Immobilier : la Chine à contre courant des pays occidentaux

 |   |  399  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le prix des actifs résidentiels chinois retrouve le chemin de la hausse après une longue période de stagnation.

Si en France les prix de l'immobilier résidentiel tendent à se stabiliser en zone tendue et à baisser plus radicalement dans les villes moyennes, il n'en va pas de même en Chine où le cycle immobilier n'est pas du tout corrélé à celui des pays occidentaux. Et pour cause, le rythme de croissance n'est pas du tout le même et l'expansion économique que connaît la Chine a déjà eu de sérieuses répercussions sur la création de logements depuis plus de trois ans. Les prix de l'immobilier sont ainsi devenus un grave problème social en Chine, où la cherté des logements a exclu de larges pans de la population de l'accession à la propriété.

Le prix moyen des logements neufs en Chine atteint 1.196 euros le m2

Ce pays a effectivement enregistré en décembre sa première hausse des prix de l'immobilier en rythme annuel depuis neuf mois, selon une enquête publiée vendredi. Le prix moyen des logements neufs dans 100 villes chinoises s'est élevé à 9.715 yuans (1.196 euros) le mètre carré le mois dernier, soit 0,03% de plus qu'en décembre 2011, d'après les chiffres compilés par la China Index Academy (CIA). Par rapport à novembre, les prix ont progressé de 0,23%.

Série de mesures pour endiguer la hausse

Afin d'endiguer la flambée des prix, le gouvernement a pris depuis 2010 une série de mesures restrictives, dont des limitations sur l'achat d'un deuxième et d'un troisième logement par les particuliers, un relèvement de l'apport personnel pour obtenir un crédit ainsi que l'introduction de taxes foncières dans certaines villes. Ces mesures devraient rester en place, si l'on en croit les autorités."En 2013, le secteur immobilier devrait poursuivre la stabilisation entamée en 2012 et connaître une reprise si l'économie se stabilise et rebondit", estiment les experts de la CIA. "Mais un rebond général des prix à travers tout le pays est improbable alors que le déstockage de nouveaux projets dont la construction a démarré ces deux dernières années est loin d'être terminé", ajoutent-ils.

A Pékin, le prix moyen du mètre carré s'élevait en décembre à 24.518 yuans (3.019 euros), en hausse de 0,53% sur un mois et de 3,31% sur un an. A Shanghai, il atteignait 27.034 yuans (3.328 euros), en hausse de 0,31% par rapport à novembre, mais en baisse de 0,65% sur un an.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2013 à 12:39 :
Tant mieux : le gouvernement et les collectivités locales vont pouvoir augmenter vos impôts ! Sans compter les droits de succession et autres assurances, diagnostics annuels qui ne vont pas manquer d'arriver etc. Le pognon que les Ponzy papy ont pris grâce à 10 ans de subventions étatiques dans la bulle, et bien il va falloir le redonner, hé hé hé ...
Réponse de le 05/01/2013 à 16:43 :
ne t'en fais pour moi Ponzy Baby
a écrit le 05/01/2013 à 2:09 :
Ah oui la Chine la ou il y a beaucoup de "bravitude" comme disait Sego.
a écrit le 04/01/2013 à 17:19 :
On va leur envoyer Duflot pour faire baisser les prix.
Réponse de le 05/01/2013 à 9:52 :
Malheureusement, elle a raison la mÚre Duflot.
Les prix élevés de l'immobilier français freinent la consommation, la mobilité et favorise la rente au dépend du travail...
L'ajustement va être douleureux, mais il est nécessaire.
Si notre ex-président avait eu ce courage en 2008, peut être aurait-il été réélu...
Réponse de le 05/01/2013 à 11:33 :
@réaliste Pour le moment, il est loin d'être douloureux. J'ai mis en location sur internet un studio à Boulogne Billancourt : j'ai eu 88 candidatures (quatre vingt huit ) en 48 heures. La mère Duflot parle de marché immobilier elle devrait parler de marchés immobiliers.
tant les situations sont différentes. On trouve difficilement dans les bons quartiers de biens à louer. Je pense qu'en France, nous ferons comme les chinois, les prix repartiront à la hausse dans les endroits recherchés et cela dans 6 mois (taux d'intérêt en baisse, actions en hausse)
Réponse de le 07/01/2013 à 14:55 :
Actions en hausse ne vont pas pousser les prix de l immo a la hausse, bien au contraire: les investisseurs préfèrent mettre de l argent dans la bourse en hausse que dans l immo dont le prix ayant deja atteint un sommet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :