Etats-Unis : stabilité des prix, légère amélioration pour l'emploi

 |   |  462  mots
Les nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont baissé pour la troisième semaine consécutive aux Etats-Unis. Les prix à la consommation sont restés stables en février.

Nombreuses publications de statistiques macro-économiques ce jeudi aux Etats-Unis. L'activité manufacturière s'est améliorée plus qu'attendu en mars dans la région de Philadelphie. Son indice d'activité de la Réserve fédérale de Philadelphie a atteint 18,9 pour le mois de mars contre 17,6 en février. Les économistes anticipaient en moyenne un chiffre de 18. Un indice supérieur à zéro traduit une expansion de l'activité industrielle dans la région.

L'indice des indicateurs avancés, mesuré par l'institut privé de conjoncture du Conference Board, a légèrement progressé en février. Il affiche une hausse de 0,1%, son onzième gain consécutif, conformément aux prévisions des marchés. Cet indicateur donne une idée de l'évolution de la conjoncture américaine au cours des six prochains mois. Il laisse donc entrevoir une amélioration modérée de l'économie.

Sur le front de l'emploi, les nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont reculé la semaine passée, pour la troisième fois consécutive. Elles se sont ainsi établies à 457.000, contre 462.000 la semaine précédente. Cependant, les économistes misaient sur un repli un peu plus marqué, tablant sur 455.000 dossiers.

La moyenne mobile sur quatre semaines, considérée comme plus représentative d'une tendance, s'affiche également à la baisse, avec 471.250 inscriptions. Le nombre de chômeurs indemnisés est également en repli, passant de 4,66 millions à 4,58 millions. Mais les économistes escomptaient seulement 4,54 millions.

Par ailleurs, les prix à la consommation sont restés stables en février, malgré le repli des prix de l'énergie. Ce dernier a été compensé par la hausse de ceux de l'alimentation et de la santé. En excluant les éléments volatils que sont l'énergie et les produits alimentaires, les prix affichent une hausse de 0,1% sur un mois, après avoir reculé en janvier pour la première fois en 28 ans. Ces chiffres sont en ligne avec les attentes.

Enfin, le déficit des comptes courants des Etats-Unis s'est creusé au quatrième trimestre, en grande partie en raison du gonflement du déficit commercial. Il atteint 115,6 milliards de dollars, contre 102,3 milliards au troisième trimestre 2009 (révisé de 108,03 milliards en première estimation). Pour la période octobre-décembre, les analystes tablaient sur un déficit de 119 milliards de dollars.

Sur l'ensemble de l'année dernière, le déficit courant a cependant reculé à 419,9 milliards de dollars, ce qui représente son plus bas niveau depuis 2001. Cela s'explique notamment par la baisse des importations liées à la dégradation de la conjoncture économique. Ce déficit représente 2,9% du PIB, contre 4,9% en 2008.

L'indicateur composite de l'institut privé de conjoncture du Conference Board et l'indice de la Réserve fédérale de Philadelphie doivent également être publiés à 16 heures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :