de le 21/04/2014 à 8:36 :
Vous allez où avec votre commentaire, il choisit quoi!
Réponse de le 21/04/2014 à 8:54 :
il ne choisit rien du tout! ça lui est imposé! un jeune"devrait travailler au dessous du smig, ce serait une de ses libertés, sinon glander ou travailler au black "? Tu parles d"une LIBERTE! une HONTE! oui!
Réponse de le 21/04/2014 à 9:38 :
on ne quémande pas des aides, on reçoit une indemnisation car on a cotisé ! Le salarié n'est pas souvent en position de bien négocier son salaire, c'est le meilleur moyen de ne pas pouvoir vivre de son travail. La valeur travail c'est ne pas être pauvre en travaillant et vivre dignement de son labeur.
Réponse de le 21/04/2014 à 10:32 :
actuellement, c'est le contraire : travailleurs de plus en pluis pauvres ne pouvant vivre dignement, ne pouvant se lancer dans quoi que ce soit pour avancer dans la vie, et vivant soit "encore" chez ses parents s'il a du bol, soit les skatts ou la rue!
Réponse de le 21/04/2014 à 14:34 :
garder votre silence au lieu de balancer des conneries pareilles
Réponse de le 22/04/2014 à 9:14 :
Quel est votre statut pour imposer le silence à quelqu'un il y a une censure à laTribune, heureusement que l'on ne vous connaissait pas en 40
a écrit le 21/04/2014 à 8:06 :
Et Valls ? Pour ma part il me semble qu'il est tout aussi impopulaire puisqu'il applique la politique de Hollande.
Réponse de le 21/04/2014 à 8:56 :
ben, oui! où voit-on un 1er ministre qui ne fasse pas la politique de son supérieur, c'est à dire le président? ! bonnet blanc et blanc bonnet...
Réponse de le 21/04/2014 à 9:39 :
ben non, regardez les chiffres
Réponse de le 21/04/2014 à 10:36 :
de la poudre aux yeux ! c'est tout! quand Mr Valls en aura marre d'éructer (c'est ce qui fait croire, qu'il fait quelque chose ! ) vous verrez, de toute façon beaucoup de méfiance de la part des Français, aux chiffres, on leur fait dire de ce l'on veut..
a écrit le 21/04/2014 à 6:57 :
il serait interessant de faire le meme sondage avec la CGT/FO/CFDT
Réponse de le 21/04/2014 à 9:40 :
ben c'est déjà fait, c'est pas glorieux mais pas a ces niveaux
a écrit le 20/04/2014 à 22:17 :
Le Medef et son président veulent créer une forme moderne du salarié-esclave.
Ils veulent tout bouffer ( baisses de charges, payer les gens au lance pierres,...etc) De vrais pleureuses!
Réponse de le 21/04/2014 à 8:57 :
des serfs, en quelque sorte...on revient au moyen âge, ça va nous faire voir du pays...
Réponse de le 22/04/2014 à 13:52 :
Plutôt les camps de concentration qu'annonçaient Jacques Lacan en 1963 .
"Votre ration : 6 semaines de survie , si vous survivez ; c'est que vous avez volé .." voilà ce qui se passe dans les têtes de ces gens -là ...
a écrit le 20/04/2014 à 21:31 :
Gattaz l'humaniste veut nous précariser davantage avec son smic esclavagiste.
a écrit le 20/04/2014 à 21:26 :
Le gaz de schiste servirait également à gazer ceux qui refusent que leur vie tourne autour de la rentabilité et de la compétitivité.
a écrit le 20/04/2014 à 21:24 :
-Empêcher par des forces de maintien de l'ordre l'entrée dans les hôpitaux car les malades sont potentiellement non rentables au travail et vont diminuer également la rentabilité des hôpitaux.
- Derembourser les soins en faveur des handicapés qui contribuent négativement à hauteur de 3 points de PIB.
- Supprimer les selfs dans les grosses entreprises car les salaries y passent trop de temps et cela diminue le ratio bénéfice par action
- mettre en place un substitut au SMIC, le Salarie Minimum d'Interet de Pierre, le SMIP, représentant 40% du SMIC. A charge pour les salaries de faire des TIG et des heures supplémentaires pour combler le différentiel.
- supprimer les 35h et passer aux 139h payé 25h et imposés 39h.
- supprimer les cotisations vieillesse car les vieux sont souvent malades et ils râlent tout le temps,
....
Réponse de le 21/04/2014 à 9:00 :
Charmant nous progressons" ! merci à vous pour ces fumantes propositions..
Réponse de le 21/04/2014 à 11:12 :
quel catalogue digne de la chine maoiste ou d'un régime qu'on a connu en europe qui proposait meme l'horreur comme solution , je pense que c'est juste de la provocation et on pourrait aller encore plus loin , mais attention avec de telles choses , l'extreme gauche pourrait avoir son grand soir et pas que dans un pays ..
a écrit le 20/04/2014 à 21:16 :
le medef ,plus une certaine presse qui n'est pas dans le débat d'idées ,je redoute que cela que cela ne pète .
a écrit le 20/04/2014 à 20:42 :
Pierre Gattaz pensent aux ouvriers , pas à vous !
Réponse de le 29/04/2014 à 18:05 :
Pierre Gattaz pense aux actionnaires plutôt.
a écrit le 20/04/2014 à 20:37 :
Le Medef est un parti politique de pleurnichard, il n'y a qu'à lui envoyer des paquets de klinex ... après usage bien entendu, car neuf il serait capable de solliciter des aides de l'Etat pour organiser leur revente.
a écrit le 20/04/2014 à 20:03 :
Je propose au MEDEF de payer mensuellement Pierre GATTAZ avec des oeufs de pâques, pour l'équivalent d'une moitié de SMIC. On verra s'il pavoisera toujours autant.
a écrit le 20/04/2014 à 19:44 :
Gattaz pourrait être remplacé par un travailleur détaché payé 4 euros de l'heure et qui dirait moins d'aneries que lui.
a écrit le 20/04/2014 à 19:29 :
Il y a un grosse différence, le MEDEF ne sollicite pas les votes des citoyens, c'est un syndicat, pas un mouvement politique et il n'a à rendre de compte qu'à ses adhérents qui sont les entrepreneurs, pas aux salariés qui ont leurs syndicats. Il ne faut pas tout mélanger au nom d'une pseudo "communication" , de bazar, dont en l'espèce, on n'a rien à faire.. Quant au SMIC.réduit, il est déjà en place dans les faits avec les pipo-jobs crées par les socialistes, alors on se moque du monde, en critiquant d'un côté ce qu'on approuve de l'autre..
Réponse de le 21/04/2014 à 8:39 :
Donc avec vous on doit continuer dans cette voie de la misère pour les ouvriers et le fric pour les riches, drôle de mentalité.
a écrit le 20/04/2014 à 19:13 :
Bah, c'est sûr que lancer l'idée d'un sous-smic pour les jeunes, qu'il ne s'applique pas à lui-même, c'est vraiment se moquer du monde. Travaille-t-il au moins, au lieu de faire du discours ? On dirait un socialiste, qui parle, qui parle, qui parle, qui décide au nom des autres, et avec leur argent. Qu'a-t-il fait de concret dans sa vie, venant de son propre travail, et pas de celui des autres ?
a écrit le 20/04/2014 à 18:18 :
pire que le pere!!!!est ce n;est pas peu dire!!
Réponse de le 21/04/2014 à 9:11 :
...Génétique! on ne peut lutter contre certaines "qualités"
Réponse de le 21/04/2014 à 10:40 :
ou certaines tares...
Réponse de le 22/04/2014 à 9:16 :
J'opterai pour les tares
a écrit le 20/04/2014 à 18:15 :
Un dirigeant de banque française s'est octroyé cette année une augmentation de 38% par rapport à 2013,effectivement les riches ont des problèmes il faut les comprendre !
a écrit le 20/04/2014 à 18:06 :
Pierre Gattaz n'a rien fait qu'être l'héritier de l'entreprise Radiall fondée par Lucien et Yvon Gattaz. Yvon Gattaz fut en son temps président du CNPF, l'ancien MEDEF. Les Gattaz sont avant tout anti-socialistes, avant d'être politiquement quelque chose. Originaires de Bourgoin -Jallieu dans l'Isére, le pays aussi d'un certain Nicoud...Populiste démago proche du FN dont il me semble avoir voulu s'emparer...
a écrit le 20/04/2014 à 13:46 :
Moi j'ai pas de problème avec le Medef, par contre je ne supporte pas les marxistes qui pullulent et se plaignent de tout. La CGT, FO et autres sont des forces nuisibles a la France et le Medef est la comme contrepoids. Il y aura toujours les deux, toujours.
Réponse de le 20/04/2014 à 14:47 :
Grand bien vous fasse, cher sébastien......si vous faites partie des nantis, c'est évident !
Réponse de le 20/04/2014 à 15:51 :
@sebastien .heureusement qu'il y a les syndicats comme contrepoids au medef .quant a dire que la cgt et fo sont des forces nuisibles ,comme disait l'autre ,"tout ce qui est excessif etc...etc...
Réponse de le 20/04/2014 à 16:49 :
Le medef ne représente rien, une minorité de patrons, tout comme les syndicats ne représentent pas les salariés . Ce sont des bastions de conservatisme ...
Réponse de le 20/04/2014 à 18:21 :
etudiez l;hitoire ouvriere apres vous pourrez commenter!!!
a écrit le 20/04/2014 à 13:43 :
Il est dans le slogan il n a rien a envier a lepen et melenchon
a écrit le 20/04/2014 à 13:33 :
Vivre avec un smig, c'est de la survie, (une fois le loyer payé, on grignote sur tout !), avec env 400 eur, c'est direct sous les porches !! voir le nombre de travailleurs pauvres qui n'ont même pas droit à un toit! saignés de partout, est ce cela "VIVRE" ? si encore comme le dit" Michel", tout était en rapport, mais ce n'est nullement le cas chez nous ..on enlève sa dignité à l'homme pendant que les technocrates pètent dans leurs frocs bourrés de fric! ce monde est démentiel !
Réponse de le 20/04/2014 à 18:10 :
Très juste Marie. Accepter de payer sous le SMIC c'est institutionnaliser LES TRAVAILLEURS PAUVRES.

On ne les entend plus les sarkosystes partisans du travailler plus pour gagner plus!

D'ailleurs, si j'ai bien compris, à part Copé tous les politiciens de droite sont opposés à cette idée.
Réponse de le 21/04/2014 à 11:17 :
a marie 2 , c'est déjà un fait vivre a moins de 400 euro , certaines personnes au RSA socle sont déjà dans ce cadre de vie là , le travail en moins car aucune entreprise ne veut d'eux , sauf les entreprises bien aidées et les associations publiques , je ne leur jette pas la pierre , après on dénonce l'assistanat pour convaincre de créer de tels salaires enfin l'effet klenex d'entreprises qui se servent via les aides sur les bas salaires pour maintenir des salariés a bas cout et les virer au moindre soucis , quel impact sur le travail et l'envie de s'investir dans une entreprise , dresser le RSA contre le salarié va accoucher d'un salaire de misère au nom de l'assistanat qui n'est pas là ou on pense
a écrit le 20/04/2014 à 12:07 :
S' il voulait vraiment faire pour l'industrie française, il demanderait une sortie de l'euro.
Réponse de le 20/04/2014 à 14:23 :
Ridicule pas de rapport la France est malade pas de la monnaie mais de son manque de potentiel industriel moyen et de la qualité de certains produits. La France souffre d'une image de non sérieux et d'équipement de qualité moyenne. plusieurs Décennies à l'export vous montreront que les grands Groupes s'implantent depuis des décennies mais que nos petites et moyennes entreprises ont un manque de notoriété cela est souvent du aux politiques qui n'ont pas suffisamment compris que les grands groupes ont peu besoin d'aides à l'export à la recherche et à l'innovation à contrario les autres ont besoin de ces aides. Le CNRS l'INRA ... labos de recherche étatiques et de grandes qualités devraient être un maximum au service des TPE,PME,ETI . La monnaie et l'Union sont des excuses bien vendues par les politiques ce qui LEUR permet de cacher leur ENTIERE responsabilité dans le déclin économique de la France.
Réponse de le 20/04/2014 à 15:38 :
Charles a raison. Regardez un peu la décadence flagrante des revenus depuis notre entrée dans l'euro ! Rien n'a été réellement calculé, les niveaux de vie sont bien différents d'un pays à l'autre et actuellement nous sommes entrain de payer très cher ce que des soi-disant économistes nous ont fabriqué. Les prix ont quintuplé depuis 2000 et nombreux sont ceux qui ont trouvé la ruée vers l'or enrichissante en voulant maintenir l'euro. Oui, il faut en sortir mais avec des économistes compétents et à ce jour, je ne vois que ceux du FN
Réponse de le 20/04/2014 à 17:33 :
Pendant les 10 années qui ont suivi l'arrivée de l'Euro, il y a eu 2 fois moins d'inflation que pendant les 10 années qui ont précédé. Je pense surtout qu'il serait bon d'apprendre à se remettre en question et d'admettre que ce n'est pas toujours de la faute des autres (et en particulier, pas celle d'une Europe qui n'existe pas vraiment en dehors des décisions partisanes de chaque état).
Réponse de le 20/04/2014 à 18:17 :
Il ne suffit pas de vouloir être objectif, il faut encore se renseigner, pour vous commencer votre instruction.
Pour dire que l'Europe n'existe pas, il faut que vous ayez raté 99 % des épisodes : 80 % de nos lois sont décidées par l'Europe .
Réponse de le 20/04/2014 à 19:04 :
sachez que les échanges en euro représentent 80% des transactions en Europe et que des pays rigoureux comme l'Allemagne, Pays-Bas, Autriche etc...se satisfont très bien de l'euro, et ce n'est pas en cassant le thermomètre comme Montebourg un peu lâche, mais bon c'est un socilao ceci explique cela, que la France s'en sortirait mieux, bien au contraire, car le problème de changes est en grande partie résolu, seuls les incompétents qui nous gouvernent sont les VRAIS responsables.
Réponse de le 20/04/2014 à 20:23 :
Faut, toute l'inflation a été absorbée par les patrons et les spéculateur de la bourse. Ce qui nous fous en l'air le travaille c'est la mondialisation ou disons le système économique mondial...
Réponse de le 21/04/2014 à 8:44 :
Heureusement que vous êtes là pour sauver la France et en plus donner des leçons, encore une bobo de gauche.
Réponse de le 21/04/2014 à 10:37 :
tout à fait !!
a écrit le 20/04/2014 à 12:04 :
Quitte à travailler pour un salaire de misère, encore faudrait-il que le coût de la vie soit en rapport à cette misère... ce qui n'est hélas pas le cas en France. A l'aide d'une sortie de l'UE et un protectionnisme intelligent, il serait bien plus aisé de redonner de la compétitivité à la main d'oeuvre française en taxant les importations issues d'une concurrence déloyale au regard de la protection sociale des salariés cependant ceci couperait l'élan européomondialiste du MEDEF et de ses amis de l'UMPS.
a écrit le 20/04/2014 à 11:42 :
la vie des entreprises ne l'interesse guère! on a beau jeu de trouver des miettes pour les jeunes, alors que lui doit avoir un salaire mirobolant !! TOUJOURS pareil, ces mecs politiques, technocrates et CAC 40 sont exécrables à vomir !
a écrit le 20/04/2014 à 11:23 :
Moi j'aimerais bien savoir son salaire à ce cer Gattaz. Il faut jouer la carte de la transparence.
Réponse de le 20/04/2014 à 11:43 :
Le salaire de ce Mr selon les données disponibles sur internet serait de 300k€ annuel et un patrimoine issue de la détention de 90% l'entreprise familiale de plusieurs million d'euros.
Réponse de le 20/04/2014 à 12:28 :
"Ce" Gattaz comme vous dites est patron d'une PME familiale et emploie 2500 personnes... Un peu moins de condescendance ne vous ferait pas de mal
Réponse de le 20/04/2014 à 14:36 :
""Ce" Gattaz comme vous dites est patron d'une PME familiale" qu'il n' a pas bâtie puisqu'il s'est contenté d'en hériter...
Réponse de le 21/04/2014 à 8:47 :
C'est un patron qui exploite 2500 personnes alors la condescendance c'est pour les traine savates.
Réponse de le 21/04/2014 à 9:10 :
BIEN DIT! on aura du respect, lorsque cela sera réciproque
a écrit le 20/04/2014 à 11:21 :
Ce lobby est plus préoccupé de politique, que de la vie des entreprises.
a écrit le 20/04/2014 à 11:15 :
il faut dire que les français ne veulent pas travailler pour 400 euros par mois comme les minijobbers allemands et ne plus avoir de retraites. M Gattaz ne doit pas gagner 400 euros par mois lui ni personne de sa famille. non à la précarisation oui au travail décent
Réponse de le 20/04/2014 à 11:53 :
si on travaille pour 400 eur /mois, déjà qu'avec un smig, on fait quoi, au jour d'aujoud'hui, une fois le loyer payé, on survit, et rognons sur tout!), alors, oui avec même pas un plein temps, on fini sous les porches, ou dans la voiture comme beaucoup de travailleurs pauvres....une fabrique à miséreux!! elle est pas belle la vie? ! Alors, oui, tant que le travail rapportera moins ou à égalité que de se lever le matin pour aller bosser, ceux qui GLANDENT chez eux, ont bien RAISON !! faut plus prendre les individus pour des CONS !! le travail apporte la dignité à l'être humain, lorsque celui ci est exploité à mort, il n'a plus de dignité, autant GLANDER chez lui, et tant pis pour ceux que ça scandalise! scandalisez vous plutôt sur le travail payé avec un lance pierres qui diminue les gens, les prive de leur fierté, dignité qui les paupérise! attendons encore un peu, c'est sûr que ça ne viendra pas directement, mais avec de la patience on pourra revoir "Germinal", ou presque comme situation! ILS rêvent de ça pour nous...et ça se rapproche!!!
Réponse de le 20/04/2014 à 18:24 :
avec 400 euros par mois vous ne payez même pas votre loyer...
Réponse de le 21/04/2014 à 6:02 :
La mondialisation, il faut faire avec. C'est inéluctable comme le temps qui passe. On ne peut plus faire comme si on était seul au monde. D'autre part, ce n'est pas parce qu'un système social est différent du notre qu'il est déloyal comme j'ai pu lire plus haut. Le notre était généreux, c'est bien ; mais il faut se rendre à l'évidence, il était bien trop généreux pour être durable. On ne peut pas repprocher aux autres d'avoir eu la sagesse de ne pas dépenser l'argent qu'ils n'ont pas.
Dans le meilleur des mondes, chacun souhaiterait un SMIC de 2 voire 3000EUR même M. Gattaz. Mais ce sera difficilement possible quand les 3/4 de la population mondiale travaille pour trois fois moins que notre SMIC. A ceux qui préconisent de taxer les exportations des pays où la conccurence est "déloyale". Quel sort pensez vous qu'ils réserveront à nos exportations?
Réponse de le 21/04/2014 à 8:49 :
Alors on se laisse faire et on attend que les américains viennent comme en 40 nous sauver.
Réponse de le 21/04/2014 à 9:07 :
la mondialisation, c'est démoniaque! c'est de la M....DE! on fait venir des pommes (et tant de choses dont ne sais pas où, comment c'est cultivé etc), et nos paysans ne savent plus quoi faire de leur production , une abbération !ceci n'est qu'un médiocre exemple

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :