Accord européen sur un éventuel plan de soutien à la Grèce

 |   |  384  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a annoncé lundi soir un accord des pays de la zone euro sur les modalités techniques d'une éventuelle action coordonnée en vue de soutenir financièrement la Grèce "si une telle nécessité devait se présenter"

Les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord sur les modalités techniques d'un dispositif d'assistance financière à la Grèce, a annoncé lundi soir le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker. "Nous avons clarifié les modalités techniques qui nous permettrons de prendre une décision sur une action coordonnée, qui pourrait être activée rapidement si une telle nécessité devait se présenter", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion de l'Eurogroupe. Tout en indiquant que la Grèce pour l'instant n'en a pas besoin et n'en fait pas la demande.

Le montant d'un tel plan n'a pas été indiqué mais selon plusieurs sources, il atteindrait 20 à 25 milliards d'euros sous forme de prêts bilatéraux.

"Les propositions que nous ferons seront totalement en ligne avec les dispositions afférentes du traité et avec les législations nationales", a ajouté Jean-Claude Juncker. Le Premier ministre luxembourgeois a ensuite précisé que la décision ultime de recourir à cette aide serait prise par les dirigeants de l'Union européenne lors d'un prochain sommet européen, si nécessaire.

Il a par ailleurs ajouté qu'une série de points techniques de ce mécanisme seraient clarifiés au cours des prochaines semaines sans faire l'objet d'un exposé public mais, a-t-il dit, il ne s'agira pas de prêts garantis et tous les pays de la zone euro participeront à cette action. "Toutes les questions politiques ont trouvé une réponse", a-t-il encore dit.

De son côté, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a redit que la Commission européenne était prête à présenter prochainement un nouveau cadre d'action visant à s'assurer de la stabilité financière de la zone euro.

Ce mardi est la date limite pour le rapport d'étape d'Athènes sur la mise en place de son programme d'assainissement budgétaire. Hier ont été mises en place les premières mesures du plan de rigueur dans le pays avec des hausses de taxe sur de nombreux produits, au grand mécontentement de la population. Le gouvernement attend une analyse rapide de l'efdfet de ces mesures sur l'économie nationale et sur les entrées fiscales afin de réduire son vaste déficit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :