Etats-Unis : BNP Paribas espère que l'amende ne dépassera pas 8 milliards de dollars

 |   |  330  mots
Les discussions se poursuivent et la banque a demandé un délai pour parvenir à un accord définitif, lequel pourrait donc intervenir à partir de la mi-juillet, deux semaines avant la publication des résultats semestriels du groupe le 31 juillet.
Les discussions se poursuivent et la banque a demandé un délai pour parvenir à un accord définitif, lequel pourrait donc intervenir à partir de la mi-juillet, deux semaines avant la publication des résultats semestriels du groupe le 31 juillet. (Crédits : reuters.com)
La banque espère que l'amende qu'elle se prépare à devoir acquitter aux autorités américaines pour avoir contourné les règles d'embargo américain pendant plusieurs années s'établira autour de sept à huit milliards de dollars.

BNP Paribas espère s'en tirer pour 7 ou 8 milliards de dollars (entre 5 et 5,8 milliards d'euros) maximum. C'est en tout cas ce qu'ont déclaré des sources au fait des discussions concernant l'amende que la banque va devoir payer pour avoir contourné pendant plusieurs années les règles d'embargo américain.

La banque française, qui envisage de verser cette pénalité dans le cadre d'un accord de plaider-coupable avec les régulateurs, veut éviter de dégrader son ratio de solvabilité. Une perspective qui pourrait alors la conduire à envisager une augmentation de capital, l'émission d'obligations ou des cessions d'actifs pour renforcer ses fonds propres. Au 31 mars, le ratio common equity tier one Bâle III de BNP Paribas s'établissait à 10,6%.

Rien n'est encore définitif

Jusqu'ici, des estimations faisaient état d'une sanction pécuniaire pouvant aller jusqu'à dix milliards de dollars. Le montant de 16 milliards avait même été évoqué à un stade des négociations.

Cependant "rien n'est bouclé et tout peut changer d'un moment à l'autre mais la tonalité est un peu plus optimiste", a fait valoir une des sources, avant d'ajouter que la BNP avait récemment reçu le soutien de plusieurs régulateurs européens.

Une sanction sur 12 mois au lieu de 6

Alors que les autorités américaines étudient par ailleurs la possibilité d'empêcher temporairement la banque française d'effectuer des opérations de compensation en dollar, la source a souligné que l'interdiction pourrait ne concerner que certaines zones géographiques ou certaines catégories de métiers.

En contrepartie de quoi la sanction s'étendrait sur douze mois et non six, comme rapporté initialement par certains médias.

Un accord ferme mi-juillet

Les discussions se poursuivent et la banque a demandé un délai pour parvenir à un accord définitif, lequel pourrait donc intervenir à partir de la mi-juillet, deux semaines avant la publication des résultats semestriels du groupe le 31 juillet.

Une porte-parole de la BNP s'est refusée à tout commentaire mercredi après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 18:08 :
je suis un petit employé chez BNP PARIBAS je vient de prendre un avertissement pour une petite faute que je ne peut dévoilé mais sans aucune conséquence financière bref 3 ans sans augmentation, 3 ans sans mon petit bonus annuel et je doit dire merci ! voila comment la banque va se remboursé
a écrit le 28/06/2014 à 12:44 :
C'est raté alors car 8.9 milliards ça fait quaisment 9 milliards de dollars.
a écrit le 27/06/2014 à 6:59 :
Et la Direction de la BNP? Elle dormait au gaz?
a écrit le 26/06/2014 à 16:18 :
C'est normal, on leur a fait plaisir avec Alstom, le chantage va se terminer !
a écrit le 26/06/2014 à 15:09 :
Abattre Saddam Hussein c'était une histoire personnelle de la famille Bush, un secret de Polichinelle que nos médias évitent d'en parler. C'était un summum de l'arrogance et de l'irresponsabilité des Etats-Unis à l'égard du reste du monde. Comme dit l'ex-sénateur américain Ron Paul, depuis des décennies que la politique étrangère américaine se résume à cela: "ou tu fais ce que veux ou je t'écrase avec mes bombes". C'est la philosophie du "pays le plus démocratique du monde", le porteurs de la "paix Americana" à tous les coins du monde. La France pourrait bien s'y inspirer.
a écrit le 26/06/2014 à 13:19 :
A quand la plainte européenne auprès de l'OMC contre les USA qui imposent unilatéralement leurs lois à travers leur monnaie ? Mais ce n'est pas le courage qui caractérise l'Union Européenne.
a écrit le 26/06/2014 à 12:59 :
A quand la plainte européenne auprès de l'OMC contre les USA qui imposent unilatéralement leurs lois à travers leur monnaie ? Mais ce n'est pas le courage qui caractérise l'Union Européenne.
a écrit le 26/06/2014 à 12:25 :
J'espère que les US ignorent que la France a condamné un simple employé de banque, peut-être pas si coupable que son patron l'a dit, a 5 Milliards d'euro d'amende! Donc, pour la BNP, un montant semblable devrait être peanuts...Non?
a écrit le 26/06/2014 à 10:26 :
Les USA continuent à faire "leur loi" comme ils veulent quand ils veulent, pendant que l'Europe taiseuse se couche lamentablement à leurs pieds.
Il est temps de quitter ce marigot qui ne sert qu'à engraisser une flopée de fonctionnaires inconnus et inutiles.
Réponse de le 26/06/2014 à 11:00 :
Parce que vous pensez que la France seule aurait plus de poids ? Vous rigolez ?...
Réponse de le 26/06/2014 à 11:50 :
Parce que s'aplatir pour vous c'est avoir du poids ?
Réponse de le 28/06/2014 à 12:45 :
N'importe quoi.
a écrit le 26/06/2014 à 7:38 :
Une marque de faiblesse des autorités américaines devant des faits aussi graves!
Réponse de le 26/06/2014 à 10:04 :
Des faits aussi graves ? Quels sont ils ? Ils ne sont graves qu'aux yeux des USA mais tout à fait légitimes selon les règles françaises, européennes et onusiennes. Les USA imposent leurs règles mais refusent les règles internationales: ils ne reconnaissent pas le cour internationale de justice refusant qu'un citoyen américain puisse être passible d'une juridiction autre que la leur. Quid des accords de Kyoto, des résolutions de l'ONU dont ils se moquent allègrement ? Quid de Guantanamo, bel exemple de justice indépendante, impartiale et éclairée ? Quid des écoutes de la NSA ? Alors de soyez pas naïf, tout ce qui affaiblit l'Europe est bon pour les USA. Il n'y a là-dessous rien que l'affirmation d'un pouvoir hégémonique.
Réponse de le 26/06/2014 à 10:11 :
Babouche Vous avez raison GS est irréprochable c'est bien connu.Si vous connaissait un temps soit peu la justice américaine en matière économique,vous ne devriez pas être surpris.Nous allons signé le Tafta et le tour est joué.En matière de business ils rigolent jamais outre atlantique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :