"Pour une femme la faiblesse n'est pas vraiment un défaut" (Poutine)

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi préférable de ne pas débattre avec les femmes en réponse aux attaques d'Hillary Clinton, qui avait comparé son action en Ukraine à celle d'Adolf Hitler dans les années 1930.
Le président russe a cependant ajouté que cela ne l'avait pas empêché de rencontrer l'ex-secrétaire d'Etat américaine lors de différents événements internationaux ou de discuter normalement.
Le président russe a cependant ajouté que cela ne l'avait pas empêché de rencontrer l'ex-secrétaire d'Etat américaine "lors de différents événements internationaux ou de discuter normalement". (Crédits : reuters.com)

La réponse est acerbe. Pour contrer l'attaque d'Hillary Clinton qui a comparé son action en Ukraine à celle d'Adolf Hitler dans les années 1930, le président russe ne mâche pas ses mots. "Quand les gens dépassent certaines limites de politesse, cela montre leur faiblesse", a ainsi déclaré Vladimir Poutine dans une interview diffusée mercredi soir sur Europe 1 et TF1. Avant d'ajouter:

"Pour une femme la faiblesse n'est pas vraiment un défaut".

"Il est préférable de ne pas débattre avec les femmes", a insisté Vladimir Poutine. "Quant à Madame Clinton, elle n'a jamais été trop subtile dans ses déclarations".

Une déclaration qui n'a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Une possible erreur de traduction aurait lancé la polémique. L'AFP propose en effet une traduction légèrement différente:

"Il vaut mieux ne pas se disputer avec les femmes".

"Nous pourrions trouver un langage commun"

Le président russe a cependant ajouté que cela ne l'avait pas empêché de rencontrer l'ex-secrétaire d'Etat américaine "lors de différents événements internationaux ou de discuter normalement". "Je pense qu'ici également, nous pourrions trouver un langage commun", a-t-il dit.

Cette déclaration a suscité une réaction de Valérie Trierweiler, l'ex-compagne de François Hollande sur son compte Twitter :

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 10/06/2014 à 11:15
Signaler
Erreur de traduction ou pas, l’esprit reste le même et les journalistes vont lui donner l’occasion de le prouver En le relançant sur le sujet, Jean-Pierre Elkabbach affirme : « Au delà des femmes puisqu'il faut les respecter et je suis sûr que vous l...

à écrit le 07/06/2014 à 18:47
Signaler
Voic l'intégralité de l'interview de Monsieur Wladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie, ainsi il sera possible aux lecteurs de constater la censure existante dans les médias français : Question (Bouleau) – Bonsoir, M. le président. M...

le 10/06/2014 à 12:57
Signaler
Mr Poutine s’est fait interviewer en parallèle sur TF1 et Europe 1, il suffisait de prêter l’oreille devant son poste, aux traductions prés je vous l’accorde , comme d’ailleurs dans votre transcription. Je ne vois aucune censure, mais il est de bon...

à écrit le 05/06/2014 à 13:36
Signaler
et relai d'une Depeche quelconque sans verification? c'est des pratiques dignes du Poutine tant execre non?

à écrit le 05/06/2014 à 13:10
Signaler
d'Hillary Clinton je lui donne raison à 100°/° vérité absolus

à écrit le 05/06/2014 à 11:53
Signaler
Merci de ne pas relayer les propos de Mme Trierweiller. Cela n'est d'aucun intérêt.

à écrit le 05/06/2014 à 9:54
Signaler
Ô combien pertinente réaction de Madame Trierweiler, dommage que nous n'ayons pas aussi la chance d'être tenus informés de celles de Monsieur Strauss-Kahn et de Madame Michue qui doivent bien eux aussi avoir un avis sur la question.

le 05/06/2014 à 10:08
Signaler
Les déclarations de cette drôle de personne sont carrément minables, cependant sont d'autant minables ceux qui colportent de telles déclarations.

à écrit le 05/06/2014 à 9:48
Signaler
La phrase de Poutine a été mal traduite. Par erreur ou par mauvaise foi ? La traduction exacte serait: "il ne sert à rien de se disputer avec les femmes; elles sont de toute façon les plus fortes". C'est une plaisanterie respectueuse à l'égard des fe...

le 05/06/2014 à 11:13
Signaler
Merci pour cette précision !

le 05/06/2014 à 11:25
Signaler
Je suis certain que nos chers (à tous points de vue, c'est tout de même de l'ordre du milliard de subventions par an pour la seule presse) médias se feront un point d'honneur de rectifier ce qui n'est qu'une regrettable erreur et pas du tout volontai...

à écrit le 05/06/2014 à 9:41
Signaler
pourquoi on parle de Madame TRIERWEILER? elle ne fait pas de la politique à ce que je sache.

à écrit le 05/06/2014 à 8:59
Signaler
Il semble qu’il y ait une autre traduction des propos du président russe. L'AFP a retenu "Il vaut mieux ne pas se disputer avec les femmes ". Un(e) russophone pourrait-il/elle confirmer la traduction? Quelle besoin y-a-t-il de relayer les propos de M...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.