Barack Obama se sépare de son secrétaire d'Etat à la Défense

 |   |  332  mots
Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense depuis février 2013, doit annoncer sa démission ce lundi.
Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense depuis février 2013, doit annoncer sa démission ce lundi. (Crédits : Reuters/Yuri Gripas)
Des divergences sur la stratégie contre Daesh aura eu raison de la collaboration de Chuck Hagel avec le président américain.

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel va annoncer sa démission lundi matin à la Maison Blanche lors d'une intervention commune avec le président Barack Obama, a indiqué un responsable de la Maison Blanche. Il avait succédé à Léon Panetta le 27 février 2013.

Désaccord sur Daesh

Cette démission serait en partie liée à des différends sur la stratégie à adopter contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, avance le New York Times.

"Un successeur sera nommé rapidement", a ajouté le responsable de la Maison Blanche sous couvert d'anonymat, précisant que M. Hagel, 68 ans, seul républicain du cabinet Obama, resterait à son poste jusqu'à ce que son remplaçant soit confirmé par le Sénat.

Michelle Flournoy, une ex-sous secrétaire à la Défense, figure parmi ses potentiels remplaçants cités par le New York Times. Jack Reed, sénateur démocrate du Rhode Island et ancien membre d'une unité d'élite de parachutistes, et Ashton Carter, ancien secrétaire adjoint à la Défense, sont aussi cités comme d'éventuels successeurs de M. Hagel.

Le Pentagone "tenu d'une main de fer"

Ancien combattant de la guerre du Vietnam, Chuck Hagel démissionne après la cuisante défaite des démocrates aux élections de mi-mandat le 4 novembre, qui laisse les républicains aux manettes du Congrès. M. Hagel devrait annoncer sa démission à 11H10 (16H10 GMT) depuis la Roseraie de la Maison Blanche.

M. Hagel a parlé de son départ à M. Obama en octobre et ces discussions ont duré "plusieurs semaines", a précisé le responsable de la Maison Blanche, rappelant que M. Hagel avait été confronté à une "période intense de transition, y compris le retrait (des soldats américains) d'Afghanistan (...) et des choix budgétaires difficiles". M. Hagel a tenu le Pentagone d'une "main ferme, guidant notre armée dans cette transition, et aidant à répondre aux défis d'EI et d'Ebola", a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2014 à 22:30 :
Obama se sépare d'un homme compétent et modéré, équilibré, et désigne un haut-fonctionnaire corrompu et va-t-en guerre à la Défense !!! cherchez la raison (si il y en a une…)
a écrit le 25/11/2014 à 8:38 :
Je ne pleurerais pas sur Chuck Hagel. Personne n'arrive pour diriger le Pentagone qui ne soit pas profondément pro-guerre et pour servir le complexe militairo/industriel américain, et Hagel n'était pas une exception. Ses expériences personnelles comme un fantassin lors de l'invasion américaine au Viêt-Nam auraient pu lui donné une compréhension plus réelle sur les conséquences de la guerre, mais à l'évidence il a préféré continuer à la faire.

Je pense que cet épisode doit être vu comme une expression de l'incapacité, ou la réticence de Barack Obama et son staff pour créer une option à la culture impérialiste de l'Amérique et ses ambitions de hégémonie mondiale. Obama a été élu par un public américain frustré et dégoûtant avec la guerre permanente et pendant les six ans qu'il a été dans ses fonctions il n'a rien fait pour amener le pays dans une direction plus responsable. D'emblée, il a déjà maintenu Bob Gates, un revenant de l'ère Bush, et qui n'a fait rien d'autre qu'une croisade dans le Moyen-Orient dont il n'a jamais regardé derrière soi, en s'en fichant des conséquences de faire des alliances avec des groupes islamistes.

L'Amérique continuera à jouer les cow-boys et les Indiens jusqu'à ce qu'elle rencontre un adversaire qui l'enseigne une leçon d'humilité, une épouvantable leçon d'humilité. Les plus importants politiciens des deux partis savent que cette leçon viendra et ils essayent, tous, de la reporter pour aussi longtemps que possible. Alors, je ne saurais pas dire comment des présidents et de vieux soldats feront pour diriger encore le bateau d'un État quand celui-ci est en train de s'effondre; ils seront, en tout cas, tous les grands responsables des conséquences d'avoir continuer dans l'erreur de maintenir coute que coute un empire déjà en perdition.
a écrit le 24/11/2014 à 20:27 :
On n’attend l’Ukraine ni à l’OTAN ni dans l’UE, a avoué le ministre allemand des Affaires étrangères Steinmeier. Entre-temps, Washington continue de promettre à Kiev une adhésion rapide à l’Alliance atlantique ! Cependant, même les experts américains déclarent que l’OTAN veut faire de l’Ukraine une immense base militaire pour faire la guerre à la Russie. L’OTAN et l’UE ont pigeonné royalement l’Ukraine ! le pays s'est vu réduit à une base américaine de l'OTAN !! il faut que la Russie ferme le robinet du gaz et ne livre plus de charbon, ainsi la douche froide sera totale !
a écrit le 24/11/2014 à 18:07 :
Hourrahh, c'est le moment donc de faire glisser le grand John McCain à ce poste et ainsi on va faire la guerre à Poutine !!!!
Réponse de le 24/11/2014 à 18:26 :
mon dieu mon dieu mon dieu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :