Impressionnant rebond de la croissance mondiale

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Dans la mise à jour de ses prévisions, le Fonds monétaire international (FMI) dépeint une croissance économique très vigoureuse dans les pays en développement et émergents (6,5%), soutenue aux Etats-Unis (3%) mais faible et fragile en Europe (1,5%).

Un moindre ralentissement dans les pays avancés et la confirmation d'une vigoureuse reprise dans les pays émergents : le tableau statistique dressé par le Fonds monétaire international (FMI) dans la mise à jour de janvier de ses prévisions économiques mondiales (Weo), est à première vue rassurant. Globalement, l'économie de la planète devrait croître de 4,4% en 2011, comparé à seulement 4,2% selon ses prévisions parues en octobre. Un vrai sursaut par rapport à 2009 marquée par la plus grande récession depuis 1929 (-0,6%). En 2012, l'économie mondiale devrait progresser de 4,5%, sans changement par rapport aux prévisions d'octobre.

Très largement en tête de peloton, les pays émergents et en développement devraient enregistrer une croissance de leur PIB de 6,5% (+0,1 point) en 2011 et autant en 2012. Parmi eux, la Chine engrangerait une augmentation de son activité de 9,6%, en léger reflux par rapport à 2010 (10,3%), et presque autant en 2012.

A l'opposé, l'économie de la zone euro n'augmenterait que d'un modeste 1,5%, sans changement par rapport aux prévisions d'octobre, avant de croître de 1,7% en 2012. Le taux de croissance des Etats-Unis serait le double de celui de l'Europe, avec un rythme de 3% en 2011 puis refluerait légèrement à 2,7% en 2012.

Le FMI attribue "aux nouvelles initiatives pour doper la croissance" la vigueur de la reprise aux Etats-Unis. Toutefois, il relève que "la reprise à deux vitesse se poursuit", avec "dans beaucoup de pays émergents, une activité bouillonnante, des pressions inflationnistes, et quelques signes de surchauffe alimentées en partie par d'importants afflux de capitaux". Dans les pays avancés en revanche, "le chômage demeure élevé, et des signes renouvelés de tension parmi les pays périphériques de la zone euro" obscurcissent l'horizon.

Au total, "la menace sur la croissance demeure élevée" et "le plus urgent pour instaurer une croissance robuste consiste à mener des actions d'envergure et rapides afin de venir à bout les désordres financiers et souverains dans la zone euro et des politiques de redressement budgétaire ainsi que de réparer et réformer le système financier dans les pays avancés", recommande le FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2011 à 13:37 :
Je garde soigneusement une copie de cet article pour le ressortir l'année prochaine ; parce que la croissance des pays émergents va entrainer une hausse des prix du pétrole, de l'alimentation, des matières premières, etc, insupportable pour la classe moyenne mondiale, et à ce moment là il faudra une petite cuillère pour ramasser ce qui restera de la croissance !!
Réponse de le 25/01/2011 à 14:54 :
croissance soutenue aux USA???? c est une blague ou quoi ??ils sont allés voir comment ca se passe la bas les grands économistes qui ont pondu cette "analyse"?? c est vraiment du grand n'importe quoi
a écrit le 25/01/2011 à 12:18 :
faut être patient, ca reviendra un jour, en attendant il faudrait monter les taux d intérêt car l inflation c est la plus mechante
Réponse de le 25/01/2011 à 14:59 :
C'est vrai ,mais vous pouvez attendre encore longtemps !
JC Trichet a été le fossoyeur de la croissance Française quand il était gouverneur de la banque de France en pratiquant des tx d'interets trop élévés afin de recoller au mark pour des raisons de parité.
Il l'est de nouveau avec l'euro pour les memes raisons.
les tx d'interets doivent coller aux tx naturels ,c'est à dire celui de la croissance des PNB des pays concernés.
Trop d'écart conduise à la mollesse de la croissance

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :