Les députés européens défendent l'exception culturelle

 |   |  571  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Parlement européen a donné son feu vert jeudi pour l'ouverture des négociations entre Bruxelles et Washington sur un accord de libre-échange, à condition d'en exclure les services culturels et audiovisuels, véritable ligne rouge. Etant violemment opposé à ce projet d'accord, le leader du Front de gauche a voté contre cette demande d'exclusion.

A Strasbourg, les eurodéputés montent au créneau. Le Parlement européen a en effet adopté jeudi  (à 381 voix pour, 191 voix contre), une résolution excluant les services de contenus culturels et audiovisuels, y compris en ligne, du projet de partenariat transatlantique. Les eurodéputés ont ainsi appuyé la demande de 14 ministres de la Culture européens, notamment français et allemand, qui ne veulent pas que ce secteur fasse partie du mandat de négociation confié à la Commission européenne.

La nouvelle a réjoui la ministre française de la Culture Aurélie Filippetti qui a immédiatement réagi sur le réseau social Twitter. 


 

 

Le bras de fer avec Bruxelles continue donc. Cette décision va en effet à l'encontre de la position défendue par le commissaire européen au Commerce Karel de Gucht. "Nous devons à tout prix éviter d'enlever des objets de la table avant le début des négociations. Ça ne signifie pas qu'il n'y aura pas de lignes rouges", a encore plaidé Karel de Gucht mercredi soir, lors d'un débat. Il s'est engagé à défendre le droit des Etats à garantir la diversité culturelle par des mesures fiscales ou des systèmes de quotas, notamment dans l'audiovisuel. "Nous ne pensons pas qu'il puisse y avoir des arguments pour augmenter une telle base, par exemple pour empêcher certains types de services comme la vidéo à la demande", a-t-il ajouté.

Les députés européens, contre la "tentative d'enfumage" de Bruxelles

Auparavant, fin avril, une commission du Parlement européen avait adopté une résolution excluant les services culturels et audiovisuels des négociations juste après une "tentative d'enfumage" de la part de Bruxelles. Le commissaire européen au Commerce avait en effet assuré dans un communiqué que l'exception culturelle n'entrerait pas dans le mandat de négociation de la Commission européenne. Après quoi son porte-parole avait aussitôt relativisé cette annonce assurant que cela ne signifiait pas que l'audiovisuel en serait exclu. Les ministres françaises du Commerce extérieur Nicole Bricq et de la Culture Aurélie Filippetti avaient d'ailleurs immédiatement interpellé le commissaire européen lui faisant part de la nécessité absolue de modifier le mandat des négociations

>> Libre-échange UE-USA: la France crie à la tentative d'enfumage

C'est sans doute pour cela que le directeur général de la SACD a aussitôt ironisé sur Twitter, ce jeudi, après le vote de la résolution.


Du reste, Bruxelles a donné en mars son feu vert au lancement de négociations avec les Etats-Unis. Mais pour entamer ces discussions, la Commission doit obtenir un mandat des 27 Etats membres qui doivent se mettre d'accord à la majorité qualifiée avant le 14 juin. C'est en tout cas l'objectif de Bruxelles. Sachant qu'aucun accord avec les Etats-Unis ne pourra entrer en vigueur sans l'approbation finale du Parlement, même s'il ne participe pas aux négociations. Le match n'est pas encore terminé. 

 Lire aussi: Libre-échange: le document de travail entre Européens et Américains révélé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 12:31 :
Ils ont raison tous ces gens extrêmement avisés travailleurs et compétents. Il nous faut surtout protéger la culture TF1. Par contre, on peut laisser les ogm, le poulet javel, le burger géant, le brevet logiciel, les médicaments non testés et tout le reste en totale liberté... Après tout, c'est pas très important... tant qu'on a mimi mathy a 20h45 ;-)
a écrit le 24/05/2013 à 9:57 :
ah! ils en forment une belle "exception culturelle", eux, ces faignants ! jamais personne ne bosse, c'est sensas! après on critique les Français qui ne veulent accepter un salaire de misère, alors que eux, sont vraiment payes à NE RIEN FAIRE !! il y en a qui ont des escalopes sur les yeux, ma parole !
a écrit le 24/05/2013 à 9:50 :
Lers députés européens qui n'en foutent pas une, qui pointent et qui encaissent !! c'est bon! y en a marre de toutes ces feignasses qui vivent sur notre dos!! s'il nous prenait ne serait ce que l'envie d'en faire autant, juste pour rire, vous pensez que ça donnerait quoi avec le patron ??? bonne question, hein? ! c'est juste ECOEURANT !!
a écrit le 24/05/2013 à 6:58 :
Bonjour, sur la photo on remarque qu'il y a presque personne , avec des salaire à plus de 3000 euros par mois s'est. Un comble...... Ensuite ils ferais bien de défendre l'empois dans l'Europe, car bientôt la multitude de gents sans travail, sans ressource, sans avenir, viendra demander des compte à tout ses priviligies, trops payer et si peu efficace à nous construire une Europe qui fonctionne....... Le responsable de nos problème se trouve la bas..... Car ils sont responsable du dumping social au sein de l'Europe. De l'ouverture des frontière, des politiques économie qui ont conduit à la désindustrialisation de nos pays....... Honte à eux.
a écrit le 24/05/2013 à 5:54 :
On nous vend l'anglais à l'université, on nous fait miroiter "l'exception culturelle" pour mieux se faire planter sur le reste, car effectivement, il était au menu avant 2005 que l'union "transatlantique" devrait ètre signée pour 2015..
Le bidule sera donc dans les temps.
C'est de l'enfumage grossier!
a écrit le 24/05/2013 à 1:29 :
Demandons déjà aux USA la fins de leur protectionnisme, envers les produits européens avant de se lancer dans le libre-échange.
Réponse de le 24/05/2013 à 5:43 :
Ce sera donnant donnant ! Votre pseudo "exception culturelle" contre leur "exception économique" !
a écrit le 24/05/2013 à 0:58 :
Au delà de l'évidence qui est qu'on va très certainement se faire plumer, quand on regarde le track record lamentable de nos négociateurs, on ne peut s'empêcher de remarquer que contrairement à ce qui est avancé partout avec une belle unanimité, et qui se retrouve dans les commentaires, ce n'est pas pour nous que les politiques veulent protéger les services culturels et audiovisuels. C'est pour eux. Ce sont des outils indispensables tant pour diffuser la bonne parole (la leur) que pour continuer à influencer nos opinions, favoriser le maintient de la classe politique actuelle au pouvoir et annexement placer les leurs à l'abri de toute concurrence ou mesure d'audience. Ce sont aussi les secteurs les plus massivement subventionnés que nous ayons...
a écrit le 24/05/2013 à 0:23 :
Triste Europe. Les Républicains ne vont pas soutenir le projet à Washington si la clause pour l'exception culturelle est voté à Bruxelles. L'UE est un navire qui coule et où chacun défend bec et ongle ses acquis, au risque de précipiter le naufrage?
Réponse de le 24/05/2013 à 1:05 :
Bien sûr que si, les US accepteront. Après tout, les plus gros bénéficiaires de cette "industrie" sont ceux qui signent, puisque les politiques abreuvent d'argent public les médias qui le leur rendent bien. De plus, ça permet de faire un bon story telling, en permettant de faire passer tout ce que demanderont les US au prétexte qu'ils ont cédé sur nos exigences, au passage on pourra critiquer les français, ce qui rapporte toujours des points à tous les politiques partout. Au final, du showbiz comme s'il en pleuvait, de l'émotion, des plateaux de spécialistes du Monde des Arts et de la Culture en pâmoison et nous qui paieront les pots cassés.
a écrit le 24/05/2013 à 0:17 :
Au delà de l'évidence qui est qu'on va très certainement se faire plumer, quand on regarde le track record lamentable de nos négociateurs, on ne peut s'empêcher de remarquer que contrairement à ce qui est avancé partout avec une belle unanimité, et qui se retrouve dans les commentaires, ce n'est pas pour nous que les politiques veulent protéger les services culturels et audiovisuels. C'est pour eux. Ce sont des outils indispensables tant pour diffuser la bonne parole (la leur) que pour continuer à influencer nos opinions, favoriser le maintient de la classe politique actuelle au pouvoir et annexement placer les leurs à l'abri de toute concurrence ou mesure d'audience. Ce sont aussi les secteurs les plus massivement subventionnés que nous ayons...
a écrit le 23/05/2013 à 22:56 :
Exception culturelle? Non protectionnisme, donc taxe à gogo pour protégé une élite! Voilà ou nous en sommes!
a écrit le 23/05/2013 à 22:02 :
Cela veut-dire que l'on va se taper des films et séries débiles encore pendant des décennies, cela nous permettra d'aller nous coucher plus de bonheur merci! Mettez- nous un bon film américain le dimanche si non on casse le téléviseur.
a écrit le 23/05/2013 à 20:15 :
C'est une bonne voie qu'a choisi le Parlement Européen en se révoltant contre l?exclusion de l'échange culturel entre États-Unis et l'Europe. Nous pourrons ainsi développer et partager nos idées. Nous pourrons, avec ce « débat », apprendre à mieux nous connaître.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :