Gaz : l'Ukraine, la Russie et l'Union Européenne négocient lundi soir

 |   |  361  mots
ne coupure de gaz russe, qui pourrait intervenir dès mercredi, perturberait également l'approvisionnement en Europe. Reuters
ne coupure de gaz russe, qui pourrait intervenir dès mercredi, perturberait également l'approvisionnement en Europe. Reuters (Crédits : reuters.com)
Bruxelles accueillera ce soir autour de son commissaire européen chargé de l'Energie : la Russie, l'Ukraine et les patrons de Gazprom et Naftogaz afin de négocier les modalités de livraison du gaz russe.

Les négociations entre l'Ukraine et la Russie devaient s'intensifier lundi afin d'éviter une coupure du gaz, tandis que le nouveau président ukrainien Petro Porochenko s'est fixé pour objectif de mettre fin d'ici à une semaine aux combats dans l'Est.

Le risque d'une coupure de gaz dès mercredi

Des pourparlers sur l'épineuse question des livraisons de gaz russe sont prévus à 19h à Bruxelles entre le commissaire européen chargé de l'Energie Günther Öttinger, les ministres russe et ukrainien de l'Energie et les patrons des compagnies russe Gazprom et ukrainienne Naftogaz.

Une coupure de gaz russe, qui pourrait intervenir dès mercredi, perturberait également l'approvisionnement en Europe.

Parallèlement, le président Porochenko a lancé dimanche des pourparlers inédits avec la Russie afin de faire cesser la sanglante insurrection prorusse dans l'Est.

Des négociations diplomatiques pour mettre fin à la guerre

Ces négociations, organisées à Kiev pour la première fois dans la crise la plus dure qui ait opposé Moscou et les Occidentaux depuis la Guerre froide, avaient été décidées lors du bref entretien vendredi entre le nouveau chef de l'Etat ukrainien et Vladimir Poutine en marge des cérémonies commémoratives du Débarquement en France.

"Nous devons mettre fin aux tirs cette semaine", a déclaré M. Porochenko, entré en fonction officiellement samedi, cité dans un communiqué de la présidence ukrainienne à l'issue d'une première rencontre.

Les discussions tripartites, qui ont réuni l'ambassadeur de Russie en Ukraine Mikhaïl Zourabov, l'ambassadeur d'Ukraine en Allemagne Pavlo Klimkine et une représentante de l'OSCE, Heidi Tagliavini, doivent se tenir tous les jours afin de mettre en place un plan de pacification de l'Est de l'Ukraine, a précisé la présidence.

"Chaque jour pendant lequel des gens meurent, chaque jour pendant lequel l'Ukraine paye un prix aussi élevé, est inacceptable", a souligné M. Porochenko.

L'insurrection prorusse dans l'Est de l'Ukraine, orchestrée selon Kiev par Moscou, et l'"opération antiterroriste" lancée par les forces ukrainiennes pour la mater ont fait en près de deux mois plus de 200 victimes (rebelles, forces ukrainiennes et civils), notamment à Dontesk et Lougansk.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 8:52 :
Il faut faire intervenir les européens tellement les russes de Poutine trichent comme toujours. La venue du président de Biélorussie à la nomination du président ukrainien en dit long aussi sur la confiance mutuelle face à Poutine. Vivement que ce dictateur quitte le Kremlin, les russes méritent nettement mieux.
Réponse de le 10/06/2014 à 10:05 :
Vos employeurs ne prennent même plus la peine de traduire les éléments de langage du département d'état ou de la CIA ?
a écrit le 09/06/2014 à 18:31 :
Il est interessant de noter qu'absolument aucun media europeen ne parle du faitt que le fils du Vice president americain Joe Biden, un certain Hunter Biden vient d'etre nomme au directoire de la plus grosse entreprise de gaz et petrole ukrainienne, l'entreprise Burisma. Mr Hunter Biden, avocat, n'a aucune experience en Ukraine ou Europe Centrale, bien entendu, ne parle pas ukrainien, bref un parachutage dore de l'Oncle Sam
Coincidence ? Ou alors comme du temps de la guerre en Irak, les interets partages de Halliburton et Dick Cheney, pour les americains, business is business, surtout en temps de guerre, ces temps de guerre prefabriques qui offrent de formidables opportunites pour les membres de la "famille".
Réponse de le 10/06/2014 à 3:40 :
Il est salarié de l'entreprise, pas investisseur donc pas de problème particulier.
Réponse de le 10/06/2014 à 5:49 :
Et une coincidence que le papa Biden attende le conflit en Ukraine pour y placer son fiston, pas avant, pas après, juste maintenant ... Miam miam, les guerres préfabriquées rapporteront toujours à la "famille". Une belle rentre pour la famille américaine, avec les prochaines guerres qu'elle prépare pour bien en profiter par la suite.
Réponse de le 10/06/2014 à 8:41 :
@ Coincidence : Il n'y a pas de conflit en Ukraine de l'Ouest et très peu à l'Est. Pas de rapport. Vos accusations ne sont pas fondées sur des preuves tangibles, juste un parti pris. Que dire des marchés attribués en Crimée ?
Réponse de le 10/06/2014 à 8:57 :
Donc Hunter Biden est arrive chez Burisma par le plus grand hasard, quel chanceux et veinard ! Et la marmotte continue de mettre le chocolat dans le papier alu pour les eurobeats soumis a Oncle Sam ...
Réponse de le 10/06/2014 à 10:06 :
Contrairement à ce que raconte le petit troll, tous les éléments factuels sont sur le blog d'Olivier Berruyer.
a écrit le 09/06/2014 à 17:48 :
Comme quoi, des Sudètes à la Crimée en passant par les territoires palestiniens occupés, la politique de l'annexion en usant du fait accompli est toujours aussi efficace...
Réponse de le 09/06/2014 à 18:30 :
Soyez complet dans votre raisonnement : Quand est ce que les Britanniques vont rendre les Malouines aux Argentins ? Quand est ce que le Kosovo sera rendu a la Serbie ?
Réponse de le 10/06/2014 à 3:47 :
@ Cher Tom : Les Malouines étaient désertes lors de leur découverte par les européens au 16e siècle, le Kosovo est Kosovar. Pas de rapport avec l'invasion de la Crimée par Poutine. La Crimée était grecque, turques etc.
Réponse de le 10/06/2014 à 5:50 :
En Crimée, ils parlent majoritairement russe, donc elle est russe. (encore faut il etre aller en Crimée pour se rendre compte que plus de 80% de la population parle et souhaite continuer à parler russe)
Réponse de le 10/06/2014 à 8:55 :
@ Pareil : on parle une langue donc le pays appartient à la nationalité de cette langue ? Dans le n'importe quoi vous êtes une élite ! On parle français dans nombreux pays africains, ce n'est pas la France pour autant et je ne parle pas de l'anglais, espagnol etc.
Réponse de le 10/06/2014 à 10:08 :
Et Mayotte ? Elle était déserte ou éternellement peuplée de français avant que Giscard l'annexe à la france par un référendum non reconnu par l'ONU ?
Réponse de le 10/06/2014 à 10:10 :
Malgré le média mensonges et le trollage permanent vous avez perdu la guerre de l'opinion. La méga branlée du 25 mai en est la preuve !
a écrit le 09/06/2014 à 17:42 :
La manœuvre russe, qui consiste à détourner l'attention ukrainienne et internationale de la Crimée en armant les ukrainiens de l'Est, semble plutôt bien fonctionner !
Réponse de le 09/06/2014 à 20:30 :
La Crimée est russe. A Dieu l'Ukraine
Réponse de le 10/06/2014 à 3:48 :
La Crimée est toujours ukrainienne en droit international.
Réponse de le 10/06/2014 à 10:12 :
En droit international le dernier état suprémaciste pratiquant l'apartheid n'a pas le droit de coloniser la cis Jordanie ... Donc votre droit, vous savez ce que vous pouvez en faire !
Réponse de le 10/06/2014 à 11:42 :
Vous plaisantez, les droit des peuples a disposer d'eux même est inscrit a la déclaration aux UN... Le gouvernement de transition Ukrainien était lui illégal a partir de la le peuple peut faire sécession. De plus la Crimée n'as jamais été partie prenante de l'Ukraine, mais rattachée par traité, un peu comme le Texas, ou la France dans la Grande Europe de merde

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :