Dettes et déficits publics : les bons et mauvais élèves de l'Union européenne

 |   |  396  mots
En 2012, la majorité des pays de l'Union européenne ont réduit leur déficit, mais ont augmenté leur dette / Reuters.
En 2012, la majorité des pays de l'Union européenne ont réduit leur déficit, mais ont augmenté leur dette / Reuters. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'Eurostat a publié, ce lundi, son classement 2012 des déficits et dettes publics des pays de l'Union européenne. Si la majorité des États membres sont parvenus à baisser leur déficit, les dettes progressent dans la plupart d'entre eux.

Il y a du positif et du négatif. L'institut de statistiques Eurostat a publié, ce lundi 21 octobre, son classement 2012 des dettes et déficits publics de l'Union européenne. Résultat ? Si les déficits baissent dans la majorité des États membres, les dettes, elles, ne cessent de se creuser.

L'Allemagne, seul pays en excédent budgétaire 

Bonne nouvelle : la majorité des États membres (15/28) affichent une baisse de leur déficit public par rapport à 2011. Douze d'entre-eux présentent, a contrario, une hausse. Un pays reste stable. Sur l'ensemble de l'Union, le déficit baisse, passant de -3,9% du PIB contre -4,4% en 2011.

L'Allemagne reste championne de l'Europe en matière de maîtrise des dépenses publiques, puisque c'est le seul pays à présenter, non pas un déficit, mais un excédent budgétaire (0,1% de son PIB contre un déficit de -0,8% en 2011). Suivent l'Estonie (-0,2% contre 1,1% en 2011), la Suède (-0,2% contre 0,2 en 2011), le Luxembourg (-0,6% contre 0,1% en 2011) et la Bulgarie (-0,8% contre -2% en 2011).

17 États membres présentent un déficit supérieur à 3% du PIB, la limité autorisée par le traité de Maastricht (1992). Les plus élevés concernent l'Espagne (-10,6% contre 9,6% en 2011), la Grèce (-9% contre -9,5% en 2011), l'Irlande (-8,2% contre -13,1% en 2011), le Portugal (-6,4% contre -4,3% en 2011) et Chypre (-6,4% contre -6,3% en 2011). La France affiche un déficit de -4,8% contre -5,3% en 2011 (avec -97.646 millions d'euros contre -105.392 millions d'euros).

> France : le déficit public risque de déraper en 2013 et aussi en 2014.

La Grèce, championne de la dette

Seuls six pays ont enregistré en 2012 une dette inférieure à celle qu'ils avaient en 2011. Les 22 autres États membres ont tous creusé leur dette. Sur l'ensemble de l'Union, elle progresse, passant de 44,6% du PIB en 2011 à 45,4% en 2012. Les pays les moins endettés sont l'Estonie (9,8% contre 6,1% en 2011), la Bulgarie (18,5% contre 16,3% en 2011), le Luxembourg (21,7% contre 18,7% en 2011) et la Roumanie (37,9% contre 34,9% en 2011).

Quatorze États membres affichent encore une dette supérieure à 60% du PIB, la seconde limite fixée par le traité de Maastricht. Le pays le plus endetté reste la Grèce (156,9% contre 170,3% en 2011). Suivent l'Italie (127% contre 120,7% en 2011), le Portugal (124,1% contre 108,2% en 2011) et l'Irlande (117,4% contre 104,1% en 2011). La dette française continue aussi de se creuser à 90,2% du PIB contre 85,8% en 2011 (à 1.833.810 millions d'euros contre 1.716.887 millions d'euros).

> Elle monte, elle monte la dette publique de la France : 93,4% du PIB.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2013 à 20:57 :
@CQFD : Je précise donc ma position : tout d'abord, renseignez-vous sur les chiffres, le nombre de fonctionnaires en France (20% de la population active) n'est absolument pas exceptionnel. Il est plus élevé dans les pays scandinaves et à peu près identique au Royaume-Uni (si, si !). De même le coût de fonctionnement des services publics (hors transferts sociaux) est d'environ 26% du PIB, comparable à tous les pays de l'OCDE, et stable depuis les années 1960. Mais de toute façon tout cela n'est qu'un débat à la c... car l'emploi public ne recouvre pas la même réalité d'un pays à l'autre : un emploi dans l'assurance maladie sera public en France et privé en Allemagne ; un emploi de médecin sera public en Angleterre et privé en France, etc. Et de toute manière, qu'un instituteur, par exemple, soit un poste de droit public ou privé, il faut bien le payer ! Reste la question de l'efficacité des deux systèmes, mais là, contrairement à l'idéologie aujourd'hui dominante, rien n'est tranché : par exemple les coûts de fonctionnement (salaires et consommations intermédiaires) des assurances santé privées sont supérieurs à ceux de la sécu. Bon, en gros, public ou privé, ça ne change pas grand chose sinon la ligne où les chiffres sont inscrits dans la comptabilité nationale. Et contrairement à votre raisonnement simpliste, l'emploi public ne creuse la dette que s'il n'est pas financé par les recettes fiscales. Mais évidemment je n'ai jamais voulu dire qu'il fallait embaucher des fonctionnaires inutiles pour doper l'activité !
a écrit le 22/10/2013 à 13:58 :
Qu'on arete de stygmatiser les dépenses sociales!Les retraités d'aujourd'hui sont devenus soutiens de famille,ils aident leurs enfants et leurs petits enfants avec leurs petites retraites!Il faut augmenter les petites retraites(en dessous de 2300 euros)car avec l'augmentation des prix nous ne pourrons bientot plus aider personne!Nous sommes de plus en plus nombreux a nous expatrier afin d'échapper a cet enfer fiscal!
Réponse de le 23/10/2013 à 8:23 :
Ca devient de plus en plus compliqué de rester cohérent quand on troll...
a écrit le 22/10/2013 à 12:34 :
Et le classement du dumping social ,fiscal ,salarial:1ere L'Allemagne!! l'Allemagne ecrase impunement toute l'Europe et certains la glorifie comme il y a 70 ans!
Réponse de le 22/10/2013 à 13:45 :
et le matracage fiscal et social de la France qui freine toute envie d'investir et de recruter . Helas oui mon cher monsieur mais les TPE et PME sont à bout. Toutes les reformes fiscales et augmentation de la charge sociale initiées par ce gouvernement ne peuvent qu'aller contre l'emploi et le développement économique de notre pays. L'Allemagne s'est donné les moyens, a fait lors de la destruction du mur les efforts massifs nécessaire et récolte aujourd'hui les fruits. Il n'y a rien à comparer avec le passé , l'Allemagne a su en tirer les leçons la France a préféré jouer la cigale et ses politiques ont menti au peuple!! Ils se sont enfouis la tête dans le sable et ont ouvert la porte à la mondialisation sans préparer le pays! une honte ces énarques!
Réponse de le 28/10/2013 à 18:21 :
Je crois que certains oublient le nombre pharaonique de travailleurs pauvres qui vivent en Allemagne.
La bonne santé de l'Allemagne n'est du qu'à sa capacité d'exportation et donc grace à la consommation des plus riches européens et américains.
Alors stop au débilité sur le modèle allemand.
a écrit le 22/10/2013 à 11:59 :
voter PCF, ha ha ha, pour un peu plus de dépenses publiques et saigner à blanc les dernières entreprises qui nous restent ? Même en Russie&c on a oublié le PC...
a écrit le 22/10/2013 à 11:57 :
Voici les vraies informations concernant l'Allemagne.
- la croissance en Allemagne : 2011 + 3,3% - 2012 + 0,7% - 2013 + 0,4% (estimation des instituts économiques).
- la dette publique de l'Allemagne : selon le journal économique Handelsblatt il y a 7000 milliards d'euros en tout soit plus de trois fois plus qu'officiellement annoncé.

"L'énorme dette cachée de l'Allemagne : 7000 milliards d'euros en tout. "La vérité", titre le Handelsblatt, qui coupe court à la présumée parcimonie de l'Etat allemand, des chiffres faramineux à l'appui. Officiellement, la dette allemande en 2011 est de 2000 milliards d'euros. Mais ce n'est qu'une demi-vérité, car la majeure partie des dépenses prévues pour les retraités, les malades et les personnes dépendantes ne sont pas inclues dans le calcul.

En France c'est pareil, notre dette n'est pas de 93% du PIB mais de plus de 240% si on prend en compte les mêmes données qu'en Allemagne.

Une banqueroute de l'euro est en marche, tranquillement, mais sûrement. Achetez de l'or et de l'argent, les USA spéculent à la baisse, mais ça ne durera pas longtemps.
Réponse de le 22/10/2013 à 12:37 :
Achetez plutôt du pain.
a écrit le 22/10/2013 à 9:29 :
Le seul moyen pour s'en sortir, c'est de voter PCF aux prochaines élections. Regardez le bilan : 70 ans avant que ça explose en Russie. Mais pendant 70 ans, tout le monde y croyait. Même celui qui était déporte selon le PCF.
a écrit le 22/10/2013 à 5:24 :
Nous avons bien des hommes politiques que nous méritons!!

Les français doivent devenir plus réalistes et voter pour des hommes politiques qui disent la vérité et non des mensonges ou des rêves comme des socialo, des UMP'istes, voir le FN!!
Réponse de le 22/10/2013 à 7:50 :
le probleme est qu'on élit des politiciens, issus des memes formations et toujours avec une vision court terme. A quand un ingénieur a la tête de l'état, ca tournerait probablement mieux!
a écrit le 21/10/2013 à 21:34 :
Notre gouvernement table sur une croissance de 1% pour confectionner son budget.
On croit rêver! Quand c'est la crise on sait que ce sera -1%, pas +1% de croissance.
Après cela, il faut trouver de nouvelles économies à réaliser tous les 6 mois pour boucher les trous.
La dette doit être calculée sur le budget de l'état et non sur le PIB. Et la nous ne sommes plus à 90% mais à 250% de dette. C'est nettement plus correct.
Personnellement, je suis d'accord de payer des impôts, mêmes très élevés pour préserver un système d'éducation universel, l'accès au soin, la recherche, la coopération au développement... Mais le gouvernement a une obligation de résultat et DOIT utiliser cet argent de façon optimale. ET nos politiciens feraient bien de montrer l'exemple. Ils parleront d'immaturité politique de la population française quand le front national atteindra des sommets. Or, ni la gauche, ni la droite n'ont une once de déontologie.
N'étant certainement pas adepte du FN, ni de l'UMP (superbe le duel Copé - Fillon) ni du PS (affaire Cahuzac), que reste t'il?
Dégouté pas nos politiques de tous horizons!
Réponse de le 21/10/2013 à 23:08 :
Non, ça ne doit pas être compté sur le budget de l'Etat car la dette recouvre les déficitsde la sécurité ciale, dont le budget est bien plus important que le budget de l'Etat si je ne m'abuse. Sauf qu'elle ne peut pas emprunter pour elle-même, donc c'est l'Etat qui lui sert de "créancier" intermédiaire (à taux nul, mais elle ne saurait en abuser vu la position de l'Etat bien entendu).
Un peu technique...
a écrit le 21/10/2013 à 20:04 :
Normal que les dépenses publiques dérapent en France: les collectivités locales embauchent à tire-larigot, notamment les emplois de complaisance, les abonnements aux arrets maladie dans ces memes administrations, le je-m'enfoutisme car pas d'obligation de rendement, etc. Apres ca vient pleurnicher que l'Etat leur transfere des charges non financees et tous le blabla. Les routes chez moi sont trouées et les arbres non élagués malgré des impots locaux qui explosent. On va devenir pire que la Grece moi je vous le dis. Economie du fonctionnariat va...
Réponse de le 21/10/2013 à 22:22 :
Ce sont les dépenses sociales qui explosent et avec le vieillissement, le pire est à venir ...
Réponse de le 22/10/2013 à 9:46 :
pourquoi parler des vieux, les vieux dont je suis (65 ans) ont cotisés pendant 43 ans à la sécu et à une retraite alors qu'il est prouvé que notre génération est sacrifiée par les maladies telles que cancer, infarctus, et autres maladies modernes.
je n'ai rien contre les très vieilles personnes, mais ils n'ont pas ou peu cotisés.
le second trou de l'état est bien tout cet assistanat. Une femme seule avec 4 enfants nés en 1999, 2003,2011 et 2013 perçoit directement des allocations familiales la somme mensuelle au 01 février 2013 de 2090,32 euro ( je me demande ce que vient faire les 32 centimes d'euro. Nitrame
Réponse de le 22/10/2013 à 11:03 :
Nos vieux nous lèguent 2000 milliards de dettes (chiffre officiel mais sous estimé). Ce qui prouve bien qu'ils n'ont pas généré assez de richesses (croissance molle depuis 40 ans) en regard de leurs dépenses d'état providence...
a écrit le 21/10/2013 à 18:32 :
Ne soyez pas inquiet.
Nous avons confirmation depuis dimanche que Joséphin Ange Gardien (socialiste) est avec nous. Sa bonne magie se diffuse depuis l'Elysee et on la ressent de la frontière russe jusqu'au Botswana.
a écrit le 21/10/2013 à 18:12 :
On est cuit. A quand la prochaine dégradation de la note ?
La Tribune est un des derniers a nous montrer facilement que la chute libre française est la.
Peut on calculer par avance la dette finale quand on sera a y=0 ?
Travail du poids de Hollande ? Frottement des coupes de champagne a l'institut du monde arabe ? Accélération de la sensibobologie kleenex ?...
a écrit le 21/10/2013 à 18:00 :
il n'y a pas de fumé sans feu
a écrit le 21/10/2013 à 17:37 :
@ventrachoux : un brin simpliste comme solution : on coupe dans les prestations sociales, on vire des fonctionnaires... c'est ce qui se passe en Grèce ! Résultat : la demande intérieure s'effondre, le PIB avec ; le déficit public et la dette s'envolent ! Analysez les faits au lieu de balancer votre idéologie de comptoir !
Réponse de le 21/10/2013 à 17:50 :
Pour aller dans votre sens, aux US, y'a peu de fonctionnaires et peu de prestations sociales et pourtant la dette est à un niveau stratosphérique. Comme quoi la source de la dette est ailleurs.....Mais pour comprendre ça faut réflechir.
Réponse de le 21/10/2013 à 18:06 :
Si j'ai bien compris votre raisonnement, puisque les nombres extravagant de fonctionnaires que nous avons ne pèse pas sur la dette, autant continuer à en embaucher de plus en plus pour tirer l'économie vers le haut ? Pourquoi pas ? Mais dites moi, le poids de la fonction publique ne pèse-t-il pas sur les dépenses ? Et les dépenses d'aujourd'hui ne sont-elles pas la dette de demain ? Merci de m'apporter les précisions car j'ai eu du mal à vous suivre.
Réponse de le 21/10/2013 à 18:14 :
Votre raisonnement n'est pas plus intelligent que celui que vous dénoncez. ça n'est pas parce que la dette américaine ne provient pas de la dépense sociale que ça ne pourrait pas être le cas en France. Les origines et les situations de ces deux pays sont très différentes. Ceci étant, je pense également que les dépenses sociales ne sont pas le coeur du problème en France, hormis le fait qu'elles démobilisent une partie conséquente des Français qui avec un peu plus de liberté économique pourraient mieux s'en sortir en travaillant qu'en vivant de l'aumône de la collectivité. Par contre, l'excès de fonctionnaires, l'omniprésence de l'Etat et des collectivités locales, notamment conséquente à un excès de lois, de normes et de règlements sont responsables de cette dette. Que dire de l'organisation d'administrations comme l'Education Nationale qui comptent un nombre grandissant de personnel administratifs et de moins en moins d'agents sur le terrain, en l?occurrence de profs ? Des collectivités locales qui ne cessent de s'engraisser pour des services dont l'utilité est souvent très contestable, notamment en matière de développement économique ? Sans compter les investissements hasardeux d'un Etat qui se voudrait stratège mais qui a toujours lamentablement échoué en matière économique et industrielle. On peut faire le bilan des centaines de milliards investis ces 40 dernières années par l'Etat. Le retour sur investissement est minable.
Réponse de le 21/10/2013 à 18:40 :
"Les dépenses sociales ne sont pas le problème" : ça sent son bon petit rentier qui non content de laisser aux suivants avec ses congénères 4000 milliards de dettes de ses 40 ans d'état providence à crédit, essaye de se défausser sur les fonctionnaires. Or il se trouve que les 2/3 de la dépense publique sont des dépenses sociales.Et il se trouve aussi que les pures dépenses étatiques sont quasiment stables en France depuis 1980 et qu'elles se situent dans la moyenne des pays de l'OCDE. Il se trouve enfin que l'assurance maladie et les pensions pèsent plus de 1,5 fois le budget de l'état. On comprend que le petit rentier qui est le principal bénéficiaire du social (y compris en encaissant les APL de ses locataires) a intérêt à enfumer le monde...
Réponse de le 21/10/2013 à 20:38 :
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je vous démontre qu'avec deux situations différentes (trop d'état ou pas assez d'état) vous avez des dettes explosives. Je ne cautionne pas plus un système que l'autre. En revanche il y'a un point commun à ces deux modèles : la privatisation de la création monétaire. Ce n'est pas la seule raison à ces endettements massifs mais c'est une des clefs de voute (pas la seul) de ces dérives. Exemple, en France les déficits et donc la dette ont démarré dans les années 70, période où Pompidou a fait passer la fameuse loi qui porte son nom. Ce qui se passe aujourd'hui n'est en rien une fatalité, c'est le fruit de décisions politiques depuis 40 ans. Après si ça vous amuse de taper sur les fonctionnaires (je suis dans le privé), pourquoi pas.
Réponse de le 22/10/2013 à 12:33 :
Je ne savais pas que ce cher Pompidou avait aussi imposé ses idées économiques à la terre entière (je ne connais pas un état qui ne sois endetté mais je ne sais pas tout !!!).
Décidément : tous pourris ...
a écrit le 21/10/2013 à 16:56 :
L'article n'est pas assez detaille pour se faire reelleement une opinion....Quand tu mets la bulgarie(pays corrompus et condition de vie tres bas) le Luxembourg(lessiveuse d'argent sale), ou l'estonie(qui a subit de plein fouet la crise des subprimes) comme les bon eleves de l'ue....
Tout cela est grotesque
Réponse de le 21/10/2013 à 19:40 :
Pas si grotesque que ça en a l'air. L'article se contente de nous donner les chiffres et ils sont peu contestables. Après chaque pays vit ses propres réalités. Que ça vous plaise ou non, la Bulgarie est très peu endettée. C'est un pays qui s'est effondré dans les années 90, sa monnaie s'était logiquement effondrée, mais depuis 1997 le Lev est à parité égale avec le Deutsch Mark (comme en Bosnie d'ailleurs) donc avec l'Euro, et cette parité fixe n'est pas remise en cause. Pourquoi ? Parce que les fondamentaux financiers en Bulgarie ne sont pas si mauvais. Ce qui est mauvais en revanche, c'est le niveau de vie et les faibles perspectives de croissance à court terme, qui justifient un B.. par les agences de notation.
Réponse de le 21/10/2013 à 21:51 :
L'Estonie a souffert de la baisse des exportations (c'est une économie très ouverte et très exportatrice) et l'augmentation des taux de crédit qui on fait exploser la bulle immobilière locale (ce qui n'est pas un mal).
Maintenant l'Estonie c'est un pays qui a réussi a réduire son chômage de 19% en avril 2010 à 8.3% en avril 2013 sans plan d'aide massive de la part de l'Union Européenne et sans faire exposer sa dette publique. C'est plutôt une belle réussite même si les méthodes utilisées sont pour la plupart des français une hérésie libérale. Pour les estoniens qui ont connu la chute de l'URSS, l'austérité appliquée par leur gouvernement pendant quelques années est une décision de bon sens car ils savent que si on laisse les choses dériver c'est encore pire après ....
a écrit le 21/10/2013 à 16:33 :
Pourquoi "illusion" ? C'est déjà une réalité dans la plupart des pays d'Europe, y compris le nôtre, aux USA et au Japon.
a écrit le 21/10/2013 à 16:30 :
La classe politique française étant incapable, j'appelle de mes voeux que la France soit un jour dirigée par des allemands, pourquoi pas Madame Merkel ?
Réponse de le 21/10/2013 à 16:36 :
Ben voyons ... Vous croyez que les politiciens allemands en ont quelque chose à foutre des petits franchouillards ?
Réponse de le 21/10/2013 à 19:42 :
Moi je demande une Tchatcher. Une nana qui vient foutre le bordel dans notre système pourri jusqu'à la moelle.
Réponse de le 21/10/2013 à 20:22 :
Vous n'avez que l'embarras du choix en France !
a écrit le 21/10/2013 à 15:40 :
Sauf rentrées exceptionnelles (exemple : des privatisations), je ne vois pas comment réduire un encours de dettes avec des déficits budgétaires annuels. Même avec un déficit budgétaire à 1%, la dette continuera de grossir. L'Allemagne seule est en situation de réduire son endettement, grâce à un excédent budgétaire. Pour la France, c'est mission impossible.
Réponse de le 21/10/2013 à 15:52 :
Avec le retour de la croissance par exemple. Qui fait baisser le chômage et un certain nombre d'autres prestations sociales tout en augmentant les rentrées fiscales (avec effet immédiat dans le cas de la TVA). Cela va arriver, c'est déjà le cas en Allemagne qui a quelques mois d'avance sur le reste de l'Europe.
Le problème c'est que les populistes (type FN et FDG en France) voudront que cet argent serve à augmenter les dépenses et relâcher l'effort, non pas à réduire les dettes.
Réponse de le 21/10/2013 à 16:05 :
C est parfaitement possible: il suffit de couper les depenses de facon radicale et d´arrêter de pleurnicher.
Aucun pays ne peut a la longue depenser plus qu il n encaisse. Voyez ce que font les Grewcs car c ´est ce qui va arriver en France plus tot que tard !
Couper les retraites de 30 % . Couper de 30 % les depenses sur la santé,. couper de 50 % les depenses pour l´armée de 50 % ( personne n´y verra de difference ).
Renvoyer a leurs foyer 30 % de fonctionnaires . Et la vous verrez comment la dette va fondre au soleil !

Réponse de le 21/10/2013 à 16:10 :
C'est bien beau de croire en un retour hypothétique de la croissance, mais ceci ne reste qu'illusion.
Réponse de le 21/10/2013 à 16:11 :
Par ailleurs, dès que le déficit est inférieur au taux d'inflation, mécaniquement le taux d'endettement diminue. (pas l'encours bien évidemment). C'est pour ca que de nombreux économistes ont prêché pour un relèvement de l'objectif d'inflation qui à 2% est historiquement bas!
Réponse de le 21/10/2013 à 16:14 :
Avec une croissance qui faiblit, à un moment l'Allemagne ne peut plus rembourser non plus ...
Réponse de le 21/10/2013 à 16:23 :
La dette n'est pas remboursable. L'Occident, Japon compris, est en train de la "rouler" ou de la monétiser (planche à billets). Vous me faites doucement rigoler avec votre potion grecque : la dette en Grèce ne fait que s'accroître...
Réponse de le 21/10/2013 à 16:26 :
Impensable. Votre programme amènerait à faire élire le FN et le désastre qui vient avec.
Réponse de le 21/10/2013 à 16:31 :
D'ailleurs la dette de l'Allemagne, aussi vertueuse soit-elle, augmente.
Réponse de le 21/10/2013 à 17:12 :
Si vous saviez lire, c'est parce que les allemands ont emprunté pour aider la grèce!
Réponse de le 21/10/2013 à 18:42 :
Vous devriez essayer autre chose que le journal de Jean-Pierre Pernault pour vous documenter. Et les USA se sont endettées pour aider Chypres tant qu'on y est ? Bizarrement plus on aide la Grèce, plus sa dette gonfle...
Réponse de le 22/10/2013 à 9:12 :
merci pour les donneur de lecon 40 ans de défficie et de promesse non tenue
on taxe on cres des impots on detruis l'emploi ump ps le centre quand vont il recevoir la facture il a bien falloir qu'il assume leur incompetence

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :