Marine Le Pen en tête à tête avec l'extrême droite flamande

 |   |  356  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
A l'occasion d'un passage à Bruxelles, la présidente du Front national et eurodéputée Marine Le Pen a rencontré l'une des figures du Vlaams Belang, le parti d'extrême droite flamande.

Alors qu'en France, le Front national soigne ses relations et sa communication, ses fréquentations à l'étranger sont plus sujettes à caution.

Renouer avec le VB

En mars dernier, Marine Le Pen s'était rendue sur l'île italienne de Lampedusa en compagnie de Mario Borghezio, un ténor de l'extrême droite italienne.

Mardi 24 mai, de passage à Bruxelles en raison de ses obligations d'élue européenne, Marine Le Pen a discrètement rencontré Filip Dewinter, l'un des chefs du Vlaams Belang (VB), le parti flamand d'extrême droite.

Un exemple

A l'issue de leur entretien, le Belge a donné une interview au quotidien néerlandophone, de Standaart, se réjouissant de cette prise de contact et évoquant de possibles collaborations au niveau européen.

Filip Dewinter voit dans le succès de Marine Le Pen un exemple à suivre pour l'ensemble de l'extrême droite du continent.

Points de convergences

Contacté par Euractiv.fr, le Front national n'a pas souhaité évoquer les détails de la rencontre mais reconnaît que les idées des deux partis "convergent dans des domaines comme l'immigration, la lutte contre l'insécurité ou l'islamisation de l'Europe".

Le VB serait à l'initiative du rendez-vous. Pour le FN, il s'agit de rationaliser ses relations au niveau international. "Nous rentrons en contact avec de nouveaux partis politiques, et nous coupons les liens avec certains", indique-t-on.

Pétition européenne

Même si le Front national précise qu'aucun accord ou initiative n'a été formellement décidé entre les deux dirigeants, Filip Dewinter évoque lors de son interview, une visite de Marine Le Pen à Anvers, bastion électoral du VB.

Un projet de pétition européenne rassemblant un million de signatures contre l'entrée de la Turquie dans l'UE serait aussi à l'étude.

Parti sulfureux

Le Vlaams Belang a obtenu 12% des voix flamandes aux législatives belges de juin 2010. Xénophobe et appelant à l'indépendance de la Flandre, l'étiquette "extrême droite" lui colle à la peau malgré tous ses efforts.


Lire la suite de l'article : Marine Le Pen en tête à tête avec l'extrême droite flamande .
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2011 à 13:28 :
La Tribune, d'ordinaire vous êtes plus subtiles, mais peut-être que le temps presse pour vos patrons vous avez tort car si cela se trouve vous aurez plus de soutiens financiers que ne vous en donne Sarkosy -si je comprends bien vous pensez que celui-ci est de droite ! il est là où il peut trouver de l'argent ! comme DSK, sa femme, Fabius, etc ...Enfin, vous manquez de flaire quand 95 % des Français sont contre l'immigration à outrance et contre les guerres pour coller à l'Amérique-
a écrit le 31/05/2011 à 9:58 :
"l'etiquette d'extreme droite lui colle a la peau..." MAis qui lui accroche cette etiquette dans le dos , avec un grand clou rouilé et un marteau?? ce sont ceux qui semblent faire le constat , et qui FAIT PREUVE , "d'extreme droite" . Et en sous entandant que cette etiquette est A JAMAIS infamente .
Etre catalogué de "communiste" signifie t il qu'on est complice des millions de morts de staline ou qu'on est en harmonie avec le mouvement poiltique actuel quelque peu reformateur ???
POurquoi certain et pas d'autres ont le droit d'evoluer??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :