Que fera la BCE pour "sauver l'euro" ?

 |   |  479  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque centrale européenne doit rendre sa décision sur les taux à 13h45 avant la conférence de presse de son président à 14h30. A cette occasion, Mario Draghi pourrait détailler son plan d'action pour "sauver l'euro".

Décision cruciale attendue à Francfort. Les gouverneurs de la Banque centrale européenne s'y réunissent ce jeudi, avant l'annonce de leur décision sur les taux et la traditionnelle conférence de presse de son président (à 14h30). Ce pourrait être l'occasion, pour Mario Draghi de passer à l'action. En affirmant la semaine dernière qu'il comptait "faire tout ce qui est nécessaire pour sauver l'euro", il avait réussi, au moins pour un temps, à calmer les marchés.

Quel rôle pour les fonds de secours?

Il pourrait préciser dans la journée, ce qu'il entend concrètement par "tout ce qui est nécessaire". Il peut s'agir de la reprise du programme de rachats d'actifs (SMP) par la BCE, mis en sommeil depuis plusieurs mois.  Ou bien de la mise à contribution, via l'octroi d'une licence bancaire, du FESF (Fonds européens de stabilité financière) et de son successeur le MES (mécanisme européen de stabilité), susceptibles d'être autorisés à acheter de la dette pour les pays les plus en difficulté, l'Espagne par exemple. Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung affirme ce jeudi que la BCE optera pour une combinaison des deux solutions.

Il faudra bien sûr attendre cet après-midi pour connaître la teneur du plan finalement arrêté. En outre, les solutions envisagées sont loin de faire l'unanimité en Europe. La banque centrale allemande s'oppose ainsi fermement au programme de rachat d'obligations par la BCE sur le marché secondaire ainsi qu'à l'octroi éventuel d'une licence bancaire aux fonds de secours européens. Cette dernière option est également rejetée par Berlin au contraire de Paris et Rome.

Le MES en retard

Angela Merkel et François Hollande ont toutefois réaffirmé la semaine dernière leur détermination à sortir la zone euro de la crise dans laquelle elle est plongée. Ils ont appelé à mettre en oeuvre au plus vite certaines des mesures décidées lors du Sommet européen des 28 et 29 juin, notamment celles qui concernent le MES. Il s'agissait de permettre à ce mécanisme de soutenir les pays les plus touchés par la crise de la dette. Or, sa mise en place a pris du retard car la Cour constitutionnelle allemande doit se prononcer le 12 septembre sur cet instrument doté d'une capacité de prêt de 500 milliards d'euros. Reste le FESF, doté de 200 milliards, mais jugé insuffisant pour soutenir l'Italie et l'Espagne. Les dirigeants de ces deux pays, qui pressent également pour que le MES soit mis en oeuvre au plus vite, doivent se rencontrer dans la journée.

Enfin, la décision de la BCE sera également  très attendue à Washington. Après un entretien mercredi soir, le président français et son homologue Barack Obama ont fait part de leur "intérêt commun à la stabilité de la zone euro".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2012 à 18:54 :
A peine plus de 10 ans d'existence et déjà le début de la fin...
A l'échelon de l'histoire de l'humanité, ç'aura été un des plus terribles échecs, de ces humains prétentieux et arrogants, qui toujours croient pouvoir modifier le cours des choses...
Bien des empires ont résisté jadis aux tempêtes et aux guerres, pleine de fatuité cette Europe de la monnaie unique aura réussi à se faire écrouler toute seule. Quelle pantalonnade ! Pitoyable.
Réponse de le 02/08/2012 à 23:59 :
Critique par clic facile. Mais vous vous proposez quoi et vous faîtes quoi ?
a écrit le 02/08/2012 à 17:06 :

rien ..tout le monde en vacances au mois aout
a écrit le 02/08/2012 à 14:14 :
je n'y connais peut-être pas grand chose, je suis peut-être quelque peu parano, mais comme beaucoup de français je suis inquiet,et je demande à un homme compétent de m'éclairer, ce qui semble vous déranger. mais de grâce gardez vos réflexion désagréables à peine teintées d'orgueuil. je vous dispense d'une réponse que je ne lirai même pas.
Réponse de le 02/08/2012 à 14:47 :
@allein "je demande à un homme compétent de m'éclairer" justement n'attendez pas quelqu'un pour vous éclairez, faites-le vous même ! Les connaissances sont à portées de clics de nos jours...
Réponse de le 02/08/2012 à 15:28 :
FESF : Fonds Européen de Stabilité Financière doté par les états de l'Euroland pour soutenir un ou des états en difficulté notamment sur le refinancement de leur dette.
MES : Mécanisme Européen de Stabilité : Il se distingue du FESF en ce qu'il émet de la dette privilégiée dite "Senior" de meilleure qualité pour les souscripteurs. (il est donc potentiellement moins coûteux que le FESF pour les états) On envisage de le doter d'une licence bancaire afin qu'il puisse se recapitaliser auprès de la BCE (donc pas de limite d'adjudication et un taux bas et connu à l'avance)
BCE : Banque Centrale Européenne : elle met en oeuvre la politique monétaire européenne indépendament de tout autre organe politique ou décisionnaire avec un seul mandat : contenir l'inflation à +/- 2%
a écrit le 02/08/2012 à 13:20 :
Toutes les banques centrales injectent le même pourcentage de nouvel argent au même moment. Qui sont les perdants?
Réponse de le 02/08/2012 à 13:37 :
Tout le monde.
Réponse de le 02/08/2012 à 15:28 :
Perdu, ça devient un jeu à sommes nulles donc personne.
a écrit le 02/08/2012 à 13:09 :
pourquoi sauver l'euro ? sauvons les citoyens européens de la rigueur et de la pauvrété ce serait plus intelligent
Réponse de le 02/08/2012 à 13:39 :
C'est l'absence de rigueur préalable qui a créé la pauvreté. Ajouter le mal au mal ne peut pas soigner le malade. Pourquoi revenir au franc alors que le problème c'est l'Etat ?
Réponse de le 02/08/2012 à 14:17 :
@Malade le problème c'est la finance dérégulé tout les pays occidentaux sont endettés, le train de vie de l'état n'a rien à voir là dedans, quand l'économie spéculative représente 50 fois l'économie réelle c'est que l'argent est devenur fictif, l'argent est devenu de la dette, l'état n'a rien avoir là dedans !
Réponse de le 02/08/2012 à 19:38 :
La dette publique provient des excès de dépenses publiques de l?état, donc c'est bien un problème de train de vie.
Réponse de le 03/08/2012 à 8:36 :
@train de vie, oui ou de recette ça dépend comment on le voie mais c'est sû^r qu'en supprimant tous les impôts comme la droite le souhaite et l'a fait c'est intenable.
a écrit le 02/08/2012 à 12:25 :
Que Mario Draghi demande à son patron Goldam Sachs. De plus il a annoncé clairement dans une interview qu'après avoir tondu les contribuables, maintenant se sont les créanciers qui vont passer à la caisse, pour précision "Les créanciers se sont les épargnants...".
Et si le doute persiste, voila un bref aperçu d'un contrat d'ASSURANCE VIE "Swiss Life", AXA idem voir autres.
"Détail de votre épargne investie en Unités de compte" - S'agissant des Unités de Compte, l'Assureur ne s'engage que sur leur nombre, mais pas sur leur valeur. La valeur des ces Unités de Compte, qui reflète la valeur d'actifs sous-jacents, n'est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l'évolution des marchés financiers. Là on parle bien de vos actifs et non du rendement et de vos intérêts.
La messe est dite, préparez-vous !
Réponse de le 02/08/2012 à 13:40 :
Quel scoop ! C'est bien connu depuis longtemps.
Réponse de le 02/08/2012 à 14:05 :
Et bien moi je tombe de haut, les blablas des conseillers financiers, ça c'est une info, je viens de relire mon contrat en 2010 ce paragraphe n'existait pas, mais sur mon compte-rendu annuel de 2011oui ! Merci NoCapital
a écrit le 02/08/2012 à 11:14 :
Je fais rien que des bêtises
J'ai tout démonté le bahut
J'ai tout bien étalé la glu
J'ai tout haché menu menu
J'ai tout brûlé le beau tapis
J'ai tout scié les pieds du lit
Tout décousu tes beaux habits
Et mis le feu à la penderie
Je fais rien que des bêtises
a écrit le 02/08/2012 à 10:35 :
La BCE, Le MES, le FESF, voila des organismes inconnus du grand public qui sortent de l'ombre et dévoilent leur trésor.. D'où tiennent-ils ces richesses ? à quoi servent -elles ? N'y aurait-il pas en Europe des fonds occultes qui profitent à qui? Pendant ce temps, les européens s'appauvrissent, les gouvernements rognent sur tout et puisent dans la poche des petits, pour alimenter des caisses d'utilité douteuse.M. Florian Philippot éclairez-nous SVP.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:53 :
@allein "M. Florian Philippot éclairez-nous SVP" Lol paye ton éclaireur !
Réponse de le 02/08/2012 à 11:31 :
bob ,parlez clairement !
Réponse de le 02/08/2012 à 11:54 :
@allein, désolé si vous pas comprendre l'anglais ! Mais rien que vos questions laissent transparaitre un manque total de connaissance accompagné d'une pointe de paranoia et attendre des réponses du Front National qui change d'idéologie comme de chemise sur le libéralisme c'est juste triste...
Réponse de le 02/08/2012 à 13:41 :
Le FN a toujours été socialiste, comme leurs prédécesseurs tristement célèbres.
Réponse de le 02/08/2012 à 14:09 :
@ @bob Le FN socialiste ?? On aura tout entendu... Pourquoi pas l'UMP communiste tant qu'on y ait !
Réponse de le 02/08/2012 à 14:23 :
N'importe quoi.
Le FN est pour la libre entreprise, dans un cadre national fort , c'est à dire pour le libéralisme avec des règles et un Etat stratège, et pas pour l'ultralibéralisme sans règles et un Etat devenu la chose des crony capitalistes . Capito?
Réponse de le 02/08/2012 à 14:57 :
FN pour la Libre entreprise ? C est une blague ? Le FN veut que l état intervienne partout et règle tout. Le FN c est le socialisme nationaliste. Rien d autre.
Réponse de le 02/08/2012 à 22:12 :
Non ce n'est pas une blague . Lisez leur programme, sauf bien spur si vous préférez vos certitudes à une réflexion intellectuelle fondée sur le réel. Le FDG reproche au FN d'avoir été partisan de Regan et de Thatcher (ils l' étaient effeictivement quand 'le libéralisme se déployait encore dans un cadre national et n'avait pas été confisqué par l'"hyper classe mondiale des crony capitalists), vous leur reprochez d'être socialistes. Quand on mécontente ainsi tout le monde, on n'est pas loin d'être dans le juste...
Réponse de le 02/08/2012 à 23:23 :
Anti capitaliste, socialiste, nationaliste, c'est le FN. Lisez le programme, ce sont des nationalisations, c'est socialiste. Protectionniste, anti-libéral. Ça surfe sur le mécontentement due a la crise et ça cherche des boucs émissaires.
Réponse de le 03/08/2012 à 9:16 :
@Napoléon on n'a visiblement pas les mêmes références culturelles sur le socialsime et je crois avoir entendu Marien Lepen citer Jaurès mais qui c'est avec elle tout es tpossible !
a écrit le 02/08/2012 à 10:33 :
En janvier 1973 on a interdit à la France d'emprunter à la banque centrale française à taux zéro. Ces emprunts à taux zéro permettait de financer les grands projets et la recherche et au fur et à mesure des remboursements l'argent était détruit pour éviter les excès de liquidité sur le marché qui aurait fait perdre de la valeur au franc.
Cette disposition a été adopté dans tous les pays occidentaux dans les années 70.

Elle eu pour conséquence l'obligation de se financer sur les marchés avec un taux d?intérêt. Résultat la France est endettée à environ 1800millirds d'euros et a déjà remboursé 1400 Milliard depuis la mise en place de cette disposition. Ajoutez à cela l'interdiction de la BCE de faire de l'inflation (il s'agit de son mandat principal), il ne reste qu'une solution pour les États d'honorer leur dette à savoir l'austérité donc couper dans les budgets de fonctionnement.

Il faut savoir que cette situation arrange les bailleurs de fonds car la dette a toujours été diluée de tout temps dans l'inflation et la hausse de PIB et bien souvent par un mixe des deux mesures. Mais aujourd'hui avec les dispositions européennes on a créé une rente de situation pour les bailleurs de fonds empêchant de restructurer la dette.

Il faut cesser de parler de quantitatif easing car ce n'est pas la solution cela a pour conséquence de faire baisser l'euro, d'augmenter les prix des matières premières et donc des prix à la consommation sans augmentation des salaires. Donc toute le monde y perd sauf bien entendu les financiers.

La réalité c'est qu'il faut purger les actifs pourris titrisés qui sont pour l'instant en grande partie hors bilan, il faut nationaliser temporairement les too big to fail et bien entendu réformer le statut de la BCE en lui retirant son mandat de lutte contre l'inflation. Pour rappel l?inflation (la vraie) agit sur les salaires et les prix pas uniquement les prix.

Il n'existe aucune solution à long terme si ce n'est le défaut de paiement et le retour aux monnaies nationales et cela tous les économistes le savent pertinemment. Mais cela impliquerait une rotation de la bourgeoisie financière mondiale qui serait ruine te serait remplacée par de nouveaux acteurs. Il s'agit en fait rien de moins qu'une lutte des classes au final. On sait quoi faire pour améliorer la situation mais cela va à l'encontre d'une minorité de nantis.

En bref la zone UE est perdue et on le sait depuis 2008, on laisse juste assez de temps aux financiers pour purger et se réorganiser. Enfin je rappellerais que la Chine a très bien compris le système et a refusée d'ouvrir son marché monétaire de plus pour éviter les fluctuations sur les ventes de ses matières premières elle a carrément racheté la bourse des métaux en Angleterre. Ils sont bien plus intelligents que nous et refusent de mettre en danger leur pays et leur économie et ils ont parfaitement raison !!!!

Maintenant seule solution un plan organisé de sortie de l'euro et la mort de l'espace schengen pour remettre un peu de protectionnisme sur le marché européen qui est trop tourmenté et risque à terme de créer des problèmes sociaux d'ampleurs prémices de ce qui a précédé la seconde guerre mondiale.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:52 :
de dire, que la création monétaire était cependant beaucoup moins expansionniste qu'aujourd'hui, car les monnaies étaient à parité avec le dollar, lui même indexé sur l'or. Vous pouvez donc davantage critique Nixon qui est à l'origine de la m.... actuelle, en désindexant le dollar sur l'or. D'ailleurs, durant la même période, les agents économiques étaient peu endettés, la croissance florissante et l'inflation quasi inexistante !
Réponse de le 02/08/2012 à 10:52 :
@totoro "1973 on a interdit à la France d'emprunter à la banque centrale française à taux zéro" c'est une rumeur totalement fausse, l'état ne sait jamais financer auprès de sa banque centrale mais depuis le début auprès de banques privés. La preuve : www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-1/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-2/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-3/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-4/ ; http://blogs.mediapart.fr/blog/lechiffre/291111/les-fantasmes-du-financement-de-l-etat-par-la-banque-centrale-et-de-la-lo. J'étais moi aussi persuadé du contraire mais c'est totalement faux...
Réponse de le 02/08/2012 à 10:56 :
La France doit être le dernier pays au monde où l'on préconise encore des solutions communistes pour sortir de la crise, alors même qu'elles sont à l'origine de cette dernière. Cherchez l'erreur !
Réponse de le 02/08/2012 à 11:07 :
Tout à fait d'accord mais cela va dans le sens de ce que je décrit. Il vaux bien mieux une volatilité inexistante et une croissance régulière bien que modérée plutôt que des croissances accélérées suivies de crash. Ensuite la parité avec l'or empêchait l'excès monétaires et c'était un moyen de limiter l'inflation. L'or servait un peu de réserve fractionnelle aussi à l'époque mais aussi en monnaie d'échange de dernier recours. La France pourrait revenir à une monnaie nationale grâce à ses réserves importante d'or qui garantirait de fait une monnaie nationale.

On nous prends pour des idiots et c'est présomptueux d'après moi car lorsque les gens vont commencer à avoir faim en Europe la situation sera grave ... .
Réponse de le 02/08/2012 à 11:14 :
@ Ah ! "La France doit être le dernier pays au monde où l'on préconise encore des solutions communistes pour sortir de la crise" en tout cas les solutions néo-libérales n'ont pas l'air de porter leur fruit ! Pour ne citer que l'exemple de la grèce depuis 2008 9 plans de sauvetage, une dette qui augmenté de manière colossale et une situation sociale intenable, il va peut être aller chercher des solutions ailleurs que chez Friedmann on dirait...
Réponse de le 02/08/2012 à 11:16 :
@ totoro "On nous prends pour des idiots et c'est présomptueux d'après moi car lorsque les gens vont commencer à avoir faim en Europe la situation sera grave ... ." la situation l'est déjà mais le défaut de paiement de la Grèce ne tardera pas et avec celui de l'Espagne puis de tout les pays de la zone alors les choses pourront enfin commencé à changer.
Réponse de le 02/08/2012 à 11:38 :
De toutes les manières on est certain que la situation est incontrôlable. Il y a quelques jour olivier DELAMARCHE a dit sur BFM Business ""Vous aurez un défaut de paiement généralisé sur la dette de tous les pays parce que vous avez franchi depuis longtemps le point de non retour""

De son coté Roubini a dit il y a quelque temps : "Break up the banks or hang someone in the streets".

Tout cela a le mérite d'être clair les choses vont changer car la situation est incontrôlable mais on essaie juste de retarder l'échéance. Si la situation était sou contrôle l'UE aurait une feuille de route claire qui se déroulerait sans accrocs et ce n'est absolument pas le cas ... .

Baser un système économique sur quelque chose d'aussi incertain que la confiance est stupide. L'économie doit-être basée sur des inducteurs fiables à savoir les chiffres de la production, les indicateurs d'industrialisation, le taux de réussite des projets publiques; l'indice de développement humain etc ... . Mais la confiance c'est simplement stupide ... . Mais cela ne ferait pas les affaires des spéculateurs qui ne pourraient ainsi plus spéculer car tout se verrait au grand jour ... .
Réponse de le 02/08/2012 à 11:44 :
@Bob : Je pense que vous vous trompez. Lisez quelques véritables livres d'économies plutôt que des sites web et renseignez vous auprès des économistes et vous constaterez que l'emprunt auprès de la banque centrale a existé jusqu'au milieu des années 80. Ce n'est pas une légende urbaine.
Réponse de le 02/08/2012 à 11:59 :
@totoro mais si même Delamarche le dit ! Vous n'avez surement pas lue les liens du Blog d'Olivier Berruyer (que je vous aient mis) qui explique très bien la chose, d'ailleurs je vous met au défi de trouver un économiste de formation, même sur internet, qui explique que l'état françait empruntait auprès de sa banque centrale avant 1973 ! C'est faux faux et faux mais comme une rumeur parrait toujours bien fondé on fini par s'en persuader...
Réponse de le 02/08/2012 à 12:02 :
@totoro et si vous ne voulez toujours pas y croire : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/29/la-loi-pompidou-giscard-rothschild-votee-en-1973-empecherait-l-etat-de-battre-monnaie_1623299_3232.html
Réponse de le 02/08/2012 à 14:04 :
@totoro: encore cette sombre histoire de loi Giscard 73 etc... Ces affirmations sont totalement fausses et demagogiques. L'argent gratuit n'existe pas.
Réponse de le 02/08/2012 à 14:31 :
Ca c'est sûr, mais comme le dealer maintient la dépendance du drogué, on peut imaginer un certain intérêt, c'est le cas de le dire, à ce que l'endettement persiste ...
Réponse de le 02/08/2012 à 14:45 :
Pardonnez moi mais cet article ne démontre pas du tout ce que vos voulez accréditer au contraire.

1 - Il prétend que "la loi de 1973 a été abrogée en 1994", ... Certes c'est vrai, mais elle n'a été abrogée ... que pour être transposée dans un texte de rang supérieur, le Traité de Maastricht, puisque les traités ont rang supérieur aux lois... L'interdiction a même rang constitutionnel (rien de moins!) depuis 2008, puisque le traité de Lisbonne (qui incorpore celui de Mastricht) a été intégré à la Constitution (en violation, faut-il le rappeler de l'expression de la volonté du peuple souverain lors du referendum de 2005).

2 - Il admet d'ailleurs implicitement qu'une partie de la création monétaire était bien le fait de la Banque de France avant 1973 puisqu'il rappelle que " bien avant cette loi, les banques commerciales assuraient déjà la création d'une bonne partie de la monnaie." Eh oui, mais depuis cette loi ce n'est plus '"une bonne partie", c'est la TOTALITE....

Cet article, dont la mauvaise foi a été décortiquée par Etienne Chouard, a totalement ridiculisé le Monde. Ne vous ridiculisez pas vous même en le reprenant sans aucun esprit critique.
Réponse de le 02/08/2012 à 14:59 :
Il y a une demande naturelle de la part de nombreux acteurs sur ces titres, avec comme on le voit en ce moment, une fuite vers la qualite, ou les investisseurs vont meme jusqu'a accorder des prets a des taux negatifs a l'Allemagne, la France, l'Autriche, les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande. Dans l'esprit des marches, ces pays sont devenus les coffre-forts de la zone Euro. Voila une des motivations du dealer (mettre l'argent a l'abri...)
Réponse de le 02/08/2012 à 15:05 :
1. Je n'ai jamais dit que la loi de 1973 était abrogé !
2. Etienne Chouard a beaucoup de talent, notamment sur les questions démocratiques, mais je mettrais en doute ses compétences sur l'économie. Allez lire les articles d'Olivier Berruyer et on reparle :www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-1/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-2/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-3/ ; www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-4/
Réponse de le 02/08/2012 à 15:14 :
@Josephine Ps: cela ne veut pas dire que le système monétaire est pour moi exempt de tout reproche (loin de là!) mais croire que c'est là la première cause des dettes publiques est un mensonge. De plus, l'argument principale est de dire qu'après cette loi les déficits ont massivement augmentés, hors il suffit de regarder les courbes de croissance pour s'apercevoir que cela correspond à la fin des trentes glorieures: donc chute brutale de la croissance, entraine diminution des recettes de l'état et augmentation des déficits. Je ne parierais toutefois pas sur l'objectivité de l'article du Monde..
Réponse de le 02/08/2012 à 15:48 :
@josephine si vous avez la flem de lire : 100 % de la dette est achetée par les banques, mais 90 % est revendu illico presto aux assureurs et fonds de placement. Bref, les banques ne prêtent pas, elles placent simplement la dette. La grande majorité de la dette publique n'a nullement été financée par création monétaire bancaire, mais par simple recyclage de l'épargne. CQFD
Réponse de le 02/08/2012 à 22:23 :
Les politiques qui proposent de revenir sur la loi de 73, que ce soit Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan ne proposent pas de monétiser 100 %naturellement, mais environ 5 % par an. Soit a peu près ce qui était fait avant 73.
Par ailleurs bien spur que si, les déficits ont explosé à partir de 73. Si on avait continué& à monétiser 5 % par an, la dette et le déficit seraient bien inférieurs aujourd'hui.
L'inflation a d'ailleurs explosé aussi à partir de 73, alors que l'argument principal pour la nouvelle loi était de lutter contre li'inflation. Ce seul point devrait vous faire vous p oser des questions. Mais non, vous préférez continuer à réciter le catéchisme officiel. Comme les types de Tea Parties qui défendent mordicus des options politiques qui vont les paupériser ... C'est très étrange.
Réponse de le 03/08/2012 à 8:54 :
L'inflation n'a pas du tout explosé depuis 1973 au contraire (http://france-inflation.com/graphique-inflation-depuis-1901.php), les politiques européennes s'acharnent coûte que coûte à ne pas faire d'inflation c'est d'ailleurs le problème du rôle la BCE que bloque l'allemagne. Quant au catéchisme officiel vous n'y êtes pas du tout je suis pour un audit sur la dette, une socialisation du crédit et du protectionnisme européen comme catéchisme j'ai vue mieux. Par contre, je mettrais volontier les politiques du FN sur celle du Tea Partie, les deux amènent de la paupérisation, le FN n'a jamais été pour une meilleur répartition des richesses c'est juste un partie xénophobe et inutile.
Réponse de le 03/08/2012 à 23:56 :
Inflation:
71: 5,7 %
72: 6,2 %
73 : 9,2 %
74: 13, 7 %
75: 11, 8 %
76: 9, 6 %
Je continue?
Ou l'on voit comme la loi de 73 vendue comme une arme antiinfltiion "bien " fonctionné ...
Comment pouvez vous à ce point dire n'importe quoi? C'est tout à fait fascinant. Inutile de me répondre.
Quant au FN vous partagez visiblement une partie de ses idées mais un réflexe conditionné vous empêche de le reconnaitre. L'argument de la xenophobie fait partie de ce conditionnement . Dire qu'il y a trop d'immigration ce n'est pas xenophobe, sauf quand bien sur c'est le FN qui le dit. En revanche quand le MEDF dit qu'il n'y en a pas assez c'est de l'humanisme Vous n'êtes qu'un pauvre lapin Duracell, sans cerveau et monté sur piles. Sans intérêt. Bonsoir.
a écrit le 02/08/2012 à 10:30 :
Ca fait juste 4 ans que l'on attend une intervention massive de la part de la BCE, mais bon mieux vaut tard que jamais. Ca ne doit pas empêcher les Etats de mieux gérer leurs finances. Car il est quasi certain qu'une plus grande intervention de la BCE relance l'inflation. Mais ne vaut-il pas mieux un peut d'inflation, qu'un marasme économique doublé d'une implosion de la zone euro?
Perso je ne crois ni à des politiques de relance ni à celle basées sur l'austérité, seul un arrosage de cash pour noyer la dette peut nous faire sortir de ce trou d'air. A charge des Etats d'en profiter pour assainir leurs finances dans le même temps (sans évidement retomber dans les travers du crédit facile).
Réponse de le 02/08/2012 à 10:47 :
Quand on regarde les années 80 et 70, on peut constater que l'inflation n'a pas beaucoup aidé l'économie. Seuls les crapules keynésiennes le pensent encore ! Sans compter que les pays d'Europe du Nord ne veulent pas d'inflation. Le délitement de la zone Euro n'est que plus apparent chaque jour qui passe !
Réponse de le 02/08/2012 à 11:18 :
@ Bof ". Seuls les crapules keynésiennes le pensent encore " et les crapules néo-libérales pensent encore que l'austérité à marche forcé va relever l'économie de la zone !
Réponse de le 02/08/2012 à 11:18 :
@bof, 70 /80 la dette n'était pas officiellement un problème a ce moment là. l'inflation ne profitera pas forcément à l'économie mais ça solutionnerait notre problème de dette ce qui est clairement la problématique du moment.
Mieux vaut tenter le coup de l'inflation que d'attendre de se manger le mur sans rien faire. Les pays du nord viendront eux aussi a cette conclusion car ils sont bien sur le même bateau et sont bien endetté eux aussi (Ils peuvent décider de faire sécession mais c'est tout aussi risqué que l'inflation).
Réponse de le 02/08/2012 à 11:46 :
Je reste dubitatif sur l'inflation issue de l'expansion de la masse monétaire sur une potentielle intervention de la BCE :
-1 : Faudrait il que cette manne atteigne les ménages pour qu'ils consomment plus, or, le parachutage des billets de banque n'est pas à l'ordre du jour que je sache, on est plutôt dans des rééquilibrages bilantiels ou de l'absorption de dette souveraine, dans les 2 cas il ne s'agit de soutenir une grande politique de relance Keynesienne au niveau Européen.

-2 Ca suppose donc que cette inflation serait le fruit d'une érosion monétaire galopante issue de la mécanique dépréciation de la monnaie, or les USA ont pratiqué ce genre de dumping monétaire sans accélération notable de l'inflation, de plus beaucoup de produits vendus en Europe (en B to C) le sont sur la base d'une parité 1$/1Euro aussi absurde que cela puisse paraitre. (cf Apple) Donc avant de voir arriver de l'inflation on va donc rogner les marges des entreprises important en dollars jusqu'à ce que l'euro atteigne une parité réelle de 1/1 y'a encore de la marge.

-3 Un peu d'inflation ne serait de toute façon pas si mal venue pour absorber mécaniquement un peu de dette (à pondérer car 30% de la dette française est déjà indexée sur l'inflation)
Réponse de le 02/08/2012 à 13:49 :
Et ParanoriC : "or les USA ont pratiqué ce genre de dumping monétaire sans accélération notable de l'inflation "
Ah bon ? il me semble que vous n´avez ete aux USA depuis un bout de temps !
Le gobelet de café avec un Muffn a la station serivce , maintenant c´est a 8 dollar au minimum !! Et une chambre au Motel 6 a moins de 80 dollard ce ne se trouve plus !
C´est pas de l´inflation ca ??
:
Réponse de le 02/08/2012 à 14:44 :
2.9% d'inflation aux USA en 2011 chiffres de l'OCDE point à la ligne vous pourrez pleurer sur le Motel ou le café comme le français pleure sur le prix de la baguette de pain ça ne changera rien au fait qu'il n'y a pas d'augmentation sensible et généralisée des prix aux Etats-Unis malgré leur politique monétaire, c'est factuel.
a écrit le 02/08/2012 à 10:06 :
Comme pour beaucoup de chose, la recherche du point d'équilibre est essentiel, à toute action il y a réaction, que cela soit à propos de ce sujet ou de l'endettement national, la responsabilité n'en revient pas seulement à une des partis!
Réponse de le 02/08/2012 à 11:09 :
Exactement! On vit dans un déséquilibre permanent...
a écrit le 02/08/2012 à 10:06 :
Reprendre le programme SMP est possible. Mais accorder la licence bancaire au MES ou FESF serait très mal perçu, notamment en Allemagne. Alors que les accords sont en cours de ratification, une décision précipitée de la BCE serait vécue comme une ingérence dans le débat politique mais surtout dépasserait les accords précédents tels qu'ils ont été négociés. Ce serait prendre le risque de précipiter la fin de l'euro.
a écrit le 02/08/2012 à 10:04 :
Les nations doivent emprunter à leur peuple et non à la finance, ni aux peuples voisins.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:14 :
Les Etats (qui ne sont pas les pays, ni les nations, ni les peuples) ne doivent jamais s'endetter. Pour appliquer leurs politiques, les Etats doivent lever des impôts, de telle sorte qu'un retour d'information immédiat fasse comprendre aux peuples les conséquences réelles de leurs votes. Les dettes publiques sont anti-démocratiques.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:26 :
+1
J'ajoute que la pseudo démocratie représentative consistant à réclamer des chèques en blanc aux citoyens, est condamnée.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:26 :
Les dettes publiques ne sont pas antidémocratiques, car ce sont les Français qui ont demandé aux politiciens de recruter des millions de fonctionnaires en 1980 pour lutter contre le chômage. Ce sont les Français les responsables des dettes publiques.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:45 :
Je ne crois pas que la dette publique soit en soi antidémocratique. En période de récession, elle constitue un instrument de soutien de la demande nécessaire et précieux. Là où cela devient problématique, c'est quand l'Etat, et ceux que nous portons à sa tête, ne sont pas capables de vivre sans dette, alignant plus de trente budgets déficitaires consécutifs, que la situation économique soit bonne ou mauvaise. C'est l'effet cumulé de cette incompétence et de ce manque de courage politique qui dotent la dette d'un caractère antidémocratique, en ce que sa croissance amène à limiter illégitimement la liberté de choix des générations suivantes. Les obligation d'intérêts et de remboursement sont telles, que jointes aux dépenses non discrétionnaires, les mains de la représentation nationale sont liées et contraintes par des choix antérieurs.
Réponse de le 02/08/2012 à 12:26 :
Les politiciens nont pas ce "courage" car si ils suppriment des emplois publics, y aurait des manifestants dans les rues. Il est impossible de faire baisser les dettes publiques.
a écrit le 02/08/2012 à 10:01 :
De. Toute . Facon. lachute. . . .
a écrit le 02/08/2012 à 10:00 :
Les politiciens français vous ont berné depuis 15 ans , avant l'euro, la France vivait déjà à crédit, et depuis c'est la gabegie.
a écrit le 02/08/2012 à 9:37 :
Il faut repartir à zéro. Dissoudre l'actuelle UE et fonder une véritable confédération avec une monnaie unique. L?Europe actuelle a été édifiée à la va vite pour servir les intérêts des entreprises avant tout. Les populations n'ont rien eu à dire les élections européennes étant une véritable mascarade.
a écrit le 02/08/2012 à 9:12 :
Pour sauver l euro il faut taxer les peuples ceux qui ont voulues une monnaie unique je me marre......................................................
Réponse de le 02/08/2012 à 9:20 :
François Ier nous assurait en 1992 que l'Euro ne pourrait mener qu'à plus de prospérité. 20 ans après, on déchante !:)
Réponse de le 02/08/2012 à 9:25 :
Apres le 1er illusionniste on a le deuxième : dans 20 ans la France sera un pays sous développe qui aura raté tous les grands changements du 21 eme siècles
Vive le moyen âge et notre état féodal
Réponse de le 02/08/2012 à 9:29 :
On ne refait pas l'histoire, mais j'ai la conviction que sans l'Euro, la situation pour la France et l'Europe serait bien plus dramatique...
L?Angleterre (qui, au passage, sans être dans l'Euro profite de sa stabilité), souffre largement plus que nous.
Réponse de le 02/08/2012 à 9:35 :
Qu'une Tatcher arrive au pouvoir un jour en France...
Réponse de le 02/08/2012 à 9:41 :
Et qu'est ce qui vous prouve qu'avec les monnaies traditionnelles de l'époque la crise aurait-été pire ? Rien, bien sûr !
Réponse de le 02/08/2012 à 9:45 :
La France glisse doucement mais surement vers le sous-développement. Les gouvernants actuels appliquent des méthodes du siècle dernier. Désastre en vue.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:09 :
L'observation de l'histoire des monnaies européennes entre 1971 et 2000 permet de comprendre que la crise aurait été bien pire sans l'euro.
Réponse de le 02/08/2012 à 10:31 :
Ce ne sont que des études qui ne présagent en rien de la réalité telle qu'elle se serait produite si on avait conservé les monnaies nationales, car les Etats ne seraient pas autant endettés sans l'euro. Ce qui est assez incroyable, c'est de voir à quel point les partisans de l'Euro sont non seulement bornés, mais également des doctrinaires fous qui détestent la contestation de leur monnaie fétiche. En attendant, jamais l'Europe se tape la pire crise depuis les années 30, et ceci avec l'Euro. Arrêtez donc de dire que cette monnaie est une réussite alors qu'elle ne l'ait pas !
Réponse de le 02/08/2012 à 13:15 :
Ni l'un, ni l'autre vous ne démontrez la moindre causalité dans un sens ou dans l'autre.
Pour ma part, pas de certitude mais un doute : tous les pays développés sont dans la mélasse, quel rapport avec l'Euro ? Quelles sont les autres causes ?
Réponse de le 04/08/2012 à 0:02 :
La suisse n'est pas dans la mélasse. La Norvège n'est pas dans la mélasse. La suède n'est pas dans la mélasse. La pologne n'e'st pas dans la mélasse. Le RU est en train de sortr de lamélasse. L'Islande aussi. Je continue?
a écrit le 02/08/2012 à 9:06 :
droit dans le mur les yeux grands ouvert ! maastrich qui l'a voulu ? pas moi en tout cas ! .
a écrit le 02/08/2012 à 9:05 :
mais que compte faire les Aurorités Européennnes pour le pouvoir d'achat des Particuliers , dont on ne fait que constater que ce dernier baisse "dansgeureusement " ,
On ne s'occupe que des dédicits publics , pour lesquels les Particuliers ne s'y sont pour Rien
Réponse de le 02/08/2012 à 9:44 :
Et non, ils n'y sont pour rien,les centaines de milliers de gens qui, embauches par l'etat et la secu (et que l'on paye à credit) pour des emplois inutiles (soignants qui ne soignent pas, enseignants qui n'enseignent pas , policiers qui n'ont pas de fonctions de police , hauts fonctionnaires en missions de complaisance, employé des finances chargés de taxes qui ne couvrent pas leur salaire, elus qui sont deux fois plus nombreux que necessaire, generaux dix fois plus nombreux que leurs divisions, et on peut continuer commeçà des heures.
Pourtant individuellement personne n'y est pour rien, alors on partage le paiement de cette gabegie qui a ete faite credit, mais au moins, on voudrait que çà s'arrete. .Arretez d"accuser l'euro, ce sont les dirigeants qui sont responsables et ils ont fait cette politique pour etre elus par vous. La relance keynesienne n'a jamais fonctionné, elle donnait parfois un sursaut à un pays au detriment des autres, ce que le monde actuel n'accepte plus.Si on ne change pas, ce sera non seulement l'austerite, mais l'austerité à perpetuité, cela porte un nom: l'esclavage.Si vous le refusez,'attaquez plus les europeens, mais nos gouvernement francais.
Réponse de le 02/08/2012 à 9:44 :
@mais pour les particuliers !!! "mais que compte faire les Aurorités Européennnes pour le pouvoir d'achat des Particuliers " mais ils s'en foutent, depuis quand les politiques européennes s'interesse t-elle au sort des peuples ? Manquerais plus que ça !
a écrit le 02/08/2012 à 8:47 :
Il va vouloir monétiser le petit père et faire de nouveaux LTRO. Le souci, c'est que les deux derniers ont fait l'effet d'un feu de paille, et qu'il faut s'attendre à la même chose cette fois-ci. Quant aux fonds pourris que représentent le FESF et le MES, je ne suis pas persuadé qu'ils convainquent beaucoup d'investisseurs en raisons des obligations pourries qu'ils sont censés racheter. On achète du temps, mais rien de plus !
Réponse de le 02/08/2012 à 9:13 :
fort logiquement on est arrivé au stade où il faut hiérarchiser les pb et à mon avis le 1er c'est le sauvetage de l'euro et de la zone donc comme tjrs le politique prime.
Réponse de le 02/08/2012 à 9:33 :
Non la priorité est de baisser les impôts et de supprimer une grande partie de ces fonctionnaires qui ne produisent rien et ne servent qu à baisser notre taux de chômage ! Soit l inverse de la politique actuelle!
Réponse de le 02/08/2012 à 9:40 :
@Bravo oui et il faut d'urgence privatiser l'école, la santé, la police et supprimer le RSA, le chômage et les alloc'.. faut vous faire embaucher à la troïka vous avez toute votre place!
a écrit le 02/08/2012 à 8:17 :
Ils ne vont rien faire d efficace sur le long terme ! Faire tourner la planche à billets comme les américains est la seule solution mais le tropisme européen les empêchent de faire ce qu il faut! On tourne autour du pot!!! Jusqu à quand????
Réponse de le 02/08/2012 à 8:42 :
les augmentations d'impôt, souvent trop fortes, dans la plupart des pays de l'eurozone moribonde n'arrangent rien pour améliorer la croissance....
Réponse de le 02/08/2012 à 8:50 :
la planche à billets ne résout rien. Elle ne fait que gagner du temps. Un jour ou l'autre, les britanniques et les américains le paieront cher !
Réponse de le 02/08/2012 à 9:08 :
Ce sont les chinois et japonais qui achètent les dettes des usa, surtout.
Réponse de le 02/08/2012 à 9:29 :
Non la planche à billet est la solution pour reprendre aux chinois entre autres ce qu ils ont "vole" de notre économie à travers une stratégie de dumping permanent et de non respect des règles !
Réponse de le 02/08/2012 à 9:38 :
@Bravo nan la solution c'est le défaut de paiement qui est de plus INEVITABLE ! Ca nous promet quelques années difficiles pour emprunter mais après c'est reparti...
Réponse de le 02/08/2012 à 9:39 :
Vous oubliez une chose cependant : la BCE a un bilan très dégradé. A ce rythme, il va falloir la recapitaliser. Et monétiser va encore dégrader davantage son bilan. En un mot, monétiser ruinera les pays de la zone Euro qui devront la renflouer tôt ou tard. La planche à billets n'est donc pas une solution. De surcroît, ce n'est pas la planche à billets qui crée des richesses, mais l'innovation et l'amélioration de la productivité, ce dont tout le monde se fout en France.
Réponse de le 02/08/2012 à 11:51 :
@Bravo : Vous avez raison sur le dumping monétaire, c'est un jeu à sommes nulles dont nous sommes actuellement les perdants, il faut donc faire intelligemment tourner la planche à billets de façon à rééquilibrer les forces en présence et ne plus être les dindons de la farce économique mondiale.
Par contre une BC ne se recapitalise pas, elle est insubmersible par nature, la valeur de sa monnaie est la seule contrepartie de son bilan.
Réponse de le 02/08/2012 à 13:06 :
Faux, une banque centrale a bien besoin de capitaux comme toute autre entité morale. Le mythe de la banque centrale insubmersible à la vie dure !
Réponse de le 02/08/2012 à 14:48 :
Non, une BC n'a pas de comptes à rendre sur son bilan, elle émet de la masse monétaire M0 donc personne ne peut la recapitaliser, elle n'a pas de comptes à rendre. inutile de discuter agrégats monétaires et statut des BC avec vous de toute façon, vous ne souhaitez qu'avoir raison quitte à affirmer des contre-vérités alors que 15 secondes de recherche Google vous suffiraient à le découvrir.
Réponse de le 02/08/2012 à 15:03 :
Vos commentaires anti-chinois sont navrants. Les Chinois n'ont rien volé, ils sont des ouvriers qui travaillent pour les patrons français. Le dumping ce sont nos entreprises qui le font en délocalisant et installant nos usines en Chine. Ce sont nos patrons qui sont partis en Chine. Mais ça ne va pas durer, les Chinois en ont marre de se faire exploiter par les patrons étrangers.
a écrit le 02/08/2012 à 8:12 :
C'est quoi cet article bourré de fautes ? je sais bien que les temps sont durs mais il faut arrêter de faire rédiger les articles par des stagiaires.
Réponse de le 02/08/2012 à 9:12 :
??? Certe hors de propos, mais je ne vois guere d'article "bourre de fautes" ici.
Réponse de le 02/08/2012 à 21:58 :
L'article a heureusement été corrigé depuis, mais je peux vous assurer que ce que j'ai lu ce matin n'était pas très glorieux. Si La Tribune recrute, je veux bien postuler. Je ne suis pas journaliste de formation, mais je pense que j'ai mes chances.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :