Jean-Claude Trichet : les Etats européens responsables de la chute de l'euro

 |   |  596  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alors que la devise unique évolue à son plus bas niveau depuis octobre 2008, le président de la Banque centrale européenne appelle les pays membres à renforcer le contrôle de leurs budgets. L'Allemagne voudrait présenter un plan concerté de réduction des déficits.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, estime que l'euro n'est pas en butte à des attaques spéculatives malgré sa forte chute face au dollar, et plaide pour un contrôle renforcé des budgets nationaux, rapporte samedi Der Spiegel.

Dans une interview accordée à la revue allemande, Trichet considère que l'Europe doit envisager des changements profonds en vue de prévenir et de sanctionner les écarts de conduite des Etats de la zone euro en matière de politique économique.

Il note que les marchés financiers traversent leur plus mauvaise passe depuis la Seconde Guerre mondiale, voire depuis la Première. Mais il nie que les gouvernements de la zone euro aient forcé la BCE à se joindre cette semaine au plan de stabilisation de 750 milliards d'euros adopté pour empêcher la crise de la dette grecque de s'étendre au reste de la zone et au-delà.

Dans son interview, Jean-Claude Trichet laisse entendre que c'est aux gouvernements européens, plus qu'aux marchés monétaires, qu'incombe la responsabilité du recul de l'euro, qui est tombé vendredi à un nouveau plus bas de 18 mois face au billet vert.

"Ce n'est pas une question d'attaque contre l'euro. Cela concerne le secteur public et donc la stabilité financière dans la zone euro, dit-il. Il est clair que les Européens ont pour principale responsabilité de prendre des mesures appropriées pour contrebalancer les tensions actuelles en Europe."

RENFORCER LE CONTRÔLE DES BUDGETS NATIONAUX

Vendredi, la monnaie unique a enfoncé à la baisse deux seuils successifs, 1,25 dollar puis 1,24 dollar, pour toucher un "plus bas" de séance à 1,2358 dollar sur la plate-forme de transactions électroniques EBS.

Le président de la BCE exhorte depuis longtemps les gouvernements de la zone euro à réduire leurs déficits budgétaires afin de contenir la hausse de leur dette. Le fait que le gouvernement grec n'en ait pas tenu compte a ainsi engendré une crise qui risquait de s'étendre à d'autres pays de la zone connaissant des problèmes analogues, et au-delà.

Jean-Claude Trichet préconise un contrôle plus serré des budgets gouvernementaux. Aux termes du Pacte de stabilité et de croissance, ces derniers sont censés gérer des déficits ne dépassant pas 3% du produit intérieur brut (PIB), mais certains pays dont la Grèce se situent déjà près de quatre fois plus haut que ce seuil.

Comme on lui demande s'il est souhaitable que la Grèce quitte la zone euro, il répond: "Non, ce n'est pas une option. Quand un pays entre dans l'union monétaire, il partage un destin commun avec les autres pays."

Trichet ajoute cependant: "Nous devons faire un bond en avant dans la surveillance mutuelle des politiques européennes en Europe. Nous avons besoin de meilleurs mécanismes pour prévenir et sanctionner les écarts de conduite."

"Il nous faut une mise en oeuvre efficace du contrôle mutuel, nous avons besoin de sanctions efficaces pour les atteintes au Pacte de stabilité et de croissance. La BCE réclame ici de profonds changements", souligne-t-il.

L'Allemagne devrait d'ailleurs présenter prochainement à l'Union européenne une initiative en faveur d'un programme concerté de réduction des déficits dans la zone euro, lors d'une des prochaines réunions de l'Eurogroupe.

"Le gouvernement allemand veut présenter sous peu une initiative en faveur d'un plan européen concerté de réduction des déficits dans la zone euro, pour rétablir la confiance écornée dans la monnaie commune", écrit le spiegelonline, sans citer de source.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2010 à 15:56 :
à EIFFEL : mme LAGARDE a du potentiel et est intelligente ! mais n'est surtout pas libre de ses paroles ! elle doit faire de la com en permanence : continuer à annoncer de la croissance (ça fait déjà 3 ans qu'elle agit dans ce sens !) elle nous annonce déjà 2,5 % Pour bientôt ????? à noter toutefois qu'elle s'exprime très bien dans la langue anglaise contrairement à SARKO qui bafouille !
a écrit le 17/05/2010 à 5:29 :
Bien sûr, c'est la faute des Etats, comme c'est facile surtout venant d'un homme qui n'a pas voulu voir (comme les autres dirigeants) venir la crise.
Il faudrait d'abord se poser la question de savoir pourquoi les Etats se sont endettés, non, Monsieur Trichet ? Pourquoi doivent-ils emprunter aux prix du marché aux banques tandis que celles-ci empruntent à la BCE à 1% ? Pourquoi le traité de Maastricht l'interdit-il ?
Ensuite, pourquoi sont-ils aujourd'hui surendettés ? N'est-ce pas du fait qu'ils ont dû renflouer les banques pour éviter la crise systémique provoquée par les subprimes et qu'ils ont dû pratiquer une politique de relance qui n'a pas porter les fruits escomptés ?
Enfin, pourquoi les ménages s'endettent-ils autant si ce n'est parce que leurs revenus ne leur permettent plus de vivre décemment aujourd'hui ?
Revoyez votre copie, Monsieur Trichet, ce n'est pas en appliquant des mesures d'austérité que les Etats rembourseront leur dette, ce n'est pas en saignant davantage le malade qu'il se rétablira.
a écrit le 17/05/2010 à 3:55 :
Le gros problème mimosa, c'est que nous sommes dirigés en Europe par des hommes politiques incompétents et irresponsables. Mme Lagarde ministre de l'économie n'a pas du tout le profil d'une économiste mais celui d'une avocate. La charge des intérêts de la dette prévue pour 2010 est de 43.5 milliards d?Euros soit 14.5% de notre budget. Cela veut dire que la France va consacrer en 2010 cette somme pour payer les intérêts de sa dette (évidemment, le capital ne sera pas remboursé). Quand on voit défiler le compteur de la dette sur internet on est pris de vertige. Notre dette s'accroît de quasi 1/2 milliard d'euros par jour ! Dans ces conditions, notre position au sein de l'euro n'est pas tenable car l'euro est fait pour un pays développé comme l'Allemagne. La seule alternative pour la France est de quitter la zone euro et au plus vite pour limiter les dégâts. La Grèce, l'Italie, le Portugal, l'Espagne devraient suivre.
a écrit le 16/05/2010 à 17:59 :
à éléonore : le gros pb en Europe est l'accroissement de la pauvreté multiplication des smicards , temps partiels, du chômage total ou partiel-RSA = moins d'argent dans les caisses/ Moins de pouvoir d'achat avec le renchérissement de l'immobilier - loyers élevés - des droits aux soins qui baissent , transfert de la sécu vers les mutuelles très chères notamment pour les retraités - sarko a favorisé les plus aisés au détriment des classes moyennes : transfert vers les collectivités= hausse des impôts locaux -à quand une tranche supérieure de l'impôt sur revenus ?en quelque sorte l'argent a été confisqué par les riches et ne circule plus vers les plus pauvres - l'économie est "bloquée" et il n'y a plus de croissance....j'ai entendu parler d'économies sur les aides sociales ok ! mais pourquoi mettre les plus pauvre au régime ?
a écrit le 16/05/2010 à 17:08 :
@mimosa,
L'endettement des états est bien antérieur à 2008, la crise des subprimes certes a aggravé la situation, mais n'est qu'un révélateur!!
Les gouvernements ont fait les autruches en se refilant la patate chaude! cela devait arriver de façon inéluctable,
croyez vous qu'un ménage peut indéfiniment dépenser plus que ce qu'il gagne?
a écrit le 16/05/2010 à 13:26 :
il fait quoi Trichet quand les spéculateurs" que l'on a protégés en transférant le surendettement privé à la dette publique " s'attaquent à l'euro pour gagner de l'argent ? car il faut toujours un terrain de choix aux spéculateurs : dollar, matières premières ! on fait quoi contre la spéculation ????
a écrit le 16/05/2010 à 13:20 :
à éléonore : c'est le surrendettement privé qui a augmenté la dette publique depuis 2008 avec la crise des subprimes : on a sauvé les spéculateurs et récupéré leur dette : voir video de jacques genereux( prof à sciences po économiste) sur le point.fr les mêmes spéculateurs s'attaquent à l'euro et peut-être ensuite aux matières premières comme en 2008 .......
a écrit le 16/05/2010 à 13:06 :
Il faut arrêter de prendre les Français pour des benêts, les politiques sont tellement imbus de leur personne qu'ils sont incapables de se remettre en question!
Certes, le déficit Américain est abyssal mais les Chinois pour le moment, continuent d'éponger, mais je ne pense pas qu'ils sont prêts à en faire autant pour l'Europe!
Il reste une solution, taxer les banques et les marchés financiers, et arrêter avec le pillage fiscal, il faut supprimer les niches fiscales! qui ne favorisent que les plus aisés qui ne le réinjectent pas dans l'économie!
Ils doivent cesser de faire du clientélisme électoral et sauvegarder l'économie et l'intérêt général du peuple!

a écrit le 16/05/2010 à 12:18 :
"douce France, cher pays de mon enfance..." ça a servi à quoi l'Euro ? Ha oui c'est vrai "nous protéger" Humm superbe réussite, et si vous avez l'audace de demander un retour au Francs on va vous ressortir exactement le même argument en plus de vous prendre pour un débile rétro ! Une fois que tout ce bazar aura coulé on pourra reconstruire en attendant il va falloir regarder l'agonie avec humour sinon bonjour la déprime. Au fait les dettes c'est nous tous ne l'oubliez pas ! Vous êtes prêt à quelles concessions ?
a écrit le 16/05/2010 à 9:05 :
Trichet fait son sermon habituel d'ailleurs comme Barroso et tous les ténors de l'Europe : objectif 3 pour cent du déficit ! complètement surréaliste !
la faillite de la Grèce et les difficultés du sud de l'europe ? ils n'ont rien vu venir !
nous avons en Europe une bande d'incompétents qu'il faut remettre en cause...
a écrit le 16/05/2010 à 8:40 :
à vouloir combler les déficits ! on va plomber la croissance et tout espoir d'une éclaircie ! d'ailleurs depuis 3 ans nous avons déjà une politique de rigueur pour la plupart des français moyens : on a un peu épargné les plus aisés- comment font les usa ? ils ont pourtant des déficits mais à nouveau de la croissance !
a écrit le 16/05/2010 à 8:10 :
Mr Trichet ferait bien de faire un peu son examen de conscience, les taux bas et l'argent qui coule à flot ne sont pas étrangers au surendettement des états.
Il faut casser la planche à billets!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :