La crise politique à Hong Kong expliquée en quatre points-clés

Les partisans de la démocratie à Hong Kong ont lancé lundi leur campagne de riposte à la décision de Pékin de limiter la portée du suffrage universel dans l'ancienne colonie britannique. Ils ont hué un haut responsable chinois.

3 mn

Les jeunes générations sont plus actives que leurs parents, souvent des réfugiés communistes ou nationalistes.
Les jeunes générations sont plus actives que leurs parents, souvent des réfugiés communistes ou nationalistes. (Crédits : reuters.com)

Tensions entre Hong Kong et Pékin. Les militants pro-démocratie menacent de paralyser le quartier financier pour protester contre le refus de Pékin de lui accorder le plein suffrage universel. L'ancienne colonie britannique connaît l'une de ses plus graves crises politiques depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Voici les points-clés pour comprendre cette crise.

  • Un auditorium évacué

Venu défendre la politique chinoise vis-à-vis de ce territoire autonome, le vice-président de la commission législative de l'Assemblée nationale, Li Fi, s'est exprimé sous les huées de députés et de manifestants, comme le montrent les images de la chaîne de télévision locale Cable TV. Les forces de l'ordre sont intervenues ce lundi matin à l'aide de sprays au poivre pour faire évacuer un auditorium où s'étaient rassemblés les manifestants.

  • Ingérence croissante

Depuis que Hong Kong est passé sous pavillon chinois, ses habitants jouissent d'un système judiciaire et politique distinct du reste de la République populaire, mais les Hongkongais s'inquiètent d'une mainmise croissante de Pékin sur les affaires du territoire.

Les inégalités croissantes, l'afflux de Chinois du "continent" auxquels est en partie imputée la hausse du coût de la vie expliquent en partie ce sentiment.

  • Quels sont les enjeux de la réforme?

Le chef de l'exécutif hongkongais est actuellement élu par un comité électoral pro-Pékin, la Chine avait fait miroiter l'instauration du suffrage universel en 2017. Les militants pro-démocratie estiment toutefois que Pékin se dédie.

En effet, si chaque Hongkongais en âge de voter devrait pouvoir participer à la prochaine élection, seules deux ou trois personnalités sélectionnées à la majorité des voix par un comité de nomination seront habilitées à se présenter. À ce compte, les candidats susceptibles d'émettre des critiques à l'égard du Parti communiste chinois seront écartés, plaident les partisans de la démocratie.

Pour entrer en vigueur, la réforme électorale doit encore obtenir le feu vert des deux-tiers du Parlement de Hong Kong. Au moins 25 députés (sur 70) ont fait savoir qu'ils voteraient contre. En cas de rejet du texte, Pékin a averti que le prochain chef de l'exécutif serait désigné selon les dispositions actuelles, à savoir sans la participation des cinq millions d'électeurs potentiels.

  • Qui sont les manifestants?

Il s'agit de parlementaires, d'universitaires, d'étudiants et de citoyens ordinaires. Dirigé par deux universitaires et un prêtre, le mouvement le plus en vue est "Occupy Central with Love and Peace" (OCLP). Ce dernier a appelé à l'occupation de Central, le quartier d'affaires de la ville dont les gratte-ciel sont devenus l'emblème et qui héberge les sièges de nombreuses banques internationales dont Citibank, HSBC et Bank of China, rappelle sur son site internet la chaîne américaine CNN. Une partie des Hongkongais s'oppose toutefois à la stratégie de confrontation d'Occupy, craignant une détérioration du climat des affaires.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 02/09/2014 à 5:31
Signaler
Droits de réponses à @T'as raison et @ des new de Hong Kong: @T'as raison: esclave de ton gouvernement et de tes actionnaires, tes riches ont fui en Suisse et en Belgique, pour profiter la vie. Tu n'es pas au courant, avant de donner les leçons au m...

à écrit le 01/09/2014 à 20:18
Signaler
Je ne sais pas si mon post va être "démocratisé" c'est-à-dire censuré. Mais il faut que les occidentaux et surtout les français sachent que Hong Kong est toujours chinois. Les hypocrites anglais ont envahi avec ses frères la chine et ont volé Hong Ko...

le 02/09/2014 à 0:36
Signaler
Esclave et heureux de l'être, tu vas atteindre le bonheur suprême du communisme. Alors qu'une bonne partie de tes dirigeants croulent sous l'argent qu'ils ont détourné du système et fuient aux Etats Unis pour en profiter. Amuse toi bien.

le 02/09/2014 à 2:56
Signaler
J ai travaille recemment a HK pendant quelques annees et je peux vous dire que les HongKongais ne se sentent pas chinois, et depuis qu ils en ont eu la possibilite ont pour grand nombre choisit la nationalite anglaise! Pour ce qui est du colonialism...

le 02/09/2014 à 3:14
Signaler
Desole mais c est archi faux seul un petit nombre a choisi la nationalite anglaise qui n est d ailleurs pas une 'vraie' nationalite anglaise mais un entre-deux

à écrit le 01/09/2014 à 18:13
Signaler
Je suis content de cette décision s'est décidé ainsi car la Chine doit montrer que Hongkong appartient à la Chine surtout les gens qu'ils sont née la bas qui croit c'était un pays et ils sont racismes.

le 02/09/2014 à 2:01
Signaler
C est pas parce que tu es un chinois continental malheureux que tu dois souhaiter le malheur aux chinois de Hong Kong. Et ne me fait pas trop rire. .. les chinois continental sont aussi très racistes.... entre eux ou avec les africains

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.