Que peut attendre la France d'une hausse des salaires en Allemagne ?

Outre-Rhin, le débat s'agite sur la question des salaires. Le SPD a fait de cette question un des points forts de sa campagne avant les prochaines élections législatives de septembre. Les appareils de la Lufthansa sont cloués au sol ce lundi. Dans la fonction publique, la grogne est également palpable. Pour l'instant, le gouvernement d'Angela Merkel freine des quatre fers.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

C'est nein ! Dans un entretien accordé au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), Jens Weidmann, le président de la Bundesbank a été très clair : une hausse des salaires en Allemagne n'est souhaitable pour personne. « Du fait de relations commerciales relativement faibles avec les pays de la périphérie, ceux-ci ne profiteraient pratiquement pas d'une baisse de la compétitivité [allemande] et d'une hausse de la consommation en Allemagne. Au final c'est la zone euro dans son ensemble qui serait en plus mauvaise posture », a-t-il déclaré.

Le SPD en campagne

Reste que le sujet enfle outre-Rhin et ce, dans toutes les sphères. A moins de six mois des prochaines élections législatives qui se tiendront le 22 avril, le SPD a fait de la hausse des salaires un de ses thèmes forts de campagne pour empêcher Angela Merkel de faire un troisième mandat. Pour l'instant, la chancelière allemande s'oppose à une hausse des salaires, comme elle refuse la création d'un salaire minimum généralisé tel qu'il existe en France. Elle serait plutôt favorable à un SMIC par secteur d'activité lorsqu'il n'existe pas d'accord entre les partenaires sociaux. Actuellement, en Allemagne, un minimum salarial est respecté dans quelques secteurs particulièrement exposés au risque de dumping salarial. C'est le cas de l'intérim, des soins aux personnes et du BTP notamment. Quatre millions de salariés bénéficient de ce minimum salarial imposé par le gouvernement fédéral.

Les avions de Lufthansa cloués au sol

Dans les entreprises, l'agitation gagne également. IG Metall négocie actuellement avec la fédération des employeurs de la métallurgie un nouvel accord pour les 3,5 millions de salariés du secteur. Ce lundi, presque tous ses vols de la compagnie aérienne Lufthansa ont été annulés en raison d'une grève de son personnel au sol. Le syndicat allemand des services Verdi réclame pour quelque 33.000 salariés de Lufthansa, personnel au sol et une partie du personnel en cabine, une hausse de salaire de 5,2% sur douze mois pour en Allemagne. Il demande également des garanties d'emploi. Or, selon le syndicat, Lufthansa n'a pour l'instant proposé qu'entre 0,4 et 0,6% d'augmentation sur douze mois. Une première grève d'avertissement avait déjà entraîné l'annulation de la plupart des vols fin mars.
La fonction publique n'est pas épargnée. Mercredi, les postiers allemands s'étaient mis en grève afin de faire pression sur Deutsch Post, à qui ils réclament une hausse de 6% des salaires. D'autres débrayages sont prévus d'ici la reprise des négociations, le 25 avril.

La France soutient le combat des salariés allemands ...

La semaine dernière, Arnaud Montebourg avait exhorté le gouvernement allemand à s'engager en faveur d'une augmentation des salaires lors d'un déplacement à Düsseldorf.

Selon le ministre du Redressement productif, une revalorisation globale des salaires aurait deux effets vertueux : un renforcement de la compétitivité du made in France et une augmentation de la demande adressée à la France sachant qu'actuellement, 15% environ des exportations tricolores prennent le chemin de l'Allemagne, faisant de la première économie de la zone euro notre principal partenaire commercial.

Sur le premier point, Denis Ferrand, économiste au COE-Rexecode est dubitatif. « Réclamer une augmentation des salaires en Allemagne pour renforcer notre compétitivité consiste en quelque sorte à leur demander de faire le boulot à notre place ! C'est au gouvernement français de s'évertuer à mettre en place les conditions permettant de restaurer la profitabilité des entreprises », estime-t-il. Le sujet a été maintes fois rebattu en France et les propositions sont nombreuses pour déclencher un choc de compétitivité. Les 35 mesures contenues dans le plan Gallois en sont l'exemple le plus récent. « Le gain de compétitivité serait assez faible car les salaires continuent d'augmenter en France », relativise Nicolas Bouzou chez Asteres.

Une augmentation de la demande globale dans la zone euro

Sur le second point, celui-ci est un peu plus enthousiaste. « L'Allemagne étant le principal marché de la zone euro, une hausse des salaires augmenterait mécaniquement la demande globale de la zone euro. Ce serait un petit bol d'aire pour les voisins de l'Allemagne, celle-ci continuant de s'opposer à une dévaluation du taux de change de l'euro face au dollar pour compenser la politique d'austérité menée dans la plupart pays de l'Union européenne », explique Nicolas Bouzou.

Denis Ferrand est moins convaincu. « Après des années de modération salariale, il y a certes de la place pour une hausse des salaires en Allemagne. Les pressions à la hausse sont d'autant plus vives que le chômage est à son point d'équilibre. Si un effet sur l'export français est envisageable, il est toutefois difficile d'en évaluer l'ampleur car une hausse des salaires pourrait déséquilibrer l'équilibre actuel entre l'emploi et les salaires en Allemagne, au détriment de l'emploi », explique l'économiste toute n rappelant que la consommation des ménages progresse actuellement de 1% par an outre-Rhin depuis quelques années alors qu'elle s'est stabilisée en France.
 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 13/05/2013 à 20:40
Signaler
rien a part quelques impots supplementaire de la part de mr hollande , il est est est tres fort pour cela la hausse des salaires sera sous le regne du FN

à écrit le 24/04/2013 à 22:03
Signaler
Ah ben c?est sûr ils préfèrent les tutures allemandes. Finalement, c?est le seul pays à n?avoir pas de déficit et peu de chômage et faire 1% de croissance. Dans les ex pays pays développés, c?est un score ! Mais tous sont à peu près dans la même situ...

à écrit le 24/04/2013 à 21:55
Signaler
Les allemands ont baissé les impôts, en France, c?est plein pot !

le 24/04/2013 à 22:23
Signaler
Si j?ai bien compris il existe un petit différent d?il y a 35 ans, le déficit? Dans l?histoire, quand l?Etat ne peut plus faire de dette, il SAISIT !! Le fonctionnaire a-t-il encore un salaire et le riche est-il lessivé ? L?actuel président est dans ...

à écrit le 22/04/2013 à 18:07
Signaler
Que peut attendre la France des Allemands, et bien tout simplement la ruine de notre pays !! Ce n' est pas en embauchant 60 000 fonctionnaires, qu' il faudra impérativement payer pendant plus de 40 ans à faire des grèves à répétition, mais garantie ...

à écrit le 22/04/2013 à 15:19
Signaler
Les socialistes ont ruiné l'Europe du Sud avec une austérité mal placée qui détruit l'emploi et augmente les dépenses de l'état. FH avait proposé l'augmentation du SMIC et le recrutement de 60.000 fonctionnaires. Il a gagné. Pourquoi le SPD ne gagner...

à écrit le 22/04/2013 à 14:40
Signaler
Laissons l'Allemagne régler cette question par le dialogue social et le débat politique. Ils savent faire. L'ingérence de Montebourg et consorts est indécente. La méthode française est incantatoire, invoquant: la croissance mondiale puis la politique...

le 22/04/2013 à 18:08
Signaler
+1000 ! toute la force de l'allemagne et la véritable raison de son succès. Des patrons d'industrie allemands ont déjà donné des signaux (qu'on aimerait voir en France) : après des années d'efforts ils ont accordé des primes à VW et à BOSCH il me s...

le 13/05/2013 à 18:48
Signaler
@ Stanley des primes c'était chez Porsche. BOSCH est un cas particulier, une SARL mais le bénéfice reste dans l'entreprise ou est versé à la Fondation Robert Bosch.

à écrit le 22/04/2013 à 12:46
Signaler
Depuis toujours, avant des élections sont augmentés les retraites, (autrefois) aides aux agriculteurs, salaires. Pourquoi changer? Et, contrairement à ce qu'on imagine tjrs an France, les salaires en Allemagne ne sont pas si misérables, il n'y a pas ...

le 29/01/2016 à 8:48
Signaler
Comme avec la BCE l'écart entre les objectifs officiels poursuivis et les mesures prises est tout simplement ahurissant.. Tout financier constate que les QE et les taux négatifs aggravent la volatilité des marchés et n'ont eu jusqu'à présent aucune i...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.