Dépense publique : les Etats les plus généreux

 |   |  560  mots
La dépense publique, en euros par habitant. C'est, de loin, le Luxembourg qui se montre le plus généreux avec ses ressortissants
La dépense publique, en euros par habitant. C'est, de loin, le Luxembourg qui se montre le plus généreux avec ses ressortissants (Crédits : Reuters)
Quels sont les Etats européens les plus généreux, attribuant des allocations importantes à leurs ressortissants? Si l'on mesure la dépense publique par habitant, pour prendre en compte ce qui est vraiment perçu, les classements habituels sont bouleversés

C'est en France que l'État -au sens large-, dépense le plus, ou presque, entend-on couramment. D'où la volonté du chef de l'Etat de redresser la barre, en réalisant de substantielles économies. Cette affirmation d'un État très dépensier, presque autant que le recordman européen -le Danemark- repose sur une mesure de la dépense publique en proportion du PIB. Si l'on retient ce critère, les dépenses publiques approchent les 57% du PIB en France, contre tout juste moins de 50% en moyenne, dans la zone euro. Ce sont ces 7 points d'écart que le leader de l'UMP, Jean-François Copé, veut éliminer.      

La dépense publique, en % du PIB (2012, source: Eurostat)

Graph PIB

Mais, si l'on veut comparer ce que reçoivent vraiment les individus des différents pays européens, dans quelle mesure ils sont soutenus par la puissance publique, ne vaut-il mieux pas mesurer la dépense, tout simplement, en euros par habitant? Cela permet de voir ce que chaque résident reçoit, en moyenne. Dès lors, le classement est considérablement bouleversé.

La dépense publique, en euros par habitant (2012, source: Eurostat)

Graph PIB

 Les Luxembourgeois reçoivent des allocations substantielles, par exemple lors de la naissance d'un enfant: la mère peut cesser de travailler pendant plusieurs années, et perçoit alors l'équivalent du smic, versé par l'État. D'où les 35.770 euros de dépense publique par habitant. Deux fois la dépense française...

Assurance maladie privée ou publique?

Car, c'est un fait reconnu y compris par les économistes libéraux, c'est surtout la dépense sociale, plus ou moins élevée, qui est à l'origine des écarts entre pays. Et cette dépense varie selon des choix de société, avant tout en matière de couverture de la maladie et de la vieillesse: si les Etats-Unis affichent une dépense publique dépassant à peine 30% du PIB, c'est d'abord parce que les assurances maladie ou vieillesse y sont privées, alors qu'elles sont très majoritairement publiques en France. Dans le premier cas, il y a bien des dépenses -pour s'assurer-, mais elles ne sont pas publiques, dans le second, elles le sont. Pour résumer, il est parfaitement possible de dépenser aussi peu que les Américains, il suffit de... privatiser la sécu!

En Europe, la France à la septième place

Les Européens partagent, eux, un modèle social plus comparable. Mais des écarts subsistent
Dans ce classement, la France, avec 17.594 euros par habitant,  perd la deuxième place. Elle est largement devancée par le Luxembourg, donc, puis le Danemark, la  Suède -toujours citée pour sa réduction de dépenses... -, qui affiche 22.263 euros par habitant, l'Autriche, La Belgique, les Pays Bas.

L'Allemagne a vraiment fait des économies

L'Allemagne est derrière la France (14.545 euros dépensés par habitant) : c'est le véritable exemple d'un Etat qui a fait des économies, y compris, à la différence de la Suède, dans un contexte de croissance zéro, au début des années 2000. Des économies sur les dépenses sociales, qui ont eu des conséquences: l'indemnisation du chômage a été fortement réduite, de même que les retraites.

La proportion de retraités pauvres est aujourd'hui en Allemagne le double de celle mesurée en France.

 

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2014 à 15:34 :
Puisqu'on parle dépenses, dans la presse on nous publie: Bruxelles voudrait condamner la France (on nous lance des choux?) pour la question de l'autisme on serait dans le mur. C'est de l'autisme des institutions dont on parle? Pourtant plus on dépense, plus y a de chômeurs, c'est comme pour le gruyère! D'où l'économie de l'offre. Sommes-nous déflationnistes, ou biens noyeurs inflationnistes? A l'époque de caligula, on faisait les chèvres députées?
a écrit le 05/02/2014 à 14:51 :
On compterait 90% de la population pour la réduction des dépenses? Ne faudrait-il pas un sabre pour tailler dedans? Bruxelles envoie des choux pour l'assainissement des finances et la semaine dernière on a pris un prunot avec les canons de Navarone des agences de notation. Notre barque encalminée n'est-elle pas un radeau de la méduse? Le meunier dort et le moulin va trop vite... Alors on coule comme une pierre? On joue à Chat-Vire, on vire de bord mais ça faseille à zéro de croissance, pas de vent dans les voiles! Y a qu'à souffler dans les voiles ou bien essayer la magie! On coule avec le navire, en bon capitaine de capitalisme sans capital? On dit quand le chat n'est pas là... on joue à chat botté ou bien à chat perché? A la cigale du Sud? alors on met les pantoufles et les tong?
a écrit le 05/02/2014 à 14:40 :
La dépanse publique est-elle sociale? Fait-elle la croissance sauciale alors qu'on dit que l'Etat freine et les banques aussi? On simplifie la croissance? Et pour les codes, on emploie Hartz? On arrache une page sur deux? On gaspillerait 10 points de PIB? La pente sociale savonnée, direction l'enfer fiscal et social! On baisse les impôts en augmentant la CSG de 10 milliards? On subventionne les études sur les libellules à Paris, on aimerait bien savoir qui en a vu, mais pas nos diplômés, pômés dans l'administration ou en emploi alimentaire? Si l'Assemblée c'est des canards boiteux aux cantines coûteuses, on aurait un plouf dans la marre par l'extrémisme? Dans les fables de La Fontaine, si on a besoin d'un plus petit que soit, pourtant les rats coulent le navire!
a écrit le 05/02/2014 à 12:11 :
Il faut faire la différence entre la dépense publique par habitant et ce que perçoit chaque habitant en allocations diverses. La dépense publique comprend, outre les aides directes aux individus, les budgets de la fonction publique, des collectivités locales, la sécurité sociale, etc.. Et là, nous sommes champions !
Réponse de le 05/02/2014 à 14:11 :
Pas de chance : si vous prenez les statistiques, vous verrez au contraire que la France dépense plus que les autres pays pour ses dépenses sociales, et à peu près autant qu'eux pour ses dépenses d'administration.

Alors même qu'elle a plus de charges :
- un budget de la défense qui reste plus élevé que la moyenne
- 2 enfants par femme contre 1,4 en Allemagne, Italie... entrainent 1,5% du PIB de dépenses d'éducation en plus.

Moralité : s'il faut réduire, ce sera bien dans le domaine des dépenses sociales.
a écrit le 05/02/2014 à 12:09 :
"Pour résumer, il est parfaitement possible de dépenser aussi peu que les Américains, il suffit de... privatiser la sécu!"
Ce qui voudrait dire, que la Secu-Privé deviendrait un organisme qui comme toute les entreprises aura pour but de faire des bénéfices (notamment pour pouvoir aller faire des fusions, acheter des actions, créer un service d'assurance, de banque et de téléphonie mobile), ce qui s'est passé pour toutes les privatisations. Donc il y aurait augmentation des cotisations pour moins de remboursements et de services... Et si on est pauvre, on crève la bouche ouverte... Tout ça pour quoi ? Apparaître en bas d'un tableau des bons élèves selon un critère financiers et d'une théorie incroyable selon laquelle il ne faut pas dépenser, et non pas de la qualité de vie ? Bravo pour les recommandations, ça se justifie tout à fait.
Réponse de le 05/02/2014 à 13:36 :
oui mais au moins on sera compétitif
Réponse de le 05/02/2014 à 13:45 :
"Et si on est pauvre, on crève la bouche ouverte..."

On travaille plus pour gagner plus (Nicolas Sarkozy).
a écrit le 05/02/2014 à 12:03 :
C'est un Etat généreux, mais les allocations n'arrivent pas pour cause de complexité. On nous annonce 900000 pauvres de plus, voila une réussite! N'aurait-on pas un petit Schtrouph Fureur de la non réforme qui se moque du monde? Pour la question de la justice, la population est quasi unanime... La liberté du travail est un graal contre les travailleurs du dimanche...
a écrit le 05/02/2014 à 11:40 :
En effet, l'IREF nous publie la situation de la Suède, après sont explosion dans les années 90, comme on l'observe dans le sud. Parle-t-on le lent bisounours? Pour la question de l'emploi, deuxième préocupation nationale, après l'impôt, alors qu'on annonce une augmentation de 10 milliards pour la CSG sur les classes moyennes et pas sur les riches, pourquoi ne pas faire des emplois d'avenir du type conservateur du musée de l'industrie? On fait des subventions aux forêts locales, mais pas de financement pour la croissance? Pourtant on nous annonce 50% de diplômés au chômage après 3 ans... voila de quoi s'indigner! Nous sommes selon 87% des français dans un système inorganisé: IL FAUT DE L'ORDRE ICI! Quand au système totalisant, on lui dit bonjour ou bien adieu? La croissance se décrète par circulaire administrativement prlant?
a écrit le 05/02/2014 à 10:05 :
Ét. Lê Portugal?
a écrit le 05/02/2014 à 10:05 :
"par habitant": comparer des pays a plus de 60millions d'habitants avec d'autre a moins de 10 ne prouve rien. Je prefere le % du PIB comme graphique et là on voit où passent nos impots
a écrit le 05/02/2014 à 10:03 :
C'est mathématique : ces pays sont en décroissance démographique et ont un revenu par tête plus élevé... Ceci ne nous apprend rien !
a écrit le 05/02/2014 à 9:34 :
Comparer le Luxembourg, micro pays de 500.000 habitants et paradis fiscal qui vit sur le dos de la communauté et la France avec son territoire et ses 65 millions d'habitants, même en rapportant les données par habitant, ne fait pas grand sens.
a écrit le 05/02/2014 à 6:11 :
Tiens, et ou le Royaume-Uni dans ces graphiques ?
a écrit le 04/02/2014 à 23:09 :
En général on peut raconter n'importe quoi avec des ratios globaux : imaginez par exemple que je compte les allocations familiales en recettes négatives (comme l'abattement pour le QF) et le ratio s'améliore ! On peut avoir un faible ratio et des coûts exorbitants d'éducation ou de santé rapportés au PIB (cas des US), on peut avoir un ratio assez élevé et des coûts par unité d'oeuvre produites bas (cas de la Suède), etc...Bref, un peu plus de science (voir les rapports de la cours des comptes) est nécessaire avant de discourir...
a écrit le 04/02/2014 à 22:32 :
Si aux Luxembourg on gagne deux fois plus qu'en France, la comparaison ne vaut pas raison,ensuite le problème est bien la dépense publique par rapport à la création de richesse du pays, la France pêche par son excès plus de 57% du pib et en plus par la dette autrement c'est vos enfants si vous en avez qui paieront rubis sur once, car faire de l'inflation pour faire diminuer la valeur de la monnaie c'est fini depuis l'euro et l'Allemagne donc vos enfants paieront l'engraissement de l'état qui doit toujours dépenser plus pour toujours moins de résulat, toujours plus de pauvres toujours plus de chômage, toujours plus d'impôts mais qu'est ce qui cloche donc en France, en Allemagne, les finances publiques sont en ordre par la discipline, la rigueur, l'ordre allez demander cela aux Français !
Réponse de le 05/02/2014 à 6:07 :
L'Allemagne va devoir gérer la pauvreté de 16% de sa population (14% en France) dans un contexte d'explosion des inégalités et surtout la paupérisation de ses vieux (en 2030, la moitié des retraités seront sous le seuil de pauvreté). Wahou, ça c'est un modèle !
Réponse de le 05/02/2014 à 9:05 :
Soit vous avez une boule de cristal, soit vous êtes madame soleil.
a écrit le 04/02/2014 à 19:42 :
Ils viennent de se rendre compte que le PIB par habitant est très faible en France !!!!
LOL
a écrit le 04/02/2014 à 19:32 :
La France peut elle se retrouver en état de cessation de paiement ?
Réponse de le 04/02/2014 à 19:43 :
Je pense que ce scénario, fort possible, ferait chuter l'Europe. Le soit-disant revirement de notre président (nous verrons bien s'il y a changement ce que je ne crois pas) vient de pressions de l'Europe et de certains partenaires qui ont aujourd'hui très peur quant à l'évolution de notre pays : pas de vraies réformes avec diminution drastiques des dépenses, société scindée en deux (on vient de le voir ce week-end), ... Comme à leur habitude, les socialistes sèment la pagaille là où ils passent.
Réponse de le 04/02/2014 à 23:55 :
"Comme à leur habitude, les socialistes sèment la pagaille là où ils passent. " : La crise prend sa source dans les magouilles des financiers avec les subprimes. N'essayez donc pas de ré-écrire l'histoire de ces dernières années.
Du reste, il est fort probablement que les principales dépenses publiques soient maintenues pour qu'ils puissent continuer encore un temps.
Vous êtes quelques uns à les défendre pour une raison simple : Vous vous nourrissez des marchés qu'ils ont gonflés à bloc, tel l'immobilier. Vous ne conspuez pas les socialistes pour que d'autres ramènent l'ordre : Vous pleurnichez pour le retour des subventions sur des marchés libres et lutter contre des taxes qui grèveraient vos enrichissement sans cause.
Là où vous plantez royalement, c'est que contrairement aux gros financiers, vous finirez par suivre le reste de la population dans l'appauvrissement du pays.
Votre belle droite ne maintiendra pas éternellement les pensions de retraites indexées sur l'inflation avec des hordes de SMICards et de chômeurs. Vos rentes immobilières ne seront pas éternellement maintenues par les APL et les subventions à l'achat (PTZ, Scellier, etc.).
a écrit le 04/02/2014 à 19:26 :
Elle est où la Roumanie qui a touché de grosse subvention de l'Europe ? Les dirigeants ont tout gardé pour eux ?
a écrit le 04/02/2014 à 18:22 :
Comme d'habitude, les articles de M. Best sont là pour servir une idéologie. Ces graphiques montrent surtout que la France vit complètement au dessus de ses moyens. Ce qui est important, c'est le ratio entre ce que l'on gagne et ce que l'on dépense ! Si les luxembourgeois peuvent se permettre de dépenser tant d'argent par habitant, c'est très bien pour eux. Ils ont de la chance. Mais cet argent, la France ne l'a pas. Donc on fait quoi ? On continue à dépenser sans compter - parce que c'est bien de cela dont il s'agit - ou on essaye d'avoir un niveau de dépense qui colle à notre niveau de revenus ?
a écrit le 04/02/2014 à 18:00 :
Les autres états qui dépense plus que la France, gagnent l'argent qu'ils dépensent et ont de ce fait un budget plus ou moins équilibré. La France vit au dessus de ses moyens et s'endette depuis 35 ans.
Réponse de le 05/02/2014 à 13:39 :
et les autres pays non ?
a écrit le 04/02/2014 à 17:49 :
Peut être que la France peut difficilement "rogner" ses dépenses sociales. Mais s'il est un domaine où elle peut vraiment économiser c'est sa dépense publique liée aux 5,5 millions de fonctionnaires et ses...600.000 élus auxquels on rajoute les dépenses liées au portefeuille administratif qui, pour la plupart du temps, génère des doubles emplois qui ne servent qu'à caser les copains des copains ou les élus en mal de "pouvoir"!!
Réponse de le 04/02/2014 à 18:43 :
La France peut largement rogner sur ses dépenses sociales en complément d'une restructuration de l'état. Quelques exemples: l'AME, le minimum vieillesse accordé aux seniors étrangers, les allocations familiales allouées aux familles nombreuses, les subventions aux associations de "bien"-faiteurs, etc
Réponse de le 05/02/2014 à 14:09 :
La France peut plus facilement diminuer ses dépenses sociales que ses dépenses administratives : en effet, ses dépenses administratives sont dans la moyenne des pays européens, alors que ses dépenses sociales sont plus élevées que cette moyenne.
a écrit le 04/02/2014 à 17:41 :
sont des fourmis, la France est une cigale et depuis très longtemps !
a écrit le 04/02/2014 à 17:13 :
La place de la France dans ce ranking est édifiant! le rang de ce pays est déplacé. D'une part l'Irlande et l'Allemagne présente un PIB par habitant dans l'Union européenne en SPA (même année) 2012 bien plus élevé que la France, et les pays qui dépassent la France en dépenses publiques / habitant sont également tous plus prospères. (La Belgique est plus "riche' que la France mais le pays le plus "pauvre" parmi tous ces pays - et également très dépensiers)
La France s'endette, elle fait peur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :