Paul Volcker évoque une "désintégration possible de l'euro"

 |   |  178  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Alors qu'ils participaient jeudi à Londres à deux conférences, le conseiller économique du Président Obama, Paul Volcker, s'est montré très pessimiste sur l'avenir de la monnaie européenne.

Paul Volcker a-t-il contribué à faire dévisser l'euro ce vendredi ? Selon plusieurs analystes cités par l'Agence France Presse (AFP), le conseiller économique du président Barack Obama aurait fait, ce jeudi à Londres, dans le cadre de conférence, plusieurs déclarations qui expliqueraient la baisse spectaculaire de la devise européenne face au dollar.

"De toute évidence, je pense que l'on peut dire que l'euro a échoué et est tombé dans un piège qui était manifeste depuis le début" a d'abord expliqué l'ancien patron de la Fed en soulignant l'absence de politique budgétaire commune.

Selon Paul Volcker, les dirigeants européens sont désormais au pied du mur : "L'Europe va au final devoir décider si elle veut être plus ou mins intégrée, et cela remet l'euro en question." Une remise en cause qui, à ses yeux, pourrait même aboutir à une "désintégration possible de l'euro". A en croire plusieurs analystes, ces propos, inhabituels dans la bouche d'un haut responsable, expliqueraient pour partie l'emballement qu'ont connu les marchés ce vendredi.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2010 à 13:07 :
Et si l'on s'amusait à attaquer le dollard? Cela dit Volcker a peut être raison. L'Euro mis en place par des technocrates style Delors, ne jouit pas de beaucoup de souplesse.
a écrit le 17/05/2010 à 7:17 :
connaissez vous beaucoup de pays ou les peuples sont dans la misère,est qui on une monnaie fort? moi pas
si j étais actionnaire,est que j entends rigueur suppression de post de fonctionnaire,allongement de la durer de travail,(comme en grece) ,moi j aurai peur pour mon argent,est je retire mes billes.je vais pas me laisser plumer ,vous si? ok.... mai pas moi
en plus si j entends que l europe est diriger part des gent qui raconte n importe quoi,ou je n ai plus confiance,je retire mes billes est ,a la limite,j atemps pour voir la suite,mai je suis pas fou
a écrit le 17/05/2010 à 6:48 :
Tous les coups sont permis dans le duel à mort entre le dollar et l'euro. Toute monnaie qui pourrait représenter une alternative au dollar est la cible des attaques anglo-saxonnes. Au moment où les américians (et les anglais)vont devoir trouver des sommes vertigineuses pour financer leur déficit ils décridibilisent l'euro pour amener les investisseurs internationaux à acheter du dollar et pas de l'euro.
a écrit le 17/05/2010 à 1:44 :
Vive le deutshmark!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 16/05/2010 à 22:09 :
Paul Volker et Angela Merkel font le même diagnostic.
a écrit le 16/05/2010 à 20:54 :
Dans le temple anglais de la City c'est si facile de dire je vous l'avais bien dit.
Au fait les subprimes c'est aussi la faute de l'EURO ? Tous les revendeurs de crédits pourris aux US étaient-ils grecs Mr Volker.
Pourquoi donc n'est-il pas venu faire son speech à Frankfort ? A Londres la Livre Sterling est moribonde. Sachez que si l'Euro est monté à 1.50$ et à 1 £
depuis un an c'est parce que plus personne n'en voulait. Alors un peu de sobriété MR Volker , le has been.
a écrit le 16/05/2010 à 19:10 :
supprimons deja la moitie des ministeres , il y en a bcp trop - 39 !!!!!
a écrit le 16/05/2010 à 16:13 :
ces informations de Paul Volcker proviennent certainement d'informations basées sur l'expérience.
a écrit le 16/05/2010 à 13:47 :
à grignoute : ce sont les spéculateurs qui dès 2008 ont fait doubler notre dette publique ! les mêmes qui s'attaquent à l'euro ; souvenez-vous la montée des matières premières dans les magasins ? il fo avoir un souci d'économies publiques, mais le pb n'est pas là - on nous demande de payer à la place des spéculateurs et vs ne l'avez pas compris...
a écrit le 16/05/2010 à 13:25 :
mettre la charrue avant les boeufs , c'etait inévitable , nous ne controlons plus nos finances et la planche à billets a de beaux devant elle.
a écrit le 16/05/2010 à 12:29 :
Comment voulez vous qu'on baisse les déficits, nos politiques pour des raisons purement électoral, ne pense qu'à dépenser, dépenser toujours plus pour faire plaisir a l'électorat. Nos politiques n'ont aucune visions de l'avenir, ils ne pensent qu'à l'élection présidentiel en se rasant ou en ce maquillant le matin.
Et vous vous voteriez pour quelqu'un qui vous dit, je vais augmenter les impôt, supprimer les niches fiscal, raboter les avantages sociaux, mettre les fainéants au boulots (chômeurs professionnels), certainement que non!
Nous sommes tous responsable du merdier dans lequel nous sommes.
Il nous faut une colonne vertébrale fiscal et budgétaire commune à tous, sinon ça sera la fin de cette belle invention qu'est l'EUROS.
a écrit le 16/05/2010 à 8:48 :
Barroso Trichet à la tête de l'EUROPE n'avaient rien vu venir ? pas même la faillite de l'état grec ? nous sommes dirigés par des nuls ! la désintégration de l'euro peut-être une solution ; la question à poser à nos hommes politiques : peut-on l'éviter ? et comment ?
a écrit le 16/05/2010 à 8:19 :
freeman a raison de relever l'augmentation du prix des actifs : tant mieux pour les proprios et le décalage des salaires qui ne suivent pas...il manque cruellement de logements : voir un rapport récent du secrétariat au logement !
dans les années 50 il y avait des bidonvilles ; vont-ils revenir ?ON CACHE LES VRAIS PROBLEMES ......
a écrit le 16/05/2010 à 8:16 :
à euromaniac : le pb de la Grèce ce n'est pas le "socialisme" mais la corruption!
le fait que du bas au haut de la société on gruge , on ne fait pas de facture, on bosse au noir, les plus riches : armateurs s'évadent dans les paradis fiscaux...
l'état est donc en faillite faute de contrôles et laxisme ...
le pb de l'europe c'est sa décroissance et l'absence de perspectives avec l'accroisement des pauvres et assistés....
a écrit le 16/05/2010 à 8:03 :
Les USA craignent l'euro depuis sa création, car il concurrence le billet vert. Le paradoxe de ces attaques orchestrées contre l'euro c'est qu'en faisant baisser l'euro cela dopera les exportations européennes au détriment de celles des USA.
Or les Usa sont dans une situation réelle d'endettement plus de deux fois plus importante que celle de l'Union Européenne.
Pourquoi ne le dit on pas?
Le dollar poursuit son déclin. L'euro traverse une crise de croissance bien naturelle, et ne vise pas à remplacer le dollar.
Cela augure, certes dans la douleur, d'un nouvel ordre mondial moins dominé par l'arrogance et qui pourrait être plus équilibré.
a écrit le 16/05/2010 à 7:48 :
Quand un état veut conserver sa souveraineté pleine et entiére, alors il n'adhére pas à l'Union Eurpéenne; On voit le résultat !!!
a écrit le 16/05/2010 à 7:15 :
Arrêtons la paranoïa vis a vis des US et tenons compte de tout propos. L'Europe est en crise et l'euro surcoté est un des responsables. Les marchés ne s'affolent jamais sur un simple malentendu. Le développement des pays tel que la Grèce, l'Espagne, les pays de l'est a été alimenté part des crédits pharaoniques. Rappelons nous des Jeux Olympiques en Gréce. Les entreprises ont profité de cet argent virtuel maintenant il faut payer l'addition
a écrit le 15/05/2010 à 20:15 :
Peu importe la Bourse le commentaire à Londres de Paul VOLCKER doit au moins mettre les Européens d'accord sur l'analyse. Ensuite ce qu'il reste à savoir c'est s'ils sont capables d'agir... C'est çà la seule question ? Cette génération de néoconservateurs (neo n'étant pas ici pégeoratif mais désignant une nouvelle génération de conservateurs nés tous depuis 1950 cad après guerre) va t-elle poursuivre 'la route de la paix ouverte par ses prédecesseurs (socialistes compris) ou va-t-elle se déchirer incapable de mettre en place une plotique économique et fiscale unifiée et supra-nationale ? C'est çà tout l'enjeu.
a écrit le 15/05/2010 à 17:21 :
Le capitalisme ce n'est pas l'idéal certes, mais c'est le moins mauvais des systèmes connus dixit un capitaliste eh bien que de poncifs. allez dire cela aux millions d'innocents que le capitalisme a massacré.
en vérité babylone s'écroule et vous avez peur,une immense peur secoue vos tripes,car une âme vous n'en n'avez point
a écrit le 15/05/2010 à 17:03 :
Mr. Volker devrait prendre une retraite bien merité..Faisons confiance à
Mr. Bernanke President de la Fed pour decider de la politique monétaire de son pays. Seuls les speculateurs font courir des rumeurs infondées.
a écrit le 15/05/2010 à 10:45 :
a euromaniac !!!! Les socialistes grecs ont malheuteusemnt découvert le pot aux roses et les mensonges du : GOUVERNEMENT précedent , ils sont comme toujours la cible de ceux qui oublient par ex qu'en France les Socialistes ont été au pouvoir pendant 7 ans ( hors cohabitation) et la droite 52 ans depuis la cinquieme république !!!!!! à méditer et surtout un peu d 'humilité !!
a écrit le 15/05/2010 à 5:03 :
Les us-iens essaient de dégringoler l'europe, ce n'est pas nouveau.
Ils semblent oublier leur crise...
a écrit le 15/05/2010 à 4:42 :
REPONSE A EUROMANIAC:
la crise des subprime c'est aussi la faute des socialistes???
a écrit le 14/05/2010 à 21:09 :
Pour que Sarkozy se fasse un nom, il faudrait plutôt qu'il rentre dans le lard des charognards Américains qui misent sur la dégringolade de la Grèce et de l'euro. Pour cela, et pour commencer,il devrait interdire et poursuivre aux tribunaux toutes les activités en France des banques internationales: Hedges funds et les spéculations sur les crédits.
a écrit le 14/05/2010 à 20:12 :
La Grèce socialiste dépense sans compter et compte sur l'argent offert si gracieusement par l'UE. À qui le tour ? Le Portugal (socialiste) et l'Espagne (socialiste). N'est-ce pas là le problème ? La chute de l'Europe de l'Est n'avait aucunement servi de leçon, la quasi-totalité de l'Amérique du Sud a viré socialiste... Le capitalisme ce n'est pas l'idéal certes, mais c'est le moins mauvais des systèmes connus. Le socialisme, lui, ne sait que rendre pire toute chose et la seule "solution" qu'il peut trouver, c'est remettre les problèmes à plus tard en les laissant s'accumuler.
a écrit le 14/05/2010 à 20:03 :
Spéculations:
-Fonds de pensions de retraites US : 10% ou 20% de rendement financés par le Monde entier.
-Immobiliers: il y a 20 ans 15 années de crédit maintenant 25 année ! Qui paye ? Votre Futur.
a écrit le 14/05/2010 à 19:46 :
Qu'a t-il apporté et rapporté et à qui ? C'est la vraie question. On vivait mieux avant ! L'Europe est un vrai chateau de sable financier et la première grosse tempête va l'emporter. Les peuples européens n'ont jamais voulu de cette Europe là.
a écrit le 14/05/2010 à 19:20 :
ah ces americains!!! l'europe leur donne des cauchemards
a écrit le 14/05/2010 à 19:19 :
L'Europe n'a plus le choix ou l'on met en place : une économie commune, une armée commune et une politique étrangère commune ou c'est la fin.
a écrit le 14/05/2010 à 17:00 :
"L'Europe est un humanisme. "
Hum si vous croyez qu'on va s'en sortir comme cela ....
L'Europe est un welfare au Sud qui paie les aides avec de la dette depuis 50 ans et encore plus depuis 2002. Voilà, l'addition est sur la table.
Quant à ceux qui pensent que les propos de PV sont un calcul songez simplement qu'il ya pau les US étaient accusés de favoriser un euro fort en laissant glisser le dollar pour favoriser les entreprises US et maintenant c'est l'inverse! Il faudrait se départir de cette paranoïa! Les ennuis sont dus aux comportements dépensiers des gouvernements européens et à notre habitude de distribuer de l'argent non gagné. Il est trop facile d'accuser les spéculateurs, les traders, les riches, les américains, les juifs, les chinois et de ne jamais regarder la réalité: nous avons arrêté de faire l'UE après l'euro. On risque en mourir et l'euro avec.
La France a une responsabilité singulière elle qui depuis Dublin avec JC a refusé que des sanctions soient automatiques pour les pays qui sortaient des critères de Maastricht.
Nous avons des dettes certes mais surtout des engagements de retraite qui font que les dettes souveraines ont colossales. Aux US dois je le rappeler ce sont les entreprises qui provisionnent les retraites de leurs salariés! Cela a même entrainé la chute de l'automobile mais les choses sont purgées! Ici c'est le contraire, les engagements SNCF, EDF et autres sont cachés mais les marchés ne sont pas dupes!
La dette nous a asphyxié, elle va nous entraîner dans une déflation très grave. La seule solution qu'aucun politique ne choisira volontairement et ce par orgueil c'est bien sur le retour aux monnaies flottantes.
En revanche si on veut garder l'euro il faut un gouvernement supranational, les mêmes règles fiscales et sociale s et une mobilité totales des travailleurs. Nous avons tout fait pour l'empêcher (rappelez vous le plombier polonais, la directive Bolkenstein, le refus d'ouvrir à la concurrence les régimes d'assurance maladie etc...) il faut maintenant passer aux conclusions. Ce sera douloureux c'est sur et surtout ce sera incertain et risqué.
a écrit le 14/05/2010 à 15:29 :
l'interêt de l'amerique c'est quand même de ne pas avoir une monnaie concurrente trop forte et même de ne pas avoir de concurence tout court.dans quelque temps si l'euro reste a sa valeur actuelle et si malheureusement il disparait je parie qu'on verra pléthore de sociètés americaines venir faire leurs emplettes dans ''la vieille europe''
a écrit le 14/05/2010 à 14:34 :
la question des retraites fait encore débat en France, ce débat n'a plus lieu d'etre
avec l'effondrement de l'euro, les états européens vont devoir revoir rapidement leur budget, la rigueur va devenir obligatoire, disparition dans les quelque années a venir certainement du régime de retraite par répartition! cela va etre tres dur
a écrit le 14/05/2010 à 14:10 :
La solution est politique. Au début d'année n'a t-il pas été rapporté ( Wall Street Journal ou NewYorkTimes ) que quelques huiles ( 4 ) de Wall Street au cours d'un diner, tablaient sur la baisse ( chute ) de l'Euro. S'attelleraient à la tâche. La solution est européenne. L'Allemagne joue gros et nous avec. L'Europe est un humanisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :