Les appels se multiplient pour sauver la Grèce

 |   |  352  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le président Sarkozy en appelle à "l'esprit de responsabilité" et aux "compromis nécessaires". De son côté, Nout Wellink, membre du directoire de la BCE, propose de doubler la capacité du fonds de sauvetage européen.

Nicolas Sarkozy a appelé ce jeudi les pays européens à "faire preuve d'esprit de responsabilité et du sens des compromis nécessaires" pour défendre l'euro, menacé par la crise persistante de la dette grecque, lors d'un discours à Paris devant un forum d'agriculteurs. "J'en appelle à chacun pour faire preuve d'esprit de responsabilité et du sens des compromis nécessaires sur lesquels l'Europe s'est bâtie. Il faut défendre notre monnaie unique, défendre les institutions européennes", a-t-il insisté.

"Au cours des semaines passées, un débat public s'est développé sur les formes, mais non sur le principe, du soutien à la Grèce. Ce débat n'est pas illégitime et je comprends que chacun de nos Etats, chacune de nos institutions veuille faire valoir son point de vue (...) Ce dont nous avons besoin le plus aujourd'hui, c'est d'unité. Il faut sortir des querelles nationales pour retrouver le sens de notre destin commun (...), c'est notre devoir à tous de tout faire pour préserver la stabilité de la zone euro car, sans stabilité, il n'y a pas de croissance possible pour chacun d'entre nous", a poursuivi le chef de l'Etat.

Par ailleurs, dans une interview publiée ce jeudi par le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad, Nout Wellink, membre du directoire de la BCE, estime qu'une nouvelle aide à Athènes comporterait tellement d'incertitudes qu'il faudrait porter la capacité du fonds à 1.500 milliards d'euros en raison des risques de contagion à l'Irlande et au Portugal.

"Si on prend de tels risques, on doit se doter d'un filet de sécurité. Il faut aller jusqu'à 1.500 milliards d'euros et permettre une utilisation plus flexible de ces fonds", déclare Nout Wellink, également le président sortant de la banque centrale des Pays-Bas. "Si les choses se passent mal, il faudra être répondre de beaucoup de choses. Si les agences de notation considèrent un "rollover" (de la dette grecque) comme un défaut partiel, il y aura contagion aux autres pays périphériques de la zone euro."

L'euro a touché un plus bas de trois semaines à 1,4113 dollar à la suite de cet article.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2011 à 20:50 :
La Grece n'en finit plus d'ajuster ses dépenses sans progresser d'un iota pour faire rentrer les impôts. Se foutent de nous.
Ce serait peut être mieux de les larguer pour que chaque peuple comprenne bien ce qu"apporte l'euro et des contreparties indispensables : le peuple grec ne veut pas payer mais tient à ce que nous réglions ses factures. Ca suffit.
Sans nous, ce pays serait ruiné avec un chômage massif. Ils seront réduits à louer des parasols, et avec le sourire ..
Incroyable comportement national qui ne taxe ni ses curés très riches, ni ses armateurs encore plus riches : pourquoi l'Europe n'obligerait elle pas les armateurs à payer ? S'ils refusent, qu'ils aillent voir ailleurs. Quant aux curés, leur rappeler les textes sacrés suffira à tout leur reprendre.
Ne jamais oublier que c'est la baisse de la pression fiscale qui a entraîné la ruine des Etats. Rétablissons les impôts au niveau des années 80, et réduisons les excès en cours.
Réponse de le 17/06/2011 à 7:40 :
Si l'on continue à aider la Grèce c'est toute l'Europe qui va s'enfoncer encore plus dans la misère. L'Europe Titanic n'en finit pas de couler mais tout peut aller très vite d'un seul coup. Quitter la France et fuir l'Europe (comme dans un livre "les corps indécents") semble être la seule planche de salut pour la jeunesse d'aujourd'hui. Trop de problèmes - déficit et immigration - le sauve qui peut risque de devenir la règle pour chacun d'entre nous.
a écrit le 16/06/2011 à 14:13 :
La grece un véritable puit sans FIN! cela fait combien d'années qu'ils nous prenne pour des " banquiers" il faut que cela cesse tant pis pour le dépot de bilan ras le bol de payer pour leurs cachis et surtout leurs fraudes depuis des années !!!
a écrit le 16/06/2011 à 13:10 :
Une question se pose ? où sont passés les milliards d'euros pour la grèce en 2010, à oui, ces sommes sont partis pour la suisse.
a écrit le 16/06/2011 à 13:06 :
La France dans sa mansuétude a prêté de l'argent à la Grèce en empruntant sur les marchés et donc en fabriquant de la dette(publique bien entendu). Tous les états dits "solvables" ont fait de même. Le puits est sans fond et ça peut donner le vertige. mais comme nous sommes entourés d'apprentis Madoff; ça rassure.
a écrit le 16/06/2011 à 12:46 :
Les appels ne sont que des simulacres de devoir de la part des souteneurs de la cavalerie financière . C'est ainsi que font les Etats et Instituts d'émission qui soutiennent le casino bancaire et financier en l'abreuvant de liquidités pour masquer l'insolvabilité des banques et même des Etats les plus fragiles. Dans ces conditions de déni de réalité , sauver la Grèce et sauver l'euro n'est rien d'autre que continuer et ajouter à la cavalerie financière ruineuse de la Finance privée et publique , érigée en système de promotion de création de valeur et de croissance depuis 25 ans par les gouvernants d'alors et leurs successeurs. Aujourd'hui, les créanciers dits privés sont sous la haute protection des gouvernants responsables qui ne veulent surtout pas avouer l'ampleur pharaonique des pertes à combler.
a écrit le 16/06/2011 à 12:37 :
Sous quel scenario est-ce que la Grèce peut se remettre à niveau et ne pas faire défaut sur sa dette. Hors une hyperinflation extraordinaire, je ne vois pas la sortie. La BCE et FMI retarde l?inévitable, tandis qu?ils avancent des fonds à la Grèce qui rembourse les banques. A terme les banques seront moins exposes été le BCE et FMI « mangeront » la dette grecque qui devra être pardonnée. La Grèce n?est qu?un symptôme de ce qui se passe dans beaucoup de pays. La maladie est rampante. La notion de dette ne comprend pas uniquement les dettes bancaires, il faudrait reprendre les dettes sociales de tout type à long terme. Apres tout après CSG CRDS, forfait social etc, on n?en sort pas non plus ? je passe sur les retraites ? « La cigale et on a promis ».
a écrit le 16/06/2011 à 12:26 :
Bla bla ! Voilà ce que je pense. Oui l'UE va mettre la main a la poche, mais en dernière minute non pas que personne ne soit d'accord, mais les deux leaders, a savoir l'Allemagne et la France, ont intéret a dévaluer l'euro pour doper leurs propres économies. A chaque besoin de refinancement l'euro plonge on était autour des 1,5 dollar pour un euro maintenant on est a 1,4. La difference représente de la compétitivité a l'export pour l'Allemagne qui sert de locomotive a la croissance Francaise. Dans 3 ou 6 mois on nous rejouera le meme psycho-drame avec le portugal l'espagne ou l'irlande avec a la clef toujours des accords de dernières minutes.
Ce qui est triste dans l'histoire c'est que les peuples des pays dits périphériques de la zone Euro sont pris en otage pour doper notre propre croissance. En effet, malgrés sa baisse relative l'euro reste trop fort pour permettre a ces pays en grandes difficultés de sortir de la crise.
a écrit le 16/06/2011 à 12:23 :
Achetez de l'or, bonnes gens, ne vous faites pas d'illusions - c'est le contribuable qui paiera les pots cassés après que les politiques auront échoué dans leurs efforts vains...
a écrit le 16/06/2011 à 12:19 :
sarkozy peut aider la gréce il a l'argent pour ,étant donné qu'il s'est auto augmenter en salaire à la suite de son élection lui et tous les capitalistes s'ils le veulent y arriveront en s'unissant
Réponse de le 16/06/2011 à 17:41 :
ridicule votre commentaire surtout sur le site de ce journal...
Réponse de le 16/06/2011 à 19:53 :
@ alf : commentaire tout à fait inutile... Et dénué de sens...
a écrit le 16/06/2011 à 12:06 :
quand tu nous tiens...La liberté d'expression Messieurs les modérateurs, évidémment, vous la mettez dans votre poche!
Réponse de le 16/06/2011 à 13:22 :
Bien d'accord avec vous. A la Tribune il ne leur faut pas grand chose pour censurer. La peur sans doute des agences de notations.
a écrit le 16/06/2011 à 11:58 :
A part le pipo du Président qui ferait mieux de nous préparer à la même sauce, est-ce que quelqu'un peu m'expliquer avec quoi au juste la Grèce peu imaginer un jour avoir les capacités économique de payer quoi que soit ???? Avec le Tourisme ??? Quand est-ce que l'on acceptera que le montage financier de la Grèce a été une pure arnaque et qu'il n'est absolument pas possible de les sauver de cette arnaque ????
a écrit le 16/06/2011 à 11:08 :
les chinois ne se sont-ils pas proposés ?
a écrit le 16/06/2011 à 10:08 :
Les gestionnaires du monde sont partout sur la corde raide : Obama qui demande une rallonge pour les dettes au Congrés, Sarkozy qui demande une rallonge pour les dettes de la Grèce, etc. Le système capitaliste dans son ensemble est en faillite dans tous les Etats du monde car basé sur une croissance continue et forte qui est impossible à moyen et à long terme sans mettre en danger toute la planète par la dégradation des ressources et de l'environnement. Sans régulation des croissances, de toutes les croissances y compris de la population, les perspectives économiques et sociales vont s'assombrir de plus en plus avec des dangers croissants.
Réponse de le 16/06/2011 à 12:36 :
Non, le capitalisme n'a pas fait faillite !
se sont les politiques qui n'ont pas eu le courage de dire
stop a la dette quand cetait possible ! Et quand les consequence n'etaient pas incalculables!
Les grecs ont vécus au dessus de leur moyens pendants trop longtemps !! Et ce grace a l'endettement !!
Maintenant les créanciers demande la facture !
Et la grece demande à l'aide car elle ne peut payer !!
D'ou le probleme Cornélien du faut il sauver la grece pour sauver les banques francaises et ainsi sauver l'argent des clients français des dites banques ?? Ou faut il abandonner la grece et advienne que pourra des banques et des clients francais !!!
Ainsi la question est je crois correctement posée !
a écrit le 16/06/2011 à 9:42 :
La grece est insolvable !
La grece doit de toute urgence équilibrer son budget !
Il faut ré echelonner sa dette !
a écrit le 16/06/2011 à 9:34 :
Pas un cas dans le monde où un surendettement a été résolu par de la dette supplémentaire, pas un. Alors arrêtons d'alimenter le tonneau des danaïdes et effectuons ce qu'il faut réellement faire pour résoudre la dette des pays européens endettés jusqu'au cou. Sarkosy, au lieu de vouloir sauver ce qui n'est plus récupérable devrait au contraire dire toute la vérité ce qui ferait certainement grimper sa côte actuellement inverse au poids de notre dette devenue abyssale.
a écrit le 16/06/2011 à 9:33 :
bref les pilotes de la BCE auront réussi par leur manque de professionnalisme et leurs esprits de soumission au pouvoirs politiques (surtout germanique) à faire exploser la zone euro (c'est l'étape suivante). Il y a un dicton que c'est être surpayé n'auront décidément pas compris: "à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle"...Vous me direz quand on brasse plusieurs dizaines de milliers d'euros par mois sans obligation de résultat, la vie doit sembler bien rose!
a écrit le 16/06/2011 à 9:27 :
ha oui une fois que la forêt est complètement en feu les pompiers se demandent comment faire pour l'éteindre sans cramer également! Fallait prendre ses responsabilités il y a un an! Fallait que les dirigeants économique et politique de la zone se montre honnête, conscient de la situation et volontairement combatif...Et qu'a t'on fais? (en juin 2010, j'écrivais déja que le manque de réalisme affichés par les dirigeants politiques (leurs ignorance étant excusable) et les autorités monétaires en zone euro (comportement inexcusable de la part de "scientifique" bardé de diplôme et de recommandations)
a écrit le 16/06/2011 à 9:16 :
il est plus que temps de mettre en faillite la grece,la chute sera plus dure si l'on persiste dans cette cavalerie sans fin.
honte à tout ces politique qui essayent de retarder l'échéance finale,sachant tres bien que la situation est desespéré.
a écrit le 16/06/2011 à 9:13 :
Aider la Grèce c'est bien mais cela ne servirait à rien si le système et les accords inter-zone-euro ne sont pas revus pour donner une chance aussi aux économies faibles!
Après la Grèce ce sera un autre pays et suivi par un autre.
Il nous faut pour l'union monétaire européenne une union fiscale avec des compétence et des revenus propre pour pouvoir intervenir en faveur des pays les plus désavantagés. Sans cela nous pouvons oublier l'Euro et à long terme l'UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :