Jean-Claude Trichet pour un renforcement de la surveillance budgétaire en zone euro

 |   |  626  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Devant la Commission des Affaires économiques et monétaires du parlement européen, le président de la BCE a plaidé pour une surveillance budgétaire renforcée et plus efficace dans la zone euro.

"La surveillance budgétaire est essentielle au sein de la zone euro", a martelé Jean-Claude Trichet devant les parlementaires européens. Interrogé sur la création éventuelle d'une agence de surveillance budgétaire indépendante au sein de l'Union européenne, il a répondu que "cette agence devrait être avant tout au sein de la Commission. Il faut que nous ayons un schéma de surveillance renforcé."

"La surveillance des politiques budgétaires doit être renforcée, c'est indispensable (...) Au niveau des vingt-Sept et en particulier de la zone euro, nous devons nous doter d'instruments efficaces pour corriger les déficits excessifs et les niveaux d'endettement", selon lui. "La surveillance budgétaire doit être plus efficace (...) En cas de non respect, les sanctions doivent être appliquées beaucoup plus tôt et devraient avoir un champ beaucoup plus large."

"Il est clair que la perspective de retour à une situation qui soit durable, de bonne gestion budgétaire, est essentielle (...) Nous croyons qu'elle est nécessaire pour la croissance. Je vois une complémentarité et pas une contradiction entre sagesse budgétaire et reprise de l'activité (...) Nous pensons qu'il faut aller au maximum de ce que permettent les législations secondaires sachant qu'il n'est pas très aisé et rapide de procéder à un changement des traités eux-mêmes, a-t-il encore commenté.

Par ailleurs, "si le Pacte de stabilité et de croissance avait été appliqué rigoureusement, dans sa lettre comme dans son esprit, nous serions assurément dans une situation bien meilleure", a affirmé le président de la BCE. "Je doute que nous soyons dans une situation dans laquelle je pourrais vous dire que nous sommes dans une situation très solide et très stable."

Jean-Claude Trichet a aussi évoqué le récent programme de rachats d'oblifgations lancé par la BCE au plus fort de la crise grecque : "comme le but du programme n'est pas d'injecter des liquidités supplémentaires dans le secteur bancaire, nous neutralisons intégralement les rachats d'obligations au moyen d'opération de ré-absorption spécifiques. En d'autres termes, notre politique monétaire n'est pas affectée et il n'y a aucun risque inflationniste lié au programme". "Nous avons pris la décision en toute indépendance", a-t-il insisté.

Concernant la conjoncture, "les données récentes ont confirmé la poursuite de la reprise dans la zone euro au premier semestre 2010. Pour l'avenir, nos prévisions antérieures d'une expansion modérée de l'économie de la zone euro cette année et l'an prochain ont été confirmées, estime le président de la BCE. "De notre point de vue, les risques sur ces perspectives sont globalement équilibrés. Néanmoins, la reprise devrait rester irrégulière pendant un certain temps et selon les économies et les secteurs, dans un climat d'incertitude persistante et avec des tensions dans certains segments des marchés financiers (...) Nous pourrions assister à de nouvelles accélérations légères de l'inflation au deuxième semestre de cette année. A plus long terme, nous continuons de prévoir une évolution des prix qui reste modérée à l'horizon prévisible de la politique monétaire à moyen terme."

Concernant enfin la décision des autorités chinoises de ce week-end, de mettre fin à l'indexation fixe du yuan sur le dollar, "je crois, a-t-il commenté, que la décision rendue publique par les autorités chinoises est une bonne décision, qui correspond aux intérêts de la Chine elle-même et aussi aux intérêts des partenaires de la Chine. Cela va dans le sens d'une plus grande stabilité et d'une plus grande prospérité au niveau mondial pour tous les partenaires. Cela va dans le bon sens."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :