Qui est vraiment Angela Merkel ? (1/4) : La reine d'Europe

 |   |  871  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
« Sur la façade jaune pâle d'une maison patricienne de Templin, où elle a grandi, dans la plaine monotone du Brandebourg, on peut lire cette maxime attribuée à Saint François d'Assise : "Commence par faire le nécessaire, puis fais ce qu'il est possible de faire et tu réaliseras l'impossible sans t'en apercevoir." [...] » Tout Angela Merkel est résumée dans cette phrase citée par notre correspondante à Bruxelles, Florence Autret, qui signe "Angela Merkel, une Allemande (presque) comme les autres", publié chez Tallandier en ce mois de mai. Alors que plusieurs biographies paraissent en Allemagne, notamment sur le passé aux Jeunesses communistes de la jeune Angela Kasner dans l'ex-RDA des années 1970, la lecture de ce livre, dont nous publions en exclusivité quelques extraits, permet de mieux comprendre le parcours exceptionnel de cette femme politique aujourd'hui la plus puissante d'Europe.

Il fallait s'y attendre. Le virus germanophobe qui frappe le sud de l'Europe est en train d'atteindre la France via la rue de Solferino. Après avoir été accusée de manquer de leadership européen, Angela Merkel se voit taxer d'« intransigeance égoïste » par les ténors du PS. Même si le parti socialiste prétend n'attaquer qu'une politique « de droite », celle de la coalition dirigée par la chancelière, il vise tout autant l'Allemagne, ses excédents insolents et son taux d'emploi à faire pâlir d'envie.

Quel intérêt peut bien présenter la charge du PS, sinon de flatter une germanophobie latente ? On est désormais très au-delà des slogans du candidat Hollande quand il annonçait qu'il allait renégocier le traité budgétaire demandé par Berlin et signé par Nicolas Sarkozy. À l'époque, le PS n'avait pas été capable d'écrire la première ligne du « mémorandum » sur le fondement duquel il entendait discuter. Pas de substance, juste le slogan du « pacte pour la croissance » auquel les économistes n'accordent aucune portée concrète.

Ce n'est pas que le dialogue entre elle et le nouveau président ait été rompu : il n'a jamais été établi

La chancelière n'a certes aucune affinité particulière avec la France et cela ne rend pas la tâche de Paris facile. Entre Hollande et Merkel se joue l'éternel malentendu franco-allemand, dans les formes, autant que sur le fond. Le président a tenté en vain de la convier à un dîner en tête à tête. À chaque rencontre, il butte sur sa redoutable sachlichkeit, cette manière bien à elle d'être concrète et pratique. Quand il arrive avec un propos politique, elle le reçoit avec une liste soigneusement préparée de demandes et de sujets qu'elle coche méthodiquement au fur et à mesure de l'entretien. Ce n'est pas que le dialogue entre elle et le nouveau président ait été rompu : il n'a jamais été établi. Jamais en tout cas au niveau d'ambition et de... sachlichkeit qui serait nécessaire pour aborder le sujet légitimement soulevé par les socialistes : la conciliation du désendettement et de la croissance. Paris serait bien avisé de se demander pourquoi le concert européen qui se joue à Bruxelles a fini par ressembler à une finale de la Ligue des champions comme celle qui opposera fin mai le Bayern et le Borussia Dortmund, à Wembley au Royaume-Uni.

La chancelière a fait il y a longtemps le constat que la gouvernance européenne ne fonctionnait pas, parce qu'elle forçait à se porter garant de pays sans maîtrise sur leurs choix politiques. Pour cette raison, elle a rapatrié les pouvoirs à Berlin, faisant du Bundestag un Parlement européen bis. Que le reste du continent trouve la situation déplaisante est assez compréhensible. En même temps, qui a mis une idée sur la table pour sortir de cette impasse, sinon, encore, Angela Merkel avec son traité budgétaire ?

L'Élysée est désemparé devant l'énigme Merkel

Les technostructures se parlent encore, certes. Au ministère des Finances à Berlin, on s'amuse du fait que Wolfgang Schäuble passe plus de temps à parler avec son homologue Pierre Moscovici qu'avec aucun des ministres de la coalition noire-jaune à laquelle il appartient. Mais les liens étroits qui avaient été noués entre2008 et 2012 se sont défaits au hasard des mutations et de l'alternance. Du quadrige Musca (ex-secrétaire général de l'Élysée de Sarkozy), Fernandez (directeur du Trésor), Asmussen (ex-secrétaire d'État aux Finances désormais à la BCE), Weidman (ex-conseiller économique de Merkel parti à la Bundesbank), il ne reste que le deuxième cheval. Depuis l'alternance française, l'attelage n'existe plus.

L'Élysée est désemparé devant l'énigme Merkel. Et Merkel elle-même est embarrassée de cette incompréhension. « Au moins, à vous, ce n'est pas la peine d'expliquer l'Allemagne », aurait-elle dit au Premier ministre Jean-Marc Ayrault lors de leur rencontre, fin 2012. C'est peu flatteur pour les autres. Et que peut Ayrault face au ressentiment qui monte ? Or, il va probablement falloir compter avec elle encore quelque temps. Elle a connu trois présidents français, autant de Premiers ministres britanniques. Tous passent. Elle reste.

Candidate aux élections du 22 septembre 2013, elle part ultra-favorite. Non que son parti, la CDU, soit au mieux de sa forme. Les démocrates-chrétiens ont accumulé les défaites depuis cinq ans aux élections régionales. Mais la popularité de leur présidente est intacte et même renforcée par les bourdes de son adversaire social-démocrate Peer Steinbrück. Tenue par l'arithmétique parlementaire, elle ne choisira pas forcément son allié de gouvernement, mais l'option la plus probable reste une nouvelle grande coalition avec les sociaux-démocrates. Une immense majorité d'Allemands, même de gauche, veut garder Merkel. Il serait peut-être temps de décrocher son téléphone.

______

>> La suite de l'article : Moi, Angela Merkel, "reine d'Europe" (2/4)

>> Lire aussi : Moi, Angela Merkel, "reine d'Europe" (3/4)

>> Lire aussi : Moi, Angela Merkel, "reine d'Europe" (4/4)

>> TIMELINE Cliquez sur l'infographie pour agrandir l'axe des temps




Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2013 à 14:37 :
à Hollande,je lui conseil de lire ou relire " le guépard " pour pouvoir se confronter avec Mme
Merkel. Son credo c'est " le changement pour que rien ne puisse changer " Cela vaut aussi
pour ses électeurs.
Merkel bien ou mal passera à l'histoire comme Thatcher.Hollande sera oublié d'ici en 3 ans
comme d'ailleurs Chirac et Sarko.Dans le monde entier personne parle d'un président fran
çais mais bien ou mal de Merkel.Vive la difference.Dans la presse anglophone,allemande,
italienne,espagnole,y compris LT et les Echos Merkel est citée à 80% contre 20 % de Hollande
a écrit le 22/05/2013 à 14:22 :
MERKEL c'est maintenant le démon qui ronge tout c'est comme cela que je le resens par ce qu elle a réussie ou tous les autres ont echoués et bien c'est du beau d etre battu partr une femme mais elle je la trouve merveilleuse c'est une vrai maman qui nous guide mais qu on obeit pas car elle est dans le vrai dans ce qu elle fait et j ose le dire messieurs etre battus par une femme s est pas très beau mais il y a deja eu TATCHER qui était dans le meme etat et qui fait du bien au royaume uni malgrè ces idées qui étaient tres dures Pourquoi n a t elle pas continué car le meilleur tandem de l EUROPE c'est le MERKOZY mais avec SARKOZY et non par HOLLANDE.de grace ne me parler pas de lui et je suis d accord avec bertrand; il faudrait qu il parte je parle de hOLLANDE vous l avez deviner;
a écrit le 22/05/2013 à 12:02 :
Vous parlez du "sujet légitimement soulevé par les socialistes : la conciliation du désendettement et de la croissance". Mais qui ne voudrait pas concilier cela? L'Allemagne a connu ces dernières années une croissance relativement forte (bien plus forte que la France, qui n'arrive toujours pas à retrouver des niveaux d'activité d'avant- "crise" 2009) et se désendette; elle se désendette; jusqu'en 2017 le ratio dette public devrait tomber à 69 % (si tout va bien) la France atteindra un endettement qui dépassera cette année les 94 % et puis très bientôt la barre des 100 %. C'est Mme Merkel qui doit légitimement poser la question aux socialistes. Que font'ils (rien pour le moment; sauf ne pas tenir ses engagements) et que vont-ils faire pour remettre l'économie privé française en route et les finances de l'état en équilibre? Hollande ne sait pas répondre à Merkel, c'est une chose, mais je souhaiterais qu'il réponde aux français, car c'est nous (moi aussi !) qui ont voté pour lui! Il n'y a pas en priorité la personne (Hollande) qui est insupportable c'est la situation dont il a hérité et qu'il crée maintenant et pour l'avenir.
Réponse de le 22/05/2013 à 13:41 :
Bientôt, en France, nous seront tous au chômage... Mais au moins, nous ne nous ferons pas exploiter par les méchants capitalistes...
a écrit le 22/05/2013 à 10:41 :
le seul et unique problème : que fera Hollande si Merkel est réélue ??
Réponse de le 22/05/2013 à 13:31 :
Il faudrait qu'il parte ! Il n'aurait pas réussi la mission confiée par le PS : faire élire un SPD en Allemagne.
a écrit le 22/05/2013 à 9:51 :
Pour ceux qui connaissent la mentalite Allemande ils se rejouiront de la puissance de ce pays et ne s'etonneront pas d'un tel succes .Succes amplement merite car bonne gestion: patriotisme, Effizienz, discipline etc.. tout y est et on peut souhaiter que cela dure .Je conseille aux jeunes francais diplomes d'aller en Allemagne exercer leur metier et d'aprendre ce qu'est l'Effizienz Allemande ils y seront bien accueillit.
Réponse de le 22/05/2013 à 13:33 :
Notre gouvernement illustre magnifiquement ce pourquoi nous sommes effondrés : amateurisme et péroraisons...
Réponse de le 22/05/2013 à 16:06 :
le probleme en france , sont les francais ... ils sont appatrides !
aucun patriotisme, pour faire face ...nous sommes dans une guerre economique, mais j'ai l'impression que les francais ne voient rien . !
c'est la faute de notre gouvernement? pas tant que ca chers amis !
s'ils avaient le soutient du peuple, (que ce soit l'actuel, l'ancien, ou celui d'avant ... ) on ferait front face a ceux qui nousa ttaquent!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :