Espagne : Rajoy assure que Madrid "n'a pas besoin" d'un sauvetage

 |   |  301  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le chef du gouvernement espagnol a réaffirmé vendredi que l'économie du pays n'avait "pas besoin aujourd'hui" d'un sauvetage global de son économie pour soulager sa dette. Or le même jour, la Banque d'Espagne a annoncé que celle-ci a atteint fin septembre un nouveau record historique, à 77,4% du PIB.

Mariano Rajoy l?assure : l?Espagne "pas besoin aujourd'hui" d?un sauvetage global de son économie pour soulager sa dette. Interrogé en marge du sommet européen par la radio Cadena Ser sur un éventuel recours de Madrid au mécanisme d'achat de dette par la Banque centrale européenne (BCE), le chef du gouvernement ibérique a ainsi répondu: "Nous n'utiliserons ce mécanisme que si c'est nécessaire pour les intérêts de Espagnols." Avant de renchérir : "Si ce n'est pas le cas, je ne vais pas l'utiliser. Nous n'en avons pas besoin aujourd'hui et donc, nous ne l'avons pas demandé."

Bref, Mariano Rajoy reste sur sa position. Au mois de novembre, il avait déjà laissé entendre qu?une telle demande n'interviendrait pas d'ici la fin de l'année, l'Espagne ayant déjà couvert la totalité de son financement à moyen et long terme pour 2012. Pourtant, la perspective d'une demande de sauvetage global pour son économie, quatrième de la zone euro, plane depuis des mois sur Madrid, chahuté sur les marchés par des investisseurs de plus en plus méfiants.

Vers une forte progression de la dette en 2012

Or pour l?Espagne, la situation devient de plus en plus compliquée. Ce même jour, la Banque d?Espagne a annoncé que la dette publique du pays avait atteint un nouveau record historique en septembre, à 77,4% du PIB. D?après l?institution, ce chiffre s?explique par une hausse tant au niveau de l'administration centrale (61,2% du PIB) qu'au niveau des 17 régions autonomes (15,9% du PIB).

Le niveau de la dette espagnole devrait en effet avoir fortement progressé en 2012, le gouvernement tablant sur 85,3% du PIB en fin d'année. Toutefois, cette prévision ne tient pas compte du prêt européen aux banques espagnoles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2012 à 19:55 :
Pour nous pas de problème notre petit père du peuple s`occupe du pays
a écrit le 14/12/2012 à 18:30 :
Curieux ça va de mieux en mieux mais les dettes ne font que augmenter. Ca me fait penser a l'histoire de l'obèse qui va voir son médecin et qui lui annonce qu'il va faire un effort : l'année prochaine il ne prendra que 10 kilos en plus au lieu des 15 prévus.
a écrit le 14/12/2012 à 16:16 :
Grèce Portugal Espagne Italie France..on va tous y passer...!!!
a écrit le 14/12/2012 à 15:38 :
Dans moins d'une semaine, il va dire le contraire. Personne ne croit aux chiffres officiels de l'Espagne.
a écrit le 14/12/2012 à 14:01 :
Non, l'Espagne n'a besoin de rien et coulera seule comme toutes les autres.
a écrit le 14/12/2012 à 13:46 :
Heureusement car c'est la France qui en aura bientôt besoin pour subvenir au train de vie de l'état et des collectivités locales, Vive les fonctionnaires bouffeurs de richesse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :