L'euro au plus bas depuis quatre ans

 |   |  289  mots
Ce lundi, l'euro s'affiche encore en nette baisse face au dollar. Il a atteint son niveau le plus bas depuis avril 2006 à 1,2234 dollar et cela malgré les propos rassurants de plusieurs responsables européens et le plan historique de sauvetage de la zone euro.

La monnaie unique poursuit sa chute pour s'afficher sous 1,23 dollar. Ce lundi, l'euro a atteint son plus bas face au billet vert à 1,2234 dollar dans les échanges matinaux en Asie. Vendredi soir, la monnaie unique valait encore 1,2365 dollar vers 21 heures après avoir grimpé à 1,30 dollar lundi dernier à l'annonce du plan de soutien européen de 750 milliards d'euros.

Le problème de la dégringolade de l'euro sera au coeur de la réunion des ministres des Finances européen qui doit se tenir ce lundi. Les ministres sont sous pression pour montrer qu'ils sont capables de réduire les déficits assez rapidement pour satisfaire les investisseurs et les autorités budgétaires. L'Espagne et le Portugal ont déjà annoncé des coupes budgétaires.

Pourtant, la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, a déclaré que l'euro n'était "pas en danger", précisant que les pays membres de la zone euro souhaitaient "défendre leur monnaie" selon un entretien publié sur France Soir. De son côté, le Commissaire européen à l'Energie, l'Allemand Günther Oettinger, estime que "la plus grave menace qui pesait sur notre monnaie est derrière nous". Quant au président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, il a estimé pour sa part que l'euro n'était pas en butte à des attaques spéculatives malgré sa forte chute face au dollar.

Le plan historique de sauvetage de 750 milliards d'euros annoncé la semaine dernière par l'Union européenne et le Fonds monétaire international n'a pas suffi à rassurer les investisseurs. Ils sont toujours inquiets du haut niveau d'endettement de plusieurs pays de la zone euro, en particulier de la Grèce mais aussi du Portugal, de l'Espagne et de l'Italie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2010 à 13:25 :
Je ne crains pas un euros à 1.23 cela va permettre l'exportation ,pas plus bas pour un prix du baril ne pénalisant pas les entreprises. par contre les Européens doivent parler d'une seule voie ,n'est ce pas Mme Merkel.
a écrit le 17/05/2010 à 11:08 :
l'euro moins fort va nous permettre de relancer la croissance! ceci est une bonne nouvelle. Le problème, c'est le pétrole, il nous faut tomber trop bas non plus.
a écrit le 17/05/2010 à 10:38 :
et si c'était aussi une bonne nouvelle pour le tourisme donc nos amis américains , les entreprises industrielles qui exportent : EADS, SAFRAN etc....
l'an dernier on trouvait l'euro trop fort ?
a écrit le 17/05/2010 à 9:59 :
Il n'y a pas si longtemps de çà, on s'alarmait de voir l'euro trop fort qui pénalisait nos échanges commerciaux.
On reviendra à une parité plus logique de 1 euro pour 1 dollar et tout le monde sera content à l'exception des eternels insatisfaits.
a écrit le 17/05/2010 à 8:12 :
C'est le moment du retour notre franc français.
a écrit le 17/05/2010 à 6:28 :
les dirigeants européens ne sont pas à la hauteur et nous font perdre du temps : voyez l'attitude de Merkel ! les spéculateurs ont trouvé une proie en or : l'euro
trop de déficits en europe mais surtout décroissance et pour ça Barroso n'a rien à proposer après avoir imposé une politique libérale qui nous a amenés aux déficits ( liberté des marchés, délocalisations, dumping) Barroso n'a rien à foutre des travailleurs de l'europe, il oeuvre pour les financiers et spéculateurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :