Un gouverneur de la BCE réclame que la croissance devienne prioritaire

 |   |  419  mots
Panikos Demetriades, président de la banque centrale de Chypre. DR
Panikos Demetriades, président de la banque centrale de Chypre. DR
Panikos Demetriades, qui sera également membre du conseil des gouverneurs de la BCE, dénonce le "cercle vicieux" de la récession et des déficits. Et estime que l'Europe a plus "besoin de la croissance que de l'austérité".

 En Europe, les appuis de François Hollande sont précieux face à une Allemagne qui durcit son discours, à l?approche de la rencontre décisive de ce mardi à Berlin. Ce samedi, il en est venu un de Chypre. Dans son discours d?investiture, le nouveau gouverneur de la banque de Chypre, Panikos Demetriades ? dont le prénom, souhaitons-le, ne sera pas prémonitoire ? a appelé l?Europe à se concentrer plus sur la croissance que sur l?austérité.


Egalité au sein du conseil des gouverneurs


Ce soutien chypriote peut à première vue sembler négligeable. A tort, car Panikos Demetriades, en tant que président de la banque centrale de Chypre, est également membre du conseil des gouverneurs de la BCE. Et il a en son sein les mêmes droits et le même poids que le président de la Bundesbank. Un état de fait qui, du reste, ne cesse d?alarmer plusieurs économistes allemands comme le très orthodoxe président de l?IFO Hans-Werner Sinn qui juge insupportable que la première économie de la zone euro ait le même poids que des Etats « microscopiques » comme Malte ou Chypre.


« Cercle vicieux »


Panikos Demetriades, qui a été récemment nommé par le président communiste de Chypre, portera donc un discours proche de celui du nouveau président français. « A Chypre comme dans la zone euro, il est à présent bien entendu qu?une seule politique d?austérité ne suffira pas à rétablir des budgets assainis », a-t-il déclaré dans son discours d?investiture à Nicosie ce samedi. Il s?est lancé ensuite dans une critique de la politique déflationniste défendue par l?Allemagne. « Le pacte budgétaire est certes un pas important vers des budgets équilibrés mais la récession créée par les mesures d?austérité a malheureusement renforcé le cercle vicieux d?une activité économique en déclin et des déficits budgétaires », a-t-il analysé.


Alliés


Justifié par un contexte difficile pour l?économie chypriote, ce discours confirme aussi que François Hollande pourra compter sur des appuis au sein même de la BCE. Ces appuis évidemment ne suffiront pas car le poids économique et financier de l?Allemagne en fait un partenaire incontournable. Mais dans l?optique d?une action pour la croissance parallèle à la ratification du pacte budgétaire tel quel, la France pourra se réjouir de trouver des alliés au sein du conseil des gouverneurs de la BCE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2012 à 14:39 :
Mesdames, Messieurs les Chefs d'entreprises Allemands, chez les PIGS ainsi qu'en France, nous n'avons plus d'argent. Vous êtes donc priés d'aller vendre vos produits ailleurs.
Je souhaite voir la tête de Merkel, si les dirigeants des fameux PIGS lui tenaient un tel propos.
a écrit le 12/05/2012 à 19:49 :
Il n'y a qu'en créant de la monnaie pour ruiner l'épargnant qui nous sortira de cette crise. Les libéraux sont des imbéciles aveuglés par leur idéologie destructrice.
a écrit le 12/05/2012 à 17:38 :
Difficile de faire de la relance quand on est endétté jusqu'au cou! Malheureusement, il faut payer les lachetés des hommes politiques de droite comme de gauche en se serrant un peu la ceinture mais proportionnellement à ses revenus! Interdire les niches fiscales qui ont contribuées à enrichir les riches et à créer une bulle immobilière et demander un effort aux classes moyennes dans les remboursements SECU, bloquer les bonnes retraites et tout salaire de fonctionnaires au dessus de 3000? et d'autres mesures....
a écrit le 12/05/2012 à 15:55 :
Chypre, gouvernement communiste, endetté à mort, dans un état de pauvreté absolue... Quant à la croissance, elle ne se décrète pas et ne se crée pas plus dans une conjoncture comme la nôtre.
a écrit le 12/05/2012 à 15:47 :
relance de la croissance ... pourquoi pas : et si on aidait financièrement la Grèce ..; à recruter des percepteurs intègres ! des contrôleurs pour fonctionnaires embauchés par copinage!
et au niveau européen, il faudrait peut-être qu'un minimum d'impot soit prélevé sur tous (y compris les églises et les armateurs grecs !)..
Mais j'entends déjà les "pas moi ! pas moi!" des profiteurs d'aides diverses et variées....
a écrit le 12/05/2012 à 15:47 :
relance de la croissance ... pourquoi pas : et si on aidait financièrement la Grèce ..; à recruter des percepteurs intègres ! des contrôleurs pour fonctionnaires embauchés par copinage!
et au niveau européen, il faudrait peut-être qu'un minimum d'impot soit prélevé sur tous (y compris les églises et les armateurs grecs !)..
Mais j'entends déjà les "pas moi ! pas moi!" des profiteurs d'aides diverses et variées....
a écrit le 12/05/2012 à 15:33 :
vu d'ou il vient, on comprend son discours! j'ai meme cru un instant qu'il etait grec! il entend ce qu'il veut bien entendre...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :