À Bruxelles, le changement, ce n'est pas pour maintenant

 |   |  2234  mots
Le siège de la Commission à Bruxelles, dans le quartier de Berlaymont.
Le siège de la Commission à Bruxelles, dans le quartier de Berlaymont. (Crédits : reuters.com)
A la Commission européenne,et après des élections qui auront vu une montée de l"euroscepticisme, l'heure est plus à la persévérance qu'à la construction d'une Europe "différente." Plongée dans la logique de l'exécutif de l'UE.

Depuis le 25 mai, le mot sans doute le plus utilisé lorsqu'il s'agit de l'Union européenne est sans doute celui de « changement. » Toute l'Europe semble déterminée à changer l'Europe pour « retenir la leçon » des élections. Toute ? Non. Dans un quartier de la capitale belge, un petit village résiste encore et toujours au doute. Ce village, c'est le Berlaymont, le siège de la Commission européenne. Là, on semble fort peu atteint de cette envie de changement. Au contraire, on semble déterminé à faire « comme avant. »

La preuve la plus éclatante de la résistance de ce petit village d'irréductibles a été apportée lundi lors de la présentation par la Commission des « recommandations spécifiques aux pays » prévues par le « semestre européen. » L'équipe de José Manuel Barroso n'a guère daigné répondre aux quelques questions portant sur l'influence du résultat des élections sur ces recommandations. Tout se passe comme si les habitants de Berlaymont avaient dressé une solide palissade entre eux et le reste de l'Europe et qu'ils se trouvent ainsi prémunis du bruit et de la fureur du reste du continent.

Aucune contradiction entre austérité et croissance

La défaite évidente des partis traditionnels, la déroute des équipes ayant défendu et promu l'austérité n'émeut donc pas grand monde. Face aux électeurs, José Manuel Barroso a répondu qu'il fallait poursuivre l'austérité. « Il n'y a aucune contradiction entre austérité et croissance. La consolidation budgétaire est la condition du retour de la confiance et donc de la croissance », a martelé l'ancien leader maoïste portugais. On est alors passé très vite à autre chose, notamment aux mauvais et bons points accordés aux États-membres.

On se serait cru aux plus belles heures de la crise de la zone euro, avant que, précisément, les faits montrent que cette logique - pour belle qu'elle soit en théorie - ne fonctionnait pas vraiment. Aujourd'hui, quatre ans après le début de la crise de la zone euro, l'Europe reste engluée dans les conséquences de la récession provoquée par une politique de réformes et de consolidation trop brutales. La reprise est poussive et chaotique et la faible inflation induite par ces politiques récessives menace de tourner en déflation. Mais il en faut plus pour entamer les convictions des habitants de Berlaymont.

Vérité rationnelle contre passions populaires

Comment expliquer un tel aveuglement et une telle surdité ? Par cette certitude que la Commission défend la seule politique économique possible. « Même sans nos recommandations, la politique de réformes structurelles devrait être mise en place en France », a ainsi proclamé José Manuel Barroso. Tout se passe comme si la Commission avait accès à une forme de vérité métaphysique que les autres peinent à voir. Elle se doit donc d'être une forme de « phare de la politique économique. » Car le président sortant l'a assuré : la Commission n'a qu'un but, la croissance et l'emploi. Comme tout le monde. La différence, c'est qu'à Berlaymont, on sait comment y parvenir.

Un haut fonctionnaire de la direction générale économique et financière, dirigée par Oli Rehn, explique ainsi la genèse de la  crise de façon très significative. « Les politiques n'ont pas voulu faire les réformes nécessaires parce qu'ils sont dominés par les intérêts de court terme et obsédés par les nombreuses élections. » En termes philosophiques, on pourrait traduire cela par le fait que les peuples et leurs dirigeants sont dominés par les passions. Heureusement, la Commission est là pour montrer la voie de la raison.

Traduction institutionnelle de l'idéologie de la Commission

Cette démarche est apparue dans la nouvelle logique institutionnelle mise en place en 2011 et 2012 et qui donnait plus de poids à Bruxelles pour « contrôler » les Etats. Semestre européen, two-pack et six-pack permettaient ainsi « d'encadrer » les passions populaires par les gardiens de la raison. Le même fonctionnaire déjà cité affirme ainsi que l'examen désormais prévu des projets budgétaires par la Commission offre une occasion « d'éclairer » les parlements nationaux sur les possibles « erreurs » des pays. Et de s'indigner que « certains parlements acceptent mal cette expertise. »

La Commission « communique mal »

On le comprend, la Commission ne se trompe pas, elle communique mal. C'est un des seuls mea culpa que l'on entendra à Bruxelles ces jours-ci. « Nous devons mieux expliquer les raisons de nos décisions et de nos propositions », ne cesse de répéter le haut fonctionnaire. C'est là une variante un peu adoucie du fameux et assez brutal « besoin de pédagogie » répété par l'ensemble des partis de gouvernement français au soir du 25 mai. Ce qui est donc en cause, ce n'est pas le contenu, c'est la boîte. Car le contenu, lui, n'est jamais remis en question. En réalité, une telle option e n'est simplement pas possible.

Aucune remise en cause possible

On s'en rend compte aisément. Vient-on à contester la politique d'austérité menée en Europe et à s'interroger sur ses conséquences à long terme pour l'économie européenne ? On se trouve toujours face à la même réponse : tout autre politique conduirait à « reproduire les mêmes erreurs. » La Commission appuie sa pensée sur un argument massue : c'est le non-respect du traité de Maastricht qui a provoqué la crise. Un raccourci évidemment aussi simpliste que ceux utilisés par ces « populistes » que fustigent tant les habitants de Berlaymont. Car si cela peut être vrai pour la Grèce ou, à la limite pour le Portugal, il n'en est rien pour l'Espagne, pour l'Irlande, pour Chypre ou pour la Slovénie qui respectaient davantage les règles avant la crise que l'Allemagne ! C'est oublier que, pour réaliser ses réformes, Gerhard Schröder a d'abord dû s'affranchir du carcan de Maastricht. C'est oublier surtout les crises bancaires, les effets du ralentissement mondial et les ratés du début de la crise de la zone euro. Mais à Berlaymont, on ne veut qu'une vérité : celle assénée plus haut par José Manuel Barroso : la clé de la croissance, c'est la consolidation budgétaire et les « réformes structurelles. »

Aveuglement sur l'inflation faible

Un fait ne trompe pas : les fonctionnaires européens de la Commission admettent bien le risque d'inflation faible pour la zone euro, mais ils refusent de faire le lien entre ce phénomène et les politiques qu'ils promeuvent. Aussi transmettent-ils la responsabilité de la lutte contre la déflation à la seule BCE. Pourtant, à la BCE, on admet à demi-mots, que son action seule ne suffira sans doute pas. La politique monétaire ne peut régler seule l'apathie de la demande interne. Pour cela, il faudrait sans doute faire preuve d'un certain pragmatisme dans la gestion budgétaire européenne. Mais à Berlaymont, il n'est évidemment pas question de cette hérésie.

Du changement ? Pas vraiment…

Dès lors, on comprend qu'il ne peut rien y avoir à changer en Europe. Que Matteo Renzi, François Hollande et les autres hurlent tant qu'ils le voudront, la Commission, elle poursuit sa tâche rationnelle avec détermination. Et elle se réjouit. Lundi, Oli Rehn jubilait en annonçant qu'en quatre ans, le déficit budgétaire cumulé des pays de l'UE était passé de 7 % à 2,5 % du PIB. Chiffre sans signification, obtenu au prix fort tant en termes de croissance qu'en termes d'endettement. Mais chiffre qui, dans la logique de la Commission, était une authentique victoire qui méritait bien un triomphe…  Pourquoi vouloir changer une recette qui fonctionne si bien ?

La réponse aux élections européennes : minimiser pour attendre…

La réponse au vote des Européens est donc aisée. Elle se décline en deux volets. Le premier consiste à minimiser le problème. A la Commission comme au parlement européen, distant de quelques centaines de mètres, on ne cesse de donner ce conseil à la presse : ne regardez pas les 150 eurosceptiques élus le 25 mai, mais plutôt les 600 pro-européens. «Personne ne parlent d'eux, mais la majorité du parlement reste très largement pro-européenne », explique une fonctionnaire du parlement. Une autre voie de contournement fréquemment utilisée à Berlaymont consiste à considérer que le FN en France était fort bien avant ce scrutin et que l'Europe n'y est donc pour rien. Et que cette poussée de l'extrême-droite en France a été compensée par sa défaite aux Pays-Bas (où, par ailleurs la majorité gouvernementale pro-austérité a subi une défaite sans appel). Tout ceci permet de se rassurer et de tenir. Le temps que la croissance revienne grâce aux recommandations de la Commission.

… et poursuivre les réformes !

Certaisn, comme un autre fonctionnaire de la Commission, se veulent plus préoccupés et reconnaissent qu'il y a là un problème. « Si l'on ne fait rien, si l'on n'entend pas cet appel, alors je suis pessimiste pour l'Europe dans l'avenir », reconnaît-il. Mais alors comment réagir ? En accélérant les « réformes » et la consolidation budgétaire, bien sûr. Autrement dit, en intensifiant la politique rejetée par une grande partie des électeurs. Rien de plus logique puisque c'est là la seule politique capable d'amener « la croissance et l'emploi. » C'est ainsi qu'Oli Rehn lundi, tout en reconnaissant que c'est en raison d'une croissance faible que la France ne parviendra pas à réaliser ses objectifs budgétaires, a appelé Paris à « intensifier » ses efforts de consolidation. Comme si, précisément, ces efforts même ne pouvaient être une des causes de la faible croissance française…

Influence croissante

En réalité, Berlaymont n'est pas un village isolé. Son influence est bien plus puissante. Avec la mise en place du semestre européen, sa rationalité devient de facto celle des États puisque ces derniers sont placés sous la « surveillance » de la Commission. Lundi, José Manuel Barroso a longuement expliqué que la Commission n'était que l'exécutant de la volonté des États. C'est encore une demi-vérité. Certes, c'est bien le Conseil européen qui a attribué ce pouvoir à la Commission. Certes, cette dernière ne peut pas formellement censurer un budget national. Mais en réalité, le pouvoir accordé à la Commission est tel qu'il est impossible de ne pas accepter ses recommandations. Un tel pays s'exposerait non seulement à la colère de ses « partenaires », mais aussi à une sanction qu'il est désormais quasiment impossible - compte tenu de la division des États - de bloquer au Conseil compte tenu de la règle de la « majorité qualifiée inversée. » « La menace concrète d'une sanction a un effet très dissuasif », reconnaît un fonctionnaire. Autrement dit, s'il est sans doute caricatural de faire porter l'intégralité des maux de la zone euro sur « Bruxelles », il est totalement naïf de croire que la Commission n'est que le commis de la volonté des États. C'est une authentique puissance qui désormais possède une autonomie pour imposer aux États sa logique. Et sa logique n'est pas celle du changement d'Europe.

Une autre commission pour une autre politique ?

Une nouvelle Commission peut-elle changer la donne ? On voit mal comment. Certes, le semestre européen permettrait de mettre l'accent sur d'autres déséquilibres macroéconomiques, notamment les excédents courants excessifs allemands ou néerlandais. Mais son action restera, sur ce plan, surtout incantatoire. En réalité, les institutions mis en place pendant la crise l'ont été dans un esprit de renforcement de Maastricht et non de la coopération économique. Par ailleurs, on ne doit pas oublier que le futur président de la Commission, quel qu'il soit, devra son poste à une Angela Merkel qui ne souhaite pas d'inflexion majeure. Si Jean-Claude Juncker finit par régner sur Berlaymont, il aura été deux fois adoubé par la chancelière : en mars à Dublin, puis en juin. Et cette dernière ne manquera pas de lui rappeler ses engagements martelés durant la campagne : pas de mutualisation des dettes, maintien de la priorité budgétaire et refus de tout « aléa moral », autrement dit de toute mesure qui inciteraient les Etats à retarder les « réformes. » Ensuite, parce que la Commission est une immense machine où la logique décrite plus haut est un dogme, quel que soit le commissaire. Certains commissaires dans l'équipe Barroso, comme l'Italien Antonio Tajani, n'ont jamais caché leurs doutes vis-à-vis de ce dogme, mais la machine a continué à tourner. Enfin, parce que les structures institutionnelles que l'on a décrites ne laissent guère de marges de manœuvre à la Commission.

Berlaymont, droit dans ses bottes !

Berlaymont ne cédera donc pas d'un pouce. Mais cet entêtement plus que jamais idéologique, quasi religieux, n'est pas sans danger. En acceptant le débat démocratique tant qu'il demeure sous son contrôle, la Commission ruine les bases du choix et alimente les extrêmes. En imposant à des États qui ont renoncé à toute résistance une politique économique bornée et unilatérale, elle conduit la zone euro dans une situation qui pourrait rappeler le Japon des années 1990. Il y a donc urgence, si l'on veut changer l'Europe à changer la Commission. Mais cela semble une tâche bien difficile.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2014 à 10:36 :
Qui peut être surpris de la réponse des peuples en face "d'un fait accomplie" non sollicité? On veut nous faire croire que le "but" n'est qu'un "moyen"! Que commencer la construction de l'UE par la fin (euro et intégration d’États sans harmonisation) est un "moyen" démocratique! Le manque d'alternative ne laisse aucun autre choix que de contester cette "construction"!
a écrit le 04/06/2014 à 19:59 :
25% de votes FN chez le principal partenaire européen de l'Allemagne, des dizaines de braillards en plus au parlement, qui ne veulent que la mort de l'Euro et de l'Europe et tout ce que trouve Merkel à faire c'est proposer pour la présidence de la Commission, Mme Lagarde qui a participé avec la troïka au massacre de la croissance et personnifie le libéralisme inhumain et content de lui !!!
Réponse de le 04/06/2014 à 20:28 :
On verra bien en 2017...
Réponse de le 04/06/2014 à 22:18 :
La Marquise De la Garde a un énorme avantage : c'est une gourdasse soumise, comme l'a révélé la publication des petits billets qu'elle envoyait à Sarko ...
a écrit le 04/06/2014 à 19:30 :
avec les dirigeants et la politique de ces meneurs, il n'y aura JAMAIS de mieux ; ils disent que le changement (positif, on espère ! ), n'est pas pour maintenant, mais avec leurs mentalités, ce ne sera pour" jamais !"
a écrit le 04/06/2014 à 18:54 :
“Il ne servira à rien de tenter de ficeler l’Allemagne. Car l’Allemagne, et c’est bien naturel dans sa position, et avec les moyens dont elle dispose, ne renoncera à sa souveraineté que si elle domine l’ensemble, certainement pas si elle lui est subordonnée. Le débat qui se développe en ce moment en Allemagne à propos de Maastricht en fait la démonstration : les Allemands veulent bien d’une banque centrale européenne, mais seulement si celle-ci est peu ou prou entre les mains de la Bundesbank, et d’une monnaie unique, si celle¬-ci s’appelle le mark.” " A force de vouloir faire cette intégration à tout prix, on va finir par faire l'Europe allemande plutôt que de ne pas faire l'Europe du tout" P. Seguin 1992
a écrit le 04/06/2014 à 18:41 :
« L’Europe est un empire gouverné par des super-oligarques, caste d’imposteurs suprêmes célébrant le culte de la démocratie après en avoir confisqué le nom et interdit la pratique »  P.A Taguieff 2001 c'est encore plus vrai aujourd'hui.
a écrit le 04/06/2014 à 14:19 :
Il faut engager une procedure de sortie de l'union europeenne homme de gauche la haine de l'union europeenne me forcera a voter FN
Réponse de le 04/06/2014 à 18:27 :
Combien de fois faut-il le répéter, le FN ne veut pas sortir de l'UE, il veut comme les autres partis renégocier les traités, c'est à dire quand les poules auront des dents !
Réponse de le 04/06/2014 à 18:31 :
Entièrement d'accord avec vous sur le vote et la sortie de l'Union. Et pourtant pour le vote ce n'est pas ma tasse de thé , mais que voulez-vous.
a écrit le 04/06/2014 à 12:52 :
donc les electeurs du FN AVEZ RAISON !!!!!IL VA FALLOIR QUE L'UMP evolue , n'en deplaise à mrs raffarin ,jupe etc toutes cette vieille ump
Réponse de le 04/06/2014 à 18:26 :
certains commencent à comprendre: Vauquiez Lemaire....il est grand temps. A gauche chez les socialistes, hélas! on attend l'autre europe, celle de la croissance...qui "n'est pas là".
Réponse de le 04/06/2014 à 19:27 :
l'UMP n'évoluera pas ! ils sont foutus, de plus on n'en veut plus! le PS , itou ! Marine, seule, va ruer dans les brancards, seule Marine, va mettre le foutoir au milieu de tous ces incapables et même s'il n'y aura pas de miracle, n'est pas Lourdes qui veut, elle va nous faire, un tant soi peu avancer! ! parce que là, on est promis à aller de plus en plus mal !!!
a écrit le 04/06/2014 à 12:47 :
L'essentiel, c'est que leurs patrons américains soient satisfaits de leurs services. D'ailleurs, au "Parlement" européen, l'équivalent de l'UMP et du PS a une énorme majorité.
a écrit le 04/06/2014 à 12:08 :
A quoi sert l'Europe ? On peut légitimement se poser la question quand on voit les risques que font peser sur nos économies cette politique imbécile.
a écrit le 04/06/2014 à 11:55 :
La France , les entreprises et les consommateurs ont un urgent besoin de déflation pour reprendre à la finance ce quelle leurs a pris ces vingt dernières années .C'EST VITAL pour le pays .Pour ne pas être le dindon de la farce !
a écrit le 04/06/2014 à 10:56 :
Si on met de côté le FN, qui de toute façon n'assistera jamais aux réunions et n'aura aucune influence sur les votes puisqu'ils ne votent jamais, le grand vainqueur est l'UMP, qui était déjà le parti au pouvoir en Europe. Un ultra-libéral, Barroso, va être remplacé par un autre ultra-libéral, Junker. Le plus drôle dans l'histoire, c'est que c'est grâce aux français.
Réponse de le 04/06/2014 à 18:34 :
Les électeurs du FN n'ont certainement pas pensé à ça. Sinon ils auraient voté pragmatiquement pse pour sortir de l'austeritė a outrance. Quant aux dirigeants du FN, ils ont bien espère que le ppe reste au pouvoir pour ne pas changer la politique de l'UE car c'est cette politique qui les fait monter.
a écrit le 04/06/2014 à 9:37 :
Tous ces hauts responsables du parlement, de bruxelles, strasbourg etc...sont de droite. C'est la bourgeoisie, c'est les grandes banques, le patronat.
Réponse de le 04/06/2014 à 12:47 :
Faut-il s'en étonner ? L'Europe a été faite par des marchands et des financiers, pour des marchands et des financiers.
a écrit le 04/06/2014 à 9:32 :
Etrange cet article qui ferait bientôt l'apologie du sur-endettement et de la non-réforme, que la poussée de l'extrême droite serait du uniquement à un aspect économique ! La non-maîtrise des flux migratoires et l'entrée dans l'Europe de pays trop pauvres ni seraient pour rien !???
Réponse de le 04/06/2014 à 10:37 :
c'est vous qui faites l'apologie de l'austérité et de la réforme du rétablissement de l'esclavage et de la suppression de la secu qui provoquent la montée des extrêmes.
a écrit le 04/06/2014 à 9:24 :
L'économie européenne versus Usa avec chambre de compensation etc,la défense européenne,la politique étrangère bref tous ces sujets sont allégrement mis de coté par l'Ue,l'empire sans puissance en quelque sorte.En somme l'Europe,c'est le 52ème état des États-unis,l'affaire BNP Paribas est là pour nous le rappeler,si besoin en était.Je vois là un signale fort envoyé à Bruxelles,ne pensez surtout pas pouvoir remplacé le dollar par l'euro dans vos échanges internationaux.Je me disais bien qu'il y avait un loup et quand c'est flou,c'est qu'il y a un loup.
a écrit le 04/06/2014 à 9:12 :
C'est la force de l'administration et de ses fonctionnaires que de bloquer toutes les demandes d'évolution de la société et de l'économie. C'est une dictature diluée
a écrit le 04/06/2014 à 9:02 :
Ah! Le fameux dogme obtenue a coup de traités signés sans l'aval des peuples, ou si peu, nous annonçant le Paradis au bout du chemin! Chemin qui doit rester droit pour qu'il n'y ai pas d'autres alternatives, commencer la construction par la fin, tel un meuble en kit, pour que le montage soit sans surprise. Euro et intégration d’États sans harmonisation pour accélérer le mouvement... le "maoïsme" s'en approche
a écrit le 04/06/2014 à 8:57 :
M Godin qui sont les extrêmes le peuple où la commission? Maintenant cette situation est temporaire il faut être inconséquent ou idiot pour ne pas savoir que le temps de l'Union européenne est comptée. Je vois bien que vous faites toujours le même article car comme beaucoup vous ne savez plus quoi dire. Les journalistes on s'en fout les politiques on s'en fout les experts on s'en fout et ce qui me fait écrire cela c'est que la France est trop calme.
a écrit le 04/06/2014 à 8:50 :
Bienvenue en UERSS !

austérité, réduction des libertés, chômage de masse, appauvrissement généralisé, déflation, propagande, non respect des référendum, éclatement des états, nivellement par le bas (des salaires des moins aisés), etc...

Mais attention, malgré tout les faits qui sont là devant nos yeux, il ne faut surtout pas la critiquer. L'UE est devenue une religion, une nouvelle dictature du troisième millénaire. La "seule et unique" voie possible nous disent-ils...
Réponse de le 04/06/2014 à 11:30 :
Attention, Cher Monsieur,

quand on critique l'EU, on devient par voie de fait "Europhobe" and anti-Europeen..

;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :