La démographie, ennemie des excédents allemands !

 |   |  693  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon une étude de l'institut ZEW, le vieillissement de la population de l'Allemagne devrait entraîné la balance des paiements du pays dans le rouge à partir de 2030. Un défi pour l'Europe.

L'information n'a pas fait les grands titres de la presse. Jeudi, l'institut statistique Destatis, a indiqué qu'en 2011, le taux de fécondité des Allemandes avait encore chuté, passant de 1,39 à 1,36 enfant par femme. Même si la baisse de la population allemande a été enrayée l'an dernier outre-Rhin pour la première fois depuis 2002, l'Allemagne est un des pays d'Europe qui vieillit le plus vite. Et selon une étude publiée ce lundi par l'institut ZEW de Mannheim, ceci pourrait avoir des conséquences macroéconomiques non négligeables.

20,5% de plus de 75 ans en 2060

En 2010, Destatis avait publié ses prévisions de population jusqu'en 2060. Actuellement peuplée de 81,8 millions d'habitants, l'Allemagne ne devrait plus en compter que 64,5 millions en 2060. Et encore ces projections paraissent-elles bien optimistes au regard des chiffres actuels: elles reposent sur un taux de fécondité de 1,4 enfant par femme et sur un solde migratoire positif de 200.000 personnes (en 2011, il a été de 273.000 personnes, mais bien au-delà des chiffres habituels, plus proches de 100.000). Sur cette population, la part des personnes âgées serait considérable: 26,2 millions de personnes, soit 40,6% de la population auront plus de 60 ans, et 13 millions de personnes auront plus de 75 ans, soit 20,5% de la population.

Baisse de l'épargne

Les chercheurs de l'institut ZEW soulignent que la principale conséquence de ce vieillissement sera la disparition de l'excédent courant allemand à partir de 2030. «A partir des années 2020 les personnes nées dans les années à fort taux de naissance commenceront à prendre leur retraite et à utiliser leur épargne», explique l'étude. Le mouvement va rapidement s'accélérer dans la décennie suivante. Parallèlement, le coût des dépenses de santé et des dépenses d'assurance vieillesse vont progresser très rapidement. Le ZEW prévoit ainsi que la cotisation vieillesse devra passer de 18,3% du salaire brut en 2012 à 23,8% en 2030 et 25,5% en 2060. La cotisation santé passera de 15,5% aujourd'hui à 20,2% en 2030 et 20,3% en 2060. Enfin, l'assurance dépendance doublera en 50 ans de 2,1% à 4,1% du salaire brut. Conséquence: le revenu disponible pour l'épargne des actifs va se réduire. L'étude du ZEW estime donc que le taux d'épargne, de 21% en 2010 passera à 18,6% en 2030 et 14,9% en 2060.

Un déficit courant de 9% du PIB en 2040

Derrière cette chute du taux d'épargne se dessine un véritable changement de modèle économique. Les plus âgés vont consommer leur épargne et les actifs vont proportionnellement plus consommer qu'épargner. La part de la consommation dans le PIB allemand va passer de 57,1% en 2010 à 64% en 2030, soit une progression de 20%. Parallèlement, le coût de la vieillesse sera plus prix en charge par l'Etat qui devra dépenser 27,5% de plus en 2030 qu'en 2010. Or, le ZEW ne compte que sur une progression du PIB de 7% sur ces vingt années! Conséquences: les importations de biens vont progresser et les besoins de financement de l'Etat vont exploser. Comme l'épargne des Allemands sera de moins en moins disponible pour faire face à ce financement, la balance des paiements du pays devrait devenir déficitaire à partir de 2030 (après avoir progressé jusqu'en 2020). Le ZEW estime que le déficit courant allemand atteindra 3,8% du PIB en 2030 et 9% du PIB en 2040!

Etude alarmante?

Cette étude est assez alarmante pour l'Europe entière. Aujourd'hui, la zone euro peut présenter une balance des paiements relativement équilibrée, c'est uniquement en raison de celle de l'Allemagne. En juillet, l'excédent courant de la zone euro était de 9,7 milliards d'euros et celui de l'Allemagne de 12,8 milliards d'euros. Avec une Allemagne en excédent chronique et si tout reste égal par ailleurs, la zone euro devrait donc afficher un fort déficit. Le «déséquilibre» intraeuropéen souvent dénoncé entre une Allemagne fourmi et une Europe méridionale cigale devrait donc disparaître sous le poids de la démographie déclinante de la première économie européenne. Reste donc à savoir si ce retour de l'Allemagne à la consommation et aux déficits profitera à ses voisins européens et si l'équilibre se recréera ainsi, ou si l'Europe tout entière vieillissante ne sera plus qu'une source de financement des économies en croissance comme l'Asie ou l'Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2012 à 6:49 :
La démographie ou natalité négative allemande actuelle a pour conséquence que pratiquement tout Allemand, même moyennement doué, peut arriver à obtenir un emploi au dessus de ses capacités, les Allemands , à cause de la natalité, devenant denrée rare. Je vis en Allemagne depuis 1966 et je puis vous garantir que l'on commence à rencontrer des imbéciles, surtout dans l'administration et dans certaines grandes entreprises, qui ne sont pas du tout à la hauteur de leur tâche, mais qui étant Allemand ont pu obtenir des emplois au dessus de leurs moyens, des emplois auxquels ils n'auraient pas eu accès il y a seulement une vingtaine d'années. Les étrangers ou d'origine étrangère, étant fortement défavorisés sur ce point. (Sauf l'exception qui confirme la règle)
Je pense que la médiocrité moyenne de la classe dirigeante allemande, qui prend petit à petit le relais sera, une des causes du déclin allemand.
L'Allemagne bien souvent ne joue qu'un rôle de transit, la plus part des gens qualifiés finissent par se tourner vers des pays d'immigration traditionnels tels que le Canada, les États Unis, l'Australie et même depuis peu Amérique Latine. Souvent parce que mal accueillis en Allemagne et aussi à cause de la langue. Le fait d'y trouver une communauté d'origine déjà établie et organisé influence aussi le choix en faveur des pays Anglo-saxons.
Il serait donc important d'arriver à un partage horizontal du travail au sein de l'Union Monétaire pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés vers d'autres continents, ceci pour cause de chômage dans les pays périphériques (Espagne et Portugal plus de 50%, et même Italie 30%.)
Ne parlons pas de la Grèce!
a écrit le 22/09/2012 à 14:01 :
l'alternative c'est qu'ils fassent venir les gens qualifies qui quittent leurs pays ruines
Réponse de le 22/09/2012 à 16:39 :
c'est prévu ... et pour les motiver a apprendre l'Allemand le mieux est que le taux de chômage dans leur pays d'origine soit le plus gros possible ... avec l'austérité généralisée c'est bien parti .. très bien parti ...
a écrit le 22/09/2012 à 10:37 :
Idem en Italie, Espagne, Bulgarie, Pologne et hors UE, l'Ukraine, la Russie. La France qui va lentement coloniser toute l'Europe. Mais à vrai dire je pense que l'Allemagne optera soit pour le modèle japonais ou aplus probablement le modèle canadien. Il vaut mieux une immigration très qualifiée venant de pays stables que de financer la natalité des pauvres en imitant la politique nataliste française grâce à la CAF.
a écrit le 22/09/2012 à 0:10 :
Les projections démographiques linéaires n'ont jamais fonctionné, car la démographie est cyclique, un peu comme le talent du grand-père qui passe directement au petit-fils sans passer par le fils, il y a un décalage.
Ainsi une population qui fera moins d'enfant fera tellement baisser les prix de l'immobilier que la génération suivante aura plus de ressources pour avoir donc plus d'enfant, ce sera aussi un appel d'air pour l'immigration. ce n'est pas pour rien que l'allemagne n'a abandonnée que récemment la nationalité du sang pour celle du territoire, comme la france.
Réponse de le 22/09/2012 à 9:19 :
Les projections démographiques sont certes des prévisions, on l'a vu dans le cas de la France où les démographes dans les années 70-80 prévoyaient un déclin et un vieillissement de la population de l'Hexagone et c'est le contraire qui se produit actuellement entrainant d'ailleurs une des causes d'un chomage élevé mais lier immobilier et population de manière aussi simpliste que vous le faites c'est méconnaitre plusieurs facteurs dont l'évolution des moeurs avec la décohabitation, les divorces/séparations qui entrainent un plus grand besoin de logements de taille modeste donc il n'est pas garanti qu'une population en déclin d'un pays comme l'Allemagne provoque une baisse des prix comme vous l'indiquez. Notez en outre que l'immobilier n'est pas actuellement à des prix élevés outre Rhin et que cela n'entraine nullement une croissance démographique ou un afflux d'immigrés.
Réponse de le 22/09/2012 à 9:45 :
Les exemples de la difficulté de la prévision démographique ne manquent pas: qui aurait pu prévoir une arrivée du baby-boom en pleine guerre dès 1942, qui aurait prévu l'accélération de la transition démographique ds l'ex Tiers-Monde, dès lors il vaut mieux faire tourner plusieurs modèles ou types d'évolutions, l'Allemagne viellit comme toute l'Europe et il est vrai que les politiques natalistes jadis élaborées n'ont pas donné gd chose...
Réponse de le 22/09/2012 à 10:36 :
@xavier marc : vous devriez revoir sérieusement vos cours de démographie. Tous les démographes s'accordent à dire que le déclin démographique européen est inéluctable. Comment et pourquoi voulez-vous que le peu de jeunes allemands qui sont en âge de procréer (comparez les pyramides des âges en France et en Allemagne, c'est assez édifiant) se mettent dans 30 ans, c'est à dire à 50-70 balais en moyenne, à se reproduire ? Raison pour laquelle au lieu de vilipender l'immigration, les européens feraient mieux de mettre en œuvre des politiques pour attirer les jeunes gens qualifiés des pays en forte croissance démographique...
Réponse de le 22/09/2012 à 10:41 :
@demogr : les allemands d'âge plus que mûr vont déclencher un baby boom ? Je sais bien que c'est techniquement possible à coups d'hormones mais vu la mentalité de rentiers de la majorité des allemands (voir leurs opinions politiques) ils seront assez peu enclins à se mettre à jouer les lapins à l'âge de sucrer les fraises...
Ils devront se résoudre à l'immigration.
Réponse de le 22/09/2012 à 14:04 :
henri il y a un gros pb, les gens qualifies vont au canada et aux etats unis ( enfin, quand c'est possible!!) , ceux qui vont en france, c'est bcp de non qualifies, pour les raisons qu'on connait
Réponse de le 22/09/2012 à 15:15 :
Exact
Réponse de le 22/09/2012 à 16:47 :
Le Canada sélectionne officiellement ses immigrés, les USA aussi ...
a écrit le 21/09/2012 à 23:43 :
ça devrait s'arranger pour eux ! Nous, on fait les gosse et une fois adultes et éduqués, il partiront Outre-Rhin, vu qu'en France, le travail n'est pas une valeur prioritaire.
a écrit le 21/09/2012 à 23:11 :
vous verrez cela ne leur posera aucun problème, il feront juste appel à de l'immigration. Et pas besoin d'aller chercher bien loin , les jeunes français , italiens ou espagnols se feront une joie d'aller y trouver le travail qu'ils n'auront pas chez eux.

Réponse de le 22/09/2012 à 10:39 :
Le problème de l'Allemagne c'est sa langue rédibitoire pour beaucoup, si le pays était anglophone, l'Allemagne serait réellement une très grande puissance au rayonnement international.
Réponse de le 22/09/2012 à 14:54 :
Votre intervention n'a aucun sens. On pourrait dire la même chose d'une multitude de pays, Japon, Italie, France... Vous n'aviez qu'à apprendre l'allemand, mais c'est sûr il faut bosser....
a écrit le 21/09/2012 à 22:05 :
En attendant ils économisent le quotient familial , les allocs , les frais de santé des marmots, les profs des marmots, et les indemnités chômage des marmots arrivés en age de travailler ... de sacrés économies !!! qui expliquent en grande partie leur résultats de maintenant ... et pour le futur ils importeront les petits jeunes chômeurs français qui n'auront pas trouvé de boulot satisfaisant en France, ou en Grèce, ou en Italie ou en Espagne ... des mines de ressources humaines et pas chers puisqu'ils n'auront pas payer formation santé de ces ressources !!! Tout bénéf !!!
Réponse de le 21/09/2012 à 22:50 :
Ils importeront surtout des jeunes turcs et nord-africains qui iront manifester dans les rue à la moindre moquerie de leur religion.
Réponse de le 22/09/2012 à 9:14 :
ridicule et hors sujet
Réponse de le 22/09/2012 à 9:35 :
oui c'est vrai mais pas tant que ça la demographie actuelle des pays du sud et de l'est sont tout autant catastrophiques que celle de l'Allemagne , il ne devrait pas tant en avoir que ça des jeunes pour aller y travailler. Seule la France sans sort un peu .
Réponse de le 22/09/2012 à 9:40 :
Quand on connait la distinction que font les Allemands et les Auslander, je prédis un futur tendu outre Rhin.
Réponse de le 22/09/2012 à 16:51 :
Quand ils auront besoin ils feront comme le Canada ils sélectionneront des immigrés formés ... et je maintiens , de cette façon ils économmisent quotient familial allocs, pédiatres, profs, indemnités chômage ... tout en minimisant les risques de rejet. le Système français est stupide ... enfin incohérent ...
a écrit le 21/09/2012 à 20:54 :
Faute dans l'intitulé: "Devrait entraînER"
Réponse de le 22/09/2012 à 9:12 :
Oui et aussi dans le corps de l'article: pris en charge et non "prix en charge par l'Etat"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :