De nouvelles réserves de pétrole découvertes au Kenya

 |   |  330  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
La compagnie pétrolière anglo-irlandaise Tullow Oil a découvert du brut dans la région reculée du Turkana, dans le nord-ouest du Kenya, mais des études supplémentaires devront confirmer la viabilité commerciale de cette nappe, a annoncé lundi le président kényan Mwai Kibaki.

Agréable surprise pour la compagnie pétrolière anglo-irlandaise Tullow Oil. Au Kenya, la société a découvert du brut dans la région reculée du Turkana, dans le nord-ouest du pays. Si c'est assurément une bonne nouvelle pour la compagnie, des études supplémentaires devront confirmer la viabilité commerciale de cette nappe, a annoncé lundi le président kényan Mwai Kibaki.

"Notre pays a réalisé une avancée décisive en matière d'exploration pétrolière", a déclaré le chef d'Etat lors d'une conférence de presse à Nairobi, "c'est la première fois que le Kenya fait une telle découverte et c'est une très bonne nouvelle".

Du brut à plus de 20 mètres de profondeur

Tullow Oil va "devoir forer plusieurs puits pour déterminer la viabilité commerciale" du gisement, a néanmoins précisé Mwai Kibaki.

La compagnie pétrolière a confirmé dans un communiqué avoir découvert "une accumulation de brut économiquement exploitable sur une profondeur de plus de 20 mètres" dans le puits Ngamia-1 situé dans le bloc 10BB, exploité à 50/50 avec le groupe canadien Africa Oil. Une "carotte" a permis de remonter un brut léger "aux propriété similaires au brut" récemment découvert en Ouganda, indique Tullow qui précise que les explorations vont se poursuivre sur ce puits et sur des zones aux caractéristiques similaires au Kenya.

"C'est un excellent début pour notre importante campagne d'exploration dans les vallées du Rift du Kenya et d'Ethiopie. Faire une bonne découverte de pétrole dans notre premier puits dépasse nos espérances", souligne Tullow.

"C'est le début d'une longue route afin de faire de notre pays un producteur de pétrole, ce qui prend généralement plus de trois ans", a de son côté estimé le président kényan, assurant que "la nation serait plus amplement informée à mesure de la poursuite du processus d'exploration".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :