Un troisième plan d’aide pour la Grèce ?

 |   |  325  mots
(Crédits : Reuters)
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a remis sur la table l'hypothèse d'une troisième plan d'aide à la Grèce. Mais Athènes devrait alors s'imposer de nouvelles contraintes budgétaires en contrepartie.

Un peu moins de 10 milliards d'euros, c'est le montant dont aurait encore besoin la Grèce pour sortir de la crise économique, d'après le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble. Il a ainsi remis sur la table l'hypothèse d'une troisième plan d'aide à la Grèce, dans un entretien à la presse allemande diffusé dimanche.

"Il est possible que la Grèce ait à nouveau besoin d'aide, d'un montant limité", a déclaré le ministre conservateur à l'hebdomadaire Focus. "Il s'agirait d'un volume nettement plus faible que les deux premiers programmes, donc plutôt une somme à un chiffre", soit moins de 10 milliards d'euros, a précisé le ministre.

Pas d'aide financière sans contrepartie 

Athènes est sous perfusion financière de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international (FMI) depuis 2010, sous la forme de deux plans d'aide successifs, soit 240 milliards d'euros de prêts accordés en échange de profondes réformes et coupes budgétaires qui ont asphyxié l'économie du pays.

Le gouvernement grec, qui a fait état récemment d'avancées encourageantes dans l'état de ses comptes publics, aimerait se passer d'un troisième plan d'aide, synonyme de nouvelles contraintes imposées par les bailleurs de fonds (UE et FMI) et la Banque centrale européenne (BCE), qui à eux trois forment la fameuse "troïka".

L'option d'une restructuration de la dette grecque écartée ? 

L'hypothèse d'un tel troisième plan, qui s'était invitée l'an dernier notamment dans la campagne électorale pour les législatives allemandes, n'était plus tellement d'actualité ces derniers mois, au profit d'un scénario d'allègement de la dette. Mais l'option d'une restructuration de la dette, qui signifierait des pertes sèches pour les créanciers d'Athènes, notamment les banques allemandes, est mal vue à Berlin.

Les responsables européens doivent se pencher sur le sujet cet été, avant le terme du deuxième plan qui arrive à échéance fin 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 22:24 :
L Allemagne n'a qu'a payer ses dettes de guerre, puisqu'elle veut que chaque pays assume
a écrit le 02/06/2014 à 11:20 :
Le PASOK existe-t-il encore? On a en Europe une réaction nationaliste, ou eurosceptique comme un gouvernement en Belgique et un UKIP à 27% en Angleterre... on tourne sur du 0 de croissance... Et en France on fait dans l'économie molle, le pédoquéconomie!
a écrit le 02/06/2014 à 10:49 :
on pourrait demander à BNP PARIBAS 10 Milliards d'euros pour la grece plutôt que de payer une amende aux us
a écrit le 02/06/2014 à 9:32 :
Les allemands devraient faire attention, et ne pas trop en faire, le peuple de France vient de se réveiller, et il ne va pas les laisser faire longtemps.
Si nos dirigeants sont faibles, on va renverser la table
Réponse de le 02/06/2014 à 10:02 :
Et vous allez faire quoi exactement Cantalou? Comme au bon vieux temps on envoie les chars occuper la Ruhr ? C’est pas une bonne idée ? Sortir de l'Europe ? C’est pas une très bonne idée non plus. Vous êtes en plein délire. Pour remettre les choses dans leur contexte ce sont les grecs eux-mêmes qui se sont mis dans la "merde", sans les européens et notamment les allemands la Grèce aurait dû faire faillite. Je vous laisse imaginer les conséquences pour le peuple.
Réponse de le 02/06/2014 à 10:43 :
"Je vous laisse imaginer les conséquences pour le peuple." Mais qui se préoccupe du petit peuple ?
a écrit le 02/06/2014 à 9:21 :
la grande Allemagne, devrait montrer l'exemple et payer ses dettes de guerre,
a écrit le 02/06/2014 à 8:49 :
La solution finale l'arme absolue de l'Allemagne. On prend les mêmes et on recommence mais cette fois pas besoin de chars.
a écrit le 02/06/2014 à 8:16 :
Chronique d'une mort annoncée
a écrit le 02/06/2014 à 7:49 :
Les grecs crèveront pour sauver les banques allemandes. Toujours la menace des panzers!
Réponse de le 02/06/2014 à 10:27 :
les grecs vivent actuellement aux corchets de tous les autres pays europeens: allemands mais aussi francais. C est quand meme bien eux qui se sont mis dans la merde tout seul. On les a pas force a elire des politiciens clientelistes et corrompus, a faire des JO ...
Si le reste de l europe n aurait pas paye, la grece aurait fait faillite te ils seraient dans un etat encore pire qu aujourd hui
Réponse de le 02/06/2014 à 12:16 :
@cdf : vous pouvez dire la même chose de la France. Bientôt les allemands diront la même chose pour les français, donc nous. Pour votre information, Il suffit d'aller à Athènes pour voir que la plupart des quartiers non jamais vu le moindre argent de l'Europe. Par contre, il y a eu de l'argent pour faire des autoroutes et des aéroports pour que les riches européens (en particulier Allemands) puissent avoir accès rapidement à leur maison secondaire. Et deuxièmement, ce n'est pas les grecques que l'on aide, mais les banques allemandes et françaises qui ont voulu faire du pognons sur le dos des grecques avec votre argent !
a écrit le 02/06/2014 à 7:41 :
Un Grec sur trois n'arrive déjà pas à payer ses impôts. Avec un autre tour de vis c'est un Grec sur deux qui n'arrivera pas à payer ses impôts. Encore un petit effort et...plus aucun Grec n'arrivera à payer les impôts !
a écrit le 02/06/2014 à 7:28 :
Wolfgang Schäuble, un vieillard impitoyable..
Réponse de le 02/06/2014 à 7:55 :
Ne devrait-il pas prendre une retraite bien méritée?
a écrit le 01/06/2014 à 23:27 :
On parle de Grèce qui a du gaz, du solaire mais qui prend du retard et le tourisme cet année semble battre des records. Sans parler des quelques 200 milliards d'euros dans les banques suisses et la bourse qui a fait quelques 100% de hausse en un an environ. Il y a donc encore des efforts à faire car les touristes dépensent par exemple moins en Grèce qu'en Turquie ou Italie. Le solaire est loin de ses objectifs alors que les prix sont toujours en baisse et les rendements en hausse. Il y a des gens qui font des efforts mais apparement pas encotre tout le monde.
Réponse de le 04/06/2014 à 8:52 :
275 milliards en suisse et le reste ?
a écrit le 01/06/2014 à 22:34 :
Pitié ! Ne nous aidez plus !
a écrit le 01/06/2014 à 21:00 :
Tout le monde devrait savoir qu'en l’absence d'une énorme restructuration de la dette grecque, il faudra tout le temps des plans d'aide pour la Grèce afin qu'elle puisse rembourser ses dettes.
Réponse de le 01/06/2014 à 23:28 :
Non pas exact, la Grèce a encore du potentiel et des atoutrs mais c'est long de changer de vieilles habitudes !
a écrit le 01/06/2014 à 19:56 :
tout le systeme capitaliste est fonde sur le credit et donc l'inflation inevitable. je ne crois pas que les Allemands en particulier veuillent detruire le systeme. je me demande donc quelle est leur finalite ???
Réponse de le 02/06/2014 à 0:27 :
La finalité c'est la construction du Quatrième Reich par la domination de l'Europe...
a écrit le 01/06/2014 à 18:08 :
La Grèce a pénétré dans un maelström de prêts et de prêts duquel elle jamais s'en sortira. Un bon exemples pour d'autres pays de l'UE aussi en difficulté ?
Réponse de le 01/06/2014 à 23:30 :
Pas exact, les données sont nettement meilleures et le potentiel est encore élevé. Les investisseurs ne s'y trompent pas mais çà demande du temps.
a écrit le 01/06/2014 à 17:57 :
Un façon comme une autre de dire aux grecs de faire en sorte de remplir leurs obligations déjà prises et d'aller au delà. Sinon ...
a écrit le 01/06/2014 à 16:40 :
Un cinquieme plan a condition que les grecs portent tous un entonnoir sur la tete!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :