Grèce : "il faut suivre la route de l'argent"

 |   |  876  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Kostas Baxevanis, le rédacteur en chef du mensuel grec Hot Doc, est celui qui a publié la liste Lagarde. Une liste qui contient 2059 noms de grecs titulaires d'un compte en Suisse et suspect de frauder le fisc grec. Cette liste avait été donnée par Christine Lagarde, alors ministre des Finances en France, à son homologue grec de l'époque, Georges Papaconstantinou. C'est ensuite son successeur, Evangelos Venizelos qui l'a eue entre ses mains, mais affirmait l'avoir perdue. A la suite d'un scandale dans la presse qui a révélé l'existence de cette liste, celle-ci a finalement été retrouvée. Mais elle n'avait pas été rendue publique avant le geste de Kostas Baxevanis. Le journaliste, soutenu par reporter sans frontière, assistera à son procès aujourd'hui pour ces faits. Il risque 5 ans de prison. Entretien.

Quelle sera votre ligne de défense demain au procès ?

Notre ligne de défense et celle que nous avons toujours eue. Elle repose sur deux axes. D'une part nous n'avons commis aucun delit car nous navons pas donné de montant ni de numero de compte. Dautre part en tant que journaliste,  si je dois choisr entre deux interets, proteger les données personnelles ou servir l'intérêt public je choisi le second. La non publication de cette liste dont tout le monde connaisait l'existence a pourri le climat en Grèce. Cela a donné lieu à des chantages. Chacun en allait de sa fausse liste impliquant tout le monde politique. Tous les populismes s'en servaient et lors de chaque manifestations, et la démocratie s'en retrouvait salie. Les accusations de corruption allaient bon train. Du pain béni pour l'extrême droite. La publication de cette liste a permis de mettre un terme à ce climat.

Avoir son nom qui apparaît dans cette lite signifie-t-il automatiquement que l'on fraude le fisc ?

Non, bien sûr. Et nous l'avons précisé dans l'article que nous avons publié avec la liste. Les noms qui y figurent sont ceux de résidents grecs titulaires d'un compte en Suisse. Charge au gouvernement de vériifeir ensuite qui a fraudé et qui n'a pas fraudé. Le problème est qu'il ne veut pas le faire. Pourquoi ? C'est toute la question. Nous avons fait notre travail de journaliste de notre côté, c'est à dire, comme l'avait dit Orson Welles, mettre à nu ce que d'autres veulent nous cacher. Le reste, c'est de la communication.

Depuis le debut de la semaine,  trois journalistes ont perdu leur travail pour avoir critiqué le minitre de l'Ordre public. Un autre à ete mis à pied a Thessalonique pour avoir dit que la police est massivement presente dans les rues. Enfin deux bloggeurs ont été interpellés. Est ce qu'il y a un retour de la censure en Grèce ?

La censure ces dernières années a pris une nouvelle forme en Grèce. On ne t'interdit plus d'écrire ce que tu veux mais les lois de plus en plus subtiles sont là pour empêcher le journalisme d'investigation et les révélations. Avant on ne pouvait pas écrire contre l'intérêt national. C'était la censure de la junte des colonels en Grèce. Aujourd'hui on fait plus chic. On a trouvé d'autres lois comme celle sur les données personnelles. Il pèse une grande menace sur la liberté de la presse.

Y avait il un danger à publier ces noms ?

Publier des noms de femmes prostituées et séropositives comme l'a fait la police et la presse est dangereux, Et ça n'a aucune utilité. Nous, nous avons publié les noms de gens qui doivent être contrôlés par le fisc, pas ceux de prostituées malades. Ce qu'il se passe aujourd'hui en Grèce est criminel. Il y a des salariés qui gagnent 500 euros, à qui on baisse le salaire de 100 euros en raison de la crise, pendant que d'autres volent de l'argent et l'envoient en Suisse. Y-a-t il plus grand crime que celui là ?

Sait-on à combien s'élève le total de l'évasion fiscale lors des trois dernières années ?

La question n'est pas de savoir combien d'argent a été transféré, mais de savoir s'il a été transféré légalement et les taxes payées. Les estimations varient mais on pense qu'environ 13 milliards d'euros se sont volatilisés à l'etranger. je ne sais pas s 'il y a d'autres listes mais ce que je sais c'est que la liste Lagarde totalisait au moment ou elle a ete donnée au gouvernement grec environ 2 milliards d'euros. D'apres mon enquête,  la filiale suisse de HSBC servait à faire transiter ces sommes. J'ignore pourquoi la banque a donné cette liste à Christine Lagarde. Il faudrait le lui demander. Mais il serait logique de penser qu'il y a d autres comptes de grecs dans d'autres banques etrangeres dont les banques suisses. Comme il serait logique de penser que depuis deux ans que cette liste est dans les mains du gouvernement,  les detenteurs, du moins essentiellement ceux qui ont fraudé, on eu tout le temps de transferer leur argent ailleurs.

D'ailleurs, peu d'hommes politiques apparaissent dans cette liste...

Oui, mais il y a beaucoup de sociétés off shore dont on ne connaît pas encore les propriétaires et puis surtout il y a des amis d'hommes politiques et d'hommes d'affaires. Par exemple, monsieur Markelos, un entrepreneur, est un très bon ami de la famille Papandreou et de l'ancien ministre des finances, monsieur Papaconstantinou. Il y a des patrons de presse et du BTP comme monsieur Bobolas. Il y a la famille Lanaras, propriétaire de l'un des plus grosses industries grecques, officiellement en faillite et qui a baissé les salaires des ses employés pourfinalement ne pas les payer. Il y a des sociétés qui se sont mise en faillite, mais qui ont de l'argent en Suisse. Il faudrait rechercher les liens entres ces societes off shore et le mondes des affaires, des patrons de presse, et des poltiques. Il faut suivre la route de l'argent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2012 à 11:39 :
publiez cette liste sur internet ou twitter avec les montants , numeros de compte et les methodes de fraudes avec mission pour interpol de lancer un mandat d arret international et de saisir les fonds pour rembourser la dette grecque
a écrit le 02/11/2012 à 9:39 :
C'est aux riches grecs de payer les dettes de leur pays, pas au contribuable français ou allemand. Donc ce fric devrait être saisi et versé aux prêteurs.
a écrit le 01/11/2012 à 21:51 :
1 / Il vaut mieux «voler» et publier une liste comme celle la, que de la cacher comme les collabo de votre comparaison.
2 / K.BAXEVANIS à précisé dans son article la présomption d'innocence des honnêtes gens qui «optimisent» le rendement de leur patrimoine. Vous ne savez rien non plus des impôts réglés sur ces transferts ...
3 / Comment la justice du probe gouvernement grec aurait fait sans cette liste réputée «perdue» avant la parution de l'article ?
4 / Sans les «petits» qui «volent» et publient ce n'est pas l?actuel président du parlement, ni deux anciens ministres qui seraient impliqués dans le blanchiment de 10,2 Milliards d?euros qui boosteraient la procédure (cf: E.MEIMARAKIS, M.LIAPIS, G.VOULGARAKIS).

Ces «COURRAGEUX BAXEVANIS» SONT NOS HEROS, PAR LES RISQUES QU'ILS PRENNENT.
L'élue écologiste parisienne F.LAMBLIN, mise en examen ne serait finalement coupable «QUE» de fraude fiscale. Si E.JOLY prenait la justice dans ce Gvt, ça vous rassurerait? C.LAGARDE à transmise la liste, elle à très bien fait!
a écrit le 01/11/2012 à 21:15 :
Non content de s'approprier l'Europe méridionale, Wall Street vise maintenant la Suisse.
a écrit le 01/11/2012 à 20:49 :
A quand un procès pour juger Lagarde, suspectée de recel et de dénonciation calomnieuse ?
a écrit le 01/11/2012 à 16:42 :
Quand le Grand Capital, basé à New York principalement, celui qui commande, fixe les taux, les assurances, commissions, etc. est en train de réussir son opération, qui consiste à CHASSER le petit capital, local. Un syndrome identique se reproduit aussi en France et d'autres pays d'Europe. Bientôt vous fleuriront à nouveau les projets "d'infrastructures" (à des taux sans concurrence vu le niveau de la bulle monétaire dollar), ce que .... la population accueillera, soulagée, mais sans avoir compris que ses maîtres ont changé.
a écrit le 01/11/2012 à 16:42 :
Plusieurs choses essentielles à retenir, n'en déplaise aux anti-démocrates et à ceux qui conservent une âme de collabos ... : 1 - cette liste a été VOLEE par un employée crapuleux de la banque HSBC en Suisse et remise illégalement à la France. Ce dernier état-voyou s'est empressé de l'utiliser discrètement (quoiqu'en toute illégalité !) sur son territoire et en a transmis (de manière tout aussi illégale, quoique discrète) des copies à divers états étrangers dont la Grèce. Les agissements de l'employé de HSBC, comme ceux de Lagarde, peu connue pour ses compétences et sa déontologie (elle a été plusieus fois condmanée en justice, d'ailleurs) sont avant tout illégaux, crapuleux et relèvent de la même "philosophie" qui animait les collabos lors de la dernière guerre : la délation et le mensonge. Il est - en démocratie, du moins - tout à fait illusoire et illégal de mener une action - légale - sur base d'un document - illégal ! C'est une notion élémentaire de droit, mais il est vrai que la France actuelle (et surtout depuis le sordide épisode sarkozien) n'a plus rien d'un état de droit. 2 - cette liste illégale ne reprend que des noms de détenteurs PRESUMES de comptes en Suisse. Le terme "présumé" a toute son importance. 3 - Et quand bien même possèderaient-ils réellement un compte en Suisse ? Où est le mal ? Il n'est pas interdit (sauf dans quelques états moyenâgeux) de posséder des comptes à l'étranger et de les approvisionner ou d'effectuer des opérations plus ou moins régulières. Seul, le fait de ne pas déclarer dans son pays d'imposition les actifs de ces comptes sont susceptibles d'être considérés comme une éventuelle fraude. En tout état de cause, le "journaliste" grec a voulu faire preuve de sensationnalisme à bon marché en relançant un magazine (que je connais,(tous les intervenants ne peuvent en dire autant) et qui n'est pas réputé pour sa folle audience, ni la qualité de ses textes. En faisant la part belle au mensonge et à la délation, ce douteux personnage - qui n'a aucune notion de déontologie - ne vaut pas mieux que celui qui a volé la liste, que celle qui l'a transmise à la Grèce ... ou que ceux, pitoyables nervis nourris de délation gestapiste - qui cautionnent ce genre d'actes .. Enfin, tant qu'ils n'en sont pas victimes, en tout cas ... Dans ce dernier cas, ces "courageux" - mais surtout méprisables - défenseurs de la délation gueuleraient
comme des vierges effarcouchées.
Réponse de le 01/11/2012 à 18:48 :
La Suisse est un paradis fiscal qui attire tous les capitaux les plus douteux de la planète. Posséder une compte en Suisse pour qui n'est pas Suisse est immanquablement pour des raisons fiscales, de blanchiment d'argent... Le temps n'est plus à la délation, mais à la mise au pas de la Suisse et de tous les Paradis fiscaux. La misère du Monde se cristallise dans ces paradis fiscaux, je ne pleurerai pas leur disparition;
Réponse de le 02/11/2012 à 12:37 :
@JB38: Votre opinion sur la Suisse relève du gros cliché balourd et périmé. Ce pays n'est plus depuis longtemps un havre sûr pour l'argent non-déclaré au fisc. C'est tellement vrai que se faire ouvrir un compte en Suisse, quand on est citoyen us, relève de l'exploit. Les baques locales cherchent très activement à solder les conséquences du passé. L'argent de la fraude fiscale européenne a depuis longtemps quitté le continent.Aux Amériques, en Asie, il est à l'abri. Et il s'y investira.
a écrit le 01/11/2012 à 16:05 :
Il faut (tjrs) commencer par se regarder dans le mirroir.
a écrit le 01/11/2012 à 15:10 :
l'argent est parti en suisse, la liste a été perdue on se dirait sous un gouvernement de F HOLLANDE, bon l'argent est parait il parti du portugal et de l'espagne on a peur qu'il parte de france.........après qu'un petit bout soit revenu.... ces flux d'argent du travail au noir de la drogue de la fraude fiscale et surtout due a la fainéantise ou le système meme des différents pays corresponde presque aux déficits des états....et on fait quoi RIEN ou du vent...et en sus ces gens - ceux qui ont placé leur argent dans ses paradis fiscaux - continuent a demnder aides nous avons en france un système génial l'organic monté pour payer les retraites des commercants qui n'avaient jamais cotisé mais qui le plus souvent avaient vendus leurs fonds de commerce fort cher, tous ces commercants, sont morts dont la grand mere de madame et on continué a taxer les sociétés pour ce motifs.... mais nous avons eu la vignette pour les vieux, on va avoir le 0.3 0.5 non déductible pour la dépendance....on a eu cotisation dite de solidarité retenue sur les salaires des fonctionnaires l'imagination au pouvoir Nicola a créée 8 ou 10 impots et taxes combien Hollande va en créer....
a écrit le 01/11/2012 à 15:08 :
Je ne comprends toujours pas pourquoi la Grèce fait encore partie de la zone Euro, voir même de l'Europe. Pour être aller récemment en Grèce, le sport national est de tout faire pour frauder les impôts, les comptes en Suisse ne sont qu'une infime partie de la corruption fiscale dans ce pays, les entreprises Grecs ont quasiment toutes des filiales à Malte, aux BVI ou au Luxembourg pour ne pas payer l'impôt sur les sociétés...les Grecs savent qu'ils sont perdus...alors pourquoi s'obstiner à garder ce vilain canard dans la zone euro ? Il y a des choses vraiment bizarre dans cette Europe...
Réponse de le 01/11/2012 à 16:55 :
Parce que l'economie est finalement tres petite et ca ne coute pas trop trop cher de renflouer le pays (en echange de reformes), par contre le risque de contagion a d'autres pays (i.e. Espagne/Italie) dans le cas d'un scenario "Grecexit" fait peur... Voila sans doute pourquoi on continue a mettre le pays sous perfusion.
Réponse de le 01/11/2012 à 16:57 :
Contrairement à ce que vous affirmez éhontément, la fraude fiscale est nettement moins élevée en Grèce qu'en France où, c'est vrai, elle est bien plus discrète et machiavélique. En Grèce, plus de 75 % de la population est imposée à la source, empêchant par là-même toute fraude. ce n'est pas la France qui peut en dire autant !
En outre, ce ne sont pas les tickets de causse qui empêchent la fraude, loin de là ! Et les commerçants français le savent bien. Rien de plus simple qu'avoir 2 caisses enregistreuses pour une double comptabilité : l'une qui délivre les tockets pour les gogos et faire bonne impression (le rouleau de caisse étant ensuite soigneusement détruit) et une autre caisse, plus discrète, qui sert à créer une e comptabilité plus intéressante. Et comme n'importe quel magasin peut se fournir pour n'importe quel marchandise au noir ... Il n'y a que les niais et les gogos qui s'imaginent qu'un ticket de caisse est le remède suprême contre la fraude.
le fait que les entrepreneurs grecs, nettement plus courageux que les français qui passent leur temps à se lamenter sur les politiciens qu'ils ont élus, créent des filiales à l'étranger prouve à suffisance leur dynamisme et leur esperit d'entreprise. Vous ne pouvez pas en dire autant à Florange, à la SNCM, à la SNCF, chez Air France ou chez vos petits constructeurs automobiles qui se prennent tous une pâtée prévisible depuis longtemps.
Balayez devant votre porte, petit français moyen? il y a du boulot. Et arrêtez d'escroquer les Grecs au travers des "aides" qui ne sont que des pièges visant le génocide socio-économique du peuple grec. Arrêtez aussi de vivre au crochet des Grecs qui continuent à vous rapporter des millions d'euros. Le jour où vous travaillerez autant qu'eux (ce ne sont pas les Grecs qui s'accrochent aux 35 h, eux qui travaillent plus que n'importe quel peuple européen, chiffres OCDE à l'appui) et que vous ferez preuve d'autant de dignité qu'eux, vous aurez peut-être droir au chapitre. En attendant ...
Réponse de le 01/11/2012 à 17:10 :
Si je peux interpreter la pensee de FredLux: il n'est pas bon de vendre de l'huile d'olive/olives/feta... en euros, c'est mieux en drachme.
Réponse de le 02/11/2012 à 20:22 :
Vous êtes un sacré COMIQUE ! "plus de 75% de la population est imposée à la source, empêchant par la même toute fraude !" : ou vous êtes stupide, ou c'est de la malhonnêteté ! Les Grecs font en sorte de ne déclarer que 20% en moyenne de leurs revenus, y compris salariaux, car ils se disent surtaxés. Discutez avec les Grecs et vous verrez comment ça se passe. Si vous cherchez à payer votre essence par CB, vous allez devoir vous lever tôt ! A part Shell qui a des obligations de son siège à respecter, je n'ai pas vu une seule autre station service accepter les CB ! Je suis allé dans une clinique privée à Thessalonique, je n'ai eu un reçu que pour 25% de la somme réellement payée... cela en est risible, malheureusement quand on connaît l'état des finances de ce pays, cela en devient pitoyable. Et combien de fois ai-je pris l'autoroute gratuitement, faute de péage (barrières levées) ? Le seul point sur lequel je suis d'accord avec vous, c'est que les Grecs sont des travailleurs, et c'est d'ailleurs cela qui les sauvera, ainsi que la solidarité du cercle familial. Et je suis d'accord aussi sur le fait que les tickets de caisse n?empêchent pas la fraude (nos cafetiers et restaurateurs le savent très bien). Les grecs font souvent preuve d'un grand professionnalisme mais sont incapables de responsabilité sur le plan national... Il faut les tutoriser sur ce plan, seul moyen de les obliger à (vraiment) réformer et avoir une plus grande justice fiscale.
a écrit le 01/11/2012 à 14:26 :
Ce pays marche sur la tête. Cet homme devrait être soutenu par le peuple grecque mais comme personne n'a jamais déclaré un euro, personne ne se sent concerné. Encore plus comique, Papandréou enseigne depuis peu à Harvard.. Franchement, le ridicule ne tue pas en Grèce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :