L'Italie veut une solution "européenne"

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le nouveau président du Conseil, Mario Monti, sort paradoxalement renforcé de la dégradation par S&P : ses dures réformes sont ainsi justifiées et son pouvoir conforté.

« Nous avons reçu une vraie gifle. » La ministre italienne du Travail, Elsa Fornero, n'a pas caché un certain désarroi au lendemain de l'annonce par Standard & Poor's (S&P) de l'abaissement de 2 crans, à BBB+, de la note de l'Italie. « Cela va ralentir notre redémarrage », a-t-elle ajouté, alors que Rome pensait avoir gagné un peu de répit après la tempête financière des derniers mois et la cure d'austérité de 30 milliards d'euros infligée au pays par Mario Monti. D'ailleurs, vendredi matin, quelques heures avant la publication du verdict de l'agence de notation, l'Italie avait réussi à placer pour 3 milliards d'euros de bons du Trésor à 3 ans, à 4,83 % contre 5,62 % en décembre.

Le président du Conseil, Mario Monti, n'a toutefois pas voulu dramatiser la situation. Il a ainsi estimé que ce n'était pas l'Italie qui était particulièrement visée mais l'Europe, et que, par conséquent, « la réponse devra être européenne, surtout pour soutenir les efforts nationaux en faveur de la croissance et de l'emploi ».

À Rome, on note notamment que S&P a reconnu que la ligne gouvernementale était « un motif de stabilité pour toute l'Europe ». Mario Monti a confirmé qu'il entendait poursuivre sur la voie des réformes, à commencer par les libéralisations. Le président du Conseil devrait également profiter de la venue à Rome vendredi prochain d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy pour plaider à nouveau pour l'instauration d'une « BCE plus forte » après l'approbation de l'accord budgétaire européen.

Pression sur les partis

Mario Monti va également s'employer à faire pression sur les partis politiques pour faire adopter au plus vite ses mesures en leur rappelant que S&P a en effet jugé négativement le pays en raison du risque « d'une opposition aux réformes actuelles et ambitieuses du gouvernement ». Ce qui fait dire au journal de droite « Libero » que, politiquement, la dégradation de l'Italie pourrait paradoxalement renforcer Mario Monti : « Les partis ne prendront pas la responsabilité de gouverner un pays déclassé. Ils laisseront le Professore faire le sale boulot. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 5:22 :
Nous assistons actuellement à un partage horizontal du travail à l'intérieur de l'UE.
L'Allemagne accaparant le travail le plus lucratif et laissant aux autres membres la production avec emplois moins rémunérateur et exposés à la concurrence de la Chine et des pays émergents.
Pour pouvoir résister à la concurrence de la Chine et rester concurrentiel il faudrait donc baisser les salaires et augmenter le temps de travail au même niveau que en Chine.
Alors bonne chance les amis!
a écrit le 16/01/2012 à 7:32 :
Les dirigeants Italiens font les mêmes erreurs que nos "dirigeants" Français. Ils ont enclenché le cycle austérité/récession/dégradation/austérité....Il devient inquiétant de constater que tous les gouvernements d'Europe se soumettent et réagissent favorablement au conclusion des agences de notation.Ce qui en découle, c'est que tous sont des néo-libéraux, adeptes du libre-échange, de la mondialisation, de la dérégulation sauvage et de la primauté du financier. L'ennemi commun, c'est le secteur public qu'il faut éradiquer. La guerre a été déclarée à l'Europe, elle est en passe de la perdre. Il faut d'urgence changer les généraux inféodés aux Anglo-Américains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :