Dette américaine : mais à quoi jouent républicains et démocrates ?

 |   |  682  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
A quelques heures de l'ouverture des marchés asiatiques, les deux camps n'ont toujours pas trouvé un accord sur le relèvement du plafond constitutionnel de la dette des Etats-Unis, qui seront en défaut à partir du 2 août.

Les responsables de la Maison blanche et les leaders républicains tentaient dimanche de convaincre le monde que les Etats-Unis sauraient éviter un défaut sur leur dette alors que démocrates et républicains campent irréductiblement sur leurs positions.
Le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner a estimé impensable que les Etats-Unis ne remplissent pas leurs obligations en matière de dette et s'est dit convaincu qu'un accord sur ce thème serait conclu.

"Ce que les dirigeants savent est qu'il faut qu'ils se mettent d'accord sur quelque chose qui passe la Chambre (des représentants), passe le Sénat et que le président puisse accepter", a déclaré Timothy Geithner à la chaîne de télévision CNN. "Les dirigeants du Congrès ont dit sans équivoque (...) pas seulement les démocrates, que nous remplirions nos obligations. Nous ne ferons pas défaut", a-t-il ajouté sur ABC.

Alors que les marchés asiatiques doivent ouvrir dans quelques heures, les responsables américains cherchaient toujours dimanche un accord sur le relèvement de la capacité d'emprunt des Etats-Unis, pour l'instant limitée à 14.300 milliards de dollars, avant le 2 août. A cette date, le pays ne sera plus en mesure d'assurer le service de sa dette en l'absence d'une autorisation par le Congrès d'emprunter plus. Les leaders républicains voulaient que des progrès soient visibles dimanche soir, avant l'ouverture des marchés en Asie, et qu'un projet de loi soit présentable lundi.

Le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner a déclaré sur Fox News qu'il souhaitait présenter un accord bipartisan pour relever le plafond de la dette. "Le chemin préférable serait un accord bipartisan qui implique tous les dirigeants, mais il est trop tôt pour décider si cela est possible", a déclaré John Boehner. "Si ce n'est pas possible, moi et mes collègues républicains à la Chambre sommes prêts à bouger tous seuls."
Les républicains veulent que la Maison blanche accepte une importante baisse des dépenses publiques pour réduire le déficit avant d'approuver un relèvement du fardeau de la dette. Les démocrates insistent pour que les contribuables les plus riches participent à l'effort national en acceptant de payer davantage d'impôt.

Le secrétaire général de la Maison blanche Bill Daley a accusé les républicains de la Chambre d'intransigeance. Les responsables de l'exécutif font valoir que le président Barack Obama n'acceptera pas la proposition en deux temps présentée par John Boehner : d'abord relever le plafond de la dette jusqu'à fin 2011 et ensuite redemander un vote.

Bill Daley estime qu'il est très important que le Congrès approuve un nouveau plafond pour la dette qui permettre au pays d'aller jusqu'en 2013 et donc de passer l'élection présidentielle de novembre 2012.

"La chose la plus importante est que nous supprimions cette menace de défaut du pays pour les 18 prochains mois", a déclaré Timothy Geithner sur CNN.  "Ce que nous ne pouvons faire, parce que ce serait irresponsable, est de laisser la menace de défaut planer plus longtemps au-dessus de l'économie américaine", a souligné Timothy Geithner. Sur Fox, John Boehner a estimé que relever le plafond de la dette et mettre en oeuvre d'importantes réformes devrait être fait en deux temps. "Il y aura un processus en deux temps. Il n'est pas physiquement possible de tout faire en une seule fois", a-t-il dit.

Les responsables de la Maison blanche soulignent que l'accord dit "la grande occasion" qui combinerait une augmentation du plafond de la dette avec un plan à dix ans pour réduire le déficit de 4.000 milliards de dollars - avec 800 milliards de nouvelles recettes et d'importantes réductions des dépenses - restait possible, malgré la décision prise par John Boehner vendredi de quitter la table des négociations avec la Maison blanche à ce sujet.

Pour aller plus loin : Quelques sites intéressants traitant du sujet de la dette américaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2011 à 21:46 :
Au sein des républicains, la volonté d'affrontement des "Tea Party" avec les démocrates est telle que les états où ils sont fortement représentés veulent faire sécession. Dans l'état de Californie, une douzaine de comtés tenus par une majorité républicaine veut faire sécession et fonder leur propre état. Vu de l'Europe, les médias n'informent que de l'aspect économique du problème, mais l'unité du peuple américain semble se fissurer aux niveaux national et local. Et comme il y 290 millions d'armes à feu en circulation...
a écrit le 25/07/2011 à 22:52 :
Et si les républicains étaient contre une protection sociale, comme dans la zone euro, proposée par Obama, consistant à distribuer sans contrepartie l'argent des contribuables à une population vieillissante en augmentation constante? Quand on voit ce que ça produit dans la dite zone euro on peut les comprendre de vouloir y regarder à deux fois avant d'accepter une telle orientation. Peut-être savent-ils, Eux, contrairement aux populations des pays de l'euro, que l'enfer est pavé de bonnes intentions et que l'argent pris aux riches ne doit pas être utilisé pour faire l?aumône mais doit permettre d'organiser les choses au bénéfice de tous.
a écrit le 25/07/2011 à 18:04 :
Les républicains jouent la montre. Ils leur suffit de ne rien faire ni signer pour faire subir à Obama un échec cuisant et définitif d'un point de vue électoral. Il n'y a donc aucune raison que la situation s'améliore. La question est maintenant : quelles seraient les conséquences possibles d'un défaut de paiement des Etats-Unis ?
* Effondrement du dollar
* Incapacité des US de se refinancer sur les marchés (ou à un coût prohibitif) => le défaut de paiement actuellement "virtuel" deviendra réel et irréversible
* Explosions des prix des matières premières cotées en dollar, qui seront probablement cotées rapidement en une autre devise (euro, GBP, CHF ou JPY). Ces matières premières seront soudainement hors de prix pour les particuliers et industries US.
* Crise bancaire sans précédent due a la perte de confiance dans les établissements financiers
N'ayons pas peur de le dire. C'est un Hiroshima planétaire qui nous attend dans cette hypothèse. 2012 serait donc une date crédible pour la fin du monde si on ne rend pas -avant le 2 août si possible SVP- les républicains un peu moins cons
a écrit le 25/07/2011 à 13:05 :
L?Amérique n'a jamais été aussi divisée. Une deuxième guerre civile américaine aura lieu c'est question de temps. On en parle de plus en plus chez nous.
Si le plafond de la dette fédérale est relevé, certains Etats, notamment ceux ou Tea Party militants sont très forts vont menacer de sécession. Cela vos médias européens ne vous le disent pas.

J. T. Carlsberg, Dallas
a écrit le 25/07/2011 à 11:56 :
Simple :ils ont déjà fait plier Obama sur les réformes sociales mais , il veulent eux , encore réduire ce qui existe (aucune aide de l'etat pour la santé ) ,réduire les retraites et surtout pas d'impots pour les riches ,tres riches qui doivent ,qui sont soit-disant le moteur de l'industrie !Obama avait au début tous les atouts pour faire sa réforme sociale et ,il a plié donc ,là-aussi ,il va plier ....
a écrit le 25/07/2011 à 11:27 :
Partant du principe que ce sont les "fous" qui dirigent le monde , il n'y a pas lieu de s'étonner !!!
a écrit le 25/07/2011 à 9:10 :
a quoi ils jouent? C'est très simple: affaiblir le président actuel!!!!!!!!!!tout simplement!!!!! pour déclencher la pire des choses!!!!!!!!!!!GRAVE!!!!!!!!!!!
a écrit le 25/07/2011 à 8:36 :
Ils font joujou, de vrais gamins. On dit que ce sont de grands enfants. Cela mérite une fessée.
Réponse de le 25/07/2011 à 9:16 :
A mon avis, il y a des grands enfants qui se frottent les mains. Au dernier moment, ils vont signer un accord, la bourse va faire un bon en avant et des billions vont etre gagnes en quelques heures. Les hedge funds et autres gros investisseurs seront une fois encore les gagnants et les bonus des banquiers seront encore tres importants en fin d'annee
a écrit le 25/07/2011 à 8:32 :
Plus cette situation perdure plus Obama en sortira affaibli pour la prochaine élection. Si d'aventure on réussissait à lui mettre le défaut des Etats unis sur le dos quelle succès politique ce serait pour les républicans; mais on ira pas jusque là, un accord de toute dernière minute qui laissera le monde haletant pendant dix jours sera sans aucun doute de la même efficacité. Ils haissent Obama parce qu'il est démocrate et noir et rêvent depuis son élection de lui faire mordre la poussière. Ils vont y arriver !
a écrit le 25/07/2011 à 7:33 :
Les politiciens sont definitivement le mal de notre monde. Ils mettent ce pays dans une situation impossible et meme la ils continuent leurs strategies politiciennes nauseabonde.
a écrit le 25/07/2011 à 7:32 :
Y'en a mlarre des suppositions.
Ils jouent, ces messieurs, à attendre la dernière minute, l'aube, pour faire savoir qu'ils sont arrivés à une entente.
Tous des singes !
Mais nous en subissons les conséquences et aimons cela.
a écrit le 25/07/2011 à 7:08 :
c'est un bras de fer PUREMENT POLITIQUE à l'interne entre républicains et démocrates. la guerre des nerfs en vue de la prochaine élection présidentielle.
a écrit le 25/07/2011 à 5:30 :
La course à l'endettement très excessif des pays occidentaux dont la France ne peut durer indéfiniment et donc la partie va bien prendre fin un jour ou l'autre. Il semble bien que ce jour soitt arrivé et que le monde va basculer dans un nouveau mode de fonctionnement, sans dettes astronomiques.
a écrit le 25/07/2011 à 5:29 :
La dette!!!??? Ca n'a jamais ete un probleme un France aux idees tres largement keynesiennes? Peut etre, devrait on reflechir a deux fois avant de depenser a tord et a travers? Peut etre que la retraite a 67 ans (comme en Allemagne) ou la baisse des effectifs des fonctionnaires n'est pas une si mauvaise idee quand on voit les consequences de la dette en Grece ou USA.
Réponse de le 25/07/2011 à 8:29 :
La dette n'est pas le vrai problème (même s'il faut l'éviter au maximum). Corruption et dépenses inutiles sont les vraies causes. Ce n'est pas au peuple d'en supporter les conséquences.
a écrit le 24/07/2011 à 20:57 :
C'est le jeu habituel. Les problèmes du bas peuple ne concernent absolument pas ceux qui se croient élus pour planer au dessus des gueux... Leur seule question reste de savoir comment rester sur le trône qui leur est alloué par cooptation. Le reste n'est qu'un détail sans importance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :