A quoi ressemblera l'Agence nationale de développement économique  ?

 |   |  973  mots
La future Agence nationale pour le développement économique devra lutter contre le chômage des jeunes dans les quartiers
La future Agence nationale pour le développement économique devra lutter contre le chômage des jeunes dans les quartiers (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Lors de sa cinquième conférence de presse, François Hollande a annoncé le lancement de l'Agence de développement économique. En attendant les détails précis de sa mission, à quoi peut servir exactement cette nouvelle structure ? Le soutien public est-il insuffisant dans ce domaine ?

François Hollande a réservé une surprise aux Français. Alors que la plupart des thèmes abordés lors de sa cinquième conférence de presse - laïcité, école, lutte anti-terrorisme... -  étaient déjà connus, de façon plus surprenante, le chef de l'Etat a annoncé le lancement d'une Agence de développement économique pour relancer l'activité dans les territoires et lutter contre le chômage dans les quartiers, notamment des jeunes, qui frappe près de 25% des 15-24 ans.

Les détails précis, les missions, la gouvernance de cette nouvelle structure que le chef de l'Etat a comparé à l'Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU) sont encore flous. La seule chose que l'on sait, c'est que Bpifrance et la Caisse des dépôts participeront au montage de cette agence chargée de stimuler l'économie et l'entrepreneuriat dans les quartiers.

C'est légitime. Via le Fonds d'expérimentation pour la Jeunesse, la Caisse des Dépôts et Consignations a déjà prévu de consacrer une enveloppe de 25 millions d'euros qui sera investie dans le programme « La France s'engage » dont l'objectif est d'inciter les jeunes à s'investir dans la vie économique, sociale et associative.

Des structures et des dispositifs de financement existent déjà

Le programme des investissements d'avenir (PIA), dont la gestion est en partie assurée par La Caisse devrait aussi être dans la boucle. Il reste 13,4 milliards d'euros à engager, sur les 46,6 milliards prévus par les PIA 1, créé en 2010, et PIA 2, lancé en 2013.

" Le PIA ne doit pas concerner seulement la recherche scientifique « dure » ! L'avenir de notre économie et plus largement de notre société ne passe pas seulement par une augmentation des moyens financiers des laboratoires scientifiques. Il faut également parier sur les hommes. C'est par exemple la raison pour laquelle la CDC a cofinancé le développement de Formagraph, un organisme de formation aux arts graphiques implanté à Besançon. Ce projet est extraordinairement utile puisqu'il offre la possibilité aux personnes ayant du mal à lire et écrire de combler leurs lacunes. En luttant contre l'illettrisme, dont souffre 7% de la population française selon l'Agence nationale contre l'illettrisme, le PIA ne participe-t-il pas au redressement de la compétitivité des entreprises françaises ? Par ailleurs, il faut bien avoir à l'esprit que l'innovation est au centre de nombreux pans de l'économie sociale et solidaire. Outre la formation avec la création de nouveaux logiciels, l'ESS peut également concerner l'économie circulaire, en lien avec le développement durable, ou encore de la domotique. Mais la question pourrait également se poser pour la formation professionnelle en alternance. Nous la finançons dans le cadre du PIA car elle est un véritable levier pour notre économie et elle peut présenter un caractère innovant " a expliqué Odile Renaud-Basso, la directrice générale adjointe de la Caisse des dépôts dans un entretien accordé à La Tribune Hebdo du 29 janvier.

Une holding de tête

Reste une question. La création d'une nouvelle structure était-elle nécessaire ? Entre les institutions, comme la Caisse des dépôts, Bpifrance, les réseaux associatifs très présents dans les territoires, les agences locales de développement, L'Agence pour la création d'entreprise (APCE), les collectivités territoriales, les réseaux consulaires (CCI, Chambres des métiers..) les entrepreneurs en herbe ne manquent pas de structures et de dispositifs de soutien.

S'il s'agit de les fusionner au sein d'une même entité, comme l'a laissé entendre le Président, la création de cette agence a du sens. En revanche, s'il s'agit de créer une « holding de tête » en laissant l'ensemble des structures exister sous leur marque propre, la création de cette agence semble discutable. Or, historiquement, l'exécutif a, à de rares exceptions, privilégié la seconde option.

Quelle articulation avec les Régions ?

Par ailleurs, comment s'articulera cette nouvelle agence avec les nouvelles grandes régions créées par la réforme territoriale. Cette question a également du sens. Le projet de loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République - dite " loi NOTRe " -  est actuellement débattue au Parlement. Elle met fin à la clause de  "compétence générale" et confie de nouvelles compétences aux régions dans le domaine du développement économique, de l'attractivité, du développement des territoires et de l'emploi.

L'Association des Régions de France a immédiatement réagi

Sans surprise, l'Association des Régions de France (ARF) a réagi, demandant que cette nouvelle agence soit "un outil commun entre l'Etat et les Régions".

"L'agence nationale de développement économique dont la création a été annoncée aujourd'hui par le président de la République doit être un outil commun entre l'Etat et les régions, pour la création et la croissance des entreprises sur tous les territoires. Aux côtés de Bpifrance et de la Caisse des dépôts et consignations dont le Président de la République a annoncé la participation (...), les régions doivent être étroitement associées à la gouvernance et au choix des orientations stratégiques de ce nouvel organisme", précise  un communiqué de l'association.

Sinon, le risque existe  que " cette agence ne serait qu'une structure de plus, qui doublonnerait avec les moyens mis en œuvre par toutes les régions pour assurer le développement économique de leurs territoires et l'accompagnement des PME et ETI au risque de gaspiller l'argent public et d'être inefficace ".

" La nouvelle agence créée par l'Etat doit donc réunir les moyens de l'Etat et les Régions pour cette mission essentielle : offrir les mêmes chances en matière d'emploi à tous les citoyens de la République et une espérance à tous nos jeunes ", écrit l'ARF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2015 à 21:14 :
Encore un machin public financé avec l'argent du contribuable qui ne sert à rien, comme ce président
a écrit le 05/02/2015 à 18:40 :
Hollande confirme donc l'inutilité des CCI?
Réponse de le 05/02/2015 à 21:25 :
Effectivement, les CCI ont largement démontré leur inutilité.

Ya plus que les boucler,

les fumeux experts autoproclamés des CCI n'auront pas besoin d'indemnités, ils ont déjà ruiné l'industrie, n'aggravons pas la situation misérable qu'ils ont enfanté,

les fumeux experts autoproclamés des CCI vont enfin pouvoir démontrer leurs talents, leur assiduité au travail et leur ingéniositude.
a écrit le 05/02/2015 à 18:27 :
Vous la sentez la reprise maintenant.
Elle sent la conférence bidon.
a écrit le 05/02/2015 à 18:21 :
Une belle usine à gaz avec de supers plaçous .
a écrit le 05/02/2015 à 18:16 :
Moins l'Etat intervient, mieux on se porte
a écrit le 05/02/2015 à 17:06 :
REPONSE CE DESSOUS VIDE :
a écrit le 05/02/2015 à 16:58 :
Encore un amas de fonctionnaires tout a fait inutile voir nuisible, peuvre pays
a écrit le 05/02/2015 à 16:54 :
comme citerai SW CHURCHILL,ils sont combien a voter pour ce personnage !!
a écrit le 05/02/2015 à 16:51 :
Ils anticipent la prochaine raclée electorale alors le Président annonce une nouvelle agence bidon pour pouvoir recycler un ou deux ministres socialistes dans cette future structure.
Lors du remaniement, cela sera plus facile pour lui de lourder qqs uns de ces collègues du gouvernement Valls.
a écrit le 05/02/2015 à 16:19 :
A quoi ressemblera l'Agence nationale de développement économique ?

cela sera une multi duplication des agences blas blas banquets champagne caviar rollex limousines de luxe, logées dans de luxueux châteaux aux façades de verre, bordées de jardin du Luxembourg et desservies par des Avenues de Versailles, Régionales, Départementales, Agglomérationales,

toutes plus ruineuses et inutiles absolues les unes que les autres, justement celles qui ont engendré le monstre du déclin industriel français durant ces 15 dernières années.

Encore des folies furieuses énarquiennes hollandaises vallsiennes macroniennes.

Quel désastre, les socialistes aggravent les conneries pures imbécilies de l'UMP Nouveau Centre déguisé en UDI.
Réponse de le 05/02/2015 à 18:45 :
A l'ANDE heu pardon l'ANPE... Après tous l'ANPE n'est plus censé proposer du travail?
a écrit le 05/02/2015 à 15:53 :
à un bidule..
a écrit le 05/02/2015 à 15:50 :
A quoi ressemblera l'Agence nationale de développement économique ? Simplement a montrer son incompétence et a transférer sa responsabilité a des tiers sans que cela puisse lui porter préjudice!
a écrit le 05/02/2015 à 15:32 :
J'espère qu'il va l'annoncer le mois prochain.

Il faudrait aussi :
- une agence sur le justice sociale
- une agence de la mixité economique
- une agence de la mixité sociale economique
- une agence de la justice economique
- une agence de la justice mixée socialement
a écrit le 05/02/2015 à 15:19 :
Parce qu'il faudra bien recaser Pierre Moscovici, DSK ou Ségolène un jour.

Pas de pacte sinon ?
a écrit le 05/02/2015 à 15:19 :
encore des nuls de l'ENA A CASER, vite fermons cette école
a écrit le 05/02/2015 à 14:52 :
Ça y est ? Il est reparti, il relance des grands plans, des grandes théories. Comme les camelots à la foire, il est capable de vous vendre à prix fort des boites vides.
a écrit le 05/02/2015 à 14:06 :
Et hop une agence/haute autorité/commission de plus une elle est pas belle la vie?
Réponse de le 05/02/2015 à 14:55 :
Quel est donc le pantouflard de l'admin ou ami à caser? Macron ou Montebourg?
a écrit le 05/02/2015 à 13:53 :
Alors qu'il serait nécessaire de supprimer bon nombres de ces structures qui ne servent à rien, on créé encore un "zinzin" inutile et qui sera très onéreux. Mais bon il faut bien recaser les amis. Pourtant parait que l'argent manque.
Réponse de le 05/02/2015 à 13:59 :
Ils croient qu'ils vont acheter la paix dans les quartiers avec de l'argent. Ca peut marcher. Mais attention le jour où ils couperont le robinet. Le maire de Corbeil peut les coacher sur le sujet.
Réponse de le 05/02/2015 à 14:12 :
tout à fait d'accord
ça c'est de la lutte contre les déficits
toujours aussi nul le président
Réponse de le 05/02/2015 à 14:48 :
j'ai pu voir en effet combien tournait à plein régime le reclassement des amis en prévision d’échecs électoraux futures au parti socialiste, au mépris bien souvent de ceux qui ont eu le mérite de réussir des concours difficiles pour avoir les postes dans la fonction publique: les élus se permettent tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :