Trois millions de foyers millionnaires en plus dans le monde

 |   |  413  mots
Le rapport du BCG annuel a été publié. Le monde compte de plus en plus de millionnaires. /Reuters
Le rapport du BCG annuel a été publié. Le monde compte de plus en plus de millionnaires. /Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Etats-Unis comptent le plus grand nombre de millionnaires en 2013. La Chine en a gagné près d'un million en un an.

Toujours plus de millionnaires dans le monde. Leur nombre passé de 13.7 millions en 2012 à 16.3 millions en 2013 selon le rapport annuel du Boston Consulting Group (BCG) sur le secteur de la gestion de la fortune publié ce mardi. Au total, 1.1% de la population mondiale est millionnaire.

Près de 1 million de millionnaires de plus en Chine

C'est toujours aux Etats-Unis que l'on en trouve le plus avec 7.1 millions de millionnaires (en dollars) dont 1.1 million de nouveaux millionnaires. Leur nombre a particulièrement explosé en Chine où ils sont passés de 1.5 million en 2012 à 2.4 millions en 2013. 

En revanche, le nombre de foyers millionnaires au Japon a diminué et est passé de 1.5 million à 1.2 million, en raison, notamment par la baisse du yen par rapport au dollar. 

La richesse des ménages a augmenté de 14,6%

Globalement, la richesse des ménages dans le monde a augmenté de 14.6% en 2013. Une forte progression comparée à 2012 où l'augmentation était de 8.7%. La richesse totale atteint 152 000 milliards de dollars.

Cette augmentation s'explique, selon le rapport BCG, par la bonne performance des marchés d'actions ainsi que par la création de richesse dans les économies à croissance rapide.

Une progression au-delà des prévisions

C'est l'Asie-Pacifique (hors Japon) qui a enregistré la plus forte croissance (30.5%) suivie par l'Europe de l'Est (17.2%), l'Amérique du Nord (15.6%), le Moyen-Orient et l'Afrique (11.6%) et l'Amérique du Sud (11.1% à taux de change constant). Les moins bons résultats sont attibués à l'Europe de l'Ouest (5.2%) et au Japon (4.8% à taux de change constant).

Benoît Macé, directeur associé du BCG, explique

"le principal défi dans les économies matures consiste à tirer le meilleur parti des importantes bases d'actifs existantes dans un contexte de croissance incertain" (...) "dans les pays à croissance rapide les gestionnaires doivent attirer une part importante de la nouvelle richesse créée. Globalement la bataille pour gagner des parts de marché ne va cesser de s'intensifier".

L'Asie-Pacifique dépassera l'Europe de l'Ouest selon les prévisions

Les prévisions pour 2014 sont d'ores et déjà annoncées : l'Asie Pacifique (hors Japon), troisième région en termes de richesse des ménages aujourd'hui, devrait dépasser l'Europe de l'Ouest au cours de cette année et devrait ravir à l'Amérique du Nord le titre de région la plus riche du monde d'ici 4 ans.

Au niveau mondial, la richesse des ménages devrait enregistrer un taux de croissance annuel moyen de 5.4% au cours des cinq prochaines années pour atteindre près de 200 milliards de dollars d'ici fin 2018, selon le BCG.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2014 à 0:14 :
Combien de gens ont changé ou modifié la structure de leur fortune?
Certains ont virer le l'immobilier pour investir en bourse entrant dans le club puisque seuls les titres et les liquidités comptent. Alors, c'est un jeu à sommes nulles, en fait.
a écrit le 11/06/2014 à 13:57 :
Millionnaire à Londres , c'est être propriétaire de son 2 pièces , millionnaire à Calcutta c'est 10 domestiques à son service et une villa de 200 M2 !
Un millionnaire n'a pas la même valeur partout ;-)
Et en France les millionnaires se cachent ou se sauvent, bientôt une espèce en voie d'extinction !
a écrit le 11/06/2014 à 11:18 :
Cela prouve l'incapacité des économies actuelles à créer de la richesse dans le monde.
a écrit le 11/06/2014 à 11:00 :
La crise qui a débuté en 2007 a mis au premier plan la question des inégalités.La concentration de la richesse socialement produite a été un des détonateurs principaux de la crise avec la scandaleuse absence de corrélation entre les responsables de l’effondrement économique et ceux qui en subissent les conséquences. Ce contexte a donné lieu à un débat plus fondamental sur la relation entre la croissance économique ou plus largement de la dynamique propre du capitalisme et les inégalités.Le problème des inégalités n’est pas seulement éthique mais également pratique. La montée des in-équités contribue à démolir la démocratie. Le prix de l’inégalité n’est pas seulement la quantité de ressources que concentre le 1% le plus riche mais également le fait que les décisions concernant l’ensemble de la société tendent à se conformer aux intérêts de cette petite minorité face au reste. On le voit par exemple avec la tendance à la baisse des impôts pour les plus riches En lien avec les intérêts d’une minorité qui devient plus puissante en même temps qu’elle se restreint on trouve un autre phénomène qui est l’accumulation à des niveaux historiques de dette privée. Le lien est grosso modo le suivant : les secteurs les plus riches prêtent aux plus pauvres et obtiennent pour cela un bénéfice. Les entreprises financent à leur tour leurs activités avec un volume croissant d’endettement, pas tant pour financer de nouveaux investissements productifs sur le long terme, mais bien pour augmenter leurs bénéfices à court terme voire pour absorber des entreprises de la concurrence. Pour augmenter leurs possibilités d’endettement, elles essaient d’améliorer leurs résultats directs en recourant fréquemment à des pratiques comme la baisse des salaires. Les bénéfices obtenus aboutissent chez les plus riches, actionnaires ou propriétaires de ces entreprises ou qui ont investi dans des fonds consacrés à les financer. La consommation des ménages repose quant à elle sur l’endettement
Réponse de le 11/06/2014 à 13:54 :
Baratin marxiste habituel. Rien de nouveau depuis "La Question Juive", pas vrai ?
Réponse de le 11/06/2014 à 17:50 :
Désolée @ Nicolas , mais ma pensée émancipatrice ânonne des évidences sans doutes, évite d’emprunter certains sentiers peu fréquentés ou perd la mémoire des réflexions antérieures. La vulgate marxiste, les réductions économistes ou sociologiques, les propos sans espérance dominent trop souvent et cela ne m’intéresse pas plus que le dogme religieux (?) . J’essaie simplement d’aimer la vie et je crois encore en l’humanité. Je pose simplement la question : Avec tant de richesses dans le monde, comment peut-on avoir autant de pauvreté ? pour comprendre quand mais aussi pourquoi tout cela a commencé il faut retourner au début des temps modernes, au début des temps coloniaux? Les experts internationaux aussi bien que les victimes nous apportent des éléments de réponse, condamnant le colonialisme, l’économie de marché, la dette du tiers-monde, l’appropriation des terres et des autres ressources naturelles, qui entre autres condamnent les pays du tiers-monde et tous ceux qui s’efforcent de survivre dans un environnement toujours plus hostile. N’est-il pas temps de se demander pourquoi aujourd’hui 25% de la population mondiale consomme plus de 85% des ressources de la planète ?
a écrit le 11/06/2014 à 10:38 :
Je me permets de réagir à cet article, car on apprend à travers celui-ci que 1,1% de la population mondiale est millionnaire. Or, en 2013 la population mondiale est estimée à plus 7,07 Mds, ainsi si sur cette même période on recense 16,3 millions de millionnaires alors le taux de millionnaires au sein de la population mondiale s'élève à 0,23%...
a écrit le 11/06/2014 à 7:19 :
Hollande ne fait pas partie des "nouveaux" millionnaires mais des millionnaires tout court. Tout ça en travaillant à longueur d'années "au service des Français" ou plutôt sur le dos des Français. En France, ca rapporte la politique !
a écrit le 11/06/2014 à 6:18 :
Et en France le nombre de millionnaire diminue il serait bon de le signaler
a écrit le 10/06/2014 à 23:47 :
La crise a bénéficié à certains , l'argent n'a pas disparu , elle a changé de mains !
a écrit le 10/06/2014 à 22:51 :
Un monde d'une injustice criante! de plus en plus de riches, mais aussi de plus en plus de pauvres.....certains ne savent même plus le pognon qu'ils possèdent, et d'autres n'ont rien à bouffer....une superbe vie pour certains, et d'autres qui se demandent pourquoi ils sont sur terre, si ce n'est pour souffrir.....Triste, bien triste monde..
a écrit le 10/06/2014 à 22:24 :
Et combien de pauvres en plus?
a écrit le 10/06/2014 à 20:49 :
Ce genre de "statistique" en venant des USA me semble toujours suspect. Des millionaires virtuels ? c'est possible car la planche à billets de dollar ne s'arrête pas de tourner. Même sans garanties ! en plus, il faut voir aussi que la pauvreté augmente considérablement au pays d'Obama, ne vous faites pas d'illusions....
a écrit le 10/06/2014 à 20:46 :
UNE BONNE GROSSE REVOLUTION ET LES RICHESSES VONT CHANGER DE MAINS IL Y AURAT MOINS DE PAUVRES .
Réponse de le 10/06/2014 à 22:08 :
Après le passage du cyclone socialiste, il ne restera que des pauvres en France...
a écrit le 10/06/2014 à 19:56 :
Mais pas en France 3 millions de pauvres en plus!!!
a écrit le 10/06/2014 à 19:44 :
l'ultralibéralisme qui crée des riches de plus en plus riches, des pauvres de plus en plus pauvres et fait disparaître les classes moyennes doit cesser d'être notre modèle.
a écrit le 10/06/2014 à 19:26 :
13.7 millions en 2012 à 16.3 millions...
Normal, étant donné que la seul valeur réelle de l'argent, c'est du temps de vie humaine...on assiste à un simple transfert de richesse des uns vers les autres...
En fait, un riche n'est riche qu'a condition de dépouiller une légion d'autres hommes...
A chaque riche se crée une légion de pauvre...
Montrez nous le chiffre du nombre d'individus qui ont basculé dans la pauvreté en 2013...
a écrit le 10/06/2014 à 19:00 :
Les Etats-Unis comptent aussi 50 millions de gens qui ne mangent plus que grâce à des bons alimentaires, et 120 millions d'inactifs. Et je ne parle pas du résultat en Europe de l'Ouest des 30 années d'euro-mondialisme et de dérégulation financière. Quelle belle réussite...
Enfin, tant que tout ça profite aux quelques familles qui tirent les ficelles et possèdent tout, c'est l'essentiel
Quant aux pays émergents qui auraient grandement bénéficié de cette Mondialisation "heureuse", et dont on nous vante constamment les mérites, quand on y regarde de plus près c'est très loin d'être le miracle annoncé. Il suffit de voir les mouvements sociaux actuellement au Brésil, la misère noire en Afrique du Sud, ou le micro marché intérieur en Chine où seuls 90 millions d'âmes sur 1.3 milliards peuvent un peu consommer et vivre décemment.
Réponse de le 10/06/2014 à 19:13 :
120 millions d'inactifs aux US avec un taux de chômage de 6,5% ?
Arrêtez de lire l' humanité et prenez l avion de temps en temps.
Réponse de le 10/06/2014 à 20:00 :
C'est du bricolage de chiffre. Les USA ne comptent comme chômeurs que ceux qui touchent le chômage. Enfin en tournant le problème dans l'autre sens , les chômeurs qui ne touchent rien (et ça vient très vite labas) ne prennent même plus la peine de s'enregistrer. C'est tout benef pour les chiffres qui permettent de berner les investisseurs moyens (très moyens même). Ducoup le taux de chômage est faible mais le taux d'activité (le nombre d'actifs en âge de travailler) est faible lui aussi . C'est comme les Allemands qui sortent de leurs chiffres les travailleurs temporaires (comme nous) mais sauf que labas on peut très bien faire quelques heures par semaines pour quelques Euros et être payé à 90% par l'aide public. Là encore les chiffres sont bons ce qui berne les gentils investisseurs moyens. Mais si il faut faire cela pour rendre la droite heureuse en France , faisons le ! On oblige les gens au RSA à faire 2 heures par semaine à 2 Euros de l'heure: Et hop on tombe à 7% de chômeurs ! Et cela pour des clopinette et sans grand effets sur la vie des français, ni sur la véritable activité en France.
a écrit le 10/06/2014 à 18:43 :
Les Etats-Unis comptent aussi 50 millions de gens qui ne mangent plus que grâce à des bons alimentaires, et 120 millions d'inactifs. Et je ne parle pas du résultat en Europe de l'Ouest des 30 années d'euro-mondialisme et de dérégulation financière. Quelle belle réussite...
Enfin, tant que ce système continue de profiter aux quelques familles qui tirent les ficelles et possèdent tout, c'est l'essentiel n'est-ce pas?
Réponse de le 10/06/2014 à 20:02 :
L'essentiel n'est pas là je suis d'accord mais cela ne vous autorise pas à mal lire l'article et à dire des contre-vérités. Oui il y a des pauvres aux USA, plus qu'en France ou en Suéde, mais il y en a toujours eu, pas plus pas moins, leur système est profondement inégalitaire (que le meilleur gagne...) et dans vos 120 millions d'inactif vous comptez certainement les enfants et les seniors, Si on va par là, chez nous, en France, il y a 40/41 millions d'nactifs...
Réponse de le 11/06/2014 à 13:52 :
En France, il y a plus de 31 millions de personnes qui touchent des aides..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :