Les 5 plus fortes inflations de l'histoire

 |   |  885  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A l'heure où, en Allemagne, on s'inquiète du danger d'hyperinflation dans la foulée de la politique de la BCE, rappel historique des grandes périodes de hausses démesurées des prix.

Outre-Rhin, la décision de la BCE de se lancer dans le rachat «illimité» des obligations d'Etat a relancé la crainte de l'hyperinflation. Jusqu'où peut aller cette hyperinflation? Comment peut-elle naître? Une étude publiée par deux économistes de l'université de Baltimore, Steve Hank et Nicholas Krus, le 15 août dernier a recensé 56 épisodes d'hyperinflation. Les auteurs ont appliqué la définition avancée par l'économiste Philip Cagan en 1956: il y a hyperinflation lorsque le niveau des prix augmente d'au moins 50% par mois. «L'épisode hyperinflationniste» s'achève lorsque le taux d'inflation reste pendant au moins un an en deçà de ce niveau. Voici le triste palmarès de l'hyperinflation :

1. Hongrie, juillet 1946

Taux mensuel d'inflation : 4.190.000.000.000.000.000 %

Dans la Hongrie de l'après-guerre, tout manque. L'ancienne alliée de l'Allemagne nazie est occupée par l'armée rouge, mais a voté massivement pour un parti conservateur en novembre 1945. Les tensions entre l'occupant et le gouvernement ne contribuent guère à redresser l'économie de cette petite république enclavée. D'autant que les Communistes ont tout intérêt à accuser leurs adversaires des difficultés économiques. Sans aide extérieure, Budapest n'a d'autre recours pour payer ses fonctionnaires et ses dépenses que l'impression de milliards de pengö, la monnaie d'alors. L'hyperinflation va frapper le pays d'août 1945 à juillet 1946 et le taux quotidien de hausse des prix sera de 207%.

2. Zimbabwe, novembre 2008

Taux d'inflation mensuel : 79.600.000.000.000 %

Le bras de fer entre le président Robert Mugabe et la communauté internationale isole ce pays d'Afrique méridionale. La rareté des denrées et l'usage immodéré de la planche à billet provoquent une période d'hyperinflation démesurée de mars 2007 à novembre 2008. Chaque jour en moyenne, les prix augmentent de 98%.

3. Yougoslavie, janvier 1994

Taux d'inflation mensuel : 313.000.000 %

Le régime de Slobodan Milosevic soutient la communauté serbe dans le conflit bosniaque et s'attire les sanctions de la communauté internationale. Là encore, l'isolement du pays attise l'inflation. D'autant que le pays est en phase de destruction des structures issues du régime titiste et que les réseaux économiques se sont effondrés avec les indépendances croates et slovènes. Chaque jour, les prix augmentent de 64,6% dans ce qui reste de la fédération yougoslave. Hank et Krus placent du reste en quatrième position le cas de la Republika Srpska, entité serbe de Bosnie qui utilisait le dinar yougoslave comme monnaie et dépendait de l'économie yougoslave.

4. Allemagne, octobre 1923

Taux d'inflation mensuel : 29.500 %

Après la défaite de 1918 et le traité de Versailles du 18 juin 1919, l'Allemagne de Weimar croule sous les dettes de guerre et le paiement des réparations. La monnaie métallique est quasi-introuvable et les gouvernements ont recours à la planche à billet pour financer leurs dépenses toujours croissantes. Après une première période d'hyperinflation en janvier 1920, la hausse des prix prend un tour dramatique à partir d'août 1922 et s'accélère avec l'occupation de la Ruhr par les troupes franco-belges en janvier 1923. L'acmé de cette hausse est atteinte en octobre. A partir de janvier 1924, l'hyperinflation est endiguée grâce à l'introduction d'un strict contrôle budgétaire, d'une indépendance complète de la banque centrale et de la mise en place d'une nouvelle monnaie forte.

5. Grèce, octobre 1944

Taux d'inflation mensuel : 13.800 %

L'hyperinflation débute en Grèce dès l'invasion du pays par les troupes allemandes. Le pays est fragile économiquement est sera mis en coupe réglée par les nazis. A partir de 1943, le pays est divisé entre zones occupées et zones contrôlées par les divers groupes de résistance, souvent rivaux. Après la libération du pays en septembre 1944, la tension est très vive entre la résistance de gauche et le gouvernement probritannique. Le pays, exsangue, doit tout importer et les luttes politiques qui déboucheront sur la guerre civile ouverte entre 1946 et 1949 chassent la bonne monnaie qui se cache. L'hyperinflation va durer jusqu'en décembre 1945. C'est la plus longue période d'hyperinflation renseignée par l'étude : 55 mois où les prix ont, chaque jour, progressé de 17,9% en moyenne.

13. France, août 1796

Taux d'inflation mensuel : 304 %

C'est le plus ancien grand cas d'hyperinflation renseigné par l'étude. Et le seul qui concerne la France. Dès 1789, la France doit émettre des «assignats» pour éviter la banqueroute. Ces bons rapportant intérêts et gagés sur les biens nationaux deviennent cependant rapidement du papier-monnaie. Sous le régime montagnard (mai 1793-juillet 1794), les mesures autoritaires freinent la dépréciation de cette monnaie de papier, mais les «Thermidoriens» libèrent l'économie et rouvrent la Bourse. L'assignat s'effondre. L'hyperinflation touche le pays à partir de mai 1795 et s'accélère, car l'Etat continue d'émettre des assignats. L'arrivée du Directoire en janvier 1796 change la donne. Le pouvoir tente de remplacer l'assignat par une nouvelle monnaie, le «mandat territorial», le 18 mars. Mais il choisit un taux de conversion trop faible ( 30 assignats pour un mandat). Le mandat manque aussi de gage concret et s'effondre encore plus vite que l'assignat. Le Directoire doit annoncer la fin du papier-monnaie pour stopper l'hyperinflation en novembre. Durant cette période, les prix n'auront augmenté «que» de 4,77% par jour. En février 1797, la planche à billet est symboliquement brûlée. Et la France fait banqueroute des deux tiers de sa dette en septembre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2012 à 23:38 :
Depuis environs 18 ans l'Allemagne a un excédent de la balance commerciale de 15 Milliards PAR MOIS en moyenne. Excédent réalisé principalement en Zone Euro et grâce à l'endettement des pays importateurs de bien allemand (y compris l'armement pour la Grèce). Malheureusement les bénéfices ainsi réalisés par les grosses entreprises allemandes ont très souvent été réinvesti en dehors de la Zone Euro, avec pour conséquence le chômage des jeunes dans les pays déficitaires.
a écrit le 22/09/2012 à 19:35 :
33500? à 43500? le kilo d'or en 1 année. Ce n'est pas l'OR qui monte c'est le papier qui perd de sa valeur ... Ne vous laissez pas abuser !!! Oubliez Jean Pierre Gaillard et Pernaut hypnotiseurs officiels de cerveaux disponibles....
Réponse de le 22/09/2012 à 21:08 :
C'est exact ce n'est pas l'or qui monte mais la valeur des papiers monnaies qui baissent, d'ou l'augmentation de la valeur de l'or, et ce n'est qu'un début.
a écrit le 22/09/2012 à 17:14 :
Euh....
Premièrement, merci pour cet état des lieux historiques. Je n'ai pas TOUT appris aujourd'hui, mais j'ai appris.
Ceci étant dit, qu'est ce que je fais avec "ça" ? Autrement dit : "Et alors ?"
Le propos sous-jacent est-il d'ironiser sur une crainte allemande infondée ? Et pourquoi pas, mais alors merci de l'expliciter.
a écrit le 22/09/2012 à 13:59 :
la france a tjs ete en avance sur tt le monde en matiere d'impots et de spoliation...
a écrit le 22/09/2012 à 12:43 :
Contre l'inflation (taux réel environ 5% en France, et non les 2,...% comme annoncé, et la sur-inflation qui a déjà commencé et qui va s'accentuer vue les quantités énormes de monnaies papiers sur-imprimés par tous, seul l'Or peut protéger vos économies de leur pouvoir d'achat, mais aussi des effondrements programmés du papier monnaie. Achetez de l'or vite !!!
Réponse de le 23/09/2012 à 8:36 :
Quel altruisme ! Merci pour vos conseils, bien entendu totalement désintéressés...
a écrit le 21/09/2012 à 17:32 :
Tous les cas recensés montrent que l'origine de l'hyperinflation est un effondrement de l'offre alors que la demande est elle soutenue ( par émission monétaire ) : D> O donc hyperinflation, ce qui est normal. Rien à voir avec ce que pratiquent actuellement les banques centrales : la monnaie émise ne finance pas de demande supplémentaire mais une demande déjà existante mais qui n'est plus financée par les marchés financiers. La demande publique restant étale, celle privée étant en baisse, les capacités de production étant sous utilisés, aucune raison d'avoir même de la simple inflation. et c'est exactement ce qu'il se passe depuis les débuts des émissions "quantitatives". Conclusion : les allemands qui ont peur écoutent trop les libéraux qui, non contents de nous enfoncer depuis 30 ans à coup d'inégalités ( et a provoqué l'endettement des plus pauvres pour compenser leur pouvoir d'achat), continuent à ne rien comprendre et à appliquer bêtement leur formule de théorie quantitative... Franchement, on est dans la crise mais vu ce que vous votez, vous le méritez...
Réponse de le 22/09/2012 à 17:48 :
+1
a écrit le 21/09/2012 à 17:27 :
En 1793 la France ( son armée révolutionnaire) avait envahie la Savoie et avait imposé les Assignats et de ce fait avait entrainé la Savoie dans sa banque route.
Réponse de le 21/09/2012 à 17:36 :
Juste une banque route ? J'ai eu peur ! Tant qu'il ne s'agit pas d'une banque boulevard...
a écrit le 21/09/2012 à 16:28 :
Je ne comprends pas bien le calcul qui amène d'une inflation journalière de 207% à une inflation mensuelle de 4.190.000.000.000.000.000%
Réponse de le 21/09/2012 à 16:39 :
Le taux mensuel indiqué est le taux le plus élevé enregistré sur la période d'hyperinflation. le taux quotidien moyen est une moyenne sur l'ensemble de cette période.
Réponse de le 21/09/2012 à 17:11 :
faisons simple. 200% par jour. Disons qu'un produit coûte 1? aujourd'hui.
Demain ils coutera 3?, après demain 9?, etc pendant x jours. Si l'inflation est stable à 200% pendant 365 jours, le produit coûtera dans 1 an 3^365 ? (ce qui fait beaucoup, beaucoup de 0, 174 pour en être exact)
a écrit le 21/09/2012 à 13:58 :
Vous parlez de la politique de la BCE, mais il y a 5ans que la la planche à billets est activée aux USA (pour information : le Dollar a perdu 95 % de sa valeur depuis la création de la FED en 1913) ,on a la même chose en Angleterre (5 ans) et depuis 20 ans au Japon. Au fait, passez l'information à Monsieur Lenglet de BFM (et qui sévit sur France2) qui pense qu'il n'y a que le Zimbabwe qui fait tourner les rotatives : c'est vraie que aujourd'hui on n'utilise pas les vrais mots pour désigner les choses, par exemple on a une croissance négative pour ne pas dire déflation, pour ce qui nous occupe à la place de planche à billets on parlera plutôt de "quantitative easing" "(assouplissement monétaire" en Français) ou plus remarquable de "solution non conventionnelle".
Réponse de le 21/09/2012 à 16:16 :
@candide : déflation et croissance négative ne sont pas la même chose. L'un est une évolution négative des prix tandis que l'autre exprime une évolution négative du PIB. Qu'il y ai une corrélation d'accord mais ne dites pas qu'il s'agit de la même chose.
a écrit le 21/09/2012 à 13:44 :
Manip : on essaie dee nous faire acheter pour éviter les hausses ?! et si c'était, pour dans un premier temps, empêcher une déflation !
Réponse de le 21/09/2012 à 14:38 :
Certains prêtent avec des taux négatifs, parce qu'ils pensent que les sommes prêtées vaudront encore moins que les sommes retrouvées avec des intérêts négatifs. Je prête à moins 3 car j'évite ainsi de perdre moins 10 ! Déflation à venir dans un premier temps avant hyperinflation?
Réponse de le 21/09/2012 à 15:54 :
Les investisseur pretant a taux negatif sont conscient du risque d'inflation qui est elevé... leur thematique lors de ces placement est qu'aujourd'hui il est impossible de garantir une somme placée (devise changeante, petrole, or, action etc, tout bouge dans tous les sens...) sauf dans ce papier allemand et francais... c'est tout!
Réponse de le 22/09/2012 à 12:46 :
Or + 28 % en 14 mois, son prix augmentera tout le temps que les valeurs es papiers monnaies continueront de baisser, et vu la sur impression de celles ci l'or est un placement refuge qui non seulement voit sa valeur augmenter régulièrement, mais en plus protège des manipulations étatique et bancaire, mais en plus valorise vos patrimoine jour après jour et peut être vendu au jor le jour en cas de besoin.
a écrit le 21/09/2012 à 13:27 :
Il manque le verbe dans cette phrase : "A partir de janvier 1924, l'introduction d'un strict contrôle budgétaire, d'une indépendance complète de la banque centrale et de l'introduction d'une nouvelle monnaie forte." Qu'essayez-vous de nous dire ?
Réponse de le 21/09/2012 à 17:57 :
le (die)Diktat n'ayant pas été accepté même par les gouvernements de Weimar, laisser filer la monnaie et faire banqueroute était une arme de rétorsion à la politique d'exécution du Traité de Versailles enclenchée par Poincaré. D'ailleurs Schacht n'a pas eu énormément de mal à restaurer la situation après le plan Dawes et l'arrivée en masse des investissements US.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :