Le lobby du gaz éloigne l'Ukraine de l'UE

 |   |  476  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : via Bloomberg)
Les chances de signature ce lundi à Kiev d'un accord d'association semblent minimes.

L'Europe est-elle prête à avaler les couleuvres du président ukrainien Viktor Ianoukovitch pour ne pas voir son pays retomber dans la sphère d'influence russe ? Visiblement non, d'après des sources diplomatiques proches des négociations. Vendredi, Viktor Ianoukovitch affirmait encore qu'il attendrait une signature pour ce lundi, tandis que des diplomates européens assuraient que même si un accord était trouvé, il ne serait pas formalisé. Les officiels européens ont répété ces derniers mois qu'un rapprochement à travers une zone de libre-échange et des accords commerciaux ne sera pas conclu tant que la principale opposante du président, Ioulia Timochenko, croupit en prison. Cette dernière a été condamnée à sept ans de prison pour un accord gazier qu'elle a signé avec Moscou et jugé désavantageux pour l'Ukraine. Dix plaintes supplémentaires sont en sus instruites contre elle par des procureurs proches du gouvernement de Kiev.

Soupçons

Beaucoup soupçonnent Viktor Ianoukovitch d'avoir fait emprisonner sa flamboyante rivale politique - sur le modèle de ce qu'a fait Vladimir Poutine avec Mikhaïl Khodorkovski - pour décourager toute velléité du grand business de financer l'opposition. Il s'en défend du bout des lèvres, affirmant être "mal à l'aise" face à l'emprisonnement de son opposante : "je ne souhaite à personne de se trouver dans de telles circonstances."

D'autres soulignent l'importance d'un lobby gazier dirigé par le milliardaire Dmitro Firtash, dans la situation actuelle. Ce dernier possédait de concert avec le russe Gazprom un monopole sur les importations de gaz vers l'Ukraine jusqu'en 2009, date à laquelle Ioulia Timochenko a fait voler en éclats ce système. Dmitro Firtash est souvent considéré comme une tête de pont des intérêts du Kremlin en Ukraine, et est un allié politique de Viktor Ianoukovitch. Selon l'expert Dmitro Marounitch, "la perspective d'un retour aux affaires de Timochenko représente pour Firtash une menace radicale pour toutes ses affaires et pour son influence politique". Des élections parlementaires doivent avoir lieu l'an prochain en Ukraine alors que le parti de Ioulia Timochenko reste populaire.

Convaincre Moscou et Bruxelles

Toutefois, Viktor Ianoukovitch a toujours publiquement déclaré que son objectif stratégique était une intégration de son pays dans l'Europe et la signature de l'accord d'association avec l'UE en 2011, au terme de quatre années de négociations. L'Ukraine est un important exportateur de métaux, de produits chimiques et de céréales. L'Europe est avant tout sensible au problème de transit gazier via l'Ukraine, par laquelle passe encore 80% de ses achats de gaz russe. Kiev cherche actuellement à convaincre Moscou et Bruxelles de partager avec l'Ukraine la gestion de son système de gazoducs, pour réduire le risque de rupture des approvisionnements. Mais aux désaccords chroniques entre Moscou et Kiev s'ajoute désormais la brouille avec les Européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :