Dans 10 ans, une France instruite, désendettée et qui mise sur l'exportation

 |   |  571  mots
Jean Pisani-Ferry fixe une série d'objectifs économiques, sociaux et démocratiques à ceux qui dirigeront la France durant la prochaine décennie. (Photo : Reuters)
Jean Pisani-Ferry fixe une série d'objectifs économiques, sociaux et démocratiques à ceux qui dirigeront la France durant la prochaine décennie. (Photo : Reuters) (Crédits : DR)
Un rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective dirigé par Jean Pisani-Ferry dresse une série de réformes, décisions et objectifs qui permettront à la France de sortir de la crise dans laquelle elle est.

Désendettée, sûre de son modèle et de sa démocratie, la France de 2025 que dessine un rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective (France Stratégie) remis mercredi à François Hollande contraste cruellement avec l'économie morose et la défiance des électeurs auxquels est confronté le président.

"Beaucoup de nos difficultés sont sans remède dans l'instant, mais parfaitement surmontables si nous prenons le temps de nous doter des moyens institutionnels, économiques et humains pour y répondre", veut pourtant croire ce texte de Jean Pisani-Ferry, qui fixe une série d'objectifs économiques, sociaux et démocratiques à ceux qui dirigeront la France durant la prochaine décennie.

  • Ramener la dette publique à 75% du PIB

"Sur le plan social, on est au même niveau ou un peu meilleur que d'autres mais c'est au prix d'une dépense publique plus élevée pour le même résultat", a souligné Jean Pisani-Ferry mercredi devant des journalistes. 

Le Commissariat à la stratégie propose donc de ramener la dette publique à 75% du PIB (contre environ 93,5% aujourd'hui) et de réduire de six points le ratio de dépenses publiques, à 49% du PIB, d'ici 2025. Une réduction qui se fera en limitant la croissance de la dépense publique à 0,5 % par an en volume

  • Favoriser les entreprises exportatrices

"La croissance doit reposer plus (...) sur la croissance des entreprises. Même si on a quelques champions, les entreprises françaises ne sont plus des vecteurs d'exportation. On a besoin de plus d'exportateurs", a dit Jean Pisani-Ferry à la presse.

Il souhaite permettre le développement de 1.000 entreprises de taille intermédiaire supplémentaires, d'accroître de 30.000 le nombre d'entreprises exportatrices et d'augmenter par exemple d'un tiers les recettes touristiques.

  • Permettre la naissance d'universités de classe mondiale

La France doit également consentir un effort conséquent en terme d'éducation et de formation en se fixant comme objectif de diviser par trois le nombre de décrocheurs scolaires, en diminuant de moitié l'illettrisme chez les adultes et en faisant émerger une "dizaine d'universités pluridisciplinaires de classe mondiale".

>> OPINION Lutte contre le décrochage scolaire: faut-il s'inspirer des États-Unis ?

  • Appliquer le non-cumul des mandats pour faire baisser l'abstention

Au niveau sociétal, le Commissariat juge qu'il est possible de renouer avec le niveau de participation aux élections législatives des années 1990 en abaissant le taux d'abstention qui était de 43% en 2012 à 31 % en 1993.

Pour ce faire, Jean Pisani-Ferry mise sur une application stricte du non cumul des mandats, la nomination d'au moins un quart de non fonctionnaires aux postes distribués par le gouvernement, et la précision des compétences dans le cadre de la réforme territoriale.

  • Sortir de "la réforme à petit pas"

Selon lui, adopter ces mesures permettra de sortir de la "réforme à la française, la réforme à petits pas".

"Cela crée une espèce d'instabilité permanente : ça ne rassure pas, ça ne permet pas la stabilité des règles du jeu et par manque de complémentarité entre les réformes, cela manque d'efficacité."

Or, la France a besoin, aux dires de Jean Pisani-Ferry, de changer de méthode de réforme et de retrouver confiance pour atteindre l'objectif d'"être parmi les dix pays de l'OCDE où l'on vit le mieux"

>> LIRE La France arrive 26e dans le classement des pays où il fait bon naître

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 15:12 :
Comment peut-on mentir a ce point. Le désendettement à dix ans tel que prévu est tout simplement impossible à réaliser avec de l'austérité
Donc foutaises
Réponse de le 25/06/2014 à 23:08 :
Déjà on va perdre encore 3 ans avec notre président anormal, qui ne décide rien et ne va nulle part...
a écrit le 25/06/2014 à 15:10 :
Bonjour,

Pour que la France se redresse par la génération actuelle (celle qui subit de plein fouet la précarité et l'alourdissement fiscal), encore faudrait-il que celle qui nous gouverne depuis près de trente ans cède enfin la place!
a écrit le 25/06/2014 à 14:57 :
Opinion à comparer à des économistes qui ont étudié la question de la compétitivité ou plutot de la perte de compétivité de la la France. Je pense aux études de René Saens dont un livre traitant de la façon de pallier la surévaluation de l euro
a écrit le 25/06/2014 à 14:54 :
On diminue la dette de l'Etat, on fait effort dans beaucoup de directions, on favorise certaines entreprises. Qui paye ?
a écrit le 25/06/2014 à 14:37 :
Là on ne parle que des maux connus de tous! Je ne suis pas économiste mais j'aurais pu dire la même chose. Quels remèdes?
a écrit le 25/06/2014 à 14:26 :
Alors quelles poches le gouvernement va-t-il faire pour rembourser? Les assurances-vie?
a écrit le 25/06/2014 à 14:22 :
Si on parle de la maîtrise des dettes, certains passeront à la caisse! C'est pour qui les factures?
a écrit le 25/06/2014 à 14:06 :
Franchement ces economiste me font trop rire . peut etre en passant le salaire du gouvernement au smic comme pour la majorité du peuple pourrais deja fais baisser la dettes. peut etre en arretant les deplacement honereux pour les reunions ils pourrais ce servir des outils de teleconference ..... enfin y a des million de possibilite pour faire des economie.
a écrit le 25/06/2014 à 13:50 :
les français devraient commencer à acheter français !
a écrit le 25/06/2014 à 13:49 :
Le gros problème c'est qu'en France on veut des réformes , on veut du changement sans rien changer , et en gardant le statut quo. Si on veut sortir de la crise faut des réformes , des sacrifices de toute les strates composant la société française.
a écrit le 25/06/2014 à 13:23 :
J espère que cela le sera . Je l'espère pour la France et nous tous.
a écrit le 25/06/2014 à 13:16 :
ça me fait penser au traité de Maastricht qui devait résoudre tous les problèmes et créer des millions d'emplois en quelque années. Les experts qui se trompent tout le temps et donnent des leçons de morale aux gens.
Réponse de le 25/06/2014 à 15:19 :
du blabla qui sert a faire evaporer l argent des Français....
donnez pour voir,,,le prix de ce rapport,gros qu il depasse les 50 000euros.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :