La Chine exclut tout scénario de rechute de l'économie

 |   |  383  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La banque centrale chinoise a déclaré mardi s'attendre à un ralentissement et une stabilisation de sa croissance économique, mais certainement pas à une rechute.

Dans un communiqué publié sur son site internet (www.pbc.gov.cn), la Banque populaire de Chine se dit "prudemment optimiste" sur les perspectives économiques et écarte tout changement important de politique au cours des prochains mois, en ajoutant que les pressions inflationnistes avaient diminué.  "La probabilité d'un ralentissement économique et d'une stabilisation est relativement élevée mais la probabilité d'une rechute est faible", a-t-elle déclaré.

Ces déclarations ne sont pas sans rappeler celles du secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner dimanche dernier. Ce dernier avait estimé que l'économie américaine devrait continuer de croître lentement au cours des douze à vingt-quatre mois à venir et "éviter la rechute".

Une croissance qui flirte encore avec les 10%

La croissance du produit intérieur brut (PIB) chinois a ralenti à 10,3% au deuxième trimestre, contre 11,9% sur les trois premiers mois de l'année. Pour la banque centrale, ce ralentissement correspond à un ajustement après "la croissance trop rapide antérieure". Il correspond également au résultat attendu des politiques macroéconomiques mises en oeuvre ces derniers mois, parmi lesquelles le frein au crédit immobilier, les restrictions à l'endettement des collectivités locales et des mesures destinées à ralentir l'inflation.

La Chine, troisième économie mondiale après les Etats-Unis et le Japon, a connu une croissance exceptionnelle en 2007, autour de 13%, avant de "retomber" à 9,6% en 2008 et à 9,1% en 2009.

Pas d'impact de la crise de la dette européenne

Les fondamentaux de la troisième économie mondiale restent sains, grâce notamment à la reprise mondiale en cours, ajoute la banque centrale, qui estime que l'environnement extérieur devrait être meilleur que l'an dernier. Elle précise que la crise de la dette en Europe ne devrait pas avoir un impact important sur l'économie chinoise.

Elle estime par ailleurs que les nouveaux crédits bancaires devraient avoisiner 7.500 milliards de yuans (851 milliards d'euros) sur l'ensemble de 2010 s'ils se maintiennent au rythme du mois de juin.

La banque centrale déclare aussi que les réformes de la politique de changes annoncées le mois dernier ne visent pas spécifiquement à une réévaluation de la devise chinoise. L'assouplissement du lien entre le dollar et le yuan devrait selon aider la Chine à "maintenir le taux de change du yuan fondamentalement stable à un niveau raisonnable et équilibré".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :