"Ce sont les vrais chefs d'entreprise qui m'intéressent" (Sapin)

Il s'agit, selon le ministre, de ceux qui restent à leur bureau et continuent de chercher "de faire réussir leur entreprise, et donc, de faire réussir leur pays". Quant aux autres, "en situation de revendication dans la rue", ils ne lui semblent pas "à la hauteur de l'enjeu".
Le ministre a exclu de revenir sur le pacte de responsabilité, car le gouvernement a pris des engagements vis-à-vis des entreprises.
Le ministre a exclu de revenir sur le pacte de responsabilité, car "le gouvernement a pris des engagements vis-à-vis des entreprises". (Crédits : reuters.com)

La mobilisation des patrons qui ont répondu à l'appel du Medef n'inquiète pas Michel Sapin. Ce ne sont tout simplement pas eux qui l'intéressent, a expliqué le ministre des Finances interrogé par la chaîne iTélé. Au patron qui siffle le gouvernement, Michel Sapin préfère ce qu'il considère comme "un vrai" chef d'entreprise, dont il a dressé le portrait:

"Celui qui n'est pas en situation de revendication dans la rue, mais celui qui est à son bureau, qui recherche des marchés, qui cherche à rendre plus efficace son entreprise, qui cherche à faire du bénéfice, parce qu'il faut faire du bénéfice, et de l'investissement, et de l'emploi".

"Ceux-là, je les rencontre (...) C'est ceux-là qui m'intéressent. Parce que ceux-là, je sais que leur seul objectif, c'est la France. Il ne faut pas qu'ils oublient de temps en temps qu'ils sont aussi Français", estime donc le ministre.

Une mobilisation "pas à la hauteur de l'enjeu"

Quant aux autres, ils ne semblent, aux yeux de Michel Sapin, pas capable d'assumer la situation:

"Je vois ces images; des sifflets. J'ai vu aussi des images de cadenas. Ce n'est pas à la hauteur du débat. Ce n'est pas à la hauteur de l'enjeu", considère-t-il.

Il s'agit des 3.000 participants au rassemblement organisé à Lyon mercredi 3 décembre par la CGPME, le Medef et l'UPA, qui se sont vu distribuer des sifflets pour protester contre le gouvernement et sa politique économique. Le ministre faisait également référence aux 4.000 petits patrons qui avaient manifesté lundi 1er décembre à l'appel de la CGPME à Toulouse et à Paris, installant de nombreux cadenas aux alentours du ministère de l'Economie et des Finances, pour symboliser 30 ans d'une politique qui a selon eux "bridé" l'économie.

Le pacte de responsabilité pas remis en cause

Le ministre a en revanche exclu de revenir sur le pacte de responsabilité, ces 41 milliards de baisses de charges et d'impôts accordées aux entreprises dont les contreparties en termes d'embauche se font attendre:

"Le gouvernement a pris des engagements vis-à-vis des entreprises. (...) Il ne l'a pas fait pour celui qui siffle ou qui met un cadenas, il l'a fait pour les entreprises de France. Nous maintiendrons cela. C'est la stabilité, c'est la visibilité. C'est ça qui nous permet de dire aux chefs d'entreprise, les vrais là, qui sont au boulot: 'Allez-y (...) Investissez et embauchez'".

Lire aussi : ce sondage qui fait plaisir au Medef

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 39
à écrit le 05/12/2014 à 14:47
Signaler
Oui bien sur et Monsieur SAPIN sait ce que c'est une entreprise!!! il a d'ailleurs lui même créé beaucoup de richesse pour la France!!! heureusement que le ridicule ne tue pas!!!

à écrit le 05/12/2014 à 8:57
Signaler
Investissez au lieu de chialer

à écrit le 05/12/2014 à 8:38
Signaler
La gauche a toujours la même vision : la france qu elle aime ( par opposition à celle qu elle n aime pas ) les patrons qui ferment leur bouche et payent sans rechigner le code du travail écrit en plus petit pour en reduire le poids. Tout cela est...

le 05/12/2014 à 9:03
Signaler
La droite se gavera si elle passe en 2017 comme elle l'a fait sous Chirac et Sarkozy. On peut dire ce que veut, mais c'est la gauche qui en paye les conséquences aujourd'hui en faisant le sale boulot de réduction de la dette...

le 05/12/2014 à 9:04
Signaler
Vous auriez pu répondre directement à mon post , et je vous aurais répondu , quid de ma question ; sur l ouverture des frontières , pour le reste je vous aurai donné quitus de vos réclamations qui font partis du dialogue social auquel vous avez droit...

à écrit le 05/12/2014 à 8:38
Signaler
Un vrai chef d entreprise passe contrat et essaye de prévoir le développement de son entreprise, aussi quand il ferme sa bouche lors de l ouverture de nos frontières il n est plus chef d entreprise mais un idéologue de la lutte des classes .

à écrit le 04/12/2014 à 21:29
Signaler
Investissez au lieu de chialer

à écrit le 04/12/2014 à 17:49
Signaler
Encore un haut fonctionnaire qui vit dans sa bulle dorée, totalement déconnecté de la réalité sur le terrain.Cette promotion Voltaire est totalement irrécupérable.Le problème c'est que c'est nous qui en faisons les frais. Vite, le grand nettoyage !

à écrit le 04/12/2014 à 16:51
Signaler
Je viens de comprendre que je ne suis pas un vrai chef d entreprise ! Va falloir fermer mon entreprise !

à écrit le 04/12/2014 à 16:37
Signaler
Quelle démagogie !!! Quelle condescendance !! Et quand les fonctionnaires défilent dans la rue, ils ne sont pas écoutés peut être ?? Ah mais si j'y pense, ils votent PS ... Qu'on en finisse avec ces professionnels de la politique qui ne sont que des...

à écrit le 04/12/2014 à 16:23
Signaler
ce sont les VRAIS GESTIONNAIRES DE BUDGET, DE LA DETTE ET DE LA DIMINUTION DU CHÔMAGE, DES TAXES ET IMPÔTS ET DU BUDGET DE L’ÉTAT qui nous intéressent

à écrit le 04/12/2014 à 16:08
Signaler
Il y a chez moi, face au pouvoir socialiste, 2 sortes de patrons: ceux qui ont un carnet de commandes vides ou presque et ceux qui ayant encore une activité soutenue et même en progression : n'embauchent pas sauf en intérim ou CDD et pour beaucoup lè...

à écrit le 04/12/2014 à 16:02
Signaler
le message est clair:l'état ne soutiendra plus les entreprises peu rentables,il n'en a plus les moyens.finis les profs de macramé autoentrepreneurs ou les petits artisans commerçants endettés ,incapables de monter un business plan.il faut un pacte d'...

le 04/12/2014 à 23:43
Signaler
Et nous on n'en veut plus des élus ps!

le 05/12/2014 à 20:41
Signaler
C'est dommage car les grosses entreprises délocalisent pour garder la valeur de leurs actions, alors que les PME essaient de survivent et reste en France. En plus une grosse entreprise a besoin de beaucoup d'aides et ne fait rien qu'en elle les obtie...

à écrit le 04/12/2014 à 15:12
Signaler
Encore un qui démontre par son langage qu'il n'a jamais vu une entreprise de l'intérieur.

à écrit le 04/12/2014 à 15:05
Signaler
Comme si il y avait des "faux chefs d'entreprise" c'est vraiment n'importe quoi Le Ministre ne connait rien à l'économie réelle

à écrit le 04/12/2014 à 14:27
Signaler
Ce type a-t-il déjà travaillé dans sa vie?? Je ne pense pas, tout comme François Hollande. Comment peut-il juger ce qui est un bon et un mauvais patron s'il n'a jamais travaillé?

à écrit le 04/12/2014 à 14:19
Signaler
MONSIEUR SAPIN EN BON FONCTIONNAIRE ÉGOÏSTE NE S’INTÉRESSE QU'AUX PEUX D'ENTREPRISES QUI GAGNENT ENCORE DE L'ARGENT POUR SE REMPLIR LES POCHES COMME SES 5,4 MILLIONS DE CONFRÈRES FONCTIONNAIRES QUI NE VEULENT PAS SE SERRER LA CEINTURE PRÉFÉRANT FAIR...

le 05/12/2014 à 9:49
Signaler
vous avez raison il est comme les autres politiques, tout dépend de l'épaisseur de l'enveloppe.

à écrit le 04/12/2014 à 14:18
Signaler
Symétriquement, on peut donc dire que les salariés, les vrais, ne manifestent pas non plus : CGT, FO, Sud, CFDT... Bizarrement, ça il ne le dit pas.

à écrit le 04/12/2014 à 14:09
Signaler
dixit le parasite qui vit du fric public

à écrit le 04/12/2014 à 13:54
Signaler
DE quel droit cet enarque intello de gauche qui n'a jamais foutu les pieds de sa vie dans une vraie entreprise, un petite boite de BTP par exemple, se permet il de donner des lecons. C'est un bon a rien tout juste bon a pondre des règlementations qui...

le 04/12/2014 à 16:41
Signaler
Le BTP vie grâce à l'argent public, sans ça il n'existerait pas. Et c'est vrai pour une bonne partie des promoteurs qui ont été drogués à l'argent public depuis nombre d'années. N'essayez pas de nous faire croire qu'il y a le privé et le public d'un ...

le 04/12/2014 à 23:42
Signaler
C'est du n'importe quoi car l'argent public ne vient que du privé, même la dette! Un état fait que de fonctionnaire n'aura ni rentrée d'argent ni création de richesses, les Français sont vraiment des mûles en économie!

à écrit le 04/12/2014 à 13:35
Signaler
En clair, un bon patron est celui qui ferme sa gu... et qui bosse pour satisfaire les désirs de nos gouvernants. Par contre, il est bien content des mauvais quand il faut pomper du cash.

à écrit le 04/12/2014 à 12:33
Signaler
Et un vrai Président et des vrais ministres qui savent ce que c'est de travailler

à écrit le 04/12/2014 à 12:29
Signaler
Comprenez qu'il ait les boules, les chefs d'entreprise qui manifestent, c'est rare. Quand en plus ils utilisent des images qui passent dans les médias de masse et à l'étranger (cadenas...), ça fait mal par où ça passe. Sinon des vrais politiques qui...

à écrit le 04/12/2014 à 11:25
Signaler
Ce qui intéresse les Français, ce sont les vrais hommes politique...

le 04/12/2014 à 12:22
Signaler
à toi de faire tes preuves. lance toi.

le 04/12/2014 à 12:23
Signaler
J'ai immédiatement pensé la même chose

le 04/12/2014 à 13:23
Signaler
Je ne me prétend pas être un homme politique comme ces guignols qui nous ont mis dans le trou.

le 06/12/2014 à 8:51
Signaler
on ne t'entend plus te serais tu lances par la fenêtre tu as suivi ton conseil. Il semble que fol dir t'a suivi. Très bonne initiative.

à écrit le 04/12/2014 à 11:14
Signaler
on peut lui renvoyer la balle, nous ce sont les vrais ministres qui nous intéresse ce n'est vraiment pas son cas. Chaque fois qu'il l'ouvre c'est pour dire une conn.........

le 04/12/2014 à 11:28
Signaler
Quelle connery, nom de Dieu !!!!

le 04/12/2014 à 14:57
Signaler
ouvrez votre dictionnaire si toutefois vous connaissez.

le 04/12/2014 à 15:23
Signaler
+1

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.