La France proche d'un taux d'endettement de 100% en 2015

 |   |  211  mots
La dette de la France devrait frôler 100% de son PIB en 2015.
La dette de la France devrait frôler 100% de son PIB en 2015. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
D'après le projet de loi de finances préparé par le gouvernement, la France pourrait enregistrer un taux d'endettement de 98% en 2015. L'État continue toutefois d'emprunter à des taux historiquement bas.

Le seuil des 100% à portée de main ? Selon Les Échos, le projets de loi de Finances pour 2015 devrait inscrire une dette publique proche de 98% du PIB en 2015, avant de refluer très légèrement les deux années suivantes.

Le gouvernement adapte ainsi ses hypothèses de travail aux nouvelles donnes délivrées la semaine dernière. La semaine dernière, Michel Sapin, ministre des Finances, avait revu à la baisse les perspectives de croissance et d'inflation et revu à la hausse les objectifs de déficits publiques.

       Lire La dette publique française proche des 2.000 milliards d'euros

Des taux d'emprunts toujours aussi bas

Les marchés restent toutefois confiants et l'État emprunte toujours à des taux historiquement bas. "L'État s'endette même à des taux négatifs sur des échéances de court terme, comme cela a encore été le cas lundi dernier lors d'une levée de près de 8 milliards d'euros", écrit le quotidien économique.

En début d'année, la Commission européenne avait, de son côté, prévenu que sept pays de la zone euro dépasserait le seuil des 100% du ratio dette publique/PIB. La semaine dernière, l'Espagne avait annoncé que sa dette publique avait atteint 98,9% de son PIB au deuxième trimestre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 19:45 :
On paiera cher l’irresponsabilité des politiques français. Et Valls qui annonce une mesure démagogique en voulant supprimant la première tranche alors que la situation du pays est dramatique. Quel message envoyé à l'étranger et partenaires. En refusant de réformer, il flingue le pays. Les socialistes cherchent à gagner du temps mais on ne pourra pas échapper à de sévères restrictions budgétaires dans les décennies à venir. L’Europe ou les marchés nous obligeront à tailler à la hache dans les dépenses publiques, là ça fera mal !
a écrit le 17/09/2014 à 19:32 :
L'état vend les bijoux de famille de la France mais ne fait pas les réformes structurelles dont le pays a besoin.

Fraude à la TVA : 10 milliards d'euro,
Fraude sociale : travail non déclaré 25 milliards d'euro
Formation professionnelle continue, coût 31 milliards qui ne vont pas aux personnes qui en ont besoin,
Aide au logement, coût 45 milliards on peut y regarder de plus prêt,
Diminuer le nombre de députés: de 450 passons à 250.
Sénateurs : idem
Retraites dorées des régimes spéciaux : EDF-GDF, SNCF, RATP etc ...
Aide médicale gratuite aux sans papiers : 1 milliards d'euros + toutes les autres aides données.
Collectivités territoriales : halte au clientélisme, création d'emplois surnuméraires etc.....
Réponse de le 17/09/2014 à 19:54 :
+100000000000000000000000 !
a écrit le 17/09/2014 à 15:02 :
on y va tout droit et sans aucun freinage comme quoi, ils sont nuls . Leur langage ne correspond pas au peu qu'ils font .
Réponse de le 18/09/2014 à 3:19 :
Oui, oui, on sait, ...le fameux mur, voir le pédalo, le titanic, etc...vous vous répétez. Ce n'est pas en changeant régulièrement de pseudo qu'on ne vous reconnait pas. Changé de disque.
a écrit le 17/09/2014 à 14:08 :
On emprunte à des taux historiquement bas, car l'épargne des petits français est élevée, imaginez un peu plus de 3600 Millards d'euros qui dorment dan les banques. L'état n'hésitera pas à se servir dedans au besoin, méfiez-vous....
Réponse de le 17/09/2014 à 15:56 :
Tout à fait d'accord et en plus le prélèvement des impôts est qcq qui fonctionne plutôt bien chez nous. J'avais en tête 8000 Mds à moins que cela ne soit les avoirs totaux
Réponse de le 17/09/2014 à 16:56 :
il y aura alors une révolte !!!
a écrit le 17/09/2014 à 14:00 :
La fêta salakis au bon lait d'Hollandis.

Ils feront bientôt la razzia sur votre épargne.

Faites comme Jérôme C.
La Suisse, on n'y va pas que pour le chocolat ou l'horlogerie.
a écrit le 17/09/2014 à 13:56 :
Dette publique: 100%. Croissance : 0%. Cela fait un écart de 100.... dents ! lol
a écrit le 17/09/2014 à 13:16 :
Les tout prochains grecs........c'est nous !!!! En pire.........
a écrit le 17/09/2014 à 11:46 :
Pour l’Italie c’est pire. « Mediobanca » prévoit un endettement à 145% du PIB en 2015. La première restructuration de la dette grecque est intervenue lorsque l’endettement était à 140% du PIB, sauf que la restructuration de la dette italienne sera une autre paire de manches que la restructuration de la dette grecque. La France s'est longtemps accommodée d'une dette élevée. En effet, pour se délester du problème de la dette, largement engendrée par des dépenses publiques excessives, la tentation historique naturelle de la France a toujours été de créer de l'inflation qui diminue mécaniquement et artificiellement le montant de la dette, ce qui allait de pair avec la dévaluation de la monnaie qui était opérée de temps à autre. Or, depuis la création de l'euro et de la Banque Centrale Européenne, la France n'a plus la possibilité de créer de l'inflation unilatéralement par la création monétaire (monétisation de la dette en faisant "marcher la planche à billet"). Les seules solutions pour diminuer la dette sont la hausse des recettes ou la baisse des dépenses. Augmenter les recettes renvoie indifféremment à la hausse de la croissance économique (qui accroît mécaniquement les rentrées fiscales liées à la hausse de l'activité) et à la hausse de la fiscalité en générale. C’est là que le bât blesse. Il n’y a quasiment plus de croissance et les prélèvements fiscaux et sociaux sont déjà exagérés. Cependant les systèmes de dévaluation internes dans la zone, par diminution des dépenses et d’autres moyens, ont des effets secondaires très négatifs. Donc...
a écrit le 17/09/2014 à 11:37 :
C'est curieux, cette notion que les taux sont "historiquement bas".

L'inflation est aussi à un plus bas et c'est ce différentiel entre les taux et l'inflation qui compte!
a écrit le 17/09/2014 à 11:22 :
le discourt de Valls c’était de la soupe ... et cette soupe était maigre de réformes !
a écrit le 17/09/2014 à 11:15 :
L'économie française c'est comme AIR FRANCE .... on va vers le crash !!!!!!!!!!
a écrit le 17/09/2014 à 11:02 :
Il est très probable que l'état a préparé le jour où la France serait dans la même situation que la Grèce.
Des coupes circuits identifiés serviront rapidement pour tenter de calmer l'emballement et donner des gages aux créanciers :
- certains publics seront fermés
- les pensions de retraite supérieures à un montant seront soumises à une taxe spéciale
- des participations dans les entreprises encore détenues majoritairement par l'état seront cédés (voir la Grèce ici, miam miam EDF)
- et ensuite les augmentations et de remboursements...

Tout a été prévu pour se donner une soupape, vous pensez bien.
On n'est plus en 1912.
Réponse de le 17/09/2014 à 12:28 :
Surtout tout avait été prévu pour pouvoir s'offrir à peu de frais les bijoux de famille des pays. "un pays se conquière par les armes ou par la dette !" on y est. Cela fait 23 ans que je regarde les déficits cumulés de l'état français sans que presque personne ne soit choqué, même au contraire les merdias et les politiques nous expliquaient bien que les déficits correspondaient à de l'investissement pour le futur. Maintenant, ils nous tiennent un discourt inverse, c'est la preuve que tout était planifié !!!!
a écrit le 17/09/2014 à 10:45 :
les gouvernants s'en moquent, ils sont fonctionnaires, ils seront payés à vie par nos impôts... Et ne vous leurrez pas, ils vont se voter de belles lois pour s'assurer une belle rémunération...Trimez, entrepreneurs et salariés du privé, les fonctionnaires ont besoin de votre sueur pour assurer leurs RTT, leur retraite (et si possible un peu de congés maladie de complaisance)
a écrit le 17/09/2014 à 10:39 :
98% en 2015 puis baisse les deux années suivante ..!!! ???
le gouvernement prevoit encore un deficit de 3% en 2017 ..
donc en 2017 le deficit serat de 104%...!!
a écrit le 17/09/2014 à 10:24 :
On se prépare à un avenir noir !
Réponse de le 18/09/2014 à 3:21 :
Et vous avez trouvé ça tout seul ! Vous faites avancer le schimili, schimilimii, schimilimili, bref...
a écrit le 17/09/2014 à 9:54 :
L Europe ne tient pas ses engagements , les nations n ont pas obligations de tenir les leurs. L endettement est leur seule issue , quant au remboursements il est urgent d attendre.
a écrit le 17/09/2014 à 9:38 :
Heureusement que Manuel promet des baisses d’impôts !!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 17/09/2014 à 9:33 :
mais moins de 50% d'endettement des ménages.
les pays à endettement public maîtrisé ont un endettement des ménages élevé. et il y a ceux qui cumulent (les Anglos notamment ; UK le pire).
a écrit le 17/09/2014 à 9:30 :
La France ruinée, il faut le dire clairement et ce n'est pas fini car à ce rythme la dette sera de 2300 milliards en 2017.
Faut il laisser ces inconscients nous mener au fond du gouffre ??
Il faut souhaiter que le peuple va se révolter avant et balayer cette caste destructrice une bonne fois pour toutes.
Réponse de le 17/09/2014 à 10:24 :
on vendra aux Qatars, Hôtels de luxe, bien qu'ils en détiennent pas mal déjà! on vendra vignobles d'excellents crus aux Chinois, on vendre Versailles, les châteaux de France, on vendra le patrimoine, on vendra tout, on fera les fonds de tiroir.. ! Français, réveillez vous !!!!!!!
Réponse de le 17/09/2014 à 10:47 :
réveiller les 51% de "benêts" qui ont voté pour un socialiste à la tête de l'Etats va être difficile...
Réponse de le 17/09/2014 à 14:46 :
@Pat : il faut admettre que les 49 autres % ont voté pour celui d'avant, qui n'avait pas plus traité le problème... De toutes facons, ca fait 60 ans que les partis ont largement prouvé leur incompétence et leur inutilité. Il va être grand temps de comprendre qu'on peut parfaitement se passer de cette couche de 100aines de milliers de parasites élus ne produisant strictement rien d'autre que ce fameux endettement...
Réponse de le 17/09/2014 à 15:30 :
@Pat34 : les benêts sont aussi ceux qui ont voté SARKOZY en 2007. Il a endetté le pays en centaines de milliards. Il nous a vendu à ses amis du Qatar et du Premier Cercle UMP. Regardez dans quel état il a mis l'UMP. Incapable de respecter un budget !
Le seul candidat qui a évoqué la dette est resté au 1er tour car c'est bien connu, il faut faire rêver les français pour accéder au 2ème. La France qui vote PS et UMP mérite cette situation.
a écrit le 17/09/2014 à 9:09 :
98% une rigolade; rappelez moi le Japon? Aller je vous aide: 240%. Donc pas de souci on peut continuer la gabegie pendant au moins 35 ans à raison de 4% de déficit par an soit 80 milliards de dette en plus chaque année.... Et tant qu'on y est copions le Japon dans tous les domaines où finalement ça n'est pas si mal que cela. Rappel:Source Marc Fiorentino chronique du 12 sept.-14
Le Japon préfigure ce qui va nous arriver en Europe.
Une dette abyssale 240% du PIB, une déflation, une croissance zéro, un chômage bas 3.7%, une baisse du yen, une démographie en chute, un PIB par habitant qui augmente, un pays très riche, une hausse de la TVA, pour réduire le déficit.
Finalement : sans démographie pas de croissance, pas de chômage, plus de déficit mais pas d’inflation, moins d’argent pour tous mais plus d’argent pour chacun. Et un vieillissement accéléré de la population.
Si on compare cette situation à celle de la France aujourd’hui, quelles sont les différences ? Un chômage élevé et qui augmente en France, une population qui croît et une TVA qui n’a pas augmenté. Donc il suffit de bloquer toute immigration pour s’aligner sur le Japon et d’augmenter la TVA en France. Et ça peut durer encore quelques décennies avant que le pays ne soit plus constitué que par quelques milliers de centenaires richissimes…
Question polémique : Pour les retraités c’est finalement plus sympa que ce que cherchent à faire tous nos gourous qui ne rêvent que de croissance et d’inflation pour continuer impunément leur gabegie et conserver leurs prébendes tout en euthanasiant les retraités… Non ?
Réponse de le 17/09/2014 à 10:48 :
un détail: la population qui croit n'est pas celle qui créée de la richesse mais celle qui consomme les aides sociales...
Réponse de le 17/09/2014 à 13:46 :
Retournez donc au café du commerce pour créer votre richesse.
Réponse de le 17/09/2014 à 16:30 :
Et pourtant il a bien raison @Pat34. On exporte des bac+5 et on importe des
bac-9...La richesse ce sont les marchands de soupe et de sommeil qui se la créent.
Depuis que ça dure on voit bien le résultat.
a écrit le 17/09/2014 à 9:04 :
La France jouit des fruits de sa stratégie et récolte depuis longtemps de très bons résultats. Les résultats actuels sont tout à fait en ligne avec les attentes. Les objectifs fixés pour 2017 seront atteints voire même dépassés.
petits rappels de ces objectifs :
- endettement proche de 110% du PIB
- un déficit public maitrisé autour de 5%
- 4 millions de chômeurs catégorie A "libérés" du travail
- une société réenchantée avec des transports publics de qualité, une société non violente (des chartes partout (écoles, hôpitaux..) pour rappeler de ne pas frapper son interlocuteur) , une société de fraternité (surtout dans les banlieues) en somme
- un abandon progressif de la laïcité pour promouvoir tous les Dieux et autres divinités grecques, romaines...
- une élite politique intègre et bénévole
- une politique internationale sparadrap où les derniers militaires français pas trop mal équipés vont en safari en Afrique, au Moyen Orient...
...
Réponse de le 17/09/2014 à 9:20 :
Mort de rire mais plutôt de rire jaune....
Réponse de le 17/09/2014 à 9:22 :
excellent commentaire ci-dessus, il m'a bien fait rire!!!
seulement, voltaire disait, ''l'humour est la politesse du désespoir.....''
Réponse de le 17/09/2014 à 10:27 :
excellents commentaires "tarte molle" & "résultats conformes"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :