Angela Merkel réélue chancelière après trois mois de discussions

 |   |  429  mots
Réélue pour la troisième fois au poste de chancelier, Angela Merkel a dû s'appuyer sur une coalition avec ses adversaires du SPD.
Réélue pour la troisième fois au poste de chancelier, Angela Merkel a dû s'appuyer sur une coalition avec ses adversaires du SPD. (Crédits : reuters.com)
Près de trois mois après les législatives allemandes, la conservatrice Angela Merkel a été réélue chancelière mardi par les députés pour un troisième mandat de quatre ans, à la tête d'une "grande coalition" avec les sociaux-démocrates.

"Angela Merkel portée par le miracle allemand", avait titré le Figaro au lendemain de la victoire de la CDU au Bundestag, la chambre basse du parlement allemand.Il est vrai que son parti, la CDu, a réalisé un score historique de 41,5% lors des élections pour le renouvellement du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand en septembre dernier. Mais il lui aura fallu trois mois, un record, et des négociations sans fin pour être finalement réélue par les députés ce mardi.

Réélue grâce au soutien du SPD

"J'accepte le vote et je vous remercie pour la confiance accordée", a déclarée la conservatrice de 59 ans, après avoir obtenu 462 voix sur 621 votants, ou 74% des suffrages exprimés. Une partie des élus SPD, avec lequel la CDU a dû faire alliance pour dégager une majorité au Bundestag, n'a toutefois pas voté pour elle puisque les deux partis réunis représentent un total de 504 voix sur 63. Elle rentre ainsi dans sa deuxième alliance avec le SPD pour diriger l'Allemagne, après une première "grande coalition" entre 2005 et 2009.

Le SPD, un allié peu encombrant

"Une grande coalition est une coalition pour de grandes tâches", a affirmé la chancelière. Dans les faits, l'alliance ne devrait pas poser plus de problème que cela à la chancelière, particulièrement en ce qui concerne la politique européenne. Dans la gestion de la crise de l'euro, les deux camps avaient tiré dans le même sens ces dernières années, le SPD votant tous les plans de sauvetage présentés par Angela Merkel.

Répartition des ministères plutôt profitable à la CDU

Outre le poste de chancelier, les conservateurs disposent du maroquin stratégique des Finances, avec le vétéran Wolfgang Schäuble, 71 ans. Ils dirigent aussi la Défense et l'Intérieur tandis que le SPD a notamment obtenu, outre la diplomatie, le ministère du Travail.

Le chef du SPD, Sigmar Gabriel, hérite quant à lui du titre honorifique de vice-chancelier et prendra la tête d'un grand ministère de l'Économie et de l'Énergie. C'est donc lui qui héritera de l'épineux dossier de la transition énergétique, promesse d'Angela Merkel. Mais ses pouvoirs sur les autres sujets seront limités par l'omnipotence de Wolfgang Schäuble et la création d'un ministère du "développement économique" confié à la CSU, l'alliée bavaroise de la CDU.

LIRE AUSSI :

>> Que va changer la "Grande coalition" en Allemagne?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2013 à 15:06 :
3 mois de discussions...vous ne voulez vraiment pas vous exprimez en français? Il n'y a jamais eu de discussion entre les 3 partis impliqués (CDU/CSU et SPD); il s'agissait de négociations contractuelles qui ont résulté en un contrat de coalition chiffré et écrit, suivi d'un scrutin au niveau des membres du SPD, si cela sont des discussions!?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :