Russie : l'armée s'arroge la part du lion dans le budget 2012

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La priorité de Poutine va au réarmement dans le budget triennal présenté mardi, qui a coûté son poste au ministre des Finances. Les dépenses concernant la santé, l'éducation et le soutien à l'économie baissent par rapport au PIB du pays.

Les paramètres du budget triennal russe (2012, 2013 et 2014) ont été rendus publics mardi, au lendemain du limogeage de l'homme qui les a définis. Alexeï Koudrine a été remercié après onze années à la tête des Finances russes pour avoir exprimé son mécontentement de voir les dépenses de défense augmenter.

Le budget de l'armée va passer de 3% à 4% du PIB russe d'ici à trois ans. Un poste auquel il faut encore ajouter les dépenses pour la "sécurité intérieure" (police, FSB) soit presque 30% du budget total (3% du PIB). La hausse de 20% entre 2011 et 2012 en termes nominaux est la plus forte jamais enregistrée. En termes absolus, les dépenses militaires russes s'élèveront à 42,16 milliards d'euros l'année prochaine. A l'inverse, l'aide à l'économie tombe de 3,1% à 2,3% du PIB. La ligne finançant la construction et l'entretien de logements sociaux perd une décimale par an, même chose pour l'éducation (de 1% en 2012 à 0,7% en 2014), pour les dépenses de santé et pour la politique sociale, qui restent d'une courte tête (30,8% du budget total) devant les dépenses de sécurité (armée et police).

L'autre problème de ce budget tient dans l'évolution des ressources, dont les deux tiers sont alimentés par les taxes à l'extraction et l'exportation de matières premières. Le budget sur les trois années à venir est calculé sur la base d'un baril à 100 dollars. Or, selon l'économiste Sergueï Gouriev, l'équilibre budgétaire ne peut être obtenu qu'avec un baril à 125 dollars.

Le gouvernement compte aussi sur un vaste programme de privatisations qui pourrait lui rapporter 30 milliards d'euros sur trois ans, grâce à la réduction de sa participation dans les banques VTB et Sberbank, le pétrolier Rosneft et toute une série d'actifs allant de l'agriculture à l'armement et aux infrastructures de transport.

Réformes indispensables

En 2012, les dépenses totales vont atteindre 288 milliards d'euros (soit 15% d'augmentation par rapport à cette année) contre des recettes de 268 milliards d'euros. Le déficit atteindra 1,5% cette année, et doit en principe diminuer jusqu'à 0,7% du PIB en 2014, a insisté Vladimir Poutine. Il a enjoint son cabinet de "ne pas gonfler les dépenses".

Dans leur ensemble, les observateurs sont sceptiques. Charles Robertson, de Renaissance Capital, note que le successeur de Koudrine devra se coltiner "des réformes indispensables, comme les privatisations, la réforme des retraites et une réforme fiscale car le budget 2012 équilibré à 115 dollars le baril, est très optimiste". Le budget sera examiné avant le 1er octobre et naturellement adopté par cette chambre d'enregistrement qu'est devenu le parlement russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2011 à 8:25 :
La Tribune. Expliquez à vos lecteurs et surtout aux ignorants que vous aimez tant, ce que sont les budgets militaires des pays occidentaux. Ce qui justifie la course poursuite que les russes et les chinois doivent faire pour ne pas devenir des minables comme nous, obligés de lécher le cul des américains.
En Juillet 2010; selon D-W (chaine allemande bilingue) le budget militaire de la planète était de 1380 milliards de dollars; Dont 870 milliards $ pour les USA (seuls).
Obama a cédé dans tous les domaine au MIC-US (Military Industrial Complex).
En 2011 le budget militaire US et ses petits "à côtés" a dépassé le trillion (1 suivi de 12 zéros). Ce qui fait 43 fois le budget russe. Demandez à votre copain Sarkozy combien la France dépense réellement pour plaire à son "frère" Lagardère, à Dassault et consort. Ne voyez-vous pas que nous n'avons plus de crédible (comme les USA) que notre économie militaire (difficilement délocalisable). Pauvre France!
Jean-Claude Meslin
Réponse de le 01/10/2011 à 13:06 :
Petite erreur: 1000 divisé par 42 = 28 fois (J'étais mal réveillé)...JCM
a écrit le 29/09/2011 à 6:59 :
Dans le 3ème paragraphe, le budget est dit bâti sur un baril à 100 dollars et au dernier paragraphe, il est dit bâti sur un dollar à 115 dollars

Cohérence SVP
a écrit le 29/09/2011 à 4:26 :
Pour boucler le budget de l?Etat russe dans un contexte difficile, il serait avisé d'entamer enfin une vraie lutte contre la corruption au lieu de s?en tenir encore et toujours à des déclarations de principe. Voila ce qui serait une réforme utile au pays ! Quand la caste des fonctionnaires et des hommes politiques russes arrêtera-t-elle de siphonner les budgets de l?Etat et de voler ? Ce n?est malheureusement pas pour bientôt car il n?y a en Russie aucune volonté politique dans ce domaine : « dictature de la loi », « nihilisme légal », « modernisation », tout cela n?est que déclarations et slogans vides.? La réputation de voleurs des fonctionnaires russes est solidement ancrée. Elle était déjà bien répandue à l?époque des tsars !
a écrit le 28/09/2011 à 9:17 :
Bien sur il a compris que les Chinois vont devenir exigeant sur les frontiéres EST, Vladivostok est train de subir une invasion, facon Tibétaine par saturation. On connait la suite. Il a compris que les Européens sont prêts à subir toutes les humiliations de l'empire du milieu, il ne peut compter que sur lui.
Réponse de le 28/09/2011 à 12:40 :
effectivement, vous avez raison. La politique de Poutine, même si elle peut être criticable vis à vis des dépenses "sociales" n'en est pas moins visionnaire à long terme. La Russie n'a pas trop le choix face au nouveau géant chinois.
a écrit le 28/09/2011 à 8:11 :
Il faudrait une analyse plus fine que cet article pour comprendre. Par exemple, je ne suis pas étonné que les sommes dédiées au logement ou à l'éducation soient en baisse, car la Russie a renoué avec le capitalisme, ce qui veut dire: terminé les logements ou l'éducation gratos. On constate toutefois une augmentation des dépenses militaires dans tous les pays. S'achemine-t-on vers une guerre mondiale ???
Réponse de le 28/09/2011 à 10:03 :
Bonjour, est-il permis d'en douter? Non, mais il le faut encore pour ceux qui viennent au Monde

Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :