Le Parlement adopte définitivement le projet de budget de la Sécu pour 2015

 |   |  355  mots
Lors d'un vote à main levée, les députés socialistes et radicaux de gauche se sont prononcés pour, l'UMP, l'UDI et le Front de gauche contre, tandis que les écologistes se sont abstenus.
Lors d'un vote à main levée, les députés socialistes et radicaux de gauche se sont prononcés pour, l'UMP, l'UDI et le Front de gauche contre, tandis que les écologistes se sont abstenus. (Crédits : Reuters)
Les députés ont adopté définitivement lundi le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015, entérinant la mise sous conditions de ressources des allocations familiales. Ce budget vise à réduire de deux milliards d'euros le déficit de la Sécu l'an prochain, principalement grâce à des économies sur les médicaments et les actes jugés inutiles.

Ultime vote à l'Assemblée nationale. Le Parlement a donc adopté définitivement le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015 lundi 1er décembre. Lors d'un vote à main levée, les députés socialistes et radicaux de gauche se sont prononcés pour, l'UMP, l'UDI et le Front de gauche contre, tandis que les écologistes se sont abstenus.

Réduire le déficit de 2 milliards

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a défendu un "texte de progrès et de transformation", saluant en particulier "la mobilisation du groupe socialiste" pour faire passer la modulation des allocations familiales, une mesure "d'efficacité et de justice" selon elle.  Pour rappel, ce budget vise à réduire de deux milliards d'euros le déficit de la Sécu l'an prochain, principalement grâce à des économies sur les médicaments et les actes jugés inutiles.

Des réserves

L'UMP mais aussi le Front de gauche ont lancé une ultime charge contre cette réforme via des amendements de suppression de la modulation, qui ont été rejetés. Dans la majorité, les écologistes et radicaux de gauche ont aussi dit leurs réserves, les premiers pointant "la fin d'un consensus national", les seconds appelant à "veiller à ne pas confondre politique familiale et politique sociale".  

Globalement à gauche, ce budget de la Sécurité sociale est vu comme "une nouvelle étape dans le rétablissement des comptes sociaux" par les radicaux de gauche, mais il "reste trop marqué par les choix du pacte de responsabilité" en faveur des entreprises aux yeux des écologistes et "incarne la droitisation d'une politique" pour le Front de gauche.

Une saisine du Conseil Constitutionnel

Pour l'UMP, qui annonce d'ailleurs une saisine du Conseil Constitutionnel, le texte "ne contient aucune avancée significative" selon les centristes, et se résume à "de la tuyauterie, quelques coups de rabot et des augmentations de taxes".


Dans une déclaration, le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a salué le vote de ce budget, "premier des textes financiers de fin d'année, (qui) permettra de mettre en œuvre une partie du plan d'économie de 21 milliards d'euros pour 2015".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2014 à 9:42 :
quand va t on ficaliser les aides de la caf pour savoir qui est vraiment le pauvre ?
et supprmer les cures thermales n couple qui servent d vcances a nombre de mes voisins
a écrit le 01/12/2014 à 21:21 :
Tous les ans on nous annonce des milliards d économie sur le budget de la sécu... A force elle doit être vachement rentable notre sécu...
a écrit le 01/12/2014 à 20:07 :
Ayant trop de chômage et de citoyens; pourquoi pas incité à avoir moins d'enfants ? Pourquoi ne pas moins taxer les célibataires et plus les familles en supprimant les demi part? Arrêter de données des primes de naissance et allocations pour les enfants, mais plutôt des allocations pour les plus bas ménage tout cours?
Réponse de le 01/12/2014 à 21:26 :
Autant je suis critique sur les annonce et la gestion calamiteuse de la solidarité en France (sécu régionalisé, patchwork de mutuelles illisibles, caf deorganisée, etc); autant j ai beaucoup de mal d accepter les critiques vis a vis de l idée même de redistribution. Le jour ou le peuple aura peur de lui même, la porte sera ouverte au populistes et autres fascistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :