Axa prudent sur ses objectifs opérationnels

Avec un contexte boursier toujours tendu, les assureurs demeurent sans surprise sous pression. La semaine passée, Aegon a ajusté à la baisse ses prévision. Axa en donne un nouvel exemple ce mardi.A l'occasion de la présentation de son chiffre d'affaires à neuf mois, l'assureur se veut "prudent" concernant ses objectifs pour l'année en cours. "Comme indiqué le 2 septembre et confirmé par la forte baisse des marchés financiers au troisième trimestre, la volatilité des marchés est telle qu'il nous est impossible de donner des prévisions quant à la performance opérationnelle de nos métiers vie/épargne/retraite et gestion d'actifs, en dépit de leur bonne résistance au premier semestre 2002. Dans l'ensemble, nous restons prudents sur nos prévisions de croissance du résultat opérationnel en 2002", peut-on lire dans la publication du groupe.Initialement, Axa envisageait une hausse de 20% de son résultat opérationnel cette année. Mais depuis les résultats semestriels, publiés en septembre, il ne fait plus mention de ce chiffre.En revanche, "nous confirmons que nous devrions atteindre nos objectifs en matière de réduction des coûts et d'amélioration de notre ratio combiné en 2002", précise Henri de Castries, le président du directoire. A titre de rappel, Axa avait précisé qu'il attendait 700 millions d'euros d'économies avant impôts sur 2002. Quant au ratio combiné, mesurant le rapport entre le coût des sinistres et les frais généraux d'une part et les primes d'autre part, il était de 112,5% en 2001. Axa envisage de le réduire pour l'amener à 104% en 2003. Un niveau qui, bien qu'amélioré, traduira toujours un manque de rentabilité de l'activité.En ce qui concerne le chiffre d'affaires sur neuf mois, il met en avant des tendances opposées. D'un côté, la croissance globale s'est réduite. De 3% sur six mois, elle est tombée à 2,5% à fin septembre (56,91 milliards d'euros). En revanche, la performance a été améliorée à données comparables, la hausse étant de 5,3%, contre 4,8% sur six mois. "La croissance des revenus s'est accélérée au troisième trimestre dans nos principales branches, démontrant la force de notre activité et le succès de notre stratégie ciblée", note d'ailleurs Axa.Certes, la gestion d'actifs souffre de plus en plus du repli des marchés. Les revenus d'Axa dans ce domaine ont chuté de 4% (2,63 milliards d'euros) sur neuf mois, alors que le recul se limitait à 1,3% en juin dernier.En revanche, et même s'il se veut réservé sur l'avenir, force est de constater qu'Axa a amélioré la croissance de ses revenus dans les autres secteurs. En vie/épargne/retraite, le chiffre d'affaires de 36,26 milliards d'euros progresse de 5,8% (à données constante), alors qu'il ne gagnait que 3,9% à fin juin. Ce sont notament les Etats-Unis et le Japon qui ont soutenu la progression de l'activité. Idem dans la division dommages: en hausse de 4,7% sur six mois, les recettes s'apprécient de 5,1% à fin septembre (12,5 milliards d'euros), en particulier grâce à une augmentation des tarifs.Mais pour le marché, cela pèse bien peu face à la prudence affichée par Axa quant à ses performances à venir. A l'équilibre en milieu de journée, l'action a décroché à la publication de ce chiffre d'affaires sur neuf mois, perdant jusqu'à 7,29%. En clôture, elle cède encore 2,66% à 12,82 euros. A l'image de son secteur, Axa a souffert depuis le début de l'année de craintes sur sa situation financière et du spectre d'une recapitalisation nécessaire. Depuis la fin décembre, le titre lâche plus de 45%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.