A quoi ressemble le gouvernement Tsipras ?

 |   |  558  mots
Ce mardi 27 janvier, Alexis Tsipras sort du palais présidentiel accompagné des membres du premier gouvernement qu'il vient de former.
Ce mardi 27 janvier, Alexis Tsipras sort du palais présidentiel accompagné des membres du premier gouvernement qu'il vient de former. (Crédits : Reuters)
48 heures après les élections, le cabinet Tsipras est formé. Voici ses principaux membres.

 Alexis Tsipras a donc formé son premier gouvernement, une journée après sa nomination comme Premier ministre grec et deux jours après la victoire électorale de Syriza. Comme il l'avait promis, c'est une équipe resserrée comportant dix grands ministères, souvent néanmoins flanqués chacun de deux ou trois vice-ministres. Il y aura ainsi en tout 39 membres du gouvernement. Mais c'est une vraie différence avec le précédent cabinet qui comportait 20 ministres avec, là aussi, plusieurs vice-ministres.

 La vedette de ce nouveau gouvernement sera évidemment le ministre des Finances Yanis Varoufakis, économiste agile et peu orthodoxe très opposé aux positions de la troïka et à la logique dans laquelle l'économie grecque était jusqu'ici enfermée. Il sera aidé par deux vice-ministres de première importance. Nadia Valavani est une économiste respectée et une députée de Syriza qui jusqu'ici était spécialisée dans la politique étrangère. En charge des questions fiscales - essentielles aux yeux du programme de Syriza, qui veut faire payer les oligarques, notamment Dimitris (Kostas) Mardas.

 Yannis Sathakis, professeur d'économie politique à l'université de Crète, sera ministre de l'Economie, des Infrastructures, de la Mer et du Tourisme. Un autre économiste, Yannis Dragasakis, jugé plus modéré, devient vice-Premier ministre. Il est le seul membre du gouvernement a déjà avoir siégé dans un ministère: c'était en 1989, lorsqu'il représentait le parti communiste dans le gouvernement d'union nationale de Xénophon Zolotas. Il était alors vice-ministre de l'Economie.

 Le partenaire de coalition, le parti de droite eurosceptique Anel (Grecs Indépendants), obtient le ministère de la Défense pour son chef, Panos Kammenos. Il semblerait, selon le journal Kathimerini, que l'Anel ait donné son feu vert sur le programme économique, mais à deux conditions: aucune loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat d'une part, et d'autre part aucune reconnaissance de tout nom incluant le terme  « Macédoine » pour la Fyrom (ou Arym: l'Ancienne République yougoslave de Macédoine, qui selon l'Anel usurpe la dénomination de l'homonyme région grecque septentrionale). L'Anel a également quatre vice-ministres (Tourisme, Coordination gouvernementale, Développement rural et Macédoine).

 Aux Affaires étrangères, Nikos Kotzias est un ancien conseiller (comme Yanis Varoufakis) de l'ancien Premier ministre George Papandréou. C'est aussi un universitaire, professeur de relations internationales à l'université du Pirée. Il devra gérer dès jeudi la délicate question des sanctions contre la Russie, alors que Syriza a plusieurs fois fait part de sa volonté de ne pas sanctionner Moscou dans la crise ukrainienne.

 Nikos Voutsis, député de Syriza, est nommé ministre de l'Intérieur. C'est un cadre du parti.

 Le ministère de la « Reconstruction productive », de l'Environnement et de l'Energie est attribué à Panayiotis Lafazanis, un député de l'aile gauche du parti, connu pour avoir été un des leaders du soulèvement de l'école polytechnique contre la Junte des colonels en novembre 1973.

 Le ministère de la Santé est attribué à Panayiotis Kouroublis, la Justice à Nikos Paraskevopoulos et le Travail à Panos Skourletis.

 Ce gouvernement est très masculin (6 femmes sur 40 membres), mais la présidence du Parlement grec, la Vouli devrait être attribuée à Zoi Konstantopoulou. La prestation de serment a eu lieu et s'est déroulé en deux parties : une religieuse et une civile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2015 à 12:48 :
Perplexe :!!!!!prêter serment civilement et religieusement .Quelle religion ????Et je connais beaucoup d'extrêmes gauches qui sont athées ????
a écrit le 28/01/2015 à 11:25 :
ils se ressemble à une bande de bras cassés qui attendent les sousous d'europe. Voilà la vérité véridique
a écrit le 27/01/2015 à 22:51 :
pour éviter un empire allemand en Europe, il faut boycotter les produits allemands (voiture...)
Réponse de le 28/01/2015 à 11:28 :
je ne peux pas vraiment avec mon béhem mon Miel mon 4777 etc... je ne peux vraiment pas . Acheter Chinechine non merci j ai déjà donné
a écrit le 27/01/2015 à 21:48 :
Ils ont nommé des gens qualifiés; des universitaires notamment, et non pas des guignols politiciens professionnels comme c'est trop souvent le as... en France notamment, où tant de politiciens n'ont jamais fait autre chose que de la politique, et n'ont aucun lien avec la population, avec la vie réelle.
Réponse de le 27/01/2015 à 22:09 :
"Ils ont nommé des gens qualifiés; des universitaires notamment" Ah bon les universitaires ont une quelconque légitimité pour gouverner ?.
En attendant on découvre ceci "Le ministère de la « Reconstruction productive », de l'Environnement et de l'Energie est attribué à Panayiotis Lafazanis, un député de l'aile gauche du parti". Ca fait penser à un ex-ministre français qui en ce moment apprend à devenir dirigeant (après avoir contribué à casser notre outil productif).
Réponse de le 28/01/2015 à 8:24 :
C'est une bonne idée de nommer des universitaires. Le temps qu'ils comprennent comment le monde économique fonctionnent, de nouvelles élections auront eu lieu et ils ne seront plus ministres.
Réponse de le 28/01/2015 à 22:33 :
"Ils ont nommé des gens qualifiés" ... en sacré progrès par rapport aux vieilles habitudes ... l'avenir nous dira si "non-corruptibles" !
"et non pas des guignols politiciens professionnels comme c'est trop souvent le as..."
c'était le cas depuis l'après royaume de Grèce ... l'espoir un nouveau modèle grec ?

Quoi qu'il en soit, au niveau dette et sans anticiper sur les finances... le but de ces personnes est de redonner de la dignité au Peuple et ça a l'air de bien démarrer !

Bref, soyons positifs
Réponse de le 02/02/2015 à 15:23 :
En nommant des universitaires qui on déjà oeuvrés dans des gouvernements précédents ou des intellectuels ,les grecs sont sûrs de se planter .On prend les mêmes et on recommence.Le mieux c'est la solution Mélenchon :on remet la dette et dans deux ans ils seront encore à la rue et demanderont encore des euro pour mettre fin à l'austorité ! Vive les intellos de tout poil !
a écrit le 27/01/2015 à 20:00 :
La dette de la Grèce est virtuelle, celle de tous les pays européens idem
Les banques prêtent de l'argent quelles ne possèdent pas.
C'est la plus grande arnaque de tous les siècles !
Nous sommes, et nos enfants seront leurs esclaves tant que les millions de moutons
continueront de dormir.
Réponse de le 27/01/2015 à 20:13 :
L'argent papier est déjà virtuel .... alors la virtualité n' a pas de limite!
a écrit le 27/01/2015 à 19:27 :
Comme je le disais hier dans un autre article, les Russes représentent un bataillon important de touristes qu'il faut ménager :-)
Réponse de le 27/01/2015 à 20:23 :
boff popoff ... patrickb, vos interêts personnels nous sont indifférents.
a écrit le 27/01/2015 à 19:20 :
L'Europe risque sérieusement de vivre un "séisme politique" en 2015 sur fond de popularité grandissante des partis populistes. Et pourquoi cela ? parce qu'on voit nettement une vraie "crise de la démocratie", qui a ses origines dans la rupture entre l'élite et les électeurs.
Les mouvements populistes, tant de gauche que de droite, opèrent dans le fossé qui s'est creusé entre les anciens partis politiques et leur base sociale traditionnelle.
La Grèce n'est qu'un premier pas d'une réaction en chaîne qui pourrait voir le jour dans les mois à venir.
a écrit le 27/01/2015 à 19:05 :
Le Peuple Grec est un peuple héroique,

les bidochons français peuvent prendre une leçon de vrai démocratie, la démocratie qui éjecte du pouvoir les bandits politicards serviles des voyous financiers européens.

Nous devons revenir à la situation d'avant le traité refusé par les Français en 2005,

les traitres Sarkozy Hollande et leurs piètres laquais socialleux-droitiers- menteurs invétérés doivent se sauver du pouvoir avant que le Peuple de France ne les y contraignent par un soulèvement populaire MASSIF.
Réponse de le 27/01/2015 à 19:56 :
mettre des communistes au pouvoir n'a jamais été bon non plus. Voyez l'URSS.
On en reparle dans un an de la grèce, quand syriza se sera couché comme tout les autres devant Merkel....
Réponse de le 27/01/2015 à 20:14 :
@héroiques: du calme, attends un peu pour compter les déçus :-)
Réponse de le 27/01/2015 à 21:22 :
La Grèce a berné tout le monde en dilapidant de l'argent qui ne lui appartenait pas. Son annulation ou sa restructuration coûtera 640 euros à chaque français! Mais vous avez raison continuez d'applaudir, la précarité n'existant pas en France, nous pouvons nous permettre de balancer l'argent du contribuable par les fenêtres.
Réponse de le 28/01/2015 à 9:38 :
le crédit lyonnais a couté 760€ (5000F) a chaque français dans les années 90 nous avons la mémoire courte en France
Réponse de le 28/01/2015 à 11:06 :
Oui! ...mais il est Français le Crédit Lyonnais , il ne s'agissait pas de payer des impôts pour un autre pays sans contrainte en retour . Les dirigeants du Lyonnais sont allés en Tôle eux au moins quant à la Grèce on leur fera à nouveau des prêts?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :