Zone euro : Nicolas Sarkozy souhaite une plus grande intégration économique

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Nicolas Sarkozy a réaffirmé ce jeudi la priorité donnée à la réduction des déficits et à l'amélioration de la compétitivité, appelant ses vœux une plus grande intégration économique européenne.

Le chef de l'Etat, qui avait choisi le site Airbus de Blagnac pour présenter ses voeux au monde économique, a une nouvelle fois promis d'agir pour une plus grande stabilité des monnaies dans le cadre de la présidence française du G20. Revenant sur la crise de 2010, il a déclaré qu'il ne laisserait pas "défaire" l'euro, qui est une "chance" autant qu'une "force" et sans lequel "la France seule ne pourrait résister aux pressions du monde".

"Si on laisse tomber l'euro, on laisse tomber l'Europe", avait-il indiqué auparavant lors d'une brève intervention devant des employés d'Airbus. Il a jugé qu'il fallait aller aujourd'hui "plus loin vers un gouvernement économique de la zone euro" et vers l'intégration des politiques économiques de ses dix-sept pays membres. "On ne peut partager une même monnaie et avoir des stratégies économiques différentes. Cela ne marche pas !", a-t-il insisté.

Il a confirmé aussi son intention de rapprocher la fiscalité de la France de celle de l'Allemagne. Ceci implique le respect des objectifs de baisse des déficits publics, qui doivent être ramenés à l'équivalent de 6% du produit intérieur brut de la France cette année, puis à 3% en 2011.

Pour Nicolas Sarkozy, la baisse des déficits ne peut passer que par la maîtrise des dépenses et la réduction des niches fiscales pour ne pas porter atteinte à la compétitivité de l'économie française.

Il a réitéré de plus sa volonté de voir inscrite dans la Constitution une règle permettant de fixer un objectif de retour à l'équilibre des finances publiques.

La visite de Nicolas Sarkozy intervenait deux jours après l'annonce par Airbus d'un contrat historique portant sur 180 A320 par la compagnie indienne Indigo, pour un montant de 15,6 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2011 à 12:35 :
Sans une union fiscale la zone Euro ne peut survivre, elle est destinée a se scinder ou à se dissoudre.
Il faut donc se rendre à l'évidence, puisque les deux pays les plus influents de la zone euro, Allemagne et France, semblent vouloir imposer une solution à l'Allemande, la zone Euro va donc se scinder.
Il y aura d'un coté les pays économiquement forts avec un Euro I et de l'autre le reste, avec un Euro II ou avec chacun une monnaie nationale, ce qui me semble plus probable.
Ceci leur permettant de dévaluer selon l'évolution de la situation économique du moment.
Ce développement n'est pas pour déplaire aux Allemands, ayant même souvent été proposé par des soi-disant experts financiers d'outre Rhin.
Par la suite, les pays qui auront quitté la zone Euro (forte) n'ayant guère d'autres choix que d'accepter la coopération avec la Chine, la pénétration de l'économie européenne par la Chine et peut-être l'Inde en sera facilité.
En fait ce n'est pas l'Allemagne mais la France qui va décider de l'avenir de l'Europe, puisqu sans l'aval de la France l'Allemagne ne peut imposer sa volonté.
Ce sera donc probablement une question de prix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :